|
|
Friedrich Nietzsche

Alors que le siècle des Lumières touchait à sa fin au début du 19ème siècle, les penseurs se sont trouvés face à un monde entièrement nouveau qui subissait une transition massive s'éloignant des normes traditionnelles. La religion est attaquée par la science, la monarchie par le libéralisme et le socialisme, et le travail par la révolution industrielle.

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Friedrich Nietzsche

Want to get better grades?

Nope, I’m not ready yet

Get free, full access to:

  • Flashcards
  • Notes
  • Explanations
  • Study Planner
  • Textbook solutions
Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Alors que le siècle des Lumières touchait à sa fin au début du 19ème siècle, les penseurs se sont trouvés face à un monde entièrement nouveau qui subissait une transition massive s'éloignant des normes traditionnelles. La religion est attaquée par la science, la monarchie par le libéralisme et le socialisme, et le travail par la révolution industrielle.

De nombreuses figures majeures apparaissent à cette époque, telles que Karl Marx, Charles Darwin, Sigmund Freud et Friedrich Nietzsche. Chacun de ces penseurs essayait de donner un sens à ce nouveau monde et c'est Friedrich Nietzsche qui a décidé de se plonger dans le trou énorme que la science avait fait dans les croyances religieuses et dans les conséquences de cette entreprise pour la société.

Biographie de Friedrich Nietzsche

La biographie de Friedrich Nietzsche commence à Röcken, en Allemagne, le 15 octobre 1844. Malheureusement, en 1849, alors que Friedrich a cinq ans, son père, un pasteur luthérien dévoué, décède d'une maladie cérébrale. Pour ne rien arranger, son frère meurt six mois plus tard à l'âge de deux ans.

Dès son plus jeune âge, Nietzsche fait preuve d'une forte intelligence et d'un grand intérêt pour plusieurs sujets, notamment la musique, la théologie, la philosophie et le langage. Nietzsche apprend le latin, le grec, l'hébreu et le français, compose de la musique, écrit des poèmes et est un lecteur assidu.

Après avoir déménagé un peu dans son enfance et excellé à l'école, Nietzsche est accepté à l'université de Bonn en 1864 où il commence ses études de théologie et de philologie dans l'intention de devenir pasteur. Cependant, Nietzsche est rapidement désenchanté par ses croyances religieuses et abandonne ses études de théologie au profit de la philologie.

Friedrich Nietzsche, un portrait de Nietzsche, StudySmarterFig. 1, Portrait de Nietzsche, 1964

Après avoir obtenu son diplôme de philologie à l'université de Bonn, Nietzsche se voit proposer, à l'âge de 24 ans, un poste de professeur titulaire de philologie classique à l'université de Bâle, en Suisse. Il travaille à l'université jusqu'en 1879, date à laquelle il prend sa retraite en raison de problèmes médicaux qui l'ont tourmenté toute sa vie et qui se sont aggravés avec l'âge. En 1889, Nietzsche souffre d'une dépression mentale alors qu'il se trouve en Italie et ne parvient jamais à s'en remettre. Il est confié à sa mère jusqu'à sa mort, puis à sa sœur Elizabeth jusqu'à son décès en août 1900.

Friedrich Nietzsche L'existentialisme

Friedrich Nietzsche et le philosophe danois Søren Kierkegaard sont largement reconnus pour avoir lancé l'école de l'existentialisme au sein de la philosophie. L'existentialisme, tel qu'il a été formulé au milieu et à la fin du 19e siècle, est né du déclin rapide de la croyance en la religion dans toute l'Europe, en particulier du christianisme. Avant d'aborder la discussion de Nietzsche sur les questions existentielles, nous devons d'abord nous pencher sur ce qu'est l'existentialisme.

L'existentialisme pose des questions telles que : y a-t-il un but dans la vie ? Y a-t-il un sens à l'univers ? Dieu existe-t-il ? Une réponse existentielle aux deux premières questions serait un non catégorique. Pour l'existentialisme, la vie est dépourvue de tout but préétabli, il n'y a pas de destin ou de raison supérieure d'exister dans l'univers. Au lieu de cela, nous devons créer un but et un sens pour nous-mêmes.

Le terme "crise existentielle" indique que quelqu'un traverse une crise de sens.

Friedrich Nietzsche et la religion

Friedrich Nietzsche a des opinions très tranchées sur la religion. Si nous repensons aux trois questions que nous avons posées précédemment : y a-t-il un but dans la vie ? Y a-t-il un sens à l'univers ? Dieu existe-t-il?

Pour la troisième question, Dieu existe-t-il ? Les réponses varient beaucoup dans l'existentialisme, car il permet l'existence ou la non-existence de Dieu. Pour Søren Kierkegaard, le christianisme était le meilleur moyen de répondre à ces questions, mais pour Nietzsche ;

Dieu est mort. Dieu reste mort. Et nous l'avons tué. Comment nous réconforter, nous, les meurtriers de tous les meurtriers ? Ce qui était le plus saint et le plus puissant de tout ce que le monde a possédé jusqu'à présent a saigné à mort sous nos couteaux : qui essuiera ce sang sur nous ? De quelle eau disposons-nous pour nous nettoyer ? Quelles fêtes d'expiation, quels jeux sacrés devrons-nous inventer ? La grandeur de cet acte n'est-elle pas trop grande pour nous ? Ne devons-nous pas nous-mêmes devenir des dieux simplement pour en paraître dignes. -Nietzsche

Cette citation est tirée de Human, All Too Human, l'une des premières œuvres majeures de Nietzsche, et indique clairement un problème massif qui s'est installé dans la culture occidentale. Nietzsche n'était pas un fan du christianisme et une grande partie de son œuvre place le christianisme (et la religion plus généralement) dans sa ligne de mire. Cependant, Nietzsche n'a pas fait cela simplement parce qu'il n'aimait pas la religion, mais parce qu'il voyait venir un choc culturel majeur causé par l'érosion de la vérité religieuse en faveur de la vérité scientifique par les Lumières.

La citation ci-dessus reflète la crainte de Nietzsche, remarquez comment le ton et la formulation ne sont pas festifs, mais inquiets et graves. La "mort de Dieu" signifiait également la mort du sens, du but, de la morale chrétienne (que Nietzsche n'aimait pas du tout) et d'une histoire pour comprendre l'humanité et ses actions. La réduction rapide de la vérité religieuse au profit de la vérité scientifique signifiait que les gens devaient accepter la vérité scientifique qui, selon Nietsche, est fondamentalement incapable de fournir la même sécurité psychologique que la vérité religieuse.

Ainsi parlait Zarathoustra, la couverture de Ainsi parlait Zarathoustra, StudySmarterFig. 1, La couverture de Ainsi parlait Zarathoustra

La deuxième réponse à un univers dépourvu de sens et voué à la mort est ce que l'on appelle le nihilisme.

Le nihilisme

Avant de nous lancer dans une discussion sur Nietzsche et le nihilisme, commençons par donner une définition de base du terme.

Lenihilisme est le rejet de tous les principes religieux et moraux, avec la conviction que la vie n'a pas de sens.

Il n'est pas rare d'entendre le nom de Nietzsche associé au nihilisme ou même l'affirmation selon laquelle Nietzsche lui-même était un nihiliste, mais ce n'est pas le cas. L'œuvre de Nietzsche est à bien des égards un antidote au nihilisme, car il pensait que le nihilisme était la direction vers laquelle l'Occident tout entier se dirigeait. Alors que la religion commençait à se fissurer et à céder la place à la vérité scientifique, Nietzsche soutenait que toute la civilisation serait envoyée dans une vision nihiliste du monde et il écrivait pour un avenir confronté à cette crise de sens et à la recherche de réponses. Il souligne expressément que son œuvre était destinée aux générations futures et non à la sienne, dont il pensait qu'elle ne le comprendrait pas.

Nietzsche n'accueille le nihilisme que dans la mesure où il constitue un terrain fertile pour la création de sens et soutient à ses lecteurs qu'au lieu de créer de nouveaux dieux, ils devraient créer de nouvelles valeurs ancrées dans le monde réel. Nietzsche ne voit pas l'intérêt de créer un système de morale et de valeurs basé sur un Dieu ou quelque chose qui n'est pas sur Terre. Pour lui, l'humanité a toujours donné le meilleur d'elle-même au service des dieux et de la religion, au lieu de donner le meilleur d'elle-même à l'humanité et à l'amélioration de l'être humain.

Il a également suggéré que la souffrance qui résultera de cette crise existentielle de la société devrait être embrassée et célébrée. Nietzsche a reconnu qu'une vie dépourvue de sens n'entraînait pas seulement une souffrance qu'il faudrait accepter et transformer en quelque chose d'autre, mais que les humains trouveraient de nouvelles choses pour remplacer Dieu :

Dieu est mort, mais étant donné le chemin des hommes, il y aura peut-être encore pendant des milliers d'années des grottes dans lesquelles son ombre sera encore montrée.

Pour Nietzsche, cette ombre sur le mur était l'État et dans la section suivante, nous explorerons, à travers les propres mots de Nietzsche, ce qu'il entendait par là.

Citations de Friedrich Nietzsche

Nietzsche avait une vision incroyablement pessimiste de l'État et était également en profond désaccord avec les idées des théoriciens du contrat social qui soutenaient que l'État était né d'une sorte de contrat entre les gouvernés et ceux qui gouvernent.

J'ai utilisé le mot "État" : ma signification est évidente, à savoir un troupeau de bêtes de proie blondes, une race de conquérants et de maîtres, qui, avec toute son organisation guerrière et tout son pouvoir d'organisation, se jette avec ses terribles griffes sur une population, en nombre peut-être formidablement supérieur, mais encore informe, encore nomade. Telle est l'origine de l'"État". Cette théorie fantastique qui le fait commencer par un contrat est, je pense, éliminée.

Dans cette citation, Nietzsche soutient que c'est l'acte de violence d'un petit nombre contre une population inorganisée qui a donné naissance à l'État. Pour Nietzsche, une minorité forte et sans obstacle peut soumettre une population entière contre sa volonté, comme ce fut le cas de l'Allemagne seulement 30 ans après sa mort.

L'État est appelé le plus froid de tous les monstres froids. Il ment froidement lui aussi, et ce mensonge sort de sa bouche : "Moi, l'État, je suis le peuple".

Cette citation reflète l'opinion de Nietzsche selon laquelle l'État créera des personnes à son image, comme l'a fait la religion tout au long de l'histoire. Lorsqu'il dit "Moi, l'État, je suis le peuple", il veut dire que l'État se considère comme une représentation du peuple.

Pense un instant à la Russie : Poutine ou l'État russe sont-ils le véritable reflet du peuple russe ? Dira-t-on que le peuple russe est la même chose que l'État russe qui a envahi un autre pays ?

Tout ce qu'il te donnera, si tu l'adores, la nouvelle idole : il achète ainsi l'éclat de ta vertu, et le regard de tes yeux orgueilleux.

Nietzsche souligne ici que si l'individu obéit à l'État comme l'individu obéit à Dieu, l'État lui donnera quelque chose en retour. Là où la religion offre généralement une forme d'existence éternelle au paradis, l'État offre un certain type de style de vie ou un rêve utopique. L'Allemagne nazie en est un excellent exemple : en échange d'une obéissance totale à l'État nazi, ce dernier offrait un nouveau mode d'existence, une vie parfaite sans équivalent, mais seulement lorsque certaines conditions étaient remplies et que le peuple devait s'y atteler.

Friedrich Nietzsche, photo de Friedrich Nietzsche, Study SmarterFig. 3. Friedrich Nietzsche vers la fin de sa vie, après sa dépression mentale.

Friedrich Nietzsche - Points essentiels à retenir

  • Nietzsche a soutenu que la mort de l'idée de dieu était le résultat des vérités scientifiques nées du siècle des Lumières.
  • À la suite de la mort de Dieu, Nietzsche pensait que l'Occident tomberait dans un nihilisme intense
  • Nietzsche pensait que l'État serait la chose qui remplacerait la croyance en Dieu.
  • Nietzsche s'oppose à l'idée que l'État a été créé par un contrat et soutient plutôt qu'il s'agit d'une création de la force par une minorité forte contre une majorité faible.

Questions fréquemment posées en Friedrich Nietzsche

Friedrich Nietzsche est un philosophe allemand du 19ème siècle, dont les idées ont influencé les sciences politiques. Sa critique de la morale occidentale, la notion de volonté de puissance et l'affirmation du Surhomme sont parmi ses contributions majeures.

Nietzsche ne propose pas une théorie politique précise, mais critique les institutions et les valeurs occidentales. Il soutient l'individualisme, la créativité et l'affirmation de soi comme des valeurs importantes pour défier les normes sociales.

Les idées de Nietzsche ont parfois été interprétées différemment ou détournées en politique. Certains mouvements, tels que le nazisme, ont prétendu s'inspirer de ses écrits, mais cette association est considérée comme une mauvaise interprétation de sa philosophie.

Nietzsche est souvent associé au nihilisme en raison de sa critique radicale des valeurs occidentales traditionnelles. Cependant, il cherche à surmonter le nihilisme en proposant des alternatives et en encourageant la créativité et l'affirmation de soi.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

En quelle année Friedrich Nietzsche est-il né ?

Quelle université Nietzsche a-t-il fréquentée en 1864 ?

Qu'est-ce que Nietzsche a étudié à l'université ?

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !