|
|
Agression

As-tu déjà été témoin de la colère d'une personne ? C'était probablement une expérience effrayante. Les personnes qui éprouvent une colère féroce peuvent avoir le visage rouge, crier ou hurler, lancer des objets, dire des choses méchantes ou blesser d'autres personnes. Toutes les agressions ne se produisent pas au cours d'une crise de rage, mais c'est l'une des causes les plus fréquentes. Alors, qu'est-ce que l'agressivité ? Comment l'agression se manifeste-t-elle ? Et quelles sont les théories qui explorent les origines de l'agression ?

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

As-tu déjà été témoin de la colère d'une personne ? C'était probablement une expérience effrayante. Les personnes qui éprouvent une colère féroce peuvent avoir le visage rouge, crier ou hurler, lancer des objets, dire des choses méchantes ou blesser d'autres personnes. Toutes les agressions ne se produisent pas au cours d'une crise de rage, mais c'est l'une des causes les plus fréquentes. Alors, qu'est-ce que l'agressivité ? Comment l'agression se manifeste-t-elle ? Et quelles sont les théories qui explorent les origines de l'agression ?

  • Nous allons explorer l'agression. Tout d'abord, nous examinerons l'agression en psychologie.
  • Ensuite, nous aborderons brièvement les différents types d'agression.
  • Ensuite, nous explorerons les causes de l'agression, notamment les mécanismes hormonaux, la génétique et les explications éthologiques et évolutives.
  • Ensuite, nous examinerons la théorie de l'apprentissage social de l'agression, y compris l'influence des médias sur l'agression.
  • Enfin, nous examinerons brièvement la théorie de la frustration et de l'agression.

L'agression : Psychologie

En psychologie, l'agression fait référence à des comportements susceptibles de te nuire et de nuire aux autres ou d'affecter les objets de l'environnement. Ce préjudice peut être physique ou psychologique.

L'agression consiste notamment à faire du mal aux autres ou à détruire l'environnement, par exemple en cassant une porte à coups de poing ou en lançant un objet.

Comment mesurer l'agressivité en psychologie ? On peut le faire de plusieurs façons, principalement en comptant le nombre de fois où une personne est agressive en réponse à un stimulus ou à un déclencheur et l'intensité de l'agression sur une échelle/un rapport.

Il est important de comprendre d'où vient l'agressivité et pourquoi elle se produit, car, selon l'Organisation mondiale de la santé, en 2002, près de deux fois plus de personnes sont mortes d'altercations interpersonnelles que de guerres (Organisation mondiale de la santé & Krug, E., 2002, cités dans Popova, 2008).

Types d'agression

Quel type de comportement les scientifiques considèrent-ils comme agressif ? Il existe plusieurs façons d'observer l'agressivité pour l'étudier. Pour généraliser, il existe trois types d'agression :

  • Réactive-expressive (être agressif verbalement et physiquement).
  • Réactive-inexpressive (être hostile et manifester de l'antipathie).
  • L'agression proactive-relationnelle (être vicieux envers les autres, avoir un impact sur les relations).

Plusieurs théories sur les types de causes de l'agression sont explorées à l'aide d'explications biologiques, sociales et psychologiques.

Les causes de l'agression en psychologie

Selon la psychologie, les raisons potentielles impliquées dans les causes de l'agression comprennent les mécanismes neuronaux et hormonaux, les explications génétiques, éthologiques et évolutives, et les explications de la théorie de l'apprentissage social. La psychologie explore également l'influence des institutions sur l'agression et l'influence des médias.

Mécanismes neuronaux et hormonaux

Nous examinons ici le système limbique et les effets de la sérotonine, de la testostérone et du cortisol sur l'agressivité.

Le système limbique

Le système limbique joue un rôle important dans la régulation des comportements émotionnels et comprend des structures telles que l'hypothalamus, l'hippocampe et l'amygdale. L'amygdale joue un rôle particulièrement important dans l'agression. Lorsqu'elle est stimulée dans le cadre d'études animales, les animaux présentent des comportements plus agressifs. En revanche, lorsqu'elle est retirée, ils présentent moins de comportements agressifs, voire aucun.

Diagramme de l'agression du système limbique StudySmarterFig. 1 - Le système limbique comprend l'amygdale, l'hippocampe et d'autres structures notables.¹

Recherche sur la sérotonine

La sérotonine est un neurotransmetteur. Elle a des effets inhibiteurs étendus sur le cerveau. En ce qui concerne l'agression, des niveaux normaux de sérotonine dans le cortex orbitofrontal (OFC) sont en corrélation avec une plus grande maîtrise de soi (inhibition des comportements impulsifs). La diminution des niveaux de sérotonine réduit la maîtrise de soi et peut augmenter l'impulsivité.

C'est l'hypothèse de la carence en sérotonine: la diminution des taux de sérotonine entraîne une réduction de l'effet inhibiteur, ce qui affecte l'OFC et provoque des comportements plus impulsifs et plus agressifs.

Recherche sur la testostérone et le cortisol

La testostérone est un androgène, une hormone qui contrôle le développement des caractéristiques masculines. Elle est produite dans les gonades (testicules chez l'homme et ovaires chez la femme) et dans le cortex surrénal. On suggère que la testostérone est liée à l'agressivité en raison de la corrélation entre les hommes ayant des niveaux de testostérone plus élevés et commettant des actes plus agressifs que les femmes.

Le cortisol est une hormone du stress. Presque toutes les cellules du corps ont des récepteurs pour le cortisol, de sorte que ses effets varient. En général, il aide le corps à répondre au stress chronique, en affectant le système immunitaire, les muscles, etc. La théorie de l'absence de peur suggère que le stress induit par le cortisol peut inhiber l'agression par la peur.

Dans l'ensemble, le lien entre les mécanismes neuronaux et hormonaux et l'agression est corrélationnel et non causal. Il n'est pas tout à fait clair si les hormones affectent l'agression ou si l'agression provoque une stimulation de la production d'hormones.

Explications génétiques, éthologiques et évolutives

L'agressivité est affectée par les hormones et les neurotransmetteurs. Ainsi, en ce qui concerne la génétique, les gènes jouent un rôle important en affectant la production de ces composants, ce qui, à son tour, affecte l'agression.

Explications génétiques de l'agressivité

Selon Popova (2008), les comportements tels que l'attaque, la défense et d'autres traits agressifs qui s'appliquent aux animaux et aux humains sont spécifiquement liés à la sérotonine, car elle module ces comportements. À savoir, le fonctionnement d'un système sérotoninergique repose sur :

  • La synthèse (fabrication) et la dégradation appropriée (épuration) de la sérotonine. L'absorption de la sérotonine.
  • Récepteurs 5-HT de la sérotonine/dégradation.
  • Des gènes tels que le gène PET-1 (traité plus en détail ailleurs).

La monoamine oxydase A (MAOA ; le gène du guerrier) a gagné en notoriété lors d'une étude réalisée en 2006 par le Dr Rod Lea sur des hommes Māori de Nouvelle-Zélande. Il a été suggéré que ceux qui possèdent le gène du guerrier présentent des niveaux plus élevés de comportements agressifs en réponse à la provocation.

Le gène MAOA code pour la production de l'enzyme impliquée dans la décomposition des neurotransmetteurs dans les synapses entre les neurones. Cela est particulièrement vrai pour la sérotonine. Lorsque des variantes de ce gène apparaissent, il peut en résulter une production moindre de l'enzyme, ce qui fait que les neurotransmetteurs restent plus longtemps dans la synapse , entraînant un dysfonctionnement du cerveau et du comportement.

Le gène guerrier a été très critiqué pour sa formulation contraire à l'éthique.

Le sexe et l'agression

Compte tenu de l'association entre certaines hormones et l'agression, le sexe peut jouer un rôle dans les tendances au comportement agressif. L'hypothèse du super-mâle, établie par Sandberg (1961) , suggère que la mutation du chromosome XYY chez les hommes entraînerait une plus grande agressivité. De nombreuses études indiquent que le sexe joue un certain rôle dans l'agressivité.

Rissman et al. (2006) ont découvert que le gène Sry était associé à des niveaux élevés d'agressivité chez les souris. Ce gène entraîne le développement des gonades et des niveaux élevés d'androgènes chez les mâles. Lagerspetz et al. (1992) ont constaté que les filles avaient tendance à être indirectement agressives, et que les garçons étaient tout aussi indirectement agressifs, mais plus directement agressifs.

Agression, image de trois brins d'ADN, StudySmarterFig. 2 - L'agressivité peut être liée à l'ADN d'une personne.

Explications éthologiques de l'agressivité

L'agression peut être étudiée et expliquée en analysant les comportements des animaux non humains et en les comparant à ceux des humains. Ce type d'étude est connu sous le nom d'éthologie.

Konrad Lorenz a suggéré que l'agression chez les animaux est innée, un processus instinctif qui aide les espèces à maximiser leurs ressources (nourriture, espace et autres nécessités). Les combats entre espèces se produisent jusqu'à ce que l'un d'entre eux recule, et non jusqu'à la mort, afin d'éviter de tuer sa propre espèce. C'est pourquoi certains animaux poussent des grognements ou des grognements en guise d'avertissement, ce que l'on appelle un mécanisme inné de libération (MIR).

Les mécanismes de libération innés (MRI) sont des mécanismes par lesquels les animaux ont évolué pour avoir une réponse spécifique à certains stimuli.

Les MRI conduisent à des schémas d'action fixes (FAP), un terme éthologique utilisé pour décrire les comportements instinctifs d'une espèce, généralement une action en réponse à un facteur de stress.

Les animaux ont un schéma d'action fixe lorsqu'ils sont confrontés à un releasor particulier. En effet, une MRI est où une interface sensorimotrice neuronale relie et crée une réponse entre un stimulus et le schéma d'action fixe (Ewert, 2013). Une fois que le MRI se produit, le FAP se produira après et ne pourra pas être arrêté.

Le modèle hydraulique du comportement instinctif suggéré par Lorenz stipule que tous les animaux créent un réservoir d'énergie refoulée, connu sous le nom d'énergie spécifique à l'action. Les IRM déclenchent les FAP, qui libèrent cette énergie, et par conséquent, les niveaux d'agression diminuent jusqu'à ce que ce réservoir soit à nouveau rempli.

Lorenz affirme que ce réservoir s'accumule chez l'homme parce que l'homme d'aujourd'hui ne peut pas se décharger de son agressivité.

Explications évolutionnistes de l'agression

Les explications évolutionnistes de l'agression citent la sélection naturelle comme une grande partie de la raison pour laquelle l'agression s'est développée comme elle l'a fait chez les humains. Par conséquent, l'agression est une réaction adaptative qui sert à la fois à la survie et à la reproduction. Si le dernier morceau de viande d'un animal est disputé par un animal concurrent, un acte agressif pour l'obtenir augmentera les chances de survie de chaque animal s'il choisit de se battre pour l'obtenir et de gagner.

L'agression intergroupe se produit entre deux groupes de la même espèce, appelés "groupe interne" et "groupe externe" en fonction de l'endroit où les individus s'identifient.

Il s'agit essentiellement d'une opposition entre nous et eux.

Par exemple, une troupe de lions voit une autre troupe de lions, ou en bandes dans les comportements humains.

Le comportement que l'outgroup affiche est indésirable pour l'ingroup.

L'agression à l'intérieur d'un groupe se produit lorsque les membres d'un groupe manifestent de l'agressivité les uns envers les autres, généralement en raison de la jalousie ou de la rivalité ; par exemple, dans un groupe de mâles en compétition, le besoin d'être le plus dominant sexuellement.

Théorie de l'apprentissage social de l'agression

L'explication socio-psychologique de l'agression comprend la théorie de l'apprentissage social, y compris la référence à l'étude de Bandura, l'expérience de la poupée Bobo, la désindividuation et l'influence des médias. Les explications socio-psychologiques de l'agression suggèrent que les enfants apprennent en observant les autres.

Bandura et l'expérience de la poupée Bobo

La théorie de l'apprentissage social de l'agression affirme que l'agression s'apprend par l'observation, l'imitation et le renforcement (positif ou négatif, direct ou par procuration). L'expérience de la poupée Bob o a étayé les affirmations de Bandura, en montrant que les enfants peuvent apprendre des comportements par laseule observation .

Dans cette expérience, contrairement au groupe témoin, les enfants exposés à des comportements agressifs ont eu tendance à adopter eux-mêmes des comportements agressifs.

La théorie de la désindividuation, proposée par Festinger et al. (1952), stipule que si les humains croient qu'ils peuvent s'en tirer en adoptant des comportements agressifs, ils le feront. L'anonymat accentuera ce phénomène. La théorie de la contagion est suggérée comme étant le début de la désindividuation.

Tu peux lire l'expérience de Bandura sur la poupée Bobo dans d'autres articles de StudySmarter !

Théories institutionnelles de l'agression dans le contexte des prisons

Les théories institutionnelles de l'agression dans le contexte des prisons impliquent l'approche situationnelle et l'approche dispositionnelle.

Selon l'approche situationnelle (Sykes, 1958), les prisons rendent les gens plus agressifs en raison de la privation de leurs libertés, et non pas parce que les prisonniers étaient à ce niveau d'agressivité avant le prononcé de la sentence(les douleurs de l'emprisonnement). La manifestation de l'agressivité est alors placée sur l'institution et l'organisation, centrée sur la hiérarchie en place.

L'environnement est en quelque sorte la cause.

Milgram pensait que les gens étaient loyaux envers de telles hiérarchies et qu'ils obéiraient si nécessaire. L'expérience de la prison de Stanford va dans le même sens : Zimbardo (1971) a constaté que ceux qui avaient reçu le titre autoritaire de "gardien de prison" devenaient plus agressifs envers ceux qui avaient reçu le titre de "prisonnier", bien qu'aucune des deux parties n'ait obtenu le titre officiellement.

Il s'agit d'un système de pouvoir dysfonctionnel dans une institution qui induit de l'agressivité chez les gens.

L'approche dispositionnelle utilise le modèle d'importation et se concentre sur le comportement et les croyances des détenus avant leur entrée en prison. Irwin et Cressey (1962 ) affirment que les détenus étaient souvent violents et agressifs avant la prison et qu'ils étaient donc naturellement enclins à se comporter ainsi en prison.

Une prison est un lieu agressif parce que les personnes qui s'y trouvent sont agressives.

Agression, photo en noir et blanc d'une personne derrière les barreaux, StudySmarterFig. 3 - L'agressivité était élevée dans l'expérience des prisonniers de Stanford.

L'influence des médias sur l'agressivité

L'utilisation des médias a considérablement augmenté ces dernières années. Par conséquent, certains ont émis l'hypothèse que cette augmentation était à l'origine des problèmes d'agression. La responsabilité de l'agressivité a souvent été attribuée à différentes sources médiatiques. La tendance actuelle est de cibler les jeux informatiques qui utilisent la violence.

Différentes théories soutiennent et réfutent cette idée. Les théories de l'apprentissage sont citées en référence (c'est-à-dire Skinner, Anderson et Drill, Bandura), ainsi que le modèle général de l'agression et les effets neurologiques de l'influence des médias sur l'agression.

Les influences des médias sont prises en compte :

Chacune de ces théories suggère qu'une exposition prolongée à des médias violents influence les réactions des gens lorsqu'ils se sentent en colère et qu'ils voient des comportements agressifs dans la vie réelle, normalisant ainsi l'agression.

Théorie de la frustration et de l'agression

La théorie frustration-agression affirme que la frustration entraîne des comportements agressifs résultant de l'incapacité à accomplir une certaine action ou à atteindre un certain objectif. Il en résulte un besoin de libérer cette énergie et la frustration est libérée sous forme d'agression, parfois à l'encontre d'une source qui n'est pas la cause principale de la frustration.

Comment réduire l'agressivité en psychologie ? Pour réduire l'agressivité, il faut que la personne comprenne les causes de son agressivité et qu'elle apprenne de nouvelles réponses et des comportements appropriés plutôt que de laisser la frustration s'accumuler et exploser sous forme d'agression.

Les thérapies, la discussion et la maîtrise de soi aident à réduire l'agressivité.

Agression - Points clés

  • En psychologie, l'agression fait référence à des comportements qui pourraient te blesser ou blesser d'autres personnes, ou qui pourraient affecter des objets dans l'environnement.
  • La génétique prend en compte le rôle des neurotransmetteurs, des hormones et du gène du guerrier.
  • Les explications socio-psychologiques prennent en compte les théories de l'apprentissage social et la théorie de la frustration-agression.
  • Les théories institutionnelles prennent en compte l'approche situationnelle et l'approche dysfonctionnelle, ainsi que le modèle d'importation.
  • L'influence des médias sur l'agression comprend les jeux vidéo, l'amorçage cognitif, la désensibilisation et la désinhibition.

Références

  1. Fig. 1 - 1511 The Limbic Lobe-vi (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:1511_The_Limbic_Lobe-vi.jpg) by OpenStax College (https://openstax.org/books/anatomy-and-physiology/pages/1-introduction) is licensed by CC BY 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.en)

Questions fréquemment posées en Agression

L'agression en psychologie désigne un comportement hostile ou violent dirigé contre soi-même, les autres ou les objets.

Les causes de l'agression incluent des facteurs biologiques, sociaux et psychologiques, tels que les instincts, la frustration, l'apprentissage social et les influences culturelles.

Pour gérer l'agression chez les enfants et les adolescents, il est essentiel de communiquer avec eux, d'établir des limites et des conséquences, de les aider à développer des compétences en résolution de problèmes et de créer un environnement positif.

Pour prévenir l'agression, il est important de comprendre les causes, de développer des compétences en communication et en résolution de conflits, et de promouvoir l'empathie et la tolérance.

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !