Expérience de Milgram

À l'âge de 13 ans, Ishmael Beah est séparé de ses parents à cause de la guerre civile qui sévit dans son pays, la Sierra Leone. Après six mois d'errance dans le pays, il a été recruté par l'armée rebelle et est devenu un enfant soldat.

Expérience de Milgram Expérience de Milgram

Crée des supports d'apprentissage sur Expérience de Milgram avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères

    On sait que les enfants sont plus vulnérables que les adultes lorsqu'il s'agit de les contraindre à obéir. Mais quels sont les autres facteurs qui déterminent si un être humain adoptera ou non un comportement spécifique en réponse à un ordre ? Cela fait-il simplement partie de la nature de certaines personnes ou les circonstances déterminent-elles l'obéissance des gens ? Trouver les réponses à ces questions est un sujet majeur de la psychologie sociale.

    • Sur quoi était basée l'expérience de Milgram sur l'obéissance ?
    • Comment l'expérience de Milgram sur l'obéissance a-t-elle été mise en place ?
    • Quelle était l'hypothèse de Milgram ?
    • Quelles sont les forces et les faiblesses de l'expérience de Milgram ?
    • Quels sont les problèmes éthiques posés par l'expérience de Milgram ?

    L'expérience originale de Milgram sur l'obéissance

    Un an après le procès d'Adolf Eichmann, un officier de haut rang de l'Allemagne nazie, Stanley Milgram (1963) a mené une série d'expériences pour étudier pourquoi et dans quelle mesure les gens obéissent à l'autorité. Ladéfense juridique d'Eichmann, et celle de nombreux autres nazis poursuivis après l'holocauste, était la suivante : "Nous ne faisions qu'obéir aux ordres".

    Ces Allemands étaient-ils des gens particulièrement obéissants ou était-ce simplement dans la nature humaine de suivre les ordres d'une personne en position d'autorité ? C'est ce que Milgram a voulu découvrir dans son expérience de psychologie.

    But de l'expérience de Milgram

    Lepremier test d'obéissance de Milgram portait sur l'obéissance destructive. Il a continué à étudier de nombreuses variantes spécifiques dans ses expériences ultérieures en 1965 et s'est surtout concentré sur les influences situationnelles sur l'obéissance, telles que le lieu, les uniformes et la proximité.

    Après sa première étude, Milgram a continué à développer sa théorie de l'agence qui offre quelques explications sur les raisons pour lesquelles les gens obéissent.

    Quarante participants masculins de différents milieux professionnels de la région de Yale, dans le Connecticut, âgés de 20 à 50 ans, ont été recrutés par le biais d'une annonce dans un journal et payés 4,50 dollars par jour pour participer à une étude sur la mémoire.

    Montage de l'expérience de Milgram sur l'obéissance à l'autorité

    Lorsque les participants sont arrivés au laboratoire de Milgram à l'université de Yale, dans le Connecticut, on leur a dit qu'ils participaient à une expérience sur la punition dans l'apprentissage. Un participant individuel et un confédéré ("M. Wallace") tiraient des numéros d'un chapeau pour savoir lequel des deux endosserait le rôle d'"apprenant" ou d'"enseignant". Le tirage au sort était truqué, de sorte que le participant finissait toujours par jouer le rôle du "professeur". Une troisième personne était également impliquée : un "expérimentateur" vêtu d'une blouse de laboratoire grise, qui représentait l'autorité.


    Le participant voyait l'"apprenant" attaché à une "chaise électrique" dans la pièce voisine, et lui et l'"expérimentateur" s'asseyaient de l'autre côté d'un mur. Le participant devait exécuter une série de tâches d'apprentissage avec l'"apprenant". Chaque fois que l'"apprenant" se trompait dans une réponse, l'"expérimentateur" devait augmenter la tension d'une unité et délivrer un choc jusqu'à ce que l'"apprenant" ait accompli la tâche sans erreur.

    L'étude a été conçue de manière à ce qu'aucun choc réel ne soit administré et que l'"apprenant" ne réussisse jamais sa tâche de mémorisation. L'expérience a été conçue pour être ouverte afin que la conscience du participant détermine à elle seule le résultat de l'expérience.

    Les niveaux de tension administrés au participant étaient clairement étiquetés et allaient de 15 volts (choc léger) à 300 volts (Danger : choc sévère) et 450 volts (XXX). Ils ont été informés que les chocs seraient douloureux mais ne causeraient pas de dommages permanents aux tissus et ont reçu un échantillon de choc de 45 volts (assez faible) pour prouver que les chocs faisaient réellement mal.

    Pendant l'exécution de la procédure, l'"apprenant" fournissait des réactions standardisées. Lorsque les tensions dépassaient 300 volts, l'"apprenant" commençait à supplier le "professeur" d'arrêter, à dire qu'il voulait partir, à crier, à frapper le mur, et à 315 volts, l'"apprenant" ne réagissait plus du tout.

    Habituellement, vers 300 volts, le participant demandait à l'"expérimentateur" de le guider. Chaque fois que l'"enseignant" essayait de protester ou demandait à partir, l'"expérimentateur" renforçait les instructions à l'aide d'un script de quatre réponses en séquence, appelées "prods".

    Prod 1 : "Continuez s'il vous plaît", ou "Continuez s'il vous plaît".

    Prod 2 : "L'expérience exige que vous continuiez".

    Prod 3 : "Il est absolument essentiel que vous continuiez".

    Prod 4 : "Tu n'as pas d'autre choix, tu dois continuer".

    L'"expérimentateur" a également donné des réponses standardisées similaires lorsqu'on lui a demandé si les chocs allaient nuire au sujet. Si le sujet demandait si l'apprenant risquait de subir des blessures physiques permanentes, l'expérimentateur répondait :

    'Bien que les chocs puissent être douloureux, il n'y a pas de lésions permanentes des tissus, alors continuez s'il vous plaît'.

    Si le sujet dit que l'apprenant ne veut pas continuer, l'expérimentateur répond :

    'Que l'apprenant le veuille ou non, vous devez continuer jusqu'à ce qu'il ait appris correctement toutes les paires de mots. Alors, continuez s'il vous plaît.

    L'hypothèse de l'expérience de Milgram

    L'hypothèse de Milgram était basée sur ses observations de la Seconde Guerre mondiale. Il a émis l'hypothèse que les soldats nazis suivaient les ordres dans des situations extrêmes. Selon lui, la pression que subissaient ces personnes était si forte qu'elles obéissaient à des demandes qu'elles n'auraient pas faites en temps normal.

    Résultats de l'expérience d'obéissance de Milgram

    Au cours des essais, tous les participants sont montés jusqu'à au moins 300 volts. Cinq des participants (12,5 %) se sont arrêtés à 300 volts lorsque les premiers signes de détresse de l'apprenant sont apparus. Trente-cinq (65 %) sont allés jusqu'au niveau le plus élevé de 450 volts, un résultat que ni Milgram ni ses élèves n'avaient prévu.

    Les participants ont également montré des signes intenses de tension et de détresse, notamment des crises de rire nerveux, des gémissements, le fait de "s'enfoncer les ongles dans la chair" et des convulsions. Pour l'un des participants, l'expérience a dû être interrompue parce qu'il avait commencé à faire une crise d'épilepsie.

    Photographie d'une femme stressée. Étudier plus intelligemmentFig. 2. Serais-tu angoissé dans cette situation ?

    L'expérience de Milgram indique qu'il est normal d'obéir à des figures d'autorité légitimes, même si l'ordre va à l'encontre de notre conscience.

    Après l'étude, tous les participants ont été informés du canular et ont fait l'objet d'un débriefing, notamment en rencontrant à nouveau l'"apprenant".

    Conclusion de l'expérience de Milgram sur l'obéissance à l'autorité

    Tous les participants à l'étude ont obéi à la figure d'autorité lorsqu'on leur a demandé d'aller à l'encontre de leur meilleur jugement plutôt que de refuser de procéder. Bien qu'ils se soient heurtés à une certaine résistance, tous les participants à l'étude avaient été informés dès le départ qu'ils pouvaient mettre fin à l'expérience à tout moment. Milgram a soutenu qu'il est normal que les humains cèdent à une obéissance destructrice lorsqu'on leur met la pression.

    Ce qui était surprenant dans l'expérience de Milgram, c'était la facilité avec laquelle il était possible d'amener les gens à être destructeurs - les participants obéissaient même en l'absence de force ou de menace. Les résultats de Milgram vont à l'encontre de l'idée selon laquelle certains groupes de personnes sont plus enclins à l'obéissance que d'autres.

    Pour ton examen, on te demandera peut-être comment Milgram a mesuré le niveau d'obéissance de ses participants, et comment les variables ont été contrôlées dans le laboratoire.

    Forces et faiblesses de l'expérience de Milgram

    Tout d'abord, explorons les contributions et les aspects positifs globaux de l'expérience de Milgram.

    Points forts

    Voici quelques-uns de ses points forts :

    Opérationnalisation du comportement humain

    Passons d'abord en revue ce que signifie l'opérationnalisation.

    En psychologie, l'opérationnalisation signifie être capable de mesurer en chiffres un comportement humain invisible.

    C'est un élément majeur pour faire de la psychologie une science légitime qui peut produire des résultats objectifs. Cela permet de comparer les gens entre eux et d'effectuer des analyses statistiques ainsi que des comparaisons avec d'autres expériences similaires qui ont lieu dans d'autres endroits du monde et même dans le futur. En créant un faux appareil de choc, Milgram a pu mesurer en chiffres dans quelle mesure les humains obéiraient à l'autorité.

    Validité

    Le contrôle des variables par le biais d'aiguillons, d'un cadre unifié et d'une procédure signifie qu'il est plus probable que les résultats de l'expérience de Milgram produisent des résultats valides sur le plan interne. C'est un point fort des expériences en laboratoire en général ; en raison de l'environnement contrôlé, il est plus probable que le chercheur puisse mesurer ce qu'il a décidé de mesurer.

    Fiabilité

    Avec l'expérience du choc, Milgram a pu reproduire un résultat similaire avec quarante participants différents. Après sa première expérience, il a également testé de nombreuses variables différentes susceptibles d'influencer l'obéissance.

    Faiblesses

    L'expérience de Milgram sur l'obéissance a fait l'objet de nombreuses critiques et de nombreux débats. Examinons-en quelques exemples.

    Validité externe

    La validité externe de l'étude de Milgram sur l'obéissance fait l'objet d'un débat. Même si les conditions étaient strictement contrôlées, l'expérience en laboratoire est une situation artificielle, ce qui pourrait influer sur le comportement des participants. Orne et Holland (1968 ) pensent que les participants ont pu deviner qu'ils ne faisaient de mal à personne. On peut donc se demander si le même comportement serait observé dans la vie réelle - c'est ce que l'on appelle la validité écologique.

    Cependant, certains facteurs plaident en faveur de la validité externe de l'étude de Milgram, par exemple une expérience similaire menée dans un cadre différent. Hofling et al. (1966 ) ont mené une étude similaire à celle de Milgram, mais dans un environnement hospitalier. Des infirmières ont été chargées d'administrer par téléphone un médicament inconnu à un patient par un médecin qu'elles ne connaissaient pas. Dans cette étude, 21 infirmières sur 22 (95 %) se sont dirigées pour administrer le médicament au patient avant d'être interceptées par les chercheurs. En revanche, lorsque cette expérience a été reproduite par Rank et Jacobson (1977) en utilisant un médecin connu et un médicament connu (Valium), seules deux infirmières sur 18 (10 %) ont exécuté l'ordre.

    Le débat sur la validité interne

    La validité interne a été remise en question après que Perry (2012) a examiné les enregistrements de l'expérience et a noté que de nombreux participants ont exprimé des doutes quant à la réalité des chocs subis par l'"expérimentateur". Cela pourrait indiquer que ce qui a été montré dans l'expérience n'était pas un comportement authentique, mais plutôt l'effet d'une influence inconsciente ou consciente de la part des chercheurs.

    Échantillon biaisé

    L'échantillon était composé exclusivement d'hommes américains, il n'est donc pas certain que les mêmes résultats seraient obtenus avec d'autres groupes de sexe ou d'autres cultures. Pour étudier cette question, Burger (2009) a partiellement reproduit l'expérience originale en utilisant un échantillon mixte d'hommes et de femmes américains d'origines ethniques diverses et d'une tranche d'âge plus large. Les résultats étaient similaires à ceux de Milgram, montrant que le sexe, l'origine ethnique et l'âge ne sont peut-être pas des facteurs contribuant à l'obéissance.

    L'expérience de Milgram a été reproduite à de nombreuses reprises dans d'autres pays occidentaux et la plupart ont donné des résultats similaires. Cependant, la reproduction de l'expérience de Shanab (1987) en Jordanie a montré des différences remarquables : les élèves jordaniens étaient nettement plus enclins à obéir dans tous les domaines. Cela soulève la question de savoir s'il existe une différence entre les niveaux d'obéissance dans les différentes cultures.

    Problèmes éthiques liés à l'expérience de Milgram

    Bien que les participants aient été débriefés et que 83,7 % d'entre eux soient sortis satisfaits de l'expérience, l'expérience elle-même posait des problèmes éthiques. L'utilisation de la tromperie dans une étude signifie que les participants ne peuvent pas donner leur plein consentement car ils ne savent pas ce qu'ils acceptent.

    De plus, le fait de maintenir les participants dans une expérience contre leur gré constitue une violation de leur autonomie, mais les quatre réponses de Milgram signifiaient que les participants n'avaient pas le droit de quitter l'expérience. Il incombe au chercheur de veiller à ce que les participants ne subissent aucun préjudice, mais dans cette étude, les signes de détresse mentale sont devenus si extrêmes que les sujets ont été pris de convulsions.

    À la fin de l'expérience, les participants ont été informés de ce qui avait été mesuré. Cependant, penses-tu que les participants ont subi des dommages mentaux durables à cause de l'expérience et de ce qu'ils ont fait ?

    À l'époque où Milgram a mené son expérience sur l'obéissance, il n'existait pas de normes officielles en matière d'éthique de la recherche. Ce sont des études comme celle de Milgram et l'expérience de Zimbardo dans la prison de Stanford qui ont forcé les psychologues à mettre en place des règles d'éthique et des réglementations. Cependant, les règles d'éthique ne sont pas aussi strictes en dehors du contexte scientifique, de sorte que des répliques de l'expérience peuvent encore être réalisées à des fins de divertissement dans des émissions télévisées.

    Expérience de Milgram - Principaux enseignements

    • Milgram a étudié l'obéissance à l'autorité légitime dans son étude de 1963. Il a basé son étude sur l'obéissance des Allemands aux ordres des nazis pendant l'Holocauste et la Seconde Guerre mondiale.
    • Milgram a découvert que sous la pression d'une figure d'autorité, 65 % des gens choqueraient une autre personne avec des niveaux dangereux d'électricité. Cela indique qu'il est normal pour les humains d'obéir aux figures d'autorité.
    • Les points forts de l'expérience de Milgram sur l'obéissance sont que le laboratoire a permis de contrôler de nombreuses variables, que la validité interne était bonne et que l'expérience était fiable.
    • Les critiques de l'expérience de Milgram sur l'obéissance portent sur le fait que les résultats pourraient ne pas être applicables dans le monde réel et dans toutes les cultures.
    • Les participants n'ont pas été informés de la nature du test, ce qui fait que l'expérience est considérée comme contraire à l'éthique selon les normes d'aujourd'hui.
    Expérience de Milgram Expérience de Milgram
    Apprends avec 28 fiches de Expérience de Milgram dans l'application gratuite StudySmarter

    Nous avons 14,000 fiches sur les paysages dynamiques.

    S'inscrire avec un e-mail

    Tu as déjà un compte ? Connecte-toi

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Les recherches de Milgram se sont concentrées sur _______ les facteurs qui influencent l'obéissance.

    Dans l'expérience de Milgram, les participants se voyaient attribuer soit le rôle d'un enseignant, soit celui d'un apprenant.

    Qui était la figure d'autorité dans l'expérience de Milgram ?

    Suivant
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Expérience de Milgram

    • Temps de lecture: 15 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !