|
|
Psychologie humaniste

Tu as peut-être rencontré la philosophie de l'humanisme dans ton éducation, que ce soit dans les domaines de l'histoire, de l'art ou de la philosophie. Tout au long de l'histoire et à travers les domaines, ce principe a eu de nombreuses applications. Et tu as sans doute déjà appris les bases de la psychologie. Mais qu'est-ce que la psychologie humaniste au juste ?

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Psychologie humaniste

Want to get better grades?

Nope, I’m not ready yet

Get free, full access to:

  • Flashcards
  • Notes
  • Explanations
  • Study Planner
  • Textbook solutions
Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Tu as peut-être rencontré la philosophie de l'humanisme dans ton éducation, que ce soit dans les domaines de l'histoire, de l'art ou de la philosophie. Tout au long de l'histoire et à travers les domaines, ce principe a eu de nombreuses applications. Et tu as sans doute déjà appris les bases de la psychologie. Mais qu'est-ce que la psychologie humaniste au juste ?

  • Tout d'abord, nous examinerons l'origine de la psychologie humaniste.
  • Ensuite, nous explorerons l'approche humaniste de la psychologie.
  • Puis, plonge dans la psychologie humaniste d'Abraham Maslow.
  • Par la suite, nous examinerons un exemple de psychologie humaniste.
  • Enfin, nous examinerons quelques problèmes liés à l'approche de la psychologie humaniste.

Origine de la psychologie humaniste

Quelle est l'origine de la psychologie humaniste ?

Au début du 20e siècle, le béhaviorisme avait le vent en poupe. La perspective béhavioriste affirme que le comportement est l'approche scientifique liée aux processus mentaux. C'était le seul domaine dont s'occupait la psychologie. Les béhavioristes ne pensaient pas que l'étude des pensées, de la mémoire, des émotions ou d'autres processus non objectifs était utile. La psychanalyse a été développée en même temps que le béhaviorisme et a étudié des phénomènes tels que les impulsions de l'inconscient.

Sigmund Freud partait du principe que certaines personnes ne comprenaient pas leurs motivations. Son approche consistait donc à aider ses patients à découvrir les pulsions cachées qui motivaient leur comportement. Dans les années 1950, les psychologues ont développé une perspective théorique qui différait du comportementalisme et de la psychanalyse.

L'humanisme est un mélange de ces forces dominantes ; son fondement est la philosophie classique et de la Renaissance qui met l'accent sur la réalisation de soi. Des mouvements philosophiques similaires en Europe, tels que les développements de la phénoménologie et de l'existentialisme, ont soutenu le développement de l'humanisme.

Laréalisation de soi est la capacité à prendre conscience de ses besoins, à assumer la responsabilité de ses choix et à se développer psychologiquement, intellectuellement et éthiquement.

Psychologie humaniste, une image de l'école d'Athènes, StudySmarterFig. 1 École d'Athènes

L'approche humaniste relie des concepts initiés au milieu du 20e siècle en réponse à deux théories - les théories psychodynamiques créées par Sigmund Freud et la théorie du comportementalisme développée par B.F. Skinner. Le mélange des deux était considéré comme la"troisième force" en psychologie.

Abraham Maslow et Clark Moustakas ont énormément contribué à faire de l'approche humaniste une discipline de la psychologie. Ils ont montré leur intérêt pour la création d'une association professionnelle qui mettait l'accent sur le développement de la psychologie humaniste, en créant une ressource professionnelle pour désigner les attributs personnels considérés comme utiles au processus de production exigé par une société post-industrielle.

En 1961, la création de l'Association américaine pour la psychologie humaniste a débuté après avoir reçu le parrainage de l'Université Brandeis.

Les travaux deCarl Rogers sont considérés comme l'une des premières sources de psychologie humaniste ; Otto Rank l'a fortement influencé. Rogers pensait que le fait de se concentrer sur les processus de développement conduirait ses clients à une personnalité plus saine et plus créative ; il a créé une "tendance à l'actualisation", qui a conduit Abraham Maslow à faire des recherches sur l'accomplissement de soi et à introduire la psychologie humaniste positive.

En outre, les travaux de Rogers ont également mis l'accent sur l'estime de soi et le regard positif inconditionnel.

Leregard positif incon ditionnel est le besoin d'être accepté par les autres, quelle que soit l'image que nous avons de nous-mêmes ou de ce que nous faisons.

Pour Rogers, le malheur et l'insatisfaction résultent d'un conflit entre le concept de soi (l'idée que l'on se fait de soi-même) et le moi idéal (l'idée de ce que l'on aimerait être). L'incongruence est le contraste entre notre moi réel et notre moi idéal.

Lorsqu'un individu est en congruence, le concept de soi s'aligne sur le moi idéal. Cependant, il n'est pas courant d'être toujours en unité. C'est pourquoi la plupart des individus connaîtront un certain niveau d'incongruence. Selon Rogers, l'union de notre moi réel et de notre moi idéal est une étape essentielle pour devenir un individu qui fonctionne pleinement (accomplissement de soi).

Approche humaniste de la psychologie

La psychologie humaniste part du principe que chacun est unique et a son propre point de vue sur le monde. Elle estime que les êtres humains sont bons dans l'âme et capables de faire les bons choix.

L'humanisme souligne que le fait d'embrasser ton vrai moi te conduit à une vie épanouie. La perspective de la psychologie humaniste insiste sur le fait que les approches comportementales et psychodynamiques sont réductionnistes et déterministes. Ses résultats ne peuvent pas expliquer la complexité holistique (le holisme s'attache à comprendre tous les aspects de l'expérience et de l'interaction humaines) du comportement humain.

Principes de base de la psychologie humaniste

Revendiqués parJames Bugental en 1964 et adaptés plus tard par Tom Greening. Cinq principes fondamentaux définissent l'approche humaniste en psychologie (Association for Humanistic Psychology, 2006)1:

  • Les êtres humains, en tant qu'humains, supplantent la somme de leurs parties. Ils ne sont pas réductibles à des composants.
  • Les êtres humains ont leur existence dans un contexte uniquement humain, ainsi que dans une écologie cosmique.
  • Les êtres humains sont conscients et ont conscience d'être conscients, c'est-à-dire qu'ils sont conscients. La conscience humaine comprend toujours une conscience de soi dans le contexte d'autres personnes.
  • Les êtres humains peuvent faire des choix et sont donc responsables.
  • Les êtres humains sont intentionnels, visent des objectifs, sont conscients qu'ils sont à l'origine d'événements futurs et recherchent le sens, la valeur et la créativité.

Abraham Maslow Psychologie humaniste

Abraham Maslow croyait fermement à l'importance d'étudier les traits de caractère et les vertus positives de l'être humain. La psychologie humaniste d'Abraham Maslow, ou humanisme, souligne que les gens sont bons au fond et qu'il est essentiel d'atteindre son plein potentiel. Sa vision humaniste de la psychologie reflétait également l'accent qu'il mettait sur l'importance individuelle et collective des gens.

En désaccord avec le béhaviorisme, qui mettait l'accent sur l'étude des animaux, et avec la psychanalyse, qui mettait l'accent sur les personnes souffrant de troubles mentaux, Maslow a cherché à remettre en question ces deux écoles de pensée en psychologie. Il pensait plutôt que pour s'appliquer à la population générale, les théories devaient s'appuyer sur des personnes ne souffrant pas de troubles mentaux.

Le fait de travailler en étroite collaboration avec d'autres psychologues humanistes comme Alfred Adler l'a aidé dans ses recherches humanistes sur l'accomplissement de soi. Cela l'a amené à publier en 1943 un essai décrivant ses idées humanistes, qui a contribué à jeter les bases de la psychologie humaniste. Son essai, intitulé "Une théorie de la motivation humaine", affirme que les êtres humains recherchent et apprécient naturellement la croissance, le développement et les normes morales, qui influencent leur comportement.

Sa théorie humaniste admet également que le développement personnel est une composante essentielle du comportement humain et que la réalisation de soi fait partie intégrante d'une société fonctionnelle.

Maslow ne considère pas le comportement comme une réponse apprise ou conditionnée, manipulée par l'environnement. Il considérait plutôt le comportement comme la recherche constante de l'excellence et du potentiel de l'humanité.

Maslow pensait également que les humains ont une hiérarchie de besoins qui les motivent. En commençant par les besoins physiologiques et de sécurité qui sont les plus importants, on passe à l'amour et à l'appartenance, puis aux besoins d'estime, jusqu'à ce que l'on atteigne l'accomplissement de soi.

Kurt Goldstein a été le premier à inventer le terme "réalisation de soi", qu'il a défini comme le désir de se réaliser pleinement.

Les besoins les plus fondamentaux sont centrés sur les besoins vitaux ou physiologiques - air, nourriture, eau et abri, par exemple.

Lorsque l'on monte dans la hiérarchie, ces besoins deviennent centrés sur l'estime et la réalisation de soi. La réalisation de soi peut être un accomplissement rare, mais elle offre la possibilité d'une véritable conscience de soi et d'une relation honnête avec les réalités d'un monde imparfait.

Exemple de psychologie humaniste

Les opinions et les idées humanistes ne sont pas restées une simple théorie en psychologie ; on peut trouver un exemple de psychologie humaniste dans de nombreux domaines, tels que la thérapie et l'éducation. Voici quelques exemples de psychologie humaniste dans la pratique.

Selon Maslow2, le"but ultime de toute thérapie" (Abraham Maslow, Motivation and Personality, 1970) est d'aider un client à passer des besoins fondamentaux à l'accomplissement de soi.

Psychologie humaniste, illustration d'un homme assis sur une table qui prend des notes pendant que l'autre réfléchit, StudySmarterFig. 2 L'approche centrée sur le client est généralement mise en œuvre dans un cadre similaire à celui des thérapies par la parole habituelles.

En outre, Maslow a conceptualisé un principe humaniste en psychothérapie, qui comprend les éléments suivants :

  • La responsabilité de ses actes.
  • Reconnaître le point de vue des autres.
  • Vivre le moment présent et adopter un état d'esprit qui le met en valeur.
  • La pratique consistant à permettre à ses émotions d'être ressenties et reconnues comme faisant partie de la vie humaine plutôt que d'essayer de les supprimer.
  • Les personnes qui vivent selon la morale humaniste veulent toutes vivre des expériences qui les aident à grandir.

Un autre contributeur essentiel à la psychothérapie humaniste est Carl Rogers, qui a été le premier à conceptualiser une relation de travail humaniste entre le client et le thérapeute. Il a développé l'approche humaniste centrée sur le client, dans laquelle il décrit le rôle du thérapeute comme un facilitateur. En tant que facilitateur, le thérapeute montre activement au client comment il peut effectuer des changements significatifs. Cependant, le client sera toujours la personne la plus puissante dans sa vie, et le thérapeute ne peut que le reconnaître et le soutenir.

L'approche humaniste de l'éducation est également connue sous le nom d'éducation affective. L'éducation humaniste prend également en compte le côté affectif (par exemple, les émotions et les intérêts) de l'apprentissage.

Selon Maslow, l'apprentissage ne se fait pas seulement en classe, mais tout au long de la vie. L'apprentissage est un processus continu qui entraîne des changements dans la façon dont tu te vois, dont tu te sens, dont tu agis et dont tu es en relation avec ton environnement.

Les concepts de l'éducation humaniste sont les suivants :

  • Chaque personne est responsable de son apprentissage et de sa croissance en tant qu'individu.
  • La prise en compte et le renforcement de l'importance du désir d'affection et de l'estime de soi d'une personne.
  • Le rôle de l'enseignant en tant qu'organisateur principal dans une classe ouverte.
  • Encourager l'apprentissage collaboratif, comme le travail en groupe et l'apprentissage interactif entre les élèves.

Une classe ouverte est un cadre d'apprentissage dans lequel les enseignants jouent un rôle de facilitateur (centré sur l'élève) plutôt qu'un rôle autoritaire (centré sur l'enseignant). Dans une classe ouverte, les élèves sont responsables de leur apprentissage, ils ont accès à diverses ressources pédagogiques et sont libres de se déplacer dans la classe. En outre, les élèves peuvent choisir de travailler de façon indépendante ou en groupe.

Voici des exemples d'activités mises en œuvre et examinées en permanence par les districts scolaires dans le cadre de programmes conçus pour appliquer la hiérarchie des besoins de Maslow afin d'améliorer l'environnement d'apprentissage et les résultats de leurs écoles.

  • Besoinsphysiologiques : repas gratuits
  • Besoins desécurité : exercices d'urgence et autres mesures de sécurité
  • Besoinsd'amour et d'appartenance : ateliers et séances de thérapie
  • Estime et réalisation de soi : participation à des spectacles et à des activités spéciales et appréciation des réalisations des élèves par le biais de récompenses et de reconnaissance.

Problèmes liés à la psychologie humaniste

Même avec les applications significatives des approches humanistes dans différents secteurs et la reconnaissance dans le domaine de la psychologie, il y a aussi plusieurs problèmes avec la psychologie humaniste.

Voici quelques problèmes liés à la psychologie humaniste soulevés par les critiques :

  • Le terme "humaniste" a eu différentes significations depuis la Renaissance. Il n'y a pas de consensus sur ce que l'on entend exactement par ce terme, car il existe d'autres approches qui peuvent également passer pour humanistes, ce qui provoque des contradictions au sein de la psychologie humaniste. B. F. Skinner a reçu en 1972 le prix de l'humaniste de l'année décerné par l'American Humanist Association, un exemple de cette contradiction au sein de l'école de pensée.
  • Les critiques affirment également que la psychologie humaniste est simpliste. Comme le souligne Rollo May3 (1982), cet argument s'appuie notamment sur le fait que la vision humaniste ne parvient pas à discuter correctement du mal en raison de l'accent qu'elle met sur les bonnes qualités des personnes.
  • L'exigence de pertinence de la psychologie humaniste dans ses études peut avoir un impact négatif sur le processus de découverte scientifique. Les critiques ont noté que des études du passé ont jeté les bases de recherches révolutionnaires plus récentes, bien qu'elles ne soient peut-être pas pertinentes selon l'approche humaniste.
  • En raison de la place centrale qu'occupe le libre arbitre dans la psychologie humaniste, ses praticiens risquent de fournir une analyse superficielle qui entrave les recherches scientifiques. En mettant l'accent sur le libre arbitre, on risque de passer à côté de résultats valables, mais inaperçus, qui permettraient d'approfondir la compréhension de phénomènes complexes.
  • Des béhavioristes comme Skinner ont affirmé que la psychologie humaniste n'est pas scientifique parce qu'elle fait appel à l'introspection. En outre, certains acteurs du domaine de la psychologie pensent que l'approche humaniste était une tentative d'éloigner la psychologie de la recherche empirique menée par les psychologues expérimentaux.

Psychologie humaniste - Points clés

  • La psychologie humaniste, ou humanisme, est la "troisième force" de la psychologie, dont les fondements reposent sur la philosophie classique et la philosophie de la Renaissance, qui mettent l'accent sur la réalisation de soi.

  • L'approche humaniste de la psychologie considère que chacun est unique et a son propre point de vue sur le monde. Elle estime également que les êtres humains sont intrinsèquement bons et capables de prendre des décisions judicieuses.

  • Abraham Maslow a créé une hiérarchie des besoins qui, selon lui, motive les gens, en commençant par les besoins fondamentaux de survie et en progressant vers l'accomplissement de soi.

  • Un exemple de la psychologie humaniste en pratique est l'éducation, qui met l'accent sur la responsabilité des élèves dans leur apprentissage. Les écoles incluent également dans leurs programmes des moyens de répondre aux besoins des élèves selon la hiérarchie des besoins de Maslow, par exemple en donnant des repas gratuits (besoins physiologiques).

  • Les problèmes de la psychologie humaniste sont qu'elle est simpliste et non scientifique, comme le prétendent ses détracteurs. En outre, l'importance qu'elle accorde au libre arbitre et à la pertinence peut entraver les découvertes scientifiques.


Références

  1. Association pour la psychologie humaniste. (2006). Cinq postulats de base de la psychologie humaniste. Journal of Humanistic Psychology, 46(3), 239. doi:10.1177/002216780604600301
  2. Maslow, A. H. (1970). Motivation and personality (2e éd.). New York : Harper & Row.
  3. May, R. (1982). Le problème du mal : Une lettre ouverte à Carl Rogers. Journal of Humanistic Psychology, 22(3), 10-21.

Tu as peut-être rencontré la philosophie de l'humanisme dans ton éducation, que ce soit dans les domaines de l'histoire, de l'art ou de la philosophie. Tout au long de l'histoire et à travers les domaines, ce principe a eu de nombreuses applications. Et tu as sans doute déjà appris les bases de la psychologie. Mais qu'est-ce que la psychologie humaniste au juste ?

  • Tout d'abord, nous examinerons l'origine de la psychologie humaniste.
  • Ensuite, nous explorerons l'approche humaniste de la psychologie.
  • Puis, plonge dans la psychologie humaniste d'Abraham Maslow.
  • Par la suite, nous examinerons un exemple de psychologie humaniste.
  • Enfin, nous examinerons quelques problèmes liés à l'approche de la psychologie humaniste.

Origine de la psychologie humaniste

Quelle est l'origine de la psychologie humaniste ?

Au début du 20e siècle, le béhaviorisme avait le vent en poupe. La perspective béhavioriste affirme que le comportement est l'approche scientifique liée aux processus mentaux. C'était le seul domaine dont s'occupait la psychologie. Les béhavioristes ne pensaient pas que l'étude des pensées, de la mémoire, des émotions ou d'autres processus non objectifs était utile. La psychanalyse a été développée en même temps que le béhaviorisme et a étudié des phénomènes tels que les impulsions de l'inconscient.

Sigmund Freud partait du principe que certaines personnes ne comprenaient pas leurs motivations. Son approche consistait donc à aider ses patients à découvrir les pulsions cachées qui motivaient leur comportement. Dans les années 1950, les psychologues ont développé une perspective théorique qui différait du comportementalisme et de la psychanalyse.

L'humanisme est un mélange de ces forces dominantes ; son fondement est la philosophie classique et de la Renaissance qui met l'accent sur la réalisation de soi. Des mouvements philosophiques similaires en Europe, tels que les développements de la phénoménologie et de l'existentialisme, ont soutenu le développement de l'humanisme.

Laréalisation de soi est la capacité à prendre conscience de ses besoins, à assumer la responsabilité de ses choix et à se développer psychologiquement, intellectuellement et éthiquement.

Psychologie humaniste, une image de l'école d'Athènes, StudySmarterFig. 1 École d'Athènes

L'approche humaniste relie des concepts initiés au milieu du 20e siècle en réponse à deux théories - les théories psychodynamiques créées par Sigmund Freud et la théorie du comportementalisme développée par B.F. Skinner. Le mélange des deux était considéré comme la"troisième force" en psychologie.

Abraham Maslow et Clark Moustakas ont énormément contribué à faire de l'approche humaniste une discipline de la psychologie. Ils ont montré leur intérêt pour la création d'une association professionnelle qui mettait l'accent sur le développement de la psychologie humaniste, en créant une ressource professionnelle pour désigner les attributs personnels considérés comme utiles au processus de production exigé par une société post-industrielle.

En 1961, la création de l'Association américaine pour la psychologie humaniste a débuté après avoir reçu le parrainage de l'Université Brandeis.

Les travaux deCarl Rogers sont considérés comme l'une des premières sources de psychologie humaniste ; Otto Rank l'a fortement influencé. Rogers pensait que le fait de se concentrer sur les processus de développement conduirait ses clients à une personnalité plus saine et plus créative ; il a créé une "tendance à l'actualisation", qui a conduit Abraham Maslow à faire des recherches sur l'accomplissement de soi et à introduire la psychologie humaniste positive.

En outre, les travaux de Rogers ont également mis l'accent sur l'estime de soi et le regard positif inconditionnel.

Leregard positif incon ditionnel est le besoin d'être accepté par les autres, quelle que soit l'image que nous avons de nous-mêmes ou de ce que nous faisons.

Pour Rogers, le malheur et l'insatisfaction résultent d'un conflit entre le concept de soi (l'idée que l'on se fait de soi-même) et le moi idéal (l'idée de ce que l'on aimerait être). L'incongruence est le contraste entre notre moi réel et notre moi idéal.

Lorsqu'un individu est en congruence, le concept de soi s'aligne sur le moi idéal. Cependant, il n'est pas courant d'être toujours en unité. C'est pourquoi la plupart des individus connaîtront un certain niveau d'incongruence. Selon Rogers, l'union de notre moi réel et de notre moi idéal est une étape essentielle pour devenir un individu qui fonctionne pleinement (accomplissement de soi).

Approche humaniste de la psychologie

La psychologie humaniste part du principe que chacun est unique et a son propre point de vue sur le monde. Elle estime que les êtres humains sont bons dans l'âme et capables de faire les bons choix.

L'humanisme souligne que le fait d'embrasser ton vrai moi te conduit à une vie épanouie. La perspective de la psychologie humaniste insiste sur le fait que les approches comportementales et psychodynamiques sont réductionnistes et déterministes. Ses résultats ne peuvent pas expliquer la complexité holistique (le holisme s'attache à comprendre tous les aspects de l'expérience et de l'interaction humaines) du comportement humain.

Principes de base de la psychologie humaniste

Revendiqués parJames Bugental en 1964 et adaptés plus tard par Tom Greening. Cinq principes fondamentaux définissent l'approche humaniste en psychologie (Association for Humanistic Psychology, 2006)1:

  • Les êtres humains, en tant qu'humains, supplantent la somme de leurs parties. Ils ne sont pas réductibles à des composants.
  • Les êtres humains ont leur existence dans un contexte uniquement humain, ainsi que dans une écologie cosmique.
  • Les êtres humains sont conscients et ont conscience d'être conscients, c'est-à-dire qu'ils sont conscients. La conscience humaine comprend toujours une conscience de soi dans le contexte d'autres personnes.
  • Les êtres humains peuvent faire des choix et sont donc responsables.
  • Les êtres humains sont intentionnels, visent des objectifs, sont conscients qu'ils sont à l'origine d'événements futurs et recherchent le sens, la valeur et la créativité.

Abraham Maslow Psychologie humaniste

Abraham Maslow croyait fermement à l'importance d'étudier les traits de caractère et les vertus positives de l'être humain. La psychologie humaniste d'Abraham Maslow, ou humanisme, souligne que les gens sont bons au fond et qu'il est essentiel d'atteindre son plein potentiel. Sa vision humaniste de la psychologie reflétait également l'accent qu'il mettait sur l'importance individuelle et collective des gens.

En désaccord avec le béhaviorisme, qui mettait l'accent sur l'étude des animaux, et avec la psychanalyse, qui mettait l'accent sur les personnes souffrant de troubles mentaux, Maslow a cherché à remettre en question ces deux écoles de pensée en psychologie. Il pensait plutôt que pour s'appliquer à la population générale, les théories devaient s'appuyer sur des personnes ne souffrant pas de troubles mentaux.

Le fait de travailler en étroite collaboration avec d'autres psychologues humanistes comme Alfred Adler l'a aidé dans ses recherches humanistes sur l'accomplissement de soi. Cela l'a amené à publier en 1943 un essai décrivant ses idées humanistes, qui a contribué à jeter les bases de la psychologie humaniste. Son essai, intitulé "Une théorie de la motivation humaine", affirme que les humains recherchent et valorisent naturellement la croissance, le développement et les normes morales, ce qui influence leur comportement.

Sa théorie humaniste reconnaît également que l'épanouissement personnel est une composante essentielle du comportement humain et que la réalisation de soi fait partie intégrante d'une société fonctionnelle.

Maslow ne considère pas le comportement comme une réponse apprise ou conditionnée, manipulée par l'environnement. Il considérait plutôt le comportement comme la recherche constante de l'excellence et du potentiel de l'humanité.

Maslow pensait également que les humains ont une hiérarchie de besoins qui les motivent. En commençant par les besoins physiologiques et de sécurité qui sont les plus importants, on passe à l'amour et à l'appartenance, puis aux besoins d'estime, jusqu'à ce que l'on atteigne l'accomplissement de soi.

Kurt Goldstein a été le premier à inventer le terme "réalisation de soi", qu'il a défini comme le désir de se réaliser pleinement.

Les besoins les plus fondamentaux sont centrés sur les besoins vitaux ou physiologiques - air, nourriture, eau et abri, par exemple.

Lorsque l'on monte dans la hiérarchie, ces besoins deviennent centrés sur l'estime et la réalisation de soi. La réalisation de soi peut être un accomplissement rare, mais elle offre la possibilité d'une véritable conscience de soi et d'une relation honnête avec les réalités d'un monde imparfait.

Exemple de psychologie humaniste

Les opinions et les idées humanistes ne sont pas restées une simple théorie en psychologie ; on peut trouver un exemple de psychologie humaniste dans de nombreux domaines, tels que la thérapie et l'éducation. Voici quelques exemples de psychologie humaniste dans la pratique.

Selon Maslow2, le"but ultime de toute thérapie" (Abraham Maslow, Motivation and Personality, 1970) est d'aider un client à passer des besoins fondamentaux à l'accomplissement de soi.

Psychologie humaniste, illustration d'un homme assis sur une table qui prend des notes pendant que l'autre réfléchit, StudySmarterFig. 2 L'approche centrée sur le client est généralement mise en œuvre dans un cadre similaire à celui des thérapies par la parole habituelles.

En outre, Maslow a conceptualisé un principe humaniste en psychothérapie, qui comprend les éléments suivants :

  • La responsabilité de ses actes.
  • Reconnaître le point de vue des autres.
  • Vivre le moment présent et adopter un état d'esprit qui le met en valeur.
  • La pratique consistant à permettre à ses émotions d'être ressenties et reconnues comme faisant partie de la vie humaine plutôt que d'essayer de les supprimer.
  • Les personnes qui vivent selon la morale humaniste veulent toutes vivre des expériences qui les aident à grandir.

Un autre contributeur essentiel à la psychothérapie humaniste est Carl Rogers, qui a été le premier à conceptualiser une relation de travail humaniste entre le client et le thérapeute. Il a développé l'approche humaniste centrée sur le client, dans laquelle il décrit le rôle du thérapeute comme un facilitateur. En tant que facilitateur, le thérapeute montre activement au client comment il peut effectuer des changements significatifs. Cependant, le client sera toujours la personne la plus puissante dans sa vie, et le thérapeute ne peut que le reconnaître et le soutenir.

L'approche humaniste de l'éducation est également connue sous le nom d'éducation affective. L'éducation humaniste prend également en compte le côté affectif (par exemple, les émotions et les intérêts) de l'apprentissage.

Selon Maslow, l'apprentissage ne se fait pas seulement en classe, mais tout au long de la vie. L'apprentissage est un processus continu qui entraîne des changements dans la façon dont tu te vois, dont tu te sens, dont tu agis et dont tu es en relation avec ton environnement.

Les concepts de l'éducation humaniste sont les suivants :

  • Chaque personne est responsable de son apprentissage et de sa croissance en tant qu'individu.
  • La prise en compte et le renforcement de l'importance du désir d'affection et de l'estime de soi d'une personne.
  • Le rôle de l'enseignant en tant qu'organisateur principal dans une classe ouverte.
  • Encourager l'apprentissage collaboratif, comme le travail en groupe et l'apprentissage interactif entre les élèves.

Une classe ouverte est un cadre d'apprentissage dans lequel les enseignants jouent un rôle de facilitateur (centré sur l'élève) plutôt qu'un rôle autoritaire (centré sur l'enseignant). Dans une classe ouverte, les élèves sont responsables de leur apprentissage, ils ont accès à diverses ressources pédagogiques et sont libres de se déplacer dans la classe. En outre, les élèves peuvent choisir de travailler de façon indépendante ou en groupe.

Voici des exemples d'activités mises en œuvre et examinées en permanence par les districts scolaires dans le cadre de programmes conçus pour appliquer la hiérarchie des besoins de Maslow afin d'améliorer l'environnement d'apprentissage et les résultats de leurs écoles.

  • Besoinsphysiologiques : repas gratuits
  • Besoins desécurité : exercices d'urgence et autres mesures de sécurité
  • Besoinsd'amour et d'appartenance : ateliers et séances de thérapie
  • Estime et réalisation de soi : participation à des spectacles et à des activités spéciales et appréciation des réalisations des élèves par le biais de récompenses et de reconnaissance.

Problèmes liés à la psychologie humaniste

Même avec les applications significatives des approches humanistes dans différents secteurs et la reconnaissance dans le domaine de la psychologie, il y a aussi plusieurs problèmes avec la psychologie humaniste.

Voici quelques problèmes liés à la psychologie humaniste soulevés par les critiques :

  • Le terme "humaniste" a eu différentes significations depuis la Renaissance. Il n'y a pas de consensus sur ce que l'on entend exactement par ce terme, car il existe d'autres approches qui peuvent également passer pour humanistes, ce qui provoque des contradictions au sein de la psychologie humaniste. B. F. Skinner a reçu en 1972 le prix de l'humaniste de l'année décerné par l'American Humanist Association, un exemple de cette contradiction au sein de l'école de pensée.
  • Les critiques affirment également que la psychologie humaniste est simpliste. Comme le souligne Rollo May3 (1982), cet argument s'appuie notamment sur le fait que la vision humaniste ne parvient pas à discuter correctement du mal en raison de l'accent qu'elle met sur les bonnes qualités des personnes.
  • L'exigence de pertinence de la psychologie humaniste dans ses études peut avoir un impact négatif sur le processus de découverte scientifique. Les critiques ont noté que des études du passé ont jeté les bases de recherches révolutionnaires plus récentes, bien qu'elles ne soient peut-être pas pertinentes selon l'approche humaniste.
  • En raison de la place centrale qu'occupe le libre arbitre dans la psychologie humaniste, ses praticiens risquent de fournir une analyse superficielle qui entrave les recherches scientifiques. En mettant l'accent sur le libre arbitre, on risque de passer à côté de résultats valables, mais inaperçus, qui permettraient d'approfondir la compréhension de phénomènes complexes.
  • Des béhavioristes comme Skinner ont affirmé que la psychologie humaniste n'est pas scientifique parce qu'elle fait appel à l'introspection. En outre, certains acteurs du domaine de la psychologie pensent que l'approche humaniste était une tentative d'éloigner la psychologie de la recherche empirique menée par les psychologues expérimentaux.

Psychologie humaniste - Points clés

  • La psychologie humaniste, ou humanisme, est la "troisième force" de la psychologie, dont les fondements reposent sur la philosophie classique et la philosophie de la Renaissance, qui mettent l'accent sur la réalisation de soi.

  • L'approche humaniste de la psychologie considère que chacun est unique et a son propre point de vue sur le monde. Elle estime également que les êtres humains sont intrinsèquement bons et capables de prendre des décisions judicieuses.

  • Abraham Maslow a créé une hiérarchie des besoins qui, selon lui, motive les gens, en commençant par les besoins fondamentaux de survie et en progressant vers l'accomplissement de soi.

  • Un exemple de la psychologie humaniste en pratique est l'éducation, qui met l'accent sur la responsabilité des élèves dans leur apprentissage. Les écoles incluent également dans leurs programmes des moyens de répondre aux besoins des élèves selon la hiérarchie des besoins de Maslow, par exemple en donnant des repas gratuits (besoins physiologiques).

  • Les problèmes de la psychologie humaniste sont qu'elle est simpliste et non scientifique, comme le prétendent ses détracteurs. En outre, l'importance qu'elle accorde au libre arbitre et à la pertinence peut entraver les découvertes scientifiques.


Références

  1. Association pour la psychologie humaniste. (2006). Cinq postulats de base de la psychologie humaniste. Journal of Humanistic Psychology, 46(3), 239. doi:10.1177/002216780604600301
  2. Maslow, A. H. (1970). Motivation and personality (2e éd.). New York : Harper & Row.
  3. May, R. (1982). Le problème du mal : Une lettre ouverte à Carl Rogers. Journal of Humanistic Psychology, 22(3), 10-21.

Questions fréquemment posées en Psychologie humaniste

La psychologie humaniste est une approche en psychologie qui se concentre sur l'étude de l'individu dans son intégralité. Elle soutient l'idée que les individus sont dotés d'une capacité innée à réaliser leur potentiel personnel.

La psychologie humaniste a été fondée par des psychologues comme Abraham Maslow, Carl Rogers et Rollo May dans les années 1950.

Les principaux principes de la psychologie humaniste sont l'autonomie, la dignité, le respect de la différence individuelle, l'importance de l'expérience subjective et le potentiel humain de croissance et de développement.

La psychologie humaniste diffère des autres approches en psychologie en se concentrant davantage sur le potentiel humain et sur la conception optimiste de l'être humain. Elle considère l'individu dans son ensemble et valorise son expérience subjective.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Quand l'Association américaine pour la psychologie humaniste a-t-elle été fondée ?

Qui a manifesté de l'intérêt pour la création d'une association professionnelle afin de poursuivre les recherches sur les théories humanistes ?

Quand l'Association américaine pour la psychologie humaniste a-t-elle été fondée ?

Suivant
AUTRES THÈMES LIÉS Psychologie humaniste

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !