Fatigue à faible nombre de cycles

Explore le monde fascinant de la fatigue oligocyclique dans le cadre plus large de l'ingénierie. Cet article complet se penche sur sa définition, discute des faits essentiels et répond aux questions fréquemment posées, offrant ainsi une compréhension succincte du sujet. Apprends des exemples concrets, calcule la fatigue oligocyclique et découvre les différences entre la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique. Les sections finales se concentrent sur la façon d'effectuer un test de fatigue oligocyclique, avec des idées approfondies sur les étapes, l'interprétation des résultats et l'importance de ces tests. Parfaite pour les étudiants et les professionnels, cette ressource démystifie les complexités associées à la fatigue oligocyclique.

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Fatigue à faible nombre de cycles Fatigue à faible nombre de cycles

Crée des supports d'apprentissage sur Fatigue à faible nombre de cycles avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Comprendre la fatigue oligocyclique

    Avant de commencer ton passionnant voyage dans le monde des principes d'ingénierie, il est fondamental de te familiariser avec certains concepts. Parmi les nombreux sujets importants, il y a le phénomène de la "fatigue oligocyclique" (LCF).

    La fatigue oligocyclique est une façon de caractériser le comportement des matériaux lorsqu'ils sont soumis à des charges et décharges répétées ou cycliques qui entraînent une défaillance ou une déformation souvent après un nombre relativement faible de cycles.

    La fatigue oligocyclique : Une définition essentielle

    Plongeons maintenant un peu plus profondément dans le vif du sujet.

    De manière plus détaillée, la fatigue oligocyclique ou LCF est un type de fatigue des matériaux causée par la déformation plastique, qui se produit lorsque la contrainte appliquée est plus importante que la limite élastique du matériau. Cette situation se produit généralement lorsque le matériau est confronté à un petit nombre de cycles à forte contrainte.

    Le facteur clé qui différencie la fatigue à cycle élevé (HCF) de la LCF est le "nombre de cycles" jusqu'à la rupture. La limite se situe approximativement entre \(10^3\) et \(10^4\) cycles. En dessous de cette limite, il s'agit de LCF, et au-dessus de cette limite, de HCF. L'équation suivante indique le processus : \[ \(\Delta \varepsilon = \varepsilon_a + \varepsilon_p\) \] où, - \(\Delta \varepsilon\) : Plage de déformation totale - \(\varepsilon_a\) : Plage de déformation élastique - \(\varepsilon_p\) : Plage de déformation plastique

    Faits importants sur la fatigue oligocyclique

    Voici quelques faits importants dont tu dois te souvenir à propos de la fatigue oligocyclique :
    • La fatigue oligocyclique est observée principalement dans les structures qui subissent des niveaux élevés de contraintes cycliques, comme les pistons d'un moteur ou les rotors d'une turbine.
    • Elle peut causer des dommages importants même dans des conditions de fonctionnement normales - c'est la raison pour laquelle les ingénieurs la prennent au sérieux.
    • La méthode habituelle pour modéliser le LCF consiste à utiliser des modèles de déformation et de durée de vie tels que Coffin-Manson.
    • La prévention de l'usure par frottement nécessite des analyses de contrainte diligentes, l'utilisation de matériaux appropriés et une conception soignée.

    Par exemple, les pales de turbine d'un moteur à réaction subissent une LCF. Chaque décollage, montée et atterrissage peut être considéré comme un cycle de fortes contraintes en raison de l'échauffement et du refroidissement extrêmes et des forces importantes qui agissent sur les pales. Au fil du temps, ces cycles peuvent entraîner la formation et la croissance de fissures, ce qui risque de provoquer la défaillance des pales.

    Questions fréquemment posées sur la fatigue oligocyclique

    Les élèves ont souvent des questions concernant la fatigue oligocyclique. Essayons de répondre à quelques-unes d'entre elles. 1. Quels sont les effets potentiels de la fatigue oligocyclique ?
    Dommages structurels Fissures pouvant entraîner une défaillance catastrophique du système
    Réparations et remplacements coûteux Les composants endommagés par la fatigue oligocyclique peuvent nécessiter une maintenance importante ou un remplacement, ce qui a un impact économique significatif.
    2. Comment prévenir la fatigue oligocyclique ?

    Pour prévenir la fatigue oligocyclique, il est essentiel d'utiliser des matériaux résistants à la fatigue, d'appliquer des traitements de protection, de concevoir les pièces de manière à minimiser les concentrations de contraintes et d'effectuer des inspections régulières afin de détecter tout signe précoce de fissuration.

    D'autres éclaircissements peuvent être fournis au fur et à mesure que tu t'enfonces dans ton parcours d'apprentissage des principes de l'ingénierie, en veillant à ce que chaque bloc d'information renforce ta compréhension afin d'exceller dans ton domaine.

    Analyser des exemples de fatigue à faible cycle

    Il est essentiel d'examiner des situations du monde réel pour acquérir une compréhension plus complète de la fatigue oligocyclique (LCF). La fatigue oligocyclique n'est pas confinée aux manuels scolaires, elle est présente dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne, notamment dans les applications industrielles et d'ingénierie. L'examen d'études de cas et de cas intensifs peut fournir un aperçu inestimable de ce phénomène critique.

    Étude de cas : Exemples réels de fatigue à faible cycle

    L'un des exemples les plus étudiés de fatigue oligocyclique se trouve dans les moteurs à turbine. Dans ces mécanismes, chaque phase de fonctionnement, comme le démarrage, la marche et l'arrêt, se déroule dans des conditions thermiques et mécaniques différentes, ce qui entraîne de fortes variations de contraintes qui font des moteurs à turbine un cas d'école de la fatigue oligocyclique. Un incident mémorable mettant en évidence les conséquences de la fatigue oligocyclique est la défaillance d'un moteur de Boeing 737 en 1985. La rupture s'est produite dans le disque de turbine haute pression de l'étage 1, accréditée par la LCF due à des niveaux de contrainte opérationnelle élevés et à des propriétés matérielles incohérentes.

    La fréquence des contraintes cycliques dans les moteurs d'aviation, associée à l'ampleur des charges appliquées, les place directement sur le territoire de la fatigue oligocyclique.

    Une autre situation se présente dans les grandes structures telles que les ponts. La défaillance catastrophique du pont de la baie de San Francisco en 1989 est liée à la fatigue. Bien que ces structures colossales ne subissent pas la fatigue oligocyclique dans tous leurs composants, les sections critiques telles que les joints et les bases supportent le plus gros des charges variables et des vibrations et peuvent subir une fatigue oligocyclique.

    Exemples courants de fatigue oligocyclique

    Plusieurs cas courants démontrent la fatigue oligocyclique dans le monde qui nous entoure. Rappelons que la fatigue oligocyclique se rencontre le plus souvent dans des situations impliquant des machines lourdes et des infrastructures soumises à de fortes contraintes. Les moteurs automobiles modernes connaissent la fatigue oligocyclique, en particulier les composants tels que le vilebrequin et les bielles qui sont soumis à des contraintes considérables pendant les accélérations et les décélérations. Un autre exemple se trouve dans les centrales nucléaires. Les systèmes de tuyauterie à l'intérieur de ces installations sont soumis à des fluctuations de température périodiques, ce qui entraîne des contraintes thermiques qui conduisent à la LCF.

    Les voies ferrées, au fil du temps, peuvent accumuler des dommages LCF en raison de la variation continue de la contrainte due au passage des trains, en particulier si la charge dépasse les spécifications de conception.

    Les récipients sous pression utilisés dans les processus industriels peuvent également être victimes de la LCF en raison des changements de pression et des fluctuations de température inhérents à leur fonctionnement.

    Exemples de fatigue oligocyclique en action

    La meilleure façon d'appréhender le concept de fatigue oligocyclique est de le comprendre en action. Prenons le cas simple d'un trombone. Essaie de le plier d'avant en arrière à plusieurs reprises ; il finit par se casser après quelques cycles plutôt qu'un grand nombre - un exemple parfait de fatigue oligocyclique. Dans l'industrie du transport maritime, les coques des navires subissent souvent des vagues, ce qui entraîne des contraintes variables qui peuvent provoquer une fatigue oligocyclique.

    Une illustration pratique provient des éoliennes offshore, où les composants tels que les pales du rotor subissent des charges de vent variables. Simultanément, la structure de la tour subit des contraintes importantes dues au vent et à l'agitation de l'océan, ce qui entraîne une fatigue oligocyclique.

    Ces exemples soulignent l'impact profond de la fatigue oligocyclique et la nécessité de faire preuve de diligence dans la sélection des matériaux, la conception et l'entretien de nos infrastructures et de nos machines.

    Réalisation d'un essai de fatigue oligocyclique

    Certaines applications techniques exigent une compréhension détaillée du comportement des matériaux en cas de fatigue sous l'effet de contraintes cycliques. Le test de fatigue oligocyclique (LCF) répond précisément à cette nécessité.

    Étapes à suivre pour effectuer un essai de fatigue oligocyclique

    Les essais de fatigue oligocyclique sont réalisés à l'aide d'un équipement spécialisé capable d'appliquer des déformations ou des contraintes cycliques contrôlées d'une amplitude constante. Ils permettent de suivre les variations de contrainte associées afin d'établir une corrélation entre les déformations et les contraintes subies au cours de la durée de vie de l'échantillon. La mise en œuvre d'un essai de fatigue à bas cycle comporte plusieurs étapes, qui peuvent être résumées de la manière suivante :
    1. Premièrement, sélectionner la machine d'essai appropriée capable non seulement de fournir une charge cyclique contrôlée, mais aussi de garantir que les données capturées sont précises et fiables.
    2. Deuxièmement, préparer l'échantillon pour le test. En général, les tests LCF utilisent des échantillons standardisés en "os de chien" avec une section transversale uniforme sur la longueur de la jauge afin d'annuler les concentrations de contraintes et d'assurer une distribution uniforme des contraintes.
    3. Choisis les paramètres de test souhaités. Il s'agit notamment de la plage de déformation, de la fréquence du cycle d'essai, de la température d'essai, etc. La relation contrainte-déformation est la clé qui permet de déterminer le nombre de cycles jusqu'à la rupture.
    4. Soumettre l'échantillon d'essai à une charge cyclique et à un contrôle de la déformation. Obtenir des données sur la force et la déformation tout au long du test.
    5. Enfin, effectue le test jusqu'au point de rupture du spécimen et enregistre le nombre total de cycles qu'il a fallu pour atteindre ce point.
    Ces étapes doivent être conçues et réalisées avec soin, car les résultats ont des implications significatives sur la sélection des matériaux et les considérations de conception pour les applications d'ingénierie.

    Comprendre les résultats d'un essai de fatigue oligocyclique

    Les résultats d'un essai de fatigue oligocyclique fournissent des informations cruciales sur la capacité d'un matériau à résister à des niveaux de contrainte cyclique et sur sa durabilité. On peut généralement interpréter les résultats à l'aide d'une courbe de durée de vie en fatigue ou d'une courbe S-N, où "S" signifie la contrainte et "N" représente le nombre de cycles. La courbe S-N représente l'amplitude de la contrainte appliquée (S) en fonction du nombre de cycles jusqu'à la rupture (N) sur une échelle logarithmique. Elle permet d'identifier la limite d'endurance, c'est-à-dire le niveau de contrainte maximal que le matériau peut supporter indéfiniment sans défaillance. Pour la fatigue oligocyclique, ce tracé est souvent appelé courbe déformation-vie dans laquelle la déformation apparaît sur l'axe des ordonnées et le nombre de cycles sur l'axe des abscisses. La courbe présente généralement une pente descendante, ce qui indique que des amplitudes de déformation croissantes correspondent à une défaillance après moins de cycles. Les données des tests LCF sont souvent utilisées pour déterminer les propriétés de fatigue du matériau, ce qui conduit à la célèbre équation de Coffin-Manson : \[ \varepsilon_a = \varepsilon_f ' (2N_f)^b + \varepsilon_pl' \] où, - \(\varepsilon_a\) : amplitude de la déformation - \(\varepsilon_f '\) : coefficient de ductilité à la fatigue - \N(N_f\N) : nombre de cycles jusqu'à la rupture - \N(b\N) : exposant de ductilité à la fatigue - \N(\Nvarepsilon_pl'\N) : amplitude de déformation plastique Coffin-Manson est largement utilisé car il permet de relier avec succès l'amplitude de déformation à la durée de vie en fatigue dans des conditions de fatigue à faible cycle.

    L'importance des tests de fatigue oligocyclique

    Les essais de fatigue oligocyclique sont essentiels dans plusieurs domaines de l'ingénierie et de la recherche. Il joue un rôle important dans les composants et les structures qui sont soumis à des contraintes élevées sous un nombre de cycles relativement faible. De la sélection des matériaux à l'analyse des contraintes et à l'évaluation des risques dans le processus de conception et de fabrication, les essais LCF occupent une position critique. Voici quelques domaines dans lesquels les essais LCF s'avèrent indispensables :
    • Il offre une fenêtre sur le comportement à la fatigue des matériaux et leur limite d'endurance.
    • Les nouveaux matériaux et composites peuvent être évalués pour leur application potentielle dans des environnements soumis à des contraintes élevées.
    • Aide à détecter et à prédire les éventuelles régions de défaillance structurelle dues à des contraintes cycliques.
    • Contribue à l'évaluation des risques et à la gestion des catastrophes en comprenant et en quantifiant la fiabilité et la durabilité des matériaux.
    • Il permet d'établir des calendriers d'entretien préventif et des directives de sécurité afin de prolonger la durée de vie utile et d'assurer un fonctionnement sûr.
    Essentiellement, les tests de fatigue oligocyclique mettent en lumière le comportement des matériaux soumis à des contraintes cycliques, ce qui permet de prendre des décisions éclairées concernant le choix des matériaux, les stratégies de conception et les calendriers d'entretien. Comprendre la pertinence des tests de fatigue oligocyclique peut aider à construire des systèmes d'ingénierie robustes, fiables et sûrs.

    Calculer la fatigue oligocyclique

    Dans le domaine de la science et de l'ingénierie des matériaux, il est essentiel de comprendre comment les matériaux réagissent aux contraintes cycliques. La fatigue oligocyclique (LCF) caractérise le comportement des matériaux soumis à des contraintes élevées qui entraînent une défaillance en moins de cycles. Pour calculer la fatigue oligocyclique, il faut comprendre la relation déformation-contrainte et le comportement à la fatigue des matériaux soumis à des charges cycliques.

    Un guide simple pour le calcul de la fatigue oligocyclique

    Le calcul de la fatigue oligocyclique repose généralement sur la méthode de la durée de vie, marquée par la relation Coffin-Manson, considérée comme le principe fondamental du calcul de la LCF. Cette relation relie la plage de déformation à la durée de vie dans des conditions de fatigue oligocyclique. La relation de Coffin-Manson est donnée par : \[ \varepsilon_a = \varepsilon_f ' (2N_f)^b + \varepsilon_pl' \] où - \(\varepsilon_a\) se réfère à l'amplitude de déformation - \(\varepsilon_f'\) représente le coefficient de ductilité à la fatigue -. \(N_f\) est le nombre de cycles jusqu'à la rupture - \(b\) est l'exposant de ductilité à la fatigue - \(\varepsilon_pl'\) est l'amplitude de la déformation plastique Cette équation permet d'estimer le nombre de cycles jusqu'à la rupture (\(N_f\)), où \(\varepsilon_f'\) et \(b\) sont des constantes matérielles obtenues à partir d'essais de fatigue. En mesurant la réponse à la déformation cyclique d'un matériau et en calculant l'amplitude de la déformation pour chaque cycle, on peut prédire la durée de vie en fatigue de ce matériau. Un élément essentiel du calcul de la fatigue oligocyclique est la courbe S-N, qui représente la contrainte (S) en fonction du nombre de cycles jusqu'à la rupture (N). Également connue sous le nom de courbe de Wöhler, elle représente graphiquement la contrainte cyclique en fonction de la durée de vie en fatigue. Une courbe S-N peut résumer efficacement les données sur la fatigue et aide à l'analyse de la fatigue oligocyclique.

    Conseils pour des calculs précis de la fatigue oligocyclique

    Pour des calculs de fatigue oligocyclique précis et efficaces, considère les conseils suivants :
    1. Choisis la méthode appropriée : Il est vital de choisir la bonne méthode pour prédire la durée de vie en fatigue en fonction de la nature de la charge (fatigue à cycle élevé ou fatigue à cycle faible) et des propriétés du matériau.
    2. Effectuer des tests adéquats : Les constantes des matériaux utilisées dans les calculs de LCF sont obtenues à partir d'essais de fatigue. Veille à ce que les résultats des tests soient fiables et précis.
    3. Analyse des données : L'analyse des données de fatigue fait appel à des méthodes statistiques et à des distributions de probabilité. La compréhension de ces méthodes peut aider à repérer les incertitudes et à améliorer la précision des prédictions.
    4. Tenir compte des conditions de test : Les facteurs environnementaux tels que la température et le taux de chargement peuvent affecter de manière significative la durée de vie de la fatigue, et ces facteurs doivent être reflétés dans tes calculs.
    5. Comprendre les effets de la contrainte moyenne : Le stress moyen peut affecter de manière significative la durée de vie en fatigue. Prends en compte ces effets à l'aide de modèles/facteurs de correction appropriés (comme Goodman, Soderberg, etc.).

    Comprendre l'importance du calcul de la fatigue à faible cycle

    Les calculs de fatigue à faible cycle sont extrêmement importants pour évaluer les performances et le cycle de vie des matériaux dans les applications soumises à des contraintes considérables sur un nombre de cycles relativement faible. Voici quelques raisons essentielles :
    • Prévision de la durée de vie à la fatigue : Les calculs LCF nous permettent d'estimer le nombre approximatif de cycles auxquels un matériau peut survivre avant de subir une défaillance due à la fatigue. Cela permet de prévoir la durabilité d'un composant.
    • Optimisation de la conception : Les ingénieurs concepteurs peuvent utiliser les données LCF pour choisir les matériaux en connaissance de cause, optimiser les conceptions pour un cycle de vie maximal ou incorporer des facteurs de sécurité dans les conceptions.
    • Évaluation de la sécurité : En particulier dans les structures et les infrastructures critiques, il est crucial pour la sécurité publique de prévoir et d'éviter les défaillances dues à la fatigue. Les calculs LCF jouent un rôle important dans cette évaluation de la sécurité.
    • Maintenance préventive : Les calculs LCF peuvent guider les programmes d'entretien des structures et de l'équipement, en remplaçant les composants susceptibles de tomber en panne avant qu'ils ne le fassent de manière critique.
    • Réduction des coûts : En prévoyant la durée de vie de la fatigue des matériaux, les entreprises peuvent minimiser les temps d'arrêt, les coûts de remplacement et les urgences, ce qui permet de réaliser des économies substantielles.
    Par conséquent, les calculs de fatigue oligocyclique constituent une facette clé de la science et de l'ingénierie des matériaux, étendant son influence sur la création de composants et de systèmes sûrs, efficaces et fiables.

    Fatigue oligocyclique et fatigue oligocyclique

    Il est essentiel de comprendre les mécanismes de la fatigue, qui est l'une des principales causes de défaillance structurelle dans les applications techniques. La fatigue peut être classée en deux catégories : la fatigue à faible cycle (LCF) et la fatigue à cycle élevé (HCF), en fonction du nombre de cycles nécessaires à la rupture sous l'effet d'une contrainte appliquée. Bien que ces deux formes reflètent la fatigue, leur mécanisme comportemental et leur impact divergent considérablement.

    Comparaison entre la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique

    La fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique représentent deux régions différentes sur la courbe S-N ou la courbe de Wöhler d'un matériau (contrainte en fonction du nombre de cycles jusqu'à la rupture). La ligne de démarcation séparant la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique ne se situe pas nécessairement en un point rigide et peut changer en fonction du matériau ou des conditions de chargement. Pour donner un aperçu, la fatigue oligocyclique se produit dans des conditions de contraintes élevées, où le matériau est soumis à une déformation plastique conduisant à une défaillance en un nombre relativement faible de cycles (généralement entre \(10^3\) et \(10^4\) cycles). Dans le régime de fatigue à cycle élevé, les niveaux de contrainte appliqués restent inférieurs à la limite d'élasticité du matériau, ce qui entraîne une déformation essentiellement élastique et une défaillance après \(10^6\) à \(10^7\) cycles. Les principaux domaines de comparaison sont les suivants :
    • LCF traite de la déformation plastique et de l'écrouissage qui s'ensuit, ce qui conduit finalement à un comportement cyclique sévère de durcissement ou d'adoucissement. HCF traite principalement de la déformation élastique avec une déformation plastique mineure dans les zones de concentration des contraintes.
    • L'équation de Coffin-Manson représente la LCF, où l'amplitude totale de la déformation est fonction de la somme des déformations plastiques et élastiques. En revanche, le HCF est généralement illustré par la loi de Basquin, qui assimile l'amplitude de la contrainte au nombre de cycles jusqu'à la rupture.
    • Les dommages LCF se manifestent notamment sous la forme d'une amorce de fissure et d'une croissance rapide, la rupture finale se produisant dans un temps relativement court. Quant aux dommages HCF, ils consistent en une période importante d'initiation des fissures, une période de croissance abondante des microfissures, suivie d'une rupture finale rapide.
    • La température a un impact plus direct sur le LCF : des températures plus élevées peuvent réduire la résistance du matériau à la déformation plastique, ce qui entraîne une rupture plus rapide par fatigue. Bien que le HCF ne soit pas à l'abri des effets de la température, l'influence la plus prononcée s'exerce sur le LCF en raison de l'importante déformation plastique qu'il subit.
    • L'influence de la contrainte moyenne est plus profonde dans le HCF que dans le LCF.

    Principales différences entre la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique

    Bien que la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique soient toutes deux liées à la rupture par fatigue, les mécanismes sous-jacents, les influences et les conditions de fonctionnement diffèrent considérablement. Il est essentiel de comprendre ces différences lors du choix des matériaux et de la conception des protocoles de sécurité pour les applications industrielles.
    Fatigue oligocyclique (LCF) Fatigue à cycle élevé (HCF)
    Fonctionne sous une contrainte élevée, induisant une déformation plastique Se produit sous faible contrainte, induisant une déformation principalement élastique.
    La défaillance se produit généralement dans un délai de \(10^3\) à \(10^4\) cycles. La rupture se produit généralement après \(10^6\) à \(10^7\) cycles
    Décrit par l'équation de Coffin-Manson Représentée par la loi de Basquin
    Fortement influencé par la température Influence relativement moindre de la température
    La contrainte moyenne a une influence moindre La contrainte moyenne a une plus grande influence

    Quand utiliser l'analyse de fatigue oligocyclique ou l'analyse de fatigue oligocyclique ?

    Le choix entre l'analyse de fatigue oligocyclique et l'analyse de fatigue oligocyclique est déterminé par la nature de la charge appliquée et le cycle de vie prévu du composant ou de la structure.
    1. Si la charge appliquée est susceptible d'induire une contrainte élevée conduisant à une déformation plastique, ou si l'on s'attend à ce que le composant tombe en panne en quelques milliers de cycles sous un niveau de contrainte opérationnel, l'analyse LCF devient cruciale. Par exemple, les pales de turbine, les systèmes de tuyauterie dans les centrales électriques, les pièces mécaniques fortement sollicitées font partie de ces applications.
    2. En revanche, si les niveaux de contrainte opérationnelle sont considérablement inférieurs à la limite d'élasticité du matériau et que le cycle de vie du composant est censé s'étendre sur des millions de cycles, l'analyse HCF devient le choix approprié. Par exemple, les suspensions automobiles, le fuselage des avions et les disques des turbines à gaz sont des candidats idéaux pour l'analyse HCF.
    En fait, il est fondamental d'adapter la stratégie d'analyse de la fatigue aux conditions de fonctionnement de l'application ciblée et au comportement attendu sous charge cyclique. Lorsqu'elle est effectuée de manière appropriée, l'analyse LCF ou HCF peut améliorer de manière significative la fiabilité, l'efficacité et la sécurité des composants et des systèmes techniques.

    Fatigue oligocyclique - Principaux enseignements

    • La fatigue oligocyclique (LCF) est un phénomène qui se produit principalement dans les applications techniques et industrielles.
    • Les moteurs à turbine, les structures telles que les ponts, les composants des moteurs automobiles et des centrales nucléaires sont autant d'exemples de fatigue oligocyclique.
    • Un test de fatigue oligocyclique, réalisé à l'aide d'un équipement spécialisé, donne un aperçu de la capacité d'un matériau à supporter des contraintes cycliques et de sa robustesse. Le test comprend la sélection de la machine d'essai appropriée, la préparation de l'échantillon, le choix des paramètres d'essai et la soumission du spécimen à une charge cyclique.
    • Les calculs de fatigue oligocyclique sont utilisés pour prédire la durée de vie des matériaux soumis à des charges cycliques, en utilisant souvent la relation de Coffin-Manson pour relier la plage de déformation à la durée de vie en fatigue. Des calculs précis de la fatigue oligocyclique s'avèrent utiles pour prévoir la durabilité d'un composant, optimiser les conceptions et informer les programmes de maintenance préventive.
    • Si l'on compare la fatigue oligocyclique et la fatigue oligocyclique, la fatigue oligocyclique se produit dans des conditions de contraintes élevées qui entraînent une défaillance en moins de cycles, tandis que la fatigue oligocyclique implique des niveaux de contraintes plus faibles sur un plus grand nombre de cycles.
    Fatigue à faible nombre de cycles Fatigue à faible nombre de cycles
    Apprends avec 15 fiches de Fatigue à faible nombre de cycles dans l'application gratuite StudySmarter

    Nous avons 14,000 fiches sur les paysages dynamiques.

    S'inscrire avec un e-mail

    Tu as déjà un compte ? Connecte-toi

    Questions fréquemment posées en Fatigue à faible nombre de cycles
    Qu'est-ce que la fatigue à faible nombre de cycles ?
    La fatigue à faible nombre de cycles (FNC) est le phénomène de fissuration ou de rupture des matériaux sous des charges répétées de forte amplitude pendant un nombre limité de cycles.
    Quels matériaux sont affectés par la fatigue à faible nombre de cycles ?
    Les matériaux métalliques et les composites peuvent être affectés par la fatigue à faible nombre de cycles, surtout dans les applications aéronautiques et automobiles.
    Comment détecter la fatigue à faible nombre de cycles ?
    La fatigue à faible nombre de cycles est détectée par des inspections périodiques et des tests non destructifs comme l'inspection par ultrasons et la radiographie.
    Quels sont les facteurs influençant la fatigue à faible nombre de cycles ?
    Les principaux facteurs sont l'amplitude de la charge, la fréquence des cycles, la température, et les conditions de surface du matériau.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Qu'est-ce que la relation Coffin-Manson dans le calcul de la fatigue oligocyclique ?

    Comment la courbe S-N est-elle prise en compte dans les calculs de fatigue oligocyclique ?

    Quelles sont les principales applications des calculs de fatigue à faible cycle ?

    Suivant

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Ingénierie

    • Temps de lecture: 25 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner