Désinhibition

La désinhibition fait référence à une perte de contrôle sur les aliments que nous consommons. Si tu as déjà suivi un régime, tu sais probablement ce que l'on ressent lorsque notre maîtrise de soi est mise à l'épreuve. Lorsqu'on nous présente notre plat préféré ou que nous nous sentons simplement stressés ou émotifs, il est facile de manger plus que d'habitude. Mais la désinhibition peut-elle devenir une habitude et affecter notre santé ?

Désinhibition Désinhibition

Crée des supports d'apprentissage sur Désinhibition avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères

    Désinhibition, Avertissement sur le contenu, StudySmarter

    Selon l'enquête sur la santé, l'obésité touche 28 % des adultes au Royaume-Uni en 2019. Par ailleurs, 36,2 % des adultes sont en surpoids. L'obésité a été liée à des facteurs génétiques, environnementaux et psychologiques ; dans cet article, nous nous concentrerons sur ces derniers et explorerons le concept de désinhibition.

    • Tout d'abord, nous parlerons de la signification de la désinhibition et nous présenterons des exemples de comportements désinhibés.
    • Ensuite, nous discuterons de l'explication de l'obésité par le modèle de la frontière.
    • Ensuite, nous présenterons la théorie de la contention comme explication de l'obésité.
    • Enfin, nous évaluerons les théories de l'obésité qui rendent compte de l'effet de désinhibition.

    Désinhibition, Femme tenant une boule de nourriture, StudySmarterFig. 1 - La désinhibition face à la nourriture a été associée à l'obésité.

    Quelle est la signification de la désinhibition ?

    Ladésinhibition (ou effets de la contre-régulation) est un manque de capacité à contrôler son comportement, souvent caractérisé par le fait qu'un individu agit selon ses impulsions et ne tient pas compte des conséquences. Ces personnes abandonnent et ont une attitude de tout ou rien vis-à-vis de l'alimentation. Lorsqu'on étudie le comportement alimentaire, la désinhibition peut affecter de manière significative la façon dont une personne mange.

    Pendant un épisode de désinhibition, l'individu mange autant qu'il le souhaite, sans tenir compte des conséquences négatives telles que les douleurs d'estomac, les nausées et l'inconfort.

    Les épisodes de désinhibition suivent souvent des périodes de restriction alimentaire.

    Un type de distorsion cognitive, connu sous le nom de "tout ou rien" ou de "pensée en noir et blanc", est à l'origine de la désinhibition. Les personnes qui se retiennent de manger croient souvent que toute quantité de "mauvais" aliment ruinera leur régime, ce qui signifie qu'elles peuvent tout aussi bien manger autant qu'elles le veulent puisque le mal est déjà fait. Ils ne voient pas l'intérêt de s'arrêter, même s'ils se sentent malades ou mal à l'aise.

    Une distorsion cognitive est un schéma de pensée irrationnel ou illogique qui exacerbe souvent les pensées négatives.

    En subissant de façon répétée ces épisodes de désinhibition, les individus consomment de grandes quantités de calories, ce qui peut leur faire prendre du poids. Par conséquent, la désinhibition peut être un facteur d'apparition de l'obésité.

    Exemples de comportements désinhibés

    Les personnes qui restreignent leur consommation de nourriture sont plus sensibles aux indices liés à la nourriture, comme l'odeur des pâtisseries lorsqu'elles passent devant une boulangerie ou une publicité à la télévision pour leur fast-food préféré. Ces indices peuvent déclencher des épisodes de désinhibition au cours desquels ils mangent sans aucune restriction, ce qui entraîne des crises de boulimie.

    Un exemple de comportement alimentaire désinhibé serait de manger un peu de chocolat, puis de manger un grand nombre d'autres sucreries, puisque tu as déjà "échoué" à manger "sainement".

    Le modèle des limites

    De nombreux problèmes peuvent découler d'un surpoids. Compte tenu du nombre de personnes concernées, les psychologues ont essayé de comprendre pourquoi l'obésité se produit et pourquoi elle est devenue un tel problème.

    Deux théories psychologiques de l'obésité se concentrent sur le concept de désinhibition ; il s'agit du modèle de la frontière et de la théorie de la restriction.

    Herman et Polivy (1983)1 ont développé le modèle de la limite pour expliquer comment la restriction alimentaire peut entraîner l'obésité.

    Lemodèle des limites suggère que notre consommation de nourriture dépend de notre position sur un spectre allant de la faim à la satiété, sur lequel nous avons certaines limites quant à la quantité de nourriture que nous mangeons et à la quantité que nous mangeons.

    Lorsque nous nous trouvons aux extrémités de ce spectre, nous sommes motivés pour manger ou arrêter de manger.

    Si nous n'avons pas assez mangé, nous passons la limite de la faim sur le spectre, ce qui nous motive à manger quelque chose. Nous devrions ensuite passer la limite de la satiété pendant que nous mangeons, ce qui nous encourage à arrêter de manger avant d'être inconfortablement rassasiés.

    Au milieu de ces spectres se trouvent les zones d'indifférence biologique, dans lesquelles nous n'éprouvons aucune motivation biologique à l'égard de la nourriture. Dans cette zone, ce sont principalement desfacteurs cognitifs qui contrôlent notre alimentation.

    Les personnes qui mangent avec retenue sont susceptibles de contrôler les limites de leur consommation de nourriture en fonction de leur restriction, généralement à une certaine distance de l'endroit où elles seraient confortablement rassasiées.

    Une fois qu'elles ont dépassé leur limite de restriction (ou leur limite de régime), les personnes qui se restreignent font souvent l'expérience de ceque Herman et Polivy appellent l'effet "what the hell effect" (l'effet de l'enfer).

    L'effet "what the hell" fait que la personne mange bien au-delà de sa limite de satiété une fois qu'elle a dépassé sa limite de restriction. Elle pense que cela n'a pas d'importance puisqu'elle a de toute façon "gâché son régime". Elle peut donc tout aussi bien manger ce qu'elle veut.

    L'idée que ces mangeurs restreints ont également une plus grande zone d'indifférence biologique a encore exacerbé ce phénomène. Les facteurs cognitifs contrôlent davantage leur comportement alimentaire que celui des mangeurs sans retenue.

    La théorie de la restriction

    Lathéorie de la restriction suggère que les personnes qui restreignent leur consommation de nourriture sont plus susceptibles de trop manger que celles qui ne le font pas en raison des limites cognitives qu'elles s'imposent. Les individus tentent de modifier leur comportement alimentaire de manière cognitive plutôt que physiologique. Lorsqu'elles ne parviennent pas à respecter cette limite sur l'échelle dont nous avons parlé plus haut, cela peut conduire à des crises de boulimie, contribuant ainsi à l'obésité.

    On parle defrénésie alimentaire lorsque tu manges une grande quantité de nourriture en peu de temps, ce qui peut provoquer des douleurs et des troubles de l'estomac.

    Les facteurs sociaux, environnementaux et psychologiques affectent l'écart entre les niveaux de faim minimum et les niveaux de satiété maximum. Les personnes qui se restreignent tentent délibérément de limiter leur consommation de nourriture. Ces personnes ont tendance à classer les aliments dans des catégories noires et blanches de "bons" et de "mauvais" aliments et créent des règles sur comment, quand et ce qu'elles s'autorisent à manger.

    Ce contrôle est cognitif ; en pensant à leur consommation de nourriture, elles tentent de contrôler leur alimentation, qui est généralement une tentative de contrôle de leur taille corporelle.

    Comme la consommation de nourriture n'est plus contrôlée par des facteurs physiologiques mais plutôt par des facteurs cognitifs, le mangeur restreint est moins capable de savoir quand il a faim et quand il est rassasié, ce qui entraîne souvent une suralimentation ou une frénésie alimentaire.

    Désinhibition, femme choisissant entre un dessert et une pomme, StudySmarterFig. 2 - Les personnes qui se restreignent tentent délibérément de limiter leur consommation de nourriture . Ces personnes ont tendance à classer les aliments dans des catégories noires et blanches de "bons" et "mauvais".

    Herman et Mack (1975 ) ont démontré la théorie de la retenue dans leur étude. Dans cette étude, des personnes au régime et d'autres qui ne le sont pas ont été soumises à trois conditions de "précharge" : elles ont bu un milkshake, deux milkshakes ou rien du tout. Ils ont ensuite mangé de la glace (en quantité illimitée). Les personnes au régime avaient tendance à manger plus de glace lorsqu'elles consommaient plus de milkshakes que les non-diplômés, qui mangeaient moins de glace à mesure qu'ils buvaient.

    Cette découverte suggère une désinhibition, car la consommation du milkshake a amené les personnes au régime à dépasser la limite cognitive de leur régime, de sorte qu'elles ont "abandonné" et n'ont pas réussi à manger en respectant leurs plages de satiété et de faim. Il s'agit d'une mentalité du tout ou rien.

    Effet de désinhibition : Évaluation

    Examinons les études qui appuient et montrent les limites des théories de l'obésité qui rendent compte de l'effet de désinhibition.

    Points forts

    Wardle et Beales (1988) ont mené une étude sur la validité de la théorie de la contention.

    Ils ont séparé 27 femmes obèses en trois groupes.

    • Un groupe a été soumis à un régime alimentaire restreint,
    • un groupe a suivi un programme d'exercices,
    • et le dernier groupe a servi de contrôle et n'a bénéficié d'aucune intervention.

    Les chercheurs ont constaté que, parmi les trois groupes, c'est le groupe soumis à un régime restrictif qui a mangé le plus de nourriture au cours des sept semaines de l'étude, en raison d'épisodes de désinhibition conduisant à des crises de boulimie.

    Boyce et Kuijer (2014) ont constaté que, lorsqu'ils étaient exposés à des images de minceur (par exemple, des mannequins minces dans des publicités), les mangeurs retenus mangeaient davantage lorsqu'on leur proposait de la nourriture que les mangeurs non retenus. Ce résultat suggère que ces images peuvent désinhiber les mangeurs retenus. L'étude soutient également la théorie, en montrant que la désinhibition peut affecter la prise alimentaire.

    Points faibles

    Savage et al. (2009) ont mené une étude longitudinale sur la restriction alimentaire. Sur un échantillon de 163 femmes, ils ont constaté que celles qui se restreignaient perdaient plus de poids sur une période de six ans que celles qui ne se restreignaient pas. Ce résultat contredit les prédictions de la théorie de la restriction.

    Certaines recherches démontrent que la restriction peut être plus complexe que ne le suggèrent Herman et Mack. Des études ont mis en évidence différents types d'alimentation restrictive, tels que la restriction rigide (où les mangeurs évitent totalement les aliments "interdits") ou la restriction souple (où les aliments "interdits" sont autorisés en petites quantités). Certaines recherches suggèrent que seule la restriction rigide conduit à la désinhibition et à la prise de poids qui s'ensuit.


    Désinhibition - Points clés

    • Le sens de désinhibition (ou effets de contre-régulation) est un manque de capacité à contrôler le comportement, souvent caractérisé par le fait qu'un individu agit selon ses impulsions et ne tient pas compte des conséquences.
    • La théorie de la restriction suggère que les personnes qui restreignent leur consommation de nourriture sont plus susceptibles de trop manger que celles qui ne le font pas.
    • Ces personnes ont tendance à classer les aliments dans des catégories noires et blanches de "bons" et de "mauvais" aliments et créent des règles sur comment, quand et ce qu'elles s'autorisent à manger.
    • Le modèle des limites suggère que notre consommation de nourriture dépend de l'endroit où nous nous trouvons sur un spectre, de la faim à la satiété.
    • Une fois qu'ils ont dépassé leur limite de restriction (ou de régime), les mangeurs restreints ressentent souvent ce que Herman et Polivy appellent l'effet "what the hell effect" (l'effet de l'enfer).

    Références

    1. Janet Polivy et Peter Herman, A boundary model for the regulation of eating. Psychiatric Annals, 1983
    Désinhibition Désinhibition
    Apprends avec 24 fiches de Désinhibition dans l'application gratuite StudySmarter

    Nous avons 14,000 fiches sur les paysages dynamiques.

    S'inscrire avec un e-mail

    Tu as déjà un compte ? Connecte-toi

    Questions fréquemment posées en Désinhibition
    Qu'est-ce que la désinhibition en psychologie ?
    La désinhibition en psychologie réfère à la réduction ou la suppression des inhibitions comportementales, émotionnelles ou cognitives, rendant une personne moins contrainte dans ses actions, expressions et pensées.
    Quelles sont les causes de la désinhibition ?
    Les causes de la désinhibition peuvent inclure des facteurs physiologiques (comme la consommation d'alcool ou de drogues), neurologiques (lésions cérébrales, démence), ou psychologiques (stress intense, fatigue mentale, troubles de la personnalité).
    Comment reconnaître la désinhibition ?
    La désinhibition se manifeste par un comportement impulsif, une expression excessive des émotions, une diminution du jugement moral, et une propension à des comportements socialement inacceptables ou dangereux.
    Quels sont les traitements pour la désinhibition ?
    Les traitements pour la désinhibition varient selon la cause et incluent la thérapie cognitivo-comportementale, la médication (antidépresseurs, stabilisateurs de l'humeur), la modification du comportement ou encore le soutien psychosocial.
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Désinhibition

    • Temps de lecture: 11 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !