|
|
Liberalisme

Pour quiconque est né et a grandi en Occident, les notions de droits, de liberté et de démocratie sont une seconde nature, ce sont des idées de bon sens sur la façon dont les sociétés devraient s'organiser politiquement et culturellement. C'est pourquoi le libéralisme peut être une idée délicate à communiquer, non pas en raison de sa complexité ou de son caractère trop vague, mais parce qu'il est parfois difficile de traiter les droits, la liberté et la démocratie comme de simples idées. Il existe également des arguments forts contre le libéralisme qui constituent des menaces pour la théorie et en les comprenant, nous pouvons mieux comprendre le libéralisme.

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Liberalisme

Want to get better grades?

Nope, I’m not ready yet

Get free, full access to:

  • Flashcards
  • Notes
  • Explanations
  • Study Planner
  • Textbook solutions
Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Pour quiconque est né et a grandi en Occident, les notions de droits, de liberté et de démocratie sont une seconde nature, ce sont des idées de bon sens sur la façon dont les sociétés devraient s'organiser politiquement et culturellement. C'est pourquoi le libéralisme peut être une idée délicate à communiquer, non pas en raison de sa complexité ou de son caractère trop vague, mais parce qu'il est parfois difficile de traiter les droits, la liberté et la démocratie comme de simples idées. Il existe également des arguments forts contre le libéralisme qui constituent des menaces pour la théorie et en les comprenant, nous pouvons mieux comprendre le libéralisme.

Libéralisme - définition

Lelibéralisme est une théorie politique qui place l'individu et les droits individuels au premier rang des priorités et qui s'appuie sur le consentement des citoyens pour légitimer le pouvoir gouvernemental et la direction politique. Les idées de droits naturels, de liberté et de propriété constituent le fondement de la théorie et l'État est utilisé pour garantir que ces droits ne sont pas violés par des États étrangers ou des concitoyens. C'est pourquoi le libéralisme considère l'État comme un "mal nécessaire".

Le libéralisme croit également que les êtres humains sont rationnels et que, pour cette raison, ils devraient avoir le droit de faire leurs propres choix sans l'intervention du gouvernement. Cela va à l'encontre des idées conservatrices du paternalisme. L'idée de l'égalité des chances est également importante dans le libéralisme, c'est-à-dire que tout le monde doit avoir les mêmes chances de réussir ou d'échouer.

Libéralisme - théorie politique qui défend les droits naturels de la vie, de la liberté et de la propriété et qui fonde la légitimité de l'autorité politique sur le consentement des citoyens.

La définition ci-dessus présente bien la terminologie du libéralisme, mais comme pour toute idée complexe, il n'est souvent pas possible de la réduire à une simple définition. Cette définition laisse plusieurs questions en suspens : que sont les droits naturels ? Qu'est-ce que le consentement des citoyens ? Comment le libéralisme définit-il la propriété ? Pour comprendre le libéralisme et ce qu'il tente de réaliser, il est préférable de commencer par ses origines.

Il est important de noter que le libéralisme et le fait d'être un "libéral" selon la compréhension moderne du mot ne sont pas la même chose. Dans cet article, un libéral est quelqu'un qui soutient les principes fondamentaux du libéralisme en tant que théorie, et non quelqu'un qui a des opinions politiques de gauche.

Origine du libéralisme

Le libéralisme en tant que théorie politique trouve ses racines dans le siècle des Lumières, une période qui a commencé à la fin du 17ème siècle et s'est achevée au début du 19ème siècle. Le siècle des Lumières a été le terreau d'une grande partie du monde moderne, et tout, du capitalisme et du libéralisme au fascisme et au communisme, trouve ses racines dans les idées qui ont été développées au cours de cette période.

Thomas Hobbes a été le premier théoricien politique du Siècle des Lumières à proposer une histoire de la civilisation qui pourrait exclure dieu de l'établissement de l'autorité politique en introduisant le concept d'un "état de nature".

Libéralisme Thomas Hobbes StudySmarterFig. 1 Portrait de Thomas Hobbes

En proposant une histoire qui dépouille le récit de la domination des rois donnée par Dieu, connue officiellement sous le nom de "droit divin des rois", Hobbes a pu ouvrir la porte à de nouvelles façons de théoriser sur ce que le gouvernement et l'État devraient être capables de faire, et sur le rôle des citoyens dans la société. Hobbes est célèbre pour son plaidoyer en faveur d'un type d'État extrêmement autoritaire, mais beaucoup d'autres n'étaient pas d'accord avec ce sentiment et ont développé des idées opposées.

L'état de nature est une période théorisée avant la société dans laquelle les êtres humains vivaient sans aucune forme de structure ou de loi.

À l'aube du XVIIIe siècle, de nombreux penseurs se sont attelés à la tâche en s'appuyant sur les idées des uns et des autres et en déconstruisant les notions, entre autres, d'autorité religieuse, de moralité chrétienne et de vérités précédemment admises, en particulier celles de nature scientifique. C'est dans ce terreau fertile d'idées nouvelles que John Locke, un théoricien anglais décédé alors que les Lumières commençaient à prendre de l'ampleur, a écrit ses Deux traités de gouvernement , qui allaient servir de plan officiel à la théorie du libéralisme.

Étant donné que les idéologies politiques ne sont pas écrites en un seul endroit comme des idéologies entièrement formées, les idées avancées par Locke ont rapidement encouragé d'autres penseurs à explorer ces idées de différentes manières et à les appliquer à tous les domaines, de la tolérance religieuse aux systèmes économiques. Cette exploration de la pensée de Locke a conduit à ce que l'on appelle aujourd'hui la "tradition libérale", qui couvre les théories qui conservent les principes fondamentaux de l'œuvre de Locke.

Introduction au libéralisme

Le libéralisme se fonde sur deux points essentiels : premièrement, il affirme qu'un gouvernement et ses dirigeants acquièrent leur légitimité grâce au consentement de la majorité. Deuxièmement, il défend l'existence de droits naturels, principalement ceux de la vie, de la liberté et de la propriété.

Lesdroits naturels sont l'idée que les êtres humains ont des droits du simple fait de leur naissance. Selon Locke, ces droits peuvent se résumer à un droit naturel à la vie, à la liberté et à la propriété.

Libéralisme et gouvernement

Le libéralisme utilise ces deux éléments comme base pour établir les limites de ce que le gouvernement est autorisé à faire. En général, un État libéral dispose d'une constitution et utilise la démocratie, bien que le libéralisme en tant que théorie n'exige pas expressément la démocratie. L'association entre le libéralisme et la démocratie est facilement perceptible à travers l'argument du libéralisme concernant ce qui légitime un gouvernement, le consentement. La démocratie est une méthode incroyablement efficace pour comprendre l'intention du peuple et placer au pouvoir les individus qui auront le consentement du peuple, puisque le vote implique le consentement. De plus, grâce à la démocratie, si le consentement change, l'occasion d'exprimer ce changement se présente lors du cycle électoral suivant.

Ce mélange de libéralisme et de démocratie est très similaire à la relation entre Thomas Hobbes et la monarchie. Pour Hobbes, qui écrivait au XVIIe siècle, un souverain autoritaire est nécessaire pour protéger les citoyens de l'état de nature, diriger l'État et faire régner l'ordre dans la société. Bien que cela ressemble le plus à la monarchie ou au totalitarisme, Hobbes ne se serait pas soucié que le souverain soit élu par un processus démocratique, tant qu'il recevait une obéissance absolue. De même, le libéralisme se moque de la façon dont le consentement est formé, tant qu'il existe et que les citoyens disposent d'un moyen d'écarter l'autorité à laquelle ils ne consentent plus.

Libéralisme et droits naturels

Le libéralisme est une théorie politique largement centrée sur l'individu, qui place l'individu, par opposition à la collectivité, au cœur et à l'âme de la politique. Cela prend tout son sens si l'on considère la relation du libéralisme avec la notion de droits naturels, ou l'idée que les êtres humains ont des droits du simple fait de leur naissance.

Les droits naturels étant acquis à la naissance, il incombe à l'État, dans la tradition libérale, de protéger les droits de chaque individu. John Locke a affirmé dans ses Deux traités du gouvernement que le contrat social qui existe entre le gouvernement et l'individu est un contrat dans lequel le gouvernement tranche les litiges et protège les citoyens des menaces extérieures qui tenteraient de restreindre les droits naturels de la population.

La Constitution des États-Unis en est un bon exemple : c'est le premier État qui s'est construit en utilisant le libéralisme comme doctrine directrice. Les États-Unis sont l'un des meilleurs exemples d'un État libéral, car leur Constitution est un document qui restreint le gouvernement en faveur de la liberté individuelle.

Libéralisme Portrait de John Locke StudySmarterFig. 2 Portrait de John Locke

Libéralisme et tolérance

La tolérance est une autre caractéristique du libéralisme et sans elle, la théorie commence à lutter et à s'ouvrir aux pressions d'autres théories telles que le communisme et le fascisme. La tolérance permet à la liberté individuelle de s'épanouir, car il y aura toujours des personnes en désaccord fondamental les unes avec les autres.

La question des droits des armes à feu et de l'avortement aux États-Unis en est un bon exemple. L'avortement et le droit aux armes à feu comptent tous deux des personnes qui ne veulent pas changer leur position sur l'un ou l'autre sujet, et pourtant ces mêmes personnes doivent vivre dans la même ville, le même quartier ou la même rue. L'individu anti-armes doit voir chaque jour l'individu pro-armes porter une arme à feu et le défenseur anti-avortement travaille à côté d'une clinique d'avortement où il voit des gens entrer chaque jour. Dans les deux cas, toutes les personnes concernées doivent tolérer le comportement des personnes qui les entourent, même si elles trouvent ce comportement fondamentalement mauvais. Il s'agit de la tolérance au nom du respect des droits naturels d'autrui et c'est le ciment qui maintient l'unité d'un État libéral.

Libéralisme - principaux penseurs

Comme mentionné plus haut dans l'article, le libéralisme n'est pas une théorie consignée dans un document codifié ; il s'agit plutôt de plusieurs idées qui s'étendent sur des centaines d'années et dont les idées fondatrices reposent en grande partie sur les pieds de John Locke. À part Locke, des centaines de personnes ont travaillé dans la tradition libérale et ont progressivement élargi la théorie. La première étape importante de la théorie a été franchie par Locke, Montesquieu et Jefferson, et l'exploration de la relation entre ces trois personnes aidera à comprendre comment le libéralisme est passé de la théorie à la pratique.

Libéralisme Portrait de Charles de Montesquieu StudySmarterFig. 3 Portrait de Charles de Montesquieu

Pour comprendre comment le libéralisme est passé du statut de théorie à celui de fondement des États-Unis, il faut s'appuyer sur trois grands penseurs de la tradition libérale : John Locke, Charles de Montesquieu et Thomas Jefferson. Locke et Montesquieu ont chacun fourni la pensée politique nécessaire à Thomas Jefferson pour rédiger la Déclaration d'indépendance. Là où Locke fournit un argument en faveur du gouvernement par consentement et des droits naturels inaliénables, Montesquieu offre un argument en faveur de la séparation des pouvoirs au sein du gouvernement. Bien que Montesquieu ait été lui-même monarchiste, son œuvre a fourni aux penseurs libéraux une pléthore de réflexions dans lesquelles ils ont pu piocher pour établir un État libéral qui limiterait le gouvernement et favoriserait l'individu.

Au moment où la Révolution américaine a commencé, Thomas Jefferson s'était imprégné de la pensée libérale de son époque et avait lu les œuvres de Locke et de Montesquieu. Cette influence directe de la théorie a poussé Jefferson et ceux qui l'entouraient à créer un État fondé sur les principes du libéralisme et à mettre à l'épreuve toute la pensée des Lumières jusqu'alors.

Critique du libéralisme

Comprendre la critique à l'encontre de quelque chose permet de mieux comprendre la chose critiquée, dans ce cas, le libéralisme. Si les idées du libéralisme semblent relever du "bon sens" pour un public occidental, lorsque l'on commence à décortiquer la théorie, de plus en plus d'incohérences et de problèmes commencent à apparaître. Aucun théoricien n'est allé aussi loin que le théoricien allemand Carl Schmitt pour exposer ces problèmes et s'opposer au libéralisme en tant que théorie politique. Schmitt, juriste allemand et membre du parti nazi, a contribué à jeter les bases du fascisme et du nazisme et, ce faisant, a lancé une attaque contre le libéralisme que les théoriciens modernes continuent de combattre.

Pour Schmitt, la théorie libérale échoue dans plusieurs domaines : elle manque d'un souverain clair, elle ne peut pas véritablement soutenir la tolérance sans interférer, son argument en faveur des droits naturels manque de fondement et elle ne comprend pas la politique au niveau fondamental. Selon Schmitt, la politique n'est rien d'autre qu'une relation ami/ennemi tranchante et irréconciliable. Pour lui, le libéralisme se ment à lui-même lorsqu'il affirme que des points de vue irréconciliables peuvent faire l'objet d'une médiation par le biais d'un processus de débat et de tolérance. Pour en revenir à l'exemple de l'avortement, si deux personnes ont des opinions qui ne laissent aucune place à la négociation et que l'avortement devient un point de tension politique, le libéralisme n'a pas d'autre moyen de résoudre la tension que de repousser le problème dans la rue. Pour Schmitt, cela rend la société plus divisée et fait paraître l'État faible.

L'essence du libéralisme est la négociation, une demi-mesure prudente, dans l'espoir que la dispute définitive, la bataille sanglante décisive, puisse être transformée en débat parlementaire et permette de suspendre la décision pour toujours dans une discussion éternelle.- Carl Schmitt, 1922

En outre, le libéralisme prétend que le peuple est le souverain puisque c'est son consentement qui permet au gouvernement de prendre des décisions. Schmitt examine cette affirmation et affirme que le libéralisme ne fait que cacher le véritable souverain derrière le masque du peuple. Lorsqu'une question cruciale est en jeu, l'État libéral agit rapidement et efficacement, ce qui ne serait pas possible s'il n'y avait pas de souverain. Le libéralisme est effrayé par l'idée d'un souverain clair parce qu'un souverain clair peut rapidement devenir un dictateur ou un monarque, mais en cachant le souverain, lorsque quelque chose va mal, les citoyens ne savent pas qui blâmer, alors ils blâment tout le système. En fait, les citoyens consentent à être gouvernés, mais ne savent pas exactement qui gouverne.

Libéralisme - Points clés

  • Le libéralisme est une tradition qui remonte au siècle des Lumières.
  • Les principes fondamentaux du libéralisme ont été développés par John Locke.
  • Après la théorie de Hobbes sur l'état de nature, des théoriciens ultérieurs tels que Locke ont pu développer une conception du gouvernement et des dirigeants qui n'incluait pas le droit divin des rois.
  • Le libéralisme affirme que le gouvernement n'est légitime qu'avec le consentement du peuple et que chaque individu naît avec des droits naturels.
  • Pour John Locke et le libéralisme, les droits naturels sont la vie, la liberté et la propriété.
  • La tolérance est un élément essentiel du libéralisme qui permet de garantir la pluralité de pensée qui découle de la liberté individuelle.
  • Carl Schmitt est un théoricien allemand qui a formulé une critique incroyablement dommageable du libéralisme.
  • Pour Schmitt, la tolérance exigée par le libéralisme ne fonctionne pas car la politique est fondamentalement une distinction entre amis et ennemis.

Questions fréquemment posées en Liberalisme

Le libéralisme en sciences politiques est une idéologie qui prône la liberté individuelle, la démocratie représentative, l'économie de marché, l'État de droit et la protection des droits de l'homme.

Les origines du libéralisme remontent aux Lumières européennes du XVIIe et XVIIIe siècle, avec des penseurs tels que John Locke, Montesquieu, Adam Smith et Voltaire.

Le libéralisme politique se concentre sur les droits individuels et la démocratie, tandis que le libéralisme économique se focalise sur la libre concurrence et les marchés peu réglementés.

Les principaux partis politiques libéraux varient selon les pays, mais incluent souvent les partis centristes ou de centre-droit, tels que les Républicains en France ou les Libéraux-Démocrates au Royaume-Uni.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Lequel des éléments suivants est une caractéristique du néolibéralisme ?

Sur quoi la doctrine du libéralisme se concentre-t-elle ?

Quand le terme "libéral" a-t-il été utilisé pour la première fois en politique ?

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !