|
|
Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

Avec tes amis, tu as décidé de faire un road trip impromptu en fin de semaine, des États-Unis au Canada. À l'approche de la frontière, tu prépares ton passeport, puis tu restes assis pendant qu'une longue file de voitures devant toi attend de passer la sécurité frontalière. Il y a des clôtures, des cabines de sécurité, d'énormes drapeaux et de grands panneaux tout autour de toi. Tu ne pourrais pas manquer cette frontière politique même si tu essayais !

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Avec tes amis, tu as décidé de faire un road trip impromptu en fin de semaine, des États-Unis au Canada. À l'approche de la frontière, tu prépares ton passeport, puis tu restes assis pendant qu'une longue file de voitures devant toi attend de passer la sécurité frontalière. Il y a des clôtures, des cabines de sécurité, d'énormes drapeaux et de grands panneaux tout autour de toi. Tu ne pourrais pas manquer cette frontière politique même si tu essayais !

Mais comment fonctionnent les frontières politiques en mer ? Comment pouvons-nous même savoir où elles se trouvent ? Eh bien, nos frontières politiques maritimes ont été en grande partie établies par les Nations Unies dans le cadre de la Convention de 1982 sur le droit de la mer. Trouve ton pied marin, matelot, c'est le moment de partir à l'aventure.

Définition de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

La Convention des Nations Unies sur le droit dela mer (UNCLOS) est un accord international qui décrit comment les navires de mer doivent interagir entre eux et avec les ressources marines dans les eaux régionales et en haute mer. La haute mer est la partie des océans du monde qui n'est pas sous la juridiction d'un gouvernement national - ce sont les eaux internationales.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Définition de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Carte de la haute mer, StudySmarterFig. 1 - La haute mer est en bleu foncé

La CNUDM définit tout, de la liberté de navigation à la piraterie en passant par la pollution et la conservation de la faune et de la flore. Mais ce qui est peut-être plus important pour la géographie, c'est que la CNUDM délimite également les frontières politiques et économiques maritimes. En d'autres termes, l'UNCLOS donne des indications sur ce quesont et ne sont pas les hautes mers mentionnées plus haut. Selon l'ONU, les océans sont le patrimoine commun de l'humanité, et la CNUDM tente de trouver un équilibre entre liberté et souveraineté.

Convention des Nations Unies de 1982 sur le droit de la mer

Avant 1952, les pays du monde entier utilisaient des "livres de règles" complètement différents pour déterminer leur propre territoire maritime et leur autorité. C'est en reconnaissance de cette situation que les Nations Unies ont organisé la première Convention sur le droit de la mer. L'objectif était d'établir un cadre commun pour les interactions internationales sur et avec les océans.

Le droit maritime international dont nous disposons aujourd'hui est né en grande partie de la troisième Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Cette convention a duré de 1973 à 1982 et est entrée en vigueur en 1994. Plus de 160 nations ont participé à cette conférence, qui s'est tenue à New York. L'actuel accord UNCLOS a été créé à la suite de cette convention.

Signataires de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

La CNUDM a été adoptée presque universellement par les pays du monde. Un nombre impressionnant de 168 parties (y compris des membres de l'ONU et des organisations supranationales comme l'Union européenne) ont signé et confirmé (ratifié) la convention elle-même et l'accord qui en résulte.

Quinze parties n'ont ni signé ni ratifié la convention ou l'accord, dont la Turquie, Israël et le Venezuela. Quatorze autres parties ont signé la convention ou l'accord, mais ne l'ont pas ratifié. Les États-Unis font partie de cette catégorie.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Signataires Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Carte UNCLOS, StudySmarterFig. 2 - Les pays en bleu sont soit parties à la CNUDM, soit signataires ; les pays en rouge ne sont pas parties à la CNUDM.

Les États-Unis ont joué un rôle déterminant dans l'élaboration de la CNUDM mais ont refusé de signer la convention ou de ratifier la convention ou l'accord. Ce qui a brisé l'accord ? La partie XI de la CNUDM a créé l'Autorité internationale des fonds marins pour réglementer les expéditions minières dans les eaux internationales. Les États-Unis y ont vu une restriction inutile de l'activité économique.

Même parmi ceux qui n'ont pas signé ou ratifié la CNUDM, celle-ci est devenue une loi internationale coutumière: ils ne la considèrent pas comme juridiquement contraignante, mais la suivent en tant que bonne coutume. Cela inclut les États-Unis qui, ironiquement, utilisent fréquemment la marine américaine pour faire respecter les règles de la CNUDM.

Résumé de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

Alors, que dit réellement la CNUDM ?

Les pays ayant des frontières maritimes ont la souveraineté sur une partie de l'océan. Plus tu t'éloignes de la côte d'un pays, moins ce pays a de pouvoir économique ou politique jusqu'à ce que tu atteignes la haute mer. La distance est généralement mesurée à partir d'une ligne de base côtière, habituellement basée sur une moyenne du moment où les marées sont à leur niveau le plus bas (ligne de basse mer moyenne). Ces distances sont quantifiées en milles nautiques (nm) ; un mille nautique équivaut à environ 1,15 mille (1,85 kilomètre).

Zone officielle UNCLOSDistance par rapport à la ligne de baseDroits économiques/politiques nationaux
Eaux intérieuresA l'intérieur de la ligne de baseSouveraineté complète et totale.
Eaux territoriales12nmTerritoire national souverain, semblable aux frontières politiques terrestres. Les navires étrangers ne peuvent y pénétrer que dans des circonstances uniques.
Zone contiguë24nmUn pays dispose d'une compétence limitée en matière d'application de la loi pour prévenir les délits qui, selon lui, pourraient s'étendre aux eaux territoriales (infractions douanières, trafics, etc.).
Zone économique exclusive (ZEE)200nmUn pays a le droit exclusif de collecter toutes les ressources dans sa ZEE, notamment par la pêche, l'exploitation minière et la fracturation hydraulique.
La zone (haute mer/eaux internationales)Au-delà de 200 milles marinsPartagée par tous les pays ; liberté de navigation pour tous les navires ; activité économique restreinte.

Note que ces frontières comprennent également l'espace aérien.

En plus des zones susmentionnées, la CNUDM définit l'autorité souveraine des nations archipélagiques et des nations dotées d'un plateau continental.

Lesnations archipélagiques, comme les Philippines, sont composées de nombreuses îles. Selon la CNUDM, leurs zones commencent aux lignes de base des îles les plus éloignées de l'archipel, les eaux entre les autres îles étant traitées juridiquement de la même manière que les eaux territoriales.

Île: terre émergée capable d'abriter une habitation humaine ou une activité économique - et non pas un simple rocher au milieu de l'océan !

Lesplateaux continentaux sont des prolongements sous-marins des masses continentales. Ils sont directement reliés au territoire d'un pays sur la terre ferme. Les plateaux continentaux ont ceci de particulier que les Nations Unies reconnaissent à un pays l'accès économique exclusif à son plateau continental jusqu'à 350 milles marins de la ligne de base. Cependant, même si le plateau continental s'étend au-delà de 350 milles marins, les droits d'un pays ne continuent pas à s'étendre en même temps.

Faut-il partager ?

Que se passe-t-il si deux pays ont des zones qui se chevauchent ? Que se passe-t-il si un navire étranger doit pénétrer dans les eaux territoriales d'un pays ? Ces situations sont fréquentes dans les détroits, où plusieurs pays bordent l'océan dans un espace relativement restreint.

Il y a deux grandes questions à résoudre : la délégation des droits politiques et économiques ; et la nécessité pour les navires étrangers de transiter par des eaux qui seraient normalement des eaux territoriales.

Ligne médiane de la CNUDM

Selon la CNUDM, dans le cas de zones qui se chevauchent, les droits politiques et économiques doivent être délimités par une ligne médiane basée sur le principe de l'équidistance. Cette ligne médiane divise les eaux territoriales, la zone contiguë et la ZEE (le cas échéant, respectivement) des pays proportionnellement à la ligne de base de chaque pays. Cela signifie que les territoires maritimes des deux pays seront tronqués, mais théoriquement, ils le seront au prorata.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Résumé de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Principe d'équidistance, Ligne des médias, Carte de la ZEE de la mer du Nord, StudySmarterFig. 3 - Le principe d'équidistance en action dans la mer du Nord

Passage en transit ou passage innocent

En raison de la géographie maritime, il peut être nécessaire de passer par les eaux territoriales d'un pays lorsqu'on navigue d'une partie de la haute mer à une autre.

Le passage entransit fait référence au passage par un détroit. De nombreux détroits, comme le détroit d'Ormuz, le détroit de Gibraltar ou le détroit de Malacca, sont des points d'étranglement du trafic : tu dois simplement les traverser pour aller d'un point à l'autre, même si, techniquement, tu te trouves alors dans les eaux territoriales. Le passage en transit doit être continu et rapide. Les navires de guerre en transit, par exemple, peuvent toujours effectuer des exercices militaires de base, à condition que cela n'entrave pas leur capacité à se déplacer de façon continue et rapide dans le détroit.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Résumé de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, Passage en transit, StudySmarterFig. 4 - Un cargo effectue un passage en transit dans le détroit de Messine.

Un navire peut effectuer un passage inoffensif lorsqu'il estime que l'itinéraire le plus logique pour se rendre d'une zone de la haute mer à une autre nécessitera qu'il traverse les eaux territoriales d'un pays. Par exemple, il peut être plus facile de couper à travers les eaux d'un archipel que de faire tout le tour de la nation archipélagique. Pour qu'un navire puisse effectuer un passage inoffensif, il doit cesser toute activité économique, militaire et de recherche.

De plus, revendiquer le passage inoffensif est une reconnaissance tacite des frontières maritimes politiques et économiques revendiquées par un pays . Lorsque ces frontières sont conformes à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, ce n'est généralement pas un problème. Mais dans le monde entier, des pays revendiquent des frontières maritimes qui ne sont pas conformes aux directives de la CNUDM. Le fait de traverser ces eaux sans revendiquer un passage inoffensif est souvent considéré comme un rejet de ces revendications. Les navires de guerre sont parfois chargés de mener des opérations de liberté de navigation (FONOP) dans ces zones.

Depuis 2014, la République populaire de Chine construit des îles artificielles en mer de Chine méridionale. La Chine utilise ces îles artificielles (ainsi que des rochers et des atolls inhabitables) pour étendre les mers territoriales et la ZEE qu'elle revendique en mer de Chine méridionale - bien que les représentants du gouvernement chinois affirment également que la totalité de la mer de Chine méridionale est de toute façon un territoire chinois historique et qu'elle n'est pas soumise à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.

La marine américaine effectue fréquemment des opérations d'observation en mer de Chine méridionale afin de répudier les revendications de la Chine.

Quels sont les autres domaines couverts par la CNUDM ?

En bref, la CNUDM couvre également les points suivants :

Câbles sous-marins

La CNUDM affirme le droit d'un pays à poser des câbles sous-marins, généralement pour la connectivité Internet, dans sa propre ZEE.

La piraterie

La CNUDM affirme que la piraterie est illégale en vertu du droit maritime international et donne aux parties à la convention le pouvoir de réprimer et de dissuader la piraterie.

Le droit de poursuite

Les navires étrangers surpris en train de violer les directives de zonage de la CNUDM peuvent être poursuivis et détenus par un navire appartenant au pays dont la zone a été violée. Ce navire peut même poursuivre le contrevenant en haute mer, jusqu'à ce qu'il pénètre dans ses propres eaux territoriales ou celles d'un tiers.

États non côtiers et accès à la mer

Le cas échéant, les pays enclavés peuvent accéder à la ZEE d'un pays de leur région. Un État côtier ne peut pas bloquer l'accès d'un pays enclavé aux océans.

Exploitation économique et conservation marine en haute mer

Comme nous l'avons mentionné plus haut, l'ONU réglemente les entreprises économiques dans les eaux internationales . De même, l'ONU est chargée de réglementer la conservation de la faune et la pollution dans les eaux internationales.

Qu'en est-il du trafic ?

Il ne faut pas confondre la CNUDM avec le Règlement international pour prévenir les abordages en mer (les COLREG). Les COLREG ont également été créés par les Nations Unies par l'intermédiaire de l'Organisation maritime internationale. Contrairement à l'UNCLOS, les COLREG expliquent en détail comment le trafic est censé se dérouler en mer.

Aux États-Unis, les garde-côtes publient les COLREG dans un livre intitulé Navigation Rules and Regulations Handbook, familièrement appelé "Rules of the Road". Tout navire américain de plus de 12 mètres de long doit avoir un exemplaire des règles de route à bord.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer - Pêche

Comment l'UNCLOS affecte-t-elle la carrière nautique la plus typique - la pêche ?

Une pêcherie est l'endroit où les poissons et autres formes de vie aquatique sont capturés, récoltés ou élevés (comme dans une ferme aquacole). Le terme "pêche" désigne également l'action de capturer, de récolter ou d'élever des poissons et d'autres formes de vie aquatique.

Les États côtiers ont des droits exclusifs de pêche dans leur propre ZEE (à moins qu'ils ne doivent partager leur ZEE avec un pays enclavé). Les accords de pêche existants entre les pays ont la priorité sur les directives de la CNUDM. L'ONU attend et exige que chaque pays réglemente la pêche dans ses propres eaux. Les pêcheurs peuvent également pêcher en haute mer, tant qu'ils ne violent pas les règles de conservation établies par l'ONU ou d'autres États.

La CNUDM affirme également les droits de pêche traditionnels, c'est-à-dire le droit des peuples autochtones à maintenir leurs propres pêcheries.

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer - Principaux enseignements

  • La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) est un accord international qui décrit comment les navires de mer doivent interagir entre eux et avec les ressources marines dans les eaux régionales et en haute mer.
  • La version actuelle de la CNUDM a été achevée en 1982 et est entrée en vigueur en 1994.
  • Les États-Unis ne sont pas parties à la CNUDM car ils s'opposent à certains de ses aspects économiques. Cependant, dans la pratique, les États-Unis acceptent la CNUDM en tant que droit international coutumier.
  • La CNUDM établit un système définissant les zones sur lesquelles une nation côtière exerce sa souveraineté. Il s'agit des eaux territoriales (12 milles marins à partir de la ligne de base), de la zone contiguë (24 milles marins à partir de la ligne de base) et de la zone économique exclusive (200 milles marins à partir de la ligne de base).

Références

  1. Fig. 1 : Zones économiques exclusives (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Exclusive_Economic_Zones.svg), par B1mbo (https://commons.wikimedia.org/wiki/User:B1mbo), Licence CC BY-SA 3.0 CL (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/cl/deed.en)
  2. Fig. 4 : Le navire roulier Eurocargo Genova transitant par le détroit de Messine (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ro-Ro_ship_Eurocargo_Genova_transiting_the_Strait_of_Messina_-_20_July_2010.jpg) par Jacopo Werther (https://commons.wikimedia.org/wiki/User:Jacopo_Werther), Licensed by CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en)

Questions fréquemment posées en Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer est un traité international qui régit l'utilisation et la conservation des océans et de leurs ressources, en établissant les droits et les responsabilités des nations.

La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer a été signée le 10 décembre 1982.

À ce jour, 168 États ont ratifié la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Les principaux éléments sont la définition des zones maritimes, la protection de l'environnement marin, la gestion durable des ressources, la recherche scientifique et la prévention et la répression des activités illicites.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer ?

Pourquoi les États-Unis ne sont-ils pas parties à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer ? Choisis la MEILLEURE réponse.

Laquelle des descriptions suivantes est la plus exacte d'une zone UNCLOS ?

Suivant
AUTRES THÈMES LIÉS Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !