Se connecter Inscris-toi gratuitement !
L'appli tout-en-un pour réviser
4.8 • +11k évaluations
Plus de 3 millions de téléchargements
Télécharger

FOMO : fais en sorte que la “peur de rater quelque chose” disparaisse !

Supposons que tes amis t'invitent à un concert dans une autre ville. Vous n’aimez pas particulièrement le groupe et l’idée de t’y rendre en train ne t’enchante pas tant que ça. Encore moins de camper à l'extérieur de la salle de concert et repartir à l’aube pour choper le premier train. Et pourtant… que faire si quelque chose de spectaculaire se passe et que vous n’êtes pas là pour le vivre ? Combien de fois avez-vous dit oui à des plans simplement par peur de manquer quelque chose ? Voilà en quoi consiste le FOMO. Parlons du FOMO en psychologie et de son implication sur les réseaux sociaux, afin de pouvoir y remédier.

Fomo, Le magazine StudySmarter

FOMO : définition et signification

 

« Fear of missing out » (FOMO) est traduit littéralement par la peur de manquer quelque chose. Si vous vous reconnaissez dans certains des cas suivants, ne vous en faites pas, vous ne risquez rien et vous pourrez agir rapidement pour y remédier. Alors, qu’est-ce que c’est, au-delà de son nom très évident ? Le FOMO est un type d’anxiété sociale (il ne s’agit PAS d’un trouble, cependant) qui implique une sorte d’appréhension ou d’inquiétude à l’idée que les autres vivent des expériences plus intéressantes et réussissent mieux que soi.

Le FOMO n’est pas récent. Elle a été présente tout au long de l’histoire de l’humanité. Pourtant, le FOMO a considérablement augmenté avec la prolifération des réseaux sociaux, des smartphones et de l’ère des connexions instantanées et du partage en continu.

 

Psychologie de l’anxiété sociale

 

On a tous fait l’expérience de la peur de manquer quelque chose à un moment donné de notre vie, surtout durant l’adolescence. Par exemple, tous tes amis ont un petit ami ou une petite amie, et vous avez l’impression de passer à côté de quelque chose d’incroyable ? Alors, vous vous précipitez pour trouver un partenaire aussi, juste pour être sûr de partager l’expérience universelle des adolescents. De même, vous n’avez peut-être pas envie de sortir en boîte tous les vendredis, mais vos amis y vont. Et si quelque chose de spécial se produisait là-bas ?

Je vais être honnête, je suis passée par les deux. Avoir un rendez-vous ou passer la nuit dans un club bondé et étouffant avec de la mauvaise musique n’a presque jamais été la solution à mes émotions conflictuelles. Mais je l’admets, il m’est arrivé de ne pas aller à la soirée, et mes amies m’ont rapporté cette histoire SPECTACULAIRE sur la façon dont elles ont abordé LE MEC DE LEUR RÊVE. Et, à l’époque, c’était un grand moment. Aussi ridicule que cela puisse paraître, c’est ainsi que le FOMO se ressentait avant la prolifération des réseaux sociaux.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses sources d’information sur ce que font les autres à tout moment. Concerts, fêtes, date, bon restaurant, expérience – il semble que tout le monde vit sa meilleure vie, et où sommes-nous ? À regarder ces vies sur Instagram avec différents degrés de jalousie.

 

Les effets du FOMO

 

La peur de manquer quelque chose est exacerbée par la possibilité de partager constamment sur les réseaux sociaux et peut entraîner des conséquences psychologiques. Sur le plan émotionnel, les personnes en proie au FOMO manifestent une envie distincte et diffuse à l’égard de tout le monde, de manière générale. Elles ne sont pas jalouses d’une personne en particulier, mais d’expériences, qu’elles soient réelles ou imaginaires.

Le FOMO peut entraîner une perte de confiance en soi, car on a l’impression de mener une vie bien plus ennuyeuse que celle des autres. Ce ressenti est dû au fait que nous sommes exposés à des contenus qui nous donnent l’impression de mener une vie sans artifices. Cette situation peut amener les individus à développer une relation obsessionnelle avec leurs réseaux sociaux, en multipliant les posts exagérés, créant ainsi un cercle vicieux. Le FOMO prédit une utilisation problématique des réseaux sociaux chez les adolescents et peut provoquer une dépression.

Sur le plan comportemental, le FOMO change la perspective des gens sur leur propre vie. Les choses qui leur procurent du plaisir sont délaissées. Visiter de nouveaux endroits leur semble médiocre parce qu’ils les ont déjà vus plusieurs fois sur Instagram ou bien, ils en profitent pour annoncer sur leurs réseaux sociaux qu’ils ont visité cet endroit eux aussi. Ainsi, les personnes profondément ancrées dans le FOMO sont moins susceptibles de répéter des expériences, car elles sont toujours à la recherche de quelque chose de nouveau.

 

Les syndrômes du FOMO

 

Tout d’abord, passons en revue certains des symptômes les plus courants du FOMO. Voici quelques-uns des signes qui indiquent qu’une personne a peur de rater quelque chose :

  • Ils sont obsédés par leurs téléphones. Les personnes qui ont le plus peur de manquer quelque chose ont tendance à passer beaucoup de temps sur leur téléphone. Envoi de messages, de DM, scrolling, etc. Cela leur donne l’impression d’être impliquées dans l’existence des autres en aimant et en commentant.
  • Leur vie sociale est pleine à craquer. Le FOMO touche aussi bien les extravertis que les introvertis. Mais ceux qui y succombent font souvent plans sur plans parce qu’ils ne veulent pas manquer quoi que ce soit !
  • Ils filment et photographient tout. Et je veux dire TOUT ! Chaque nuage, chat, maison sur le chemin du retour. Et je ne parle même pas des gens qui filment tout le concert sur leur téléphone. Si vous êtes l’une de ces personnes, sérieusement, vous allez vraiment regarder ce concert sur ton téléphone ? Surtout quand vous savez qu’il y aura une vidéo officielle sur YouTube de bien meilleure qualité ? Bien sûr, quelques photos et selfies pour marquer le moment sont tout à fait compréhensibles, mais être présent et attentif à ce qui vous entoure est bien plus gratifiant, vous verrez.
  • Ils sont toujours à la recherche de nouvelles expériences. C’est le résultat de l’économie capitaliste à laquelle nous sommes confrontés. Certains chercheront à vivre de nouvelles expériences sans cesse, dans une société de consommation. Il peut s’agir de traverser le pays en sac à dos ou d’essayer des aliments suspects types insectes sur des stands de rue. Il est normal pour l’humain de vouloir vivre de nouvelles expériences, mais cela ne doit pas affecter sévèrement l’équilibre d’une vie, entre les études, le travail, la vie privée.
  • Ils ne disent pas non. Non, c’est un drôle de petit mot – seulement trois lettres, mais si difficile à dire et à comprendre parfois. Les personnes souffrant de FOMO ne prononcent pas ce mot, car qui sait ce qu’elles risquent de manquer si elles le font ?
  • Ils suivent toutes les tendances. Le fitness, les recettes saines et faciles, TikTok, et tout ce qui est populaire, rien ne leur échappe !
  • Ils vont à toutes les fêtes, même lorsqu’ils sont malades. Dans les cas les plus extrêmes, bien qu’ils aient le visage vert et risquent de tousser sur chaque invité, les personnes qui souffrent de ce type d’anxiété sociale refusent de manquer une fête.

Si tu te reconnais dans quelques un de ces symptômes, ne t’inquiéte pas, le FOMO peut être surmonté grâce à quelques changements au quotidien.

 

Réseaux sociaux et la peur de rater quelque chose

 

Les réseaux sociaux sont les principaux responsables de la peur de manquer quelque chose chez les gens. Pourquoi ? Eh bien, outre le bombardement constant d’informations et de données, c’est la manière dont ces réseaux présentent les expériences, les personnes et les lieux qui provoquent tous ces effets négatifs.

Tout d’abord, les gens affichent des moments marquants sur les réseaux sociaux, et non pas tous les détails de leur vie plutôt régulière et ordinaire. Il n’y a rien de mal à avoir une vie ordinaire parfois : nous devons tous travailler, étudier, faire des tâches ménagères, nous occuper de nos animaux domestiques et tomber malade de temps en temps. Seulement ces aspects de notre vie entrent dans la catégorie “on n’en parle pas”. Ce faux-semblant donne l’impression que la vie des gens est plus intéressante qu’elle ne l’est en réalité.

Deuxièmement, les réseaux sociaux montrent une fausse réalité. Ils sont pleins de filtres, de bons angles, d’éclairages artificiels. Et, pour poster une seule photo de la soirée qui montre à quel point tout le monde s’amuse, il faut sélectionner LA bonne parmi des millions. Des études scientifiques montrent d’ailleurs que les réseaux contribuent à l’augmentation des troubles du comportement alimentaire, en particulier chez les adolescents et les jeunes femmes. Or, presque personne ne vous dit à quel point tout cela est erronés. Pas convaincu ? Je t’invite à regarder le compte Instagram de Danae Mercer, qui est consacré à démystifier les posts des influenceurs et à exposer leurs astuces.

Ai-je mentionné le fait que tout le monde semble partir constamment en voyage ? Ce qui se passe en réalité, c’est que la dépendance accrue à l’égard des médias sociaux affecte votre perception du temps, donnant l’impression que les gens sont toujours quelque part. À propos, saviez-vous que les gens se lèvent maximum à 5 heures du matin pour se photographier dans un site touristique vide ?

En conclusion, les réseaux sociaux sont la raison derrière notre manque de confiance en soi et notre fausse perception de la réalité. Ils nous nourrissent de fausses images, plaçant la barre si haut alors qu’il s’agit en fait d’une taverne sur le mont Olympe, où Zeus est en train de se saouler. Apprendre à le reconnaître est le premier pas vers la guérison.

 

Fomo, les réseaux sociaux, StudySmarter

 

Que faire pour surmonter le FOMO ?

 

Comme je l’ai dit au début, le FOMO n’est pas la pire chose qui puisse arriver à une personne. On est tous susceptibles d’en faire l’expérience, mais, heureusement, il existe des moyens simples de le surmonter :

  • Quitter/réduire les réseaux sociaux. Bien sûr, nous avons tous besoin de rester en contact avec nos amis et notre famille, mais il est bon d’envisager une cure de désintoxication numérique. Limiter son temps d’utilisation des réseaux sociaux permet de mener une vie plus saine et sereine.
  • Être vigilant. Prends le temps de pratiquer la pleine conscience, c’est-à-dire d’être présent et de savourer les expériences. Il est aussi important de se répéter des affirmations positives et de pratiquer la gratitude.
  • Profite de moments de qualité. Ne vous contentez pas de passer d’un événement à l’autre ; allez où vous vous sentez chez vous et où vous pouvez être vous-même. Il faut prévoir des temps de qualité avec vos amis et votre famille, partir à l’aventure là où vous le souhaitez et non pas à tout prix dans des endroits “instagrammables”. Le plus important c’est que votre bonheur compte plus que n’importe quel scénario hypothétique.
  • On se repose. Prends le temps de t’installer confortablement pour apprécier l’art de ne rien faire. Écoute tes pensées, observe ton environnement et profite de ce moment de calme pour te recentrer sur toi-même, tes loisirs et tes intérêts. Essaye d’instaurer une routine paisible le soir et déconnecte-toi le plus possible.
  • Fais des choses qui te rendent heureux. L’art, le cinéma, la musique, les promenades, le sport – quoi que ce soit, fais-en plus !

 

Conclusion : le FOMO est néfaste, concentre-toi sur la “vraie” vie

 

La peur de manquer quelque chose d’important est un problème courant, notamment avec l’utilisation accrue des réseaux sociaux. Elle peut entraîner une augmentation de l’anxiété, une faible estime de soi et dans certains cas une dépression, ainsi qu’un comportement néfaste sur les réseaux.

Pour éviter la peur de manquer quelque chose :

  • Réduis ton temps sur les réseaux sociaux
  • Organise des moments de qualité avec tes amis, ta famille et toi-même
  • Fais des choses qui te rendent heureux

Fais en sorte de vivre chaque moment pour toi !

Questions fréquemment posées

Quelle est la signification de FOMO ?

Traduit de l’anglais : “Fear of missing out”, la peur de manquer quelque chose. Il s’agit d’une anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle ou un événement important, donnant lieu à des interactions sociales accrues et exagérées.

Comment se soigner du FOMO ?

Pour se détacher de la peur de manquer quelque chose, il est conseillé de lâcher prise en se déconnectant des réseaux sociaux. Vaincre la dépendance aux différentes plateformes sociales permet de se consacrer davantage à ses besoins et envies, de ne plus vivre pour les autres, mais en harmonie avec nous-même et notre environnement.