|
|
Addiction

Réfléchis à ce que tu sais déjà de la dépendance, penses-tu qu'il s'agit de faits ou de stéréotypes qui te viennent à l'esprit lorsqu'on parle de dépendance ? La dépendance est un problème complexe qui peut être défini par ses qualités de dépendance psychologique et physique, avec de multiples facteurs de risque, caractéristiques et options de traitement. Explorons la dépendance plus en détail.

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Réfléchis à ce que tu sais déjà de la dépendance, penses-tu qu'il s'agit de faits ou de stéréotypes qui te viennent à l'esprit lorsqu'on parle de dépendance ? La dépendance est un problème complexe qui peut être défini par ses qualités de dépendance psychologique et physique, avec de multiples facteurs de risque, caractéristiques et options de traitement. Explorons la dépendance plus en détail.

  • Tout d'abord, nous donnerons une définition de la dépendance, en explorant les différents facteurs de la dépendance, notamment la dépendance psychologique et physique.
  • Ensuite, nous explorerons les différents types de dépendance, comme la nicotine et les jeux d'argent.
  • Ensuite, nous nous pencherons sur la toxicomanie.
  • Puis, nous examinerons la dépendance à l'alcool.
  • Enfin, nous discuterons brièvement du concept de personnalité addictive et de la crédibilité d'une telle affirmation.

Addiction, avertissement de contenu, StudySmarter

Addiction, photo d'une pile de pilules entourée de sachets, StudySmarterFig. 1 - L'addiction se caractérise par une dépendance physique et psychologique.

Définition de la dépendance

On parle d'addiction lorsqu'une personne ne peut s'empêcher de pratiquer une activité qu'elle trouve agréable, ce qui implique une tolérance et des symptômes de sevrage ainsi qu'une dépendance (physique et psychologique). Il existe de nombreux types de dépendance, mais à la base, c'est lorsqu'une personne est incapable d'arrêter de s'adonner à sa dépendance même si elle lui cause du tort ainsi qu'à d'autres personnes ; elle est devenue dépendante de l'objet de sa dépendance.


On parle dedépendance lorsqu'une personne s'adonne à une activité agréable qu'elle ne peut plus arrêter. La dépendance peut même nuire à la vie quotidienne, à la santé, au bien-être, à la famille et aux amis.

Il existe certains concepts liés à la dépendance que nous allons clarifier ci-dessous, notamment les types de dépendance, la tolérance, le syndrome de sevrage et certains facteurs de risque de la dépendance.

La dépendance peut prendre la forme d'une dépendance psychologique et/ou d'une dépendance physique à l'égard d'une substance ou d'un comportement.

On parle dedépendance psychologique lorsqu'une personne devient dépendante de l'objet de la dépendance pour son fonctionnement psychologique et émotionnel. Il s'agit de tonétat mental . Une personne peut agir de manière émotionnelle ou se sentir anxieuse lorsqu'elle ne peut pas avoir accès à la drogue ou au comportement.

On parle dedépendance physique lorsqu'une personne dépendante ne peut pas fonctionner physiquement sans l'objet de la dépendance ; le corps est dépendant de la drogue et le fait de ne pas y participer peut entraîner des symptômes de sevrage. La drogue ou le comportement est en quelque sorte la nouvelle normalité, et pour retrouver cet état normal, il faut reprendre la drogue.

La dépendance à l'alcool est un exemple de dépendance psychologique. Par exemple, une personne dépendante de l'alcool peut se mettre en colère et devenir agressive si elle n'a pas bu, ce qui signifie qu'elle est psychologiquement dépendante de l'alcool pour se comporter normalement et ne pas avoir recours à l'agression.

Un exemple de dépendance physique est celui d'un alcoolique qui éprouve des tremblements lorsqu'il ne peut pas boire.

La tolérance

Une personne devient tolérante à quelque chose lorsqu'elle en est physiquement dépendante pour atteindre un sentiment de normalité. Elle s'adonne à l'objet de la dépendance si souvent qu'il n'a plus le même effet. Par conséquent, elle augmente sa "dose" pour obtenir le même effet.

Par exemple, une personne dépendante de l'alcool peut passer de la bière faible au whisky fort, car la bière ne lui procure plus le même "buzz". Elle peut avoir besoin de boire plus de bière pour s'enivrer.

Syndrome de sevrage

Les symptômes de sevrage désignent les symptômes physiques qu'une personne éprouve lorsqu'elle réduit ou cesse de consommer l'objet de sa dépendance. Ils comprennent, entre autres, l'anxiété, l'insomnie, les nausées et les douleurs corporelles. Les symptômes de sevrage diffèrent selon la drogue ou le comportement.

Un alcoolique peut avoir les mains qui tremblent et des nausées, tandis qu'un fumeur a des maux de tête et des fringales.

Facteurs de risque de la dépendance

Les facteurs de risque sont des éléments qui peuvent rendre une personne plus vulnérable au développement d'une dépendance. Il peut s'agir de facteurs isolés, mais la dépendance résulte souvent de la combinaison de plusieurs facteurs. Les facteurs de risque de la dépendance peuvent être les suivants

  • Le stress - Le fait de consommer continuellement des substances pour soulager le stress peut conduire à une dépendance, et les situations stressantes sont un facteur de risque.
  • Facteurs génétiques - Les tendances aux comportements addictifs peuvent éventuellement être héritées des gènes familiaux.
  • Influences familiales - Grandir dans un environnement qui normalise une forte consommation de substances ou un comportement addictif.
  • Influences du groupe de pairs - Y compris la pression exercée par les pairs pour qu'ils adoptent des comportements à risque pouvant conduire à la dépendance.

Addiction, silhouette sombre d'un groupe de sept personnes, StudySmarterFig. 2 - L'influence de la famille et des pairs peut être un facteur de risque de dépendance.

Il est important de reconnaître que la vulnérabilité génétique n'est pas synonyme de certitude, c'est-à-dire que les gènes d'une personne ne garantissent pas qu'elle deviendra dépendante.

Types de dépendance

Il existe de multiples types de dépendance. Dans cette section, nous nous intéresserons toutefois à deux types de dépendance spécifiques : la dépendance à la nicotine et la dépendance aux jeux d'argent. Nous verrons comment différentes approches expliquent ces addictions et comment nous pouvons les traiter.

Comment définir et expliquer la dépendance à la nicotine ?

On parle de dépendance à la nicotine lorsqu'une personne est dépendante de la nicotine, en fumant des cigarettes ou en mâchant du tabac. Plus précisément, le DSM 5 définit la dépendance à la nicotine comme suit :

  1. Des efforts infructueux pour arrêter ou réduire la consommation de tabac.
  2. Besoin impérieux de tabac
  3. Absence de responsabilités et d'obligations en raison de la consommation de tabac.
  4. Poursuite de la consommation malgré des conséquences sociales ou interpersonnelles néfastes.

Explications biologiques des dépendances à la nicotine

Les explications biologiques de la dépendance sont centrées sur le système mésolimbique du cerveau, ou système de récompense. Les composants de ce système qui influencent la dépendance sont :

  • Le cortex préfrontal
  • L'aire tegmentale ventrale
  • Le noyau accumbens
  • La dopamine (voie mésolimbique de la dopamine)
  • Le système opioïde
  • Neuroadaptation

Plus précisément, ces systèmes régulent la désensibilisation, le conditionnement (systèmes de récompense), la tolérance et les changements au sein du cerveau qui peuvent tous contribuer à la dépendance. Notamment, la sérotonine est également impliquée dans le contrôle de l'impulsivité (le contrôle diminue les impulsions à adopter des comportements risqués).

L'explication de la dépendance à la nicotine par la théorie de l'apprentissage

La théorie de l'apprentissage explique la dépendance à la nicotine par le conditionnement. Une personne dépendante à la nicotine est non seulement récompensée par le plaisir de fumer une cigarette, mais elle peut aussi développer une réactivité aux indices, dans laquelle des objets associés à la cigarette déclenchent sa dépendance, par exemple un briquet.

Addiction, une cigarette allumée, StudySmarterFig. 3 - Fumer peut entraîner une dépendance à la nicotine.

Comment définir et expliquer la dépendance au jeu ?

On parle d'addiction aux jeux d'argent lorsqu'une personne est dépendante des jeux d'argent. Le DSM 5 considère le jeu comme un trouble problématique, entraînant une détresse importante caractérisée par :

  1. Préoccupation à l'égard du comportement de jeu.
  2. Des tentatives répétées et infructueuses pour arrêter.
  3. Poursuite de l'habitude malgré les pertes et les autres coûts.

La dépendance au jeu pourrait prendre de nombreuses formes, des paris sur les événements sportifs aux jeux de poker et aux machines à sous. Lorsqu'une personne est dépendante du jeu, quelques approches peuvent expliquer son comportement, mais dans cette section, nous explorerons la théorie de l'apprentissage, l'approche cognitive et les biais cognitifs.

La théorie de l'apprentissage dans les jeux de hasard

La théorie de l'apprentissage explique le jeu en termes deconditionnement opérant et classique . Lorsque le joueur gagne, il est récompensé, ce qui renforce son comportement de jeu. Même s'il est vrai que le jeu n'est pas renforcé à chaque fois qu'une personne joue, l'excitation et le risque de placer un pari le sont, par conséquent, cette incertitude renforce la dépendance.

La théorie cognitive du jeu

La théorie cognitive explique le jeu en termes de pensées irrationnelles, notamment de raisonnement et de biais cognitifs tels que les illusions de contrôle (croyance selon laquelle le joueur peut influencer le résultat de son pari) et le sophisme du joueur (croyance selon laquelle après une série de défaites, un gain est certain). Le jeu peut également être considéré comme un mécanisme d'adaptation et une distraction.

Biais cognitifs dans les jeux de hasard

Le biais cognitif est une erreur de pensée qui affecte le jugement des gens. Il se produit lorsque les gens essaient de justifier leurs mauvaises décisions afin de continuer à répéter leur comportement. Dans le cas de la dépendance au jeu, il peut s'agir de cas où l'on se concentre sur le fait d'avoir presque gagné ou d'avoir seulement gagné (plutôt que sur toutes les fois où l'on a perdu), ce qui fait croire aux gens qu'ils ont plus de chances de gagner s'ils continuent à jouer parce qu'ils ont déjà gagné par le passé.

La toxicomanie

Les critères du DSM 5 pour la toxicomanie sont énumérés dans la liste des "troubles liés à une substance et entraînant une dépendance", qui comprend des drogues telles que l'alcool, la nicotine, la caféine, les opioïdes, les hallucinogènes, les stimulants et le cannabis. La toxicomanie est classée comme suit :

La dépendance physique à une substance qui a des répercussions sur la santé et la vie de l'utilisateur, en particulier lorsqu'elle est prise souvent, plus que prévu ou avec une incapacité à s'arrêter.

Il existe de multiples façons de traiter les toxicomanies, et cela se voit par la prise en compte des besoins biologiques et psychologiques de l'individu.

Traitements biologiques de la toxicomanie

Les traitements biologiques de la toxicomanie impliquent généralement une pharmacothérapie. Il existe trois principaux types de médicaments susceptibles d'être utilisés :

  1. Aversif: médicaments qui créent une réaction négative à l'objet de la dépendance, par exemple, vomir après avoir consommé une substance.
  2. Agoniste: un substitut moins nocif de l'objet de la dépendance. Ils permettent à la personne qui en souffre de se désintoxiquer lentement de sa dépendance.
  3. Antagoniste: ils bloquent les effets de l'objet de la dépendance, par exemple, tu n'auras pas de sensation de plaisir après avoir consommé une substance.

Addiction, une poignée de pilules de différentes formes, tailles et couleurs, StudySmarter.Fig. 4 - La pharmacothérapie peut aider à traiter la dépendance.

La méthadone est un exemple de traitement agoniste de la toxicomanie à l'héroïne ou aux opioïdes. Elle est prise en doses contrôlées et aide à réduire les symptômes de sevrage.

Traitement comportemental de la toxicomanie

Le traitement comportemental courant de la dépendance est la thérapie par aversion. La thérapie d'aversion consiste à remplacer l'association positive que la personne souffrant d'addiction a avec son addiction par une association négative ou aversive.

Lasensibilisation secrète est un traitement comportemental alternatif de la dépendance. La sensibilisation secrète implique le même processus que la thérapie d'aversion, mais la personne qui en souffre imagine simplement l'association au lieu de faire l'expérience du stimulus aversif.

Traitement cognitif de la toxicomanie

Lathérapie cognitivo-comportementale (TCC) est utilisée comme traitement cognitif de la toxicomanie. Elle repose sur l'idée que la dépendance est causée par des processus de pensée défectueux, de sorte que si une personne change la façon dont elle pense à sa dépendance, elle peut également rompre avec son comportement addictif. La thérapie(TCC) vise à permettre aux personnes de reconnaître les situations dans lesquelles elles se tournent vers leur addiction pour remplacer celle-ci par un comportement positif.

La dépendance à l'alcool

La dépendance à l'alcool est classée dans le DSM 5 parmi les troubles liés à une substance et les troubles addictifs, le comportement compulsif et le traitement correspondant étant liés à l'alcool et personnalisés en fonction de la personne qui cherche de l'aide. Là encore, il peut s'agir d'un mélange de traitements biologiques, comportementaux et cognitifs.

Traitement biologique de l'alcoolisme

Les traitements pharmacothérapeutiques de l'alcoolisme peuvent inclure les mêmes traitements que ceux énumérés dans la section sur la toxicomanie (aversif, agoniste, antagoniste).

Un exemple de médicament antagoniste généralement utilisé dans le traitement de la dépendance à l'alcool est la naltrexone, qui bloque les effets agréables de la consommation d'alcool, ce qui peut faciliter l'arrêt de la consommation puisqu'il n'y a plus d'effets positifs ressentis.

Traitement comportemental de l'alcoolisme

La thérapie médicamenteuse peut se superposer au traitement comportemental de la dépendance à l'alcool. Les médicaments aversifs pris lors de la consommation d'alcool peuvent provoquer de graves nausées et des malaises, ce qui crée des associations négatives avec la substance. Il s'agit d'une forme de thérapie par aversion.

Traitement cognitif de l'alcoolisme

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est également recommandée au cours du processus de traitement de la dépendance à l'alcool. La TCC est efficace pour le traitement de l'anxiété et de la dépression, qui sont des troubles et des symptômes pouvant coexister chez une personne souffrant d'une dépendance à l'alcool.

La TCC et les autres traitements psychologiques/thérapies par la parole permettent aux personnes d'explorer en toute sécurité leurs pensées, croyances et comportements néfastes, sans jugement. Cela peut faciliter le rétablissement d'une personne et prévenir les rechutes.

Personnalité addictive

Comme nous l'avons mentionné lors de la discussion sur les facteurs de risque de la dépendance, plusieurs éléments peuvent influencer le développement d'un comportement addictif. Il ne s'agit pas nécessairement d'un type de personnalité addictive, mais de vulnérabilités génétiques et environnementales ou de facteurs de stress que le comportement risqué ou plaisant est utilisé comme mécanisme d'adaptation pour gérer.

Il existe quelques théories sur la façon de gérer les comportements addictifs qui ne sont pas initialement adaptées à une substance ou à un comportement spécifique et qui peuvent être adaptées en fonction des besoins de l'individu.

Théorie du comportement planifié

Cette théorie est un développement de la théorie de l'action raisonnée d'Ajzen et Fienbein (1970). Ajzen (1989 ) a proposé que le comportement soit contrôlé par les intentions qui sont influencées par divers facteurs :

  • Les normes subjectives de l'individu (la façon dont il pense que les autres verraient son comportement).
  • Les préoccupations comportementales perçues (dans quelle mesure l'individu pense qu'il est capable d'adopter le comportement)
  • Les attitudes personnelles (l'attitude d'une personne vis-à-vis de sa dépendance).

Selon cette théorie, il est possible de modifier les comportements en créant des attitudes différentes à l'égard de la dépendance. On y parvient en montrant à la personne qui en souffre des données sur le nombre de personnes qui adoptent un comportement à risque. Cela donnera à la personne qui en souffre la volonté de changer son comportement.

Peux-tu voir comment la théorie du comportement planifié peut être liée au traitement d'une dépendance ? Associée à la thérapie médicamenteuse et à d'autres thérapies cognitives, elle pourrait aider les gens à réfléchir à leur attitude et à leur comportement afin d'éviter les rechutes.

Modèle de changement de comportement en six étapes de Prochaska (1997)

Ce modèle décrit les six étapes du changement de comportement qui peuvent aider une personne à surmonter sa dépendance. Ces étapes sont les suivantes :

  1. Le stade de laprécontemplation - aucune intention de changer.
  2. Le stade de lacontemplation - la personne est consciente de son comportement problématique mais ne veut pas changer.
  3. Le stade de lapréparation - prêt à faire de petits changements.
  4. L'étape de l'action - effectuer des changements actifs.
  5. L'étape dumaintien - s'efforce de rester en rétablissement et de ne pas rechuter.
  6. L'étape de larechute - engagement à nouveau dans des comportements de dépendance après avoir réussi à ne pas s'engager dans ces comportements.

Addiction - Points clés

  • On parle d'addiction lorsqu'une personne s'adonne à une activité agréable qu'elle ne peut ensuite plus arrêter, même si cela peut nuire à son bien-être et à ses proches.

  • L'addiction se caractérise par une dépendance physique et psychologique ainsi que par une tolérance et un syndrome de sevrage. Les facteurs de risque de l'addiction sont le stress, le groupe de pairs, la famille et la vulnérabilité génétique.

  • Les psychologues utilisent la théorie de l'apprentissage, les approches cognitives et la théorie biologique pour expliquer les addictions, comme la nicotine et les jeux d'argent.

  • Les addictions aux drogues et à l'alcool peuvent être traitées à l'aide de la pharmacothérapie, de la thérapie d'aversion, de la sensibilisation secrète et de la thérapie cognitivo-comportementale.

  • Les comportements addictifs peuvent être gérés à l'aide de théories telles que la théorie du comportement planifié et le modèle en six étapes de Prochaska.

Addiction, image d'assistance, StudySmarter


Références

  1. Fig 1. - Photo de Papaioannou Kostas sur Unsplash.
  2. Fig 2 - Photo d'Andres Siimon sur Unsplash
  3. Fig 3. - Photo de Ksenia Yakovleva sur Unsplash.

Questions fréquemment posées en Addiction

L'addiction en psychologie désigne une dépendance physique et/ou psychologique à une substance ou une activité qui a des conséquences négatives sur la vie d'une personne.

Une addiction se manifeste par une envie irrésistible et persistante pour une substance ou une activité malgré la prise de conscience des conséquences négatives.

Les causes de l'addiction sont complexes et variées, incluant des facteurs génétiques, environnementaux, sociaux et psychologiques.

Le traitement d'une addiction peut inclure une thérapie comportementale, des médicaments, un soutien social et des stratégies d'autogestion.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Lequel de ces éléments n'est PAS un facteur de risque de dépendance ?

Sur quel système reposent les explications biologiques de la dépendance ?

Quel est l'exemple de la thérapie de remplacement de la nicotine ?

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !