Se connecter Inscription gratuite
L'appli tout-en-un pour réviser
4.8 • +11k évaluations
Plus de 3 millions de téléchargements
Télécharger
|
|

Depuis la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1783, la justice sociale est l'un des enjeux phares des mouvements sociaux. La justice sociale fait référence à la répartition appropriée des droits et des devoirs, dans le but d'obtenir une société plus "juste".

Nous allons dans un premier temps expliquer le principe d'égalité, et ses trois conceptions.

Dans un second temps, nous allons découvrir les inégalités sociales et économiques qui entravent la justice sociale. Nous verrons que les inégalités entre les classes sociales sont à l'origine des inégalités de revenus. Enfin, nous allons parler de deux mesures instaurées par l'État pour améliorer la justice sociale. Il s'agit des lois contre la discrimination et la redistribution des revenus.

La justice sociale et le principe d'égalité

Le principe d'égalité fait référence au fait que tous les êtres humains doivent être traités de la même manière. Ils doivent avoir accès aux mêmes droits, quelles que soient leurs différences. Ce principe a une valeur constitutionnelle.

Elle (la loi) doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen (1789).

La justice sociale est fondée sur le principe d'égalité. Pour comprendre la justice sociale, il faut connaître les trois conceptions de l'égalité :

- L'égalité des droits : tous les citoyens doivent disposer des mêmes droits. C'est l'un des principes sur lequel est bâtie notre démocratie.

- L'égalité des situations : tous les citoyens détiennent les mêmes conditions économiques et matérielles. Il s'agit d'avoir les mêmes ressources (revenu, logement, voiture, etc.)

- L'égalité des chances : tous les citoyens ont accès aux mêmes opportunités et aux positions sociales qu'ils convoitent. Le milieu social et le revenu ne doivent pas faire obstacle.

L'éducation est un pilier du plan du gouvernement français pour soutenir l'égalité des chances. Plusieurs mesures ont été lancées dans ce sens, comme la création des lycées en Zone d'Éducation Prioritaire (ZEP). Les ZEP ont été créées en 1981 pour financer davantage les programmes d'éducation dans les zones défavorisées. Le but étant de donner une éducation similaire et de qualité à tous les élèves, quel que soit leur milieu social.

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre des politiques de discrimination positive.

La discrimination positive est une mesure ou politique qui vise à traiter certains groupes de manières préférentiels, dans le but d'établir plus d'égalité des chances.

Les politiques de discrimination positive font l'objet de nombreux débats et controverses en France. Pour certains, cela va à l'encontre de l'idéal de méritocratie. Le mérite stipule que l'accès aux opportunités est le fruit de nos efforts individuels, indépendamment de nos origines sociales. L'existence de la discrimination positive donnerait selon eux un avantage injuste à des personnes qui n'ont pas à produire d'efforts.

La justice sociale et les inégalités

Les inégalités sociales et les inégalités de revenus se cumulent et empêchent d'atteindre les principes d'égalité. Les inégalités sociales entravent l'accès aux ressources qui améliorent la situation économique d'un individu. Cela crée un cercle vicieux qui creuse l'écart entre les différentes classes sociales de la société.

Nous allons commencer par parler des inégalités de revenus.

Les inégalités de revenus

Lorsque la question d'une société plus juste est soulevée, le problème des inégalités de revenus est presque toujours mentionné. Ce dernier est parfois confondu avec l'inégalité des richesses, qui est une idée adjacente.

L'inégalité des revenus fait référence à l'inégale distribution des revenus dans une société. Ces revenus constituent le salaire et le profit pour les entrepreneurs et actionnaires.

L'inégalité des richesses souligne la répartition inégale des ressources monétaires au sein d'une société. Ces dernières comprennent le patrimoine matériel d'une personne : immobilier, œuvres d'art, bijoux, etc.

De nombreux types d'inégalités, autre que la richesse, tels que le statut politique et social, vont avoir une influence sur l'inégalité des revenus. Celle-ci va entraver le développement économique. Parce qu'en général, les personnes riches conservent leur argent et ne les dépensent pas. Ce qui entraîne une diminution de la demande au sein de l'économie.

Les inégalités sociales et les classes sociales

Il existe une inégalité entre les classes sociales dans la société.

Une classe sociale fait référence à la position d'une personne dans la hiérarchie d'une société, influencée par les richesses et revenus.

Elle est fréquemment caractérisée par la profession d'une personne. Elle peut aussi inclure d'autres facteurs comme le niveau d'éducation.

On peut déterminer l’existence de quatre classes sociales en France. En commençant par la moins valorisée, nous trouvons :

- les classes inférieures (les sans-abri ou les chômeurs) ;

- les classes ouvrières (ceux qui ont des emplois peu ou semi-qualifiés, y compris des emplois manuels comme les ouvriers d'usine) ;

- les classes moyennes (ceux qui ont des emplois de gestion et professionnellement qualifiés, comme les enseignants, les employés de bureau, les hommes d'affaires et les infirmières) ;

- les classes supérieures (ceux qui ont des emplois très bien rémunérés ou ceux qui ont une fortune familiale, également appelée "vieille fortune").

Il existe deux dimensions supplémentaires de la classe sociale qui entravent la justice sociale. Ce sont :

  • Le statut et le pouvoir

Il existe une inégalité dans les niveaux de statut et de pouvoir dans la société. Le statut fait référence au prestige social et à la position d'une personne dans la société. Le pouvoir fait référence à la capacité d'une personne à faire ce qu'elle veut, souvent en connaissant les "bonnes" personnes, ou en profitant d'une absence de responsabilité pour ses actions.

Le statut et le pouvoir s'obtiennent de diverses manières. Ils peuvent s'acquérir par la force (dans les dictatures, par exemple), la tradition (monarchies et autres) ou les compétences individuelles (dans les démocraties).

  • Les différences de chances dans la vie

Il existe une inégalité en fonction du groupe social d'origine et les différences de chances associées. Cela comprend l'accès différentiel à des ressources telles que les soins de santé, le logement et une éducation similaire. Cela peut aussi inclure des différences dans la qualité de vie : prendre des vacances, avoir une épargne pour investir, prendre une retraite anticipée, etc.

Le rôle de l'État dans la justice sociale

L'État met en place des mesures et des politiques pour que les inégalités se résorbent. D'un point de vue juridique, il met en place des lois contre la discrimination basée sur le genre, l'ethnie, l'âge, etc. Le gouvernement met également en place des politiques sociales qui permettent une meilleure redistribution des revenus et

Les lois contre la discrimination

Les lois anti-discrimination contribuent à promouvoir et faciliter l'égalité en améliorant les opportunités d'emploi et de formation pour les groupes minoritaires. En France, il s'agit, par exemple, de l'égalité homme-femme. Dans ce sens, le principe de "à travail égal, salaire égal" fut déclaré en 1973. Cependant, il reste énormément de progrès à faire sur ce terrain pour que ce principe devienne réalité.

Aux États-Unis, jusqu'en 1954, les écoles faisaient l'objet de séparations physiques des élèves selon des critères raciaux. C'était fondé sur l'idée discriminatoire et malhonnête d'institutions "séparées, mais égales" pour les élèves noirs/minoritaires et blancs. Les écoles destinées aux élèves noirs et non-blancs étaient sous-financés et de qualité inférieure à celles destinées aux élèves blancs.

La redistribution des revenus

La redistribution des revenus vise à favoriser la stabilité et les possibilités économiques des membres les moins fortunés de la société. Cette-dernière réduit le fossé entre les pauvres et les riches. Cela inclut souvent l'aide par le financement des services sociaux. Ces services étant payés par les impôts, ce sont les membres les plus riches de la société qui doivent payer davantage, pour aider les personnes défavorisées.

Lorsqu'on parle des moyens de redistribution des revenus, deux stratégies sont souvent évoquées : les stratégies directes et indirectes.

La redistribution de revenus directe

Les impôts et la redistribution des revenus sont aujourd'hui les moyens les plus directs de réduire la pauvreté et les inégalités. Bien que ces principes de redistributions soient utiles, ils sont généralement insuffisants pour avoir un réel impact. C'est pourquoi des programmes de transfert d'argent ont été utilisés plus récemment, et ont fait leurs preuves. Ces programmes sont principalement mis en œuvre par des ONG (organisations non gouvernementales) au sein des pays en développement.

Dans le cadre d'une campagne pour l'éducation, les ONG peuvent donner de l'argent mensuellement à des familles pauvres, s'ils s'engagent à envoyer leurs enfants à l'école.

Le risque de ces projets est qu'ils sont conditionnels. Ils fournissent des fonds aux ménages en échange de conditions spécifiques. L'un des problèmes de cette approche est que la capacité de réalisation est réduite. Ce que nous entendons par là, c'est que le montant disponible pour être redistribué est insuffisant aux besoins réels des ménages.

L'une des façons de résoudre ce problème est d'augmenter l'impôt sur le revenu des personnes appartenant à la classe supérieure. De plus, une autre manière de s'assurer qu'il y a suffisamment de fonds est de mieux surveiller les personnes à haut revenu pour éviter l'évasion fiscale.

Il est également important de rappeler que le développement économique permet d'augmenter les revenus moyens. Cependant, il permet de lutter plus efficacement contre la pauvreté quand la distribution des revenus est déjà plus équilibrée.

La redistribution de revenus indirecte

Si elles sont mises en œuvre correctement, les stratégies de redistribution des revenus réduisent la pauvreté en réduisant les inégalités. Néanmoins, elles peuvent ne pas stimuler la croissance de manière significative, même si elles permettent de réduire les tensions sociales causées par l'inégalité.

L'investissement direct dans les opportunités pour les moins aisés est donc essentiel. On entend par là l'accès aux soins de santé, à l'eau, à l'énergie, aux transports et à l'éducation. Au cas où des difficultés se présenteraient, comme une récession économique, c'est l'aide sociale qui va être vitale pour empêcher les individus de s'appauvrir.

D'autres approches qui ne dépendent pas de la redistribution pourraient obtenir des résultats similaires. Néanmoins, avant même d'envisager la redistribution, les gouvernements devraient tenter d'inclure davantage les populations défavorisées dans leurs stratégies de croissance économique.

Augmenter le taux d'emploi de personnes non-qualifiées est une façon d'inclure les plus défavorisées dans les stratégies de croissance.

Pour finir, le fait que certaines lois édictent et fixent le salaire minimum entraîne une plus grande équité concernant la distribution des salaires. De telles initiatives, même si controversées, peuvent véritablement améliorer la productivité du travail dans les économies sous-développées.

La justice sociale - Points clés

  • La justice sociale est fondée sur le principe d'égalité.
  • Il existe trois conceptions de l'égalité : l'égalité des droits, l'égalité des situations et l'égalité des chances.
  • Les inégalités sociales et les inégalités de revenus se cumulent et empêchent d'atteindre une justice sociale absolue.
  • De nombreux types d'inégalités, comme la richesse, le statut politique et social, ont une influence sur l'inégalité de revenus.
  • Le principe de "à travail égal, salaire égal" est un exemple de lois qui vise à diminuer les discriminations établies sur le genre.
  • Les inégalités entre les classes sociales contribuent à l'injustice sociale.

Questions fréquemment posées en Justice sociale

Les différentes formes de justice sociale sont la justice commutative et de la justice distributive.

La justice commutative donne à chacun la même part, alors que la justice distributive donne selon un principe de mérite.

La justice sociale est fondée sur la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Elle est établie sur un principe d'égalité.

Les 3 idées qui s'articulent pour parler de justice sociale sont données par le philosophe John Rawls. Il s'agit de :

  • la garantie des libertés de base  ; 
  • l'égalité des chances ; 
  • le maintien des inégalités qui profitent aux plus défavorisés.

On peut atteindre la justice sociale grâce à des mesures instaurées par l'État :

  • Des politiques sociales qui favorisent la redistribution des revenus ;
  • Des législations qui interdisent la discrimination ;
  • Des mesures de discrimination positive pour permettre aux populations défavorisées d'avoir accès à l'emploi et à une bonne éducation.

Évaluation finale de Justice sociale

Question

"Elle (la loi) doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse". D'où vient cette citation ?

Montrer la réponse

Réponse

La Déclaration des droits de l'Homme

Montrer la question

Question

La justice sociale est fondée sur le principe d'égalité.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

La justice sociale est fondée sur l'égalité des chances.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

Quelles sont les trois conceptions de l'égalité ?

Montrer la réponse

Réponse

  • l'égalité des droits
  • l'égalité des situations 
  • l'égalité des chances.

Montrer la question

Question

L'égalité des droits : tous les citoyens doivent disposer des mêmes droits. 

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

L'égalité des situations : tous les citoyens ont les conditions économiques et matérielles qu'ils méritent.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

Tous les citoyens ont accès aux mêmes opportunités et aux positions sociales qu'ils convoitent. Il s'agit de :

Montrer la réponse

Réponse

l'égalité des chances

Montrer la question

Question

L'éducation est un pilier du plan du gouvernement français pour soutenir l'égalité des chances.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

La discrimination positive fait partie des mesures qui améliore l'égalité des situations.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

Qu'est-ce que la discrimination positive ?

Montrer la réponse

Réponse

C'est une mesure ou politique qui vise à traiter certains groupes de manières préférentiels, dans le but d'établir plus d'égalité des chances.

Montrer la question

Question

Les politiques de discrimination positive font l'objet de nombreux débats et controverses en France.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

Les _____ ont été créées en 1981 pour financer davantage les programmes d'éducation dans les zones défavorisées. 

Montrer la réponse

Réponse

Zones d'Éducation Prioritaire 

Montrer la question

Question

Le principe de "à travail égal, salaire égal" a été créé pour améliorer la _____.

Montrer la réponse

Réponse

parité homme-femme

Montrer la question

Question

Aux États-Unis, jusqu'en 1954, les écoles faisaient l'objet de séparations physiques des élèves selon des critères raciaux.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

Question

La redistribution des revenus vise à favoriser la stabilité et les possibilités économiques des populations défavorisées.

Montrer la réponse

Réponse

Vrai

Montrer la question

AUTRES THÈMES LIÉS Justice sociale
60%

des utilisateurs ne réussissent pas le test de Justice sociale ! Réussirez-vous le test ?

lancer le quiz

Complète tes cours avec des thèmes et sous-thèmes disponibles pour chaque matière!

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !