|
|
Famille dysfonctionnelle

Comment la vie familiale peut-elle affecter la schizophrénie ? Une famille dysfonctionnelle peut-elle être à l'origine de la maladie ? On parle de famille dysfonctionnelle lorsqu'il existe certains comportements défavorables entre les membres de la famille, comme un manque d'empathie et desinteractions malsaines entre les parents et leurs enfants. Ces comportements peuvent créer une situation confuse pour l'enfant, qui peut à son tour produire des comportements erratiques. S'ils ne sont pas diagnostiqués, les symptômes de la schizophrénie, tels que la paranoïa et les délires, peuvent apparaître.

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Famille dysfonctionnelle

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Comment la vie familiale peut-elle affecter la schizophrénie ? Une famille dysfonctionnelle peut-elle être à l'origine de la maladie ? On parle de famille dysfonctionnelle lorsqu'il existe certains comportements défavorables entre les membres de la famille, comme un manque d'empathie et desinteractions malsaines entre les parents et leurs enfants. Ces comportements peuvent créer une situation confuse pour l'enfant, qui peut à son tour produire des comportements erratiques. S'ils ne sont pas diagnostiqués, les symptômes de la schizophrénie, tels que la paranoïa et les délires, peuvent apparaître.

  • Nous allons parler des dysfonctionnements familiaux dans la schizophrénie et de la façon dont ils affectent le trouble.
  • Nous nous pencherons sur la signification de la famille dysfonctionnelle, en explorant les types de familles dysfonctionnelles et les différents systèmes familiaux dysfonctionnels.
  • Tout au long de l'ouvrage, nous présenterons des faits et des exemples de familles dysfonctionnelles.
  • Nous nous concentrerons principalement sur la mère schizophrénogène, la théorie de la double contrainte et les émotions exprimées.
  • Enfin, nous discuterons des forces et des faiblesses des théories de la famille dysfonctionnelle.

Famille dysfonctionnelle, famille à table parlant à un enfant malheureux, StudySmarterFig. 1 - Le dysfonctionnement familial est une explication psychologique de la schizophrénie.

Dysfonctionnement familial dans la schizophrénie

Comme nous l'avons mentionné plus haut, les comportements anormaux peuvent se manifester d'une multitude de façons, le plus souvent par un manque de proximité entre les membres de la famille, où les conflits, les jugements et l'incertitude sont fréquents. Les comportements négligents des parents envers leur enfant (comme le fait d'attendre une perfection inatteignable, de manquer d'empathie, de contrôler et d'agir froidement envers l'enfant) ont un impact sur les relations de l'ensemble du foyer, et les comportements négatifs (passages à l'acte, réactions émotionnelles) peuvent évoluer vers des comportements plus graves observés dans la schizophrénie à un stade ultérieur.

Signification de famille dysfonctionnelle

Le dysfonctionnement familial est une explication psychologique de la schizophrénie. Nous pouvons définir une famille dysfonctionnelle comme suit :

Une famille dysfonctionnelle se caractérise par l'existence de certains comportements défavorables entre les membres de la famille, tels qu'un manque d'empathie et des interactions malsaines entre les parents et leurs enfants.

Dans l'ensemble, une famille dysfonctionnelle favorise le développement, le maintien et les taux de rechute de la schizophrénie. Au fil des ans, quelques théories notables ont gagné du terrain. Elles seront abordées dans ce qui suit.

Faits sur la famille dysfonctionnelle

Comme nous l'avons brièvement évoqué ci-dessus, les familles dysfonctionnelles ont tendance à présenter des traits communs. Il s'agit notamment de :

  • Le manque d'empathie
  • Promotion d'interactions malsaines entre le parent et l'enfant
  • Agir avec froideur
  • S'engager dans des comportements de contrôle.

Selon l'Office for National Statistics (2019), les enfants issus de foyers familiaux dysfonctionnels sont plus susceptibles de développer des troubles de la santé mentale . Il est important que, dans la compréhension d'un trouble, des facteurs tels que la vie familiale soient reconnus.

Quels sont les types de famille dysfonctionnelle ?

Laing et Esterson (1964), dans leur ouvrage Sanity, Madness and the Family, ont contesté l'idée longtemps répandue selon laquelle la schizophrénie devait être considérée d'un point de vue purement biologique, un état d'esprit qui s'est maintenu jusqu'à aujourd'hui. Ils ont rejeté le modèle médical, suggérant que la schizophrénie n'était pas une maladie mais le résultat de problèmes externes. Des questions telles que les pressions sociales (l'attente d'un comportement "acceptable" dans la culture du patient et du psychiatre) et les relations au sein de la famille, en particulier entre le parent et l'enfant, jouent un rôle plus important.

Exemples de familles dysfonctionnelles

À travers des études de cas de patientes schizophrènes, Laing et Esterson (1964) ont constaté que la vie familiale était marquée par la peur et la manipulation. Laing et Esterson (1964) ont été parmi les premiers à donner des exemples de familles dysfonctionnelles et de leur relation avec la schizophrénie, et à suggérer que des explications psychologiques peuvent expliquer le développement du trouble.

Quelques théories importantes soutiennent l'idée d'une explication psychologique basée sur la famille pour le développement et le maintien de la schizophrénie en psychologie.

Dans ce qui suit, nous identifions et discutons plus en détail de ces théories.

La mère schizophrénogène

Proposé pour la première fois par Fromm-Reichmann (1948), le terme schizophrénogène fait référence à un type particulier de parent, tel que décrit par de nombreux patients atteints de schizophrénie.

Famille dysfonctionnelle, mère tenant un enfant en pleurs, StudySmarterFig. 2 - La mère schizophrénogène est une explication psychologique dépassée de la schizophrénie.

Les caractéristiques des parents schizophrénogènes sont les suivantes :

  • La froideur (en particulier envers les enfants, manifestée par l'indifférence ou le manque d'affirmation et d'amour).

  • Insensibilité

  • Très critiques

  • Contrôle

  • Rejet

  • méfiance

Selon Fromm-Reichmann, ces comportements favorisent un environnement hostile, conduisant à la paranoïa et parfois aux délires, ce qui peut affecter la santé mentale du patient à long terme. Il est important de noter que cette théorie de la mère schizophrénogène n'est plus retenue aujourd'hui.

La théorie de la double contrainte

Bateson et al. (1956) ont théorisé que la schizophrénie survient lorsqu'un enfant reçoit des messages contradictoires de la part de ses parents. Ils ont suggéré que ce phénomène augmente la probabilité qu'un enfant développe une schizophrénie. Ils ont appelé cela la "théorie de la double contrainte".

Un parent peut dire "je t'aime" à son fils ou à sa fille, tout en détournant la tête en signe de dégoût. Il peut les féliciter tout en parlant sur un ton de colère ou de dégoût.

Ces interactions négatives entraînent une confusion interne sur ce qui est réel, ce qui peut provoquer des pensées paranoïaques et des problèmes de santé mentale chez le patient. Elles affectent la perception de la réalité par l'enfant, ce qui peut entraîner des symptômes positifs de schizophrénie.

Famille dysfonctionnelle, illustration du cycle de la théorie de la double contrainte, StudySmarterFig. 3 - La théorie de la double contrainte examine comment des messages contradictoires sont liés à la schizophrénie.

Émotions exprimées dans la schizophrénie

Dans les familles où le climat émotionnel est négatif, l'environnement hostile créé par ce style de communication est associé au développement de la schizophrénie et à des risques plus élevés de rechute après avoir reçu un traitement, comme le soutiennent Amaresha et Venkatasubramanian (2012).

L'émotion exprimée (EE) est un style de communication entre les familles qui implique :

  • Des niveaux élevés de critique.

  • De l'hostilité.

  • Une surimplication émotionnelle. Cela implique un sacrifice de soi excessif et des comportements de surprotection extrême envers le patient. Cela peut entraîner un manque d'autonomie chez le patient et une dépendance excessive à l'égard de ses parents, ce qui peut entraver son rétablissement à long terme.

La surimplication émotionnelle se produit en raison de la culpabilité ressentie par le parent lorsque son enfant est diagnostiqué schizophrène.

Il peut en résulter un besoin de surprotection de la part du parent pour "s'absoudre".

Brown et al. (1972 ) ont soutenu l'idée que l'EE est répandu dans les cas de rechute chez les patients schizophrènes après leur sortie de l'hôpital. Après un traitement en milieu hospitalier pour des épisodes psychotiques, les familles étaient enclines à montrer à leurs parents schizophrènes de l'EE malgré le fait que le patient n'exprimait pas d'EE en retour. Pour cette raison, on peut affirmer que l'EE est plus important dans la lutte continue contre la schizophrénie.

Lidz (1958) a soutenu l'idée que le fait d'avoir des parents émotionnellement distants peut entraîner des symptômes de schizophrénie. Plus précisément, il a suggéré que les approches biologiques sont spéculatives par rapport à ses recherches, qui étudient le patient dans son ensemble. Il a souligné l'idée d'une distorsion de la réalité chez les patients schizophrènes.

Quelles sont les forces et les faiblesses des théories de la famille dysfonctionnelle ?

Il est important d'identifier les théories et les études favorables et défavorables à une famille dysfonctionnelle pour étayer tes arguments lors d'un examen. Citer des études renforcera les réponses. Mais reconnaître comment et pourquoi elles soutiennent ou réfutent la théorie discutée est ce que les examinateurs recherchent.

Points forts :

Les points forts des théories des familles dysfonctionnelles explorent les recherches qui soutiennent les arguments.

  • La théorie de la double contrainte :

    • La théorie de Bateson se concentre sur l'exposition constante à des messages contradictoires, ce qui entraîne une confusion dans la pensée et la communication. Berger (1965) a découvert que les patients schizophrènes, comparés aux témoins, se souvenaient davantage des déclarations de double contrainte de leur enfance. Ils se souvenaient plus souvent des messages contradictoires de leur mère que ceux qui ne souffraient pas de schizophrénie. Cependant, il ne s'agit pas d'un résultat concret. La mémoire et le rappel sont des symptômes liés à la schizophrénie, ce qui peut affecter les résultats.

  • Émotions exprimées :

    • Kavanagh (1992) a constaté que dans plus de 26 études, le taux médian de rechute des patients vivant avec des soignants ou des familles ayant un niveau élevé d'EE était de 48 %, contre 21 % pour les familles ayant un faible niveau d'EE.

    • De même, Butzlaff et Hooley (1998) ont constaté que le fait de vivre dans des espaces à forte EE produisait plus du double du taux de récurrence de base des symptômes chez les patients schizophrènes. Ainsi, l'EE a des applications pratiques, car les professionnels peuvent aider à améliorer les symptômes en obtenant des informations sur la vie des familles.

Faiblesses :

Les faiblesses des théories des familles dysfonctionnelles explorent les recherches qui s'opposent aux arguments.

  • Le fait de rejeter la faute sur les membres de la famille a tendance à provoquer un sentiment de culpabilité chez les parents, ce qui peut entraîner des sentiments de stress et d'anxiété. Il n'est pas éthique de blâmer les membres de la famille pour un diagnostic de schizophrénie, et la plupart des psychiatres et des psychologues considèrent que ces points de vue sont dépassés ou, à tout le moins, injustes.

  • Il est presque impossible de dire si le dysfonctionnement familial est la cause de la schizophrénie ou s'il en résulte (cause et effet).

  • La mémoire n'est pas toujours un compte-rendu fiable et précis de ce qui s'est passé. Étant donné que de nombreux symptômes de la schizophrénie affectent la compréhension de la réalité par le patient (par exemple, les patients luttent contre les symptômes d'hallucinations, de délires et d'audition de voix), se fier à la mémoire du patient n'est pas la méthode la plus sûre. Il n'y a aucun moyen de vérifier si les souvenirs du patient sont un enregistrement exact de la réalité.

  • Il existe des preuves qui suggèrent l'existence de causes biologiques, et pas seulement d'explications familiales. Bien que les dysfonctionnements familiaux puissent déclencher la schizophrénie, ils n'en sont pas forcément la cause première.

  • La théorie de la double contrainte : Il y a des lacunes dans les preuves expérimentales. Il y a une corrélation (une association entre deux variables) mais pas de cause (une variable affectant directement une autre). En raison des lacunes dans les preuves expérimentales, il s'agit seulement d'une corrélation entre la théorie et la schizophrénie, et non d'une relation de cause à effet. Mishler et Waxler (1968) ont constaté que les parents parlaient différemment à leurs enfants schizophrènes par rapport à leurs frères et sœurs non schizophrènes. On ne sait pas s'il s'agit d'un résultat de l'adaptation au trouble ou de la cause elle-même.

  • Emotion exprimée (EE) : Ce test ne tient pas compte des interactions positives avec les soignants, dont il a été prouvé qu'elles facilitent les résultats du traitement. Certains tests ne sont pas aussi complexes que d'autres. Certaines études ne sont pas aussi solides que d'autres et n'utilisent qu'une seule question pour interroger les schizophrènes sur l'EE : "À quel point considères-tu que ton parent est critique envers toi ?". On leur donne une échelle allant de "pas du tout" à "très critique". Poser une seule question peut produire des résultats insuffisants. Elle ne reconnaît pas non plus les interactions positives, qui contribuent souvent au rétablissement et au traitement (Amaresha & Venkatasubramanian, 2012).Par ailleurs, Nomura et al. (2005) ont constaté des différences culturelles intéressantes en matière d'EE en comparant l'Angleterre au Japon. Ils se sont intéressés à l'expression de l'EE chez les soignants de patients schizophrènes plutôt que de se concentrer sur les proches du patient. Les soignants anglais étaient plus critiques et montraient des niveaux d'EE plus élevés envers leurs patients que les soignants japonais. On dit que leurs cultures sont intrinsèquement différentes au point que les relations familiales sont considérées différemment, ce qui pourrait expliquer la différence d'approche des soignants vis-à-vis de leurs patients.Les relations japonaises sont davantage axées sur les systèmes communautaires, accordant de l'importance au groupe et au foyer dans son ensemble. Chaque individu est limité à la fois dans son comportement et dans ses opinions, ce qui diffère d'une relation familiale anglaise typique. Les familles anglaises ont tendance à accorder plus d'importance aux individus de la famille, où les opinions et les comportements personnels sont ouverts à la discussion et à la critique. Les Japonais ont tendance à éviter de critiquer les membres de leur famille. Ceci, à son tour, affecte la prévalence de l'EE (une composante qui nécessite des critiques et un environnement hostile) et la façon dont elle joue un rôle dans le maintien de la schizophrénie.


Famille dysfonctionnelle - Principaux enseignements

  • On parle de famille dysfonctionnelle lorsqu'il existe des comportements défavorables entre les membres de la famille, tels qu'un manque d'empathie et des interactions malsaines entre les parents et leurs enfants. S'ils ne sont pas reconnus, les symptômes de la schizophrénie (tels que la paranoïa et les délires) peuvent apparaître.
  • Les dysfonctionnements familiaux favorisent le développement et le maintien de la schizophrénie et contribuent souvent aux rechutes après le traitement.
  • La "mère schizophrénogène" est un terme utilisé pour décrire les traits communs des parents d'un patient, à savoir des caractéristiques telles que la froideur et l'indifférence, la méfiance, l'hostilité et le contrôle.
  • La théorie de la double contrainte a été inventée par Bateson et al. (1956) pour décrire les messages contradictoires que les enfants schizophrènes reçoivent de leurs parents. Il a été démontré qu'il existe une corrélation entre ces messages et le développement et les symptômes de la schizophrénie.
  • Les émotions exprimées (EE) sont un style de communication qui peut augmenter la probabilité que les patients schizophrènes retombent dans leurs comportements après avoir reçu un traitement, et elles sont marquées par des niveaux élevés d'hostilité et de critique au sein du foyer.

Références

  1. Office des statistiques nationales. (2019, 26 mars). Les enfants dont les familles luttent pour s'en sortir sont plus susceptibles d'avoir des troubles mentaux - Office for National Statistics. Www.ons.gov.uk. https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/healthandsocialcare/childhealth/articles/childrenwhosefamiliesstruggletogetonaremorelikelytohavementaldisorders/2019-03-26

Questions fréquemment posées en Famille dysfonctionnelle

Une famille dysfonctionnelle est une famille dans laquelle les relations et les interactions sont négatives, entraînant un impact émotionnel et psychologique sur ses membres.

Les causes d'une famille dysfonctionnelle peuvent inclure des problèmes de communication, l'alcoolisme, la toxicomanie, la violence, la maladie mentale ou un environnement chaotique.

Les effets d'une famille dysfonctionnelle sur les enfants peuvent inclure un faible estime de soi, des problèmes relationnels, de la dépression, de l'anxiété et des comportements destructeurs.

Pour surmonter les effets d'une famille dysfonctionnelle, il est important de reconnaître les problèmes, de chercher un soutien professionnel et d'apprendre à établir des limites saines dans les relations.

Qu'est-ce qu'un dysfonctionnement familial ?

Une famille dysfonctionnelle est une famille qui manque d'empathie et présente des signes d'interactions malsaines entre les parents, et/ou entre les parents et leurs enfants. Cela peut créer une situation confuse pour l'enfant, qui peut, à son tour, produire des comportements erratiques chez lui.

Qu'a suggéré Lidz (1958) dans son étude ?

Lidz a suggéré que le fait d'avoir des parents émotionnellement distants peut entraîner des symptômes de schizophrénie. Il a également déclaré que les explications biologiques sont spéculatives par rapport à ses recherches, qui étudient le patient dans son ensemble.

Cite un point fort de la théorie selon laquelle les dysfonctionnements familiaux entraînent la schizophrénie.

Dans les ménages à émotions exprimées, Kavanagh (1992) a constaté que dans plus de 26 études, le taux moyen de rechute des patients vivant avec des soignants ou des familles à haut niveau d'EE était de 48 %, contre 21 % pour les familles à faible niveau d'EE. Cela suggère que les dysfonctionnements familiaux dans les foyers ont un effet sur le patient.

Sur quoi Laing et Esterson (1964) n'étaient-ils pas d'accord ?

Ils n'étaient pas d'accord avec l'idée que la santé mentale devait être considérée d'un point de vue purement biologique. Ils rejetaient le modèle médical actuel.

Qu'a trouvé Berger (1965) ?

Il a découvert que les patients schizophrènes, comparés aux témoins, se souvenaient davantage d'affirmations à double contrainte datant de leur enfance.

Qu'ont trouvé Butzlaff et Hooley (1998) dans leur étude ?

Ils ont découvert que les patients schizophrènes vivant dans des espaces à EE élevé produisaient un taux de récurrence des symptômes plus de deux fois supérieur au taux de base.

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !