Phobies

Tu as peut-être déjà entendu parler du concept de phobie. De nombreuses personnes ont des phobies. Quelques exemples courants sont l'arachnophobie, la phobie des araignées et la thalassophobie, la phobie des eaux profondes. Ou voici un exemple que tu connais peut-être : la claustrophobie, la peur des espaces confinés et fermés. Le fait que ces peurs soient justifiées ou non en fait une phobie.

Phobies Phobies

Crée des supports d'apprentissage sur Phobies avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères

    Phobies, avertissement de contenu détaillant la sensibilité des lecteurs, StudySmarter.

    • Dans un premier temps, nous allons établir la signification des phobies.
    • Ensuite, nous examinerons les symptômes de la phobie.
    • Ensuite, nous énumérerons plusieurs types de phobies.
    • Nous examinerons les phobies sociales individuellement.
    • Enfin, nous explorerons le traitement des phobies.

    Signification des phobies

    Nous plaisantons parfois en disant que nous avons la phobie de quelque chose que nous n'aimons pas ou qui nous fait peur, mais une phobie a une définition précise en psychologie.

    Une phobie est un type de trouble anxieux. Il s'agit d'une peur persistante et irrationnelle disproportionnée par rapport au danger réel. L'anticipation ou la présence d'un objet peut provoquer la peur.

    Selon le DSM, les phobies se caractérisent par les éléments suivants :
    1. Les phobies sont des réactions de peur significativement prolongées face à un objet ou une situation.

    2. Elles durent plus de six mois.

    3. Elles induisent une réponse de peur (anxiété) lorsqu'on est confronté à la phobie.

    4. La réaction de peur n'est pas proportionnelle au danger que représente l'objet de la peur.

    5. Elle pousse les individus à faire des pieds et des mains pour éviter l'objet de la peur, ce qui perturbe considérablement leur capacité à mener leur vie.

    Les phobies ont tendance à interférer dans ta vie quotidienne, contrairement à la peur normale. La peur est persistante ; même si logiquement aucune menace n'existe, elle peut provoquer des crises de panique, et l'individu se sent impuissant à contrôler sa peur.

    Phobies grande araignée dans une forêt StudySmarterFig. 1 - Les araignées sont une phobie courante.

    Symptômes de la phobie

    Les symptômes de la phobie varient en ce sens qu'ils peuvent être cognitifs, comportementaux, physiques ou émotionnels.

    • Lessymptômes cognitifs comprennent l'incapacité à se concentrer sur autre chose, car l'anxiété consume les pensées et la personne se concentre sur l'objet de la peur.

    • Lessymptômes comportementaux comprennent le fait d'éviter complètement la source de la phobie (comme le refus d'assister à des événements sociaux, de sortir et d'être agité s'il est contraint à ces scénarios).

    • Les symptômesphysiques comprennent des symptômes semblables à ceux de l'anxiété, tels que des réactions de lutte ou de fuite lors de la confrontation avec l'objet redouté, une augmentation du rythme cardiaque et de la transpiration.

    • Lessymptômes émotionnels comprennent la peur, le désespoir, la crainte et tout ce qui s'apparente à l'anxiété.

    Différences entre la phobie et la peur

    La peur est un mécanisme de protection contre tout danger dans l'environnement. La peur est saine et normale avec modération lorsqu'elle est adaptée au scénario. Elle a une période active qui dure jusqu'à ce que les stimuli dangereux passent. Une phobie est une peur persistante et irrationnelle qui produit une réaction intense face à un objet ou une situation.

    Certains petits enfants ont peur des orages bruyants. En général, l'enfant surmonte progressivement cette peur en grandissant et en apprenant les faits sur les orages. Une fille qui a la phobie des orages ne peut pas aller à l'école parce qu'un orage est prévu ce jour-là.

    Les phobies : Exemples

    Prenons les exemples suivants de phobies :

    Anna a 23 ans et a la phobie des ballons depuis l'âge de 12 ans. Un ballon a éclaté près de son oreille, et maintenant les bruits forts la rendent très anxieuse. Elle évite de se rendre à des événements où des ballons pourraient être présents.

    Hania a 18 ans et elle a la phobie des araignées. Elle a vu sa mère crier et pleurer lorsqu'une araignée lui est tombée dessus pendant sa préadolescence. La simple vue d'une araignée lui donne de l'anxiété et elle quitte immédiatement ce site.

    Ella a une phobie sociale. Elle a été victime d'intimidation dans son enfance, et aujourd'hui, elle évite de se retrouver en société. Même l'idée de manger devant un groupe de personnes lui donne une grave crise d'angoisse.

    Chaque exemple illustre un type de phobie différent et la façon dont cette phobie s'est développée à partir d'un seul ou de plusieurs cas.

    Les phobies : Causes

    Les approches comportementales et biologiques sont utilisées pour expliquer les causes des phobies.

    L'approche comportementale des phobies

    Le modèle à deux processus de Mowrer (1947) suggère que les phobies sont apprises par conditionnement classique et maintenues par conditionnement opérant. Le conditionnement classique décrit l'association d'un stimulus auparavant neutre à une émotion désagréable. Selon ce modèle, les phobies sont maintenues par un comportement de renforcement.

    Un chat griffe un enfant, qui associe alors la sensation de douleur au chat. Le chat était un stimulus neutre, mais après avoir griffé l'enfant, celui-ci l'a associé à la douleur, ce qui l'a conduit à l'associer à une réaction de peur.

    Un enfant qui a appris la peur des chats dans l'exemple précédent changera de chemin chaque fois qu'il verra un chat rôder dans les parages. En bref, l'enfant évitera toute situation impliquant des chats, ce qui nourrira sa phobie plus longtemps.

    L'approche comportementale a ses détracteurs. Elle n'explique pas comment des personnes qui n'ont pas vécu d'expérience traumatisante peuvent quand même avoir la phobie de quelque chose, par exemple des serpents.

    Une célèbre expérience psychologique de conditionnement classique est celle de Watson et Rayner (1920). Elle est connue sous le nom d'"expérience du petit Albert". Lorsque le petit Albert avait 11 mois, Watson et Raynor ont essayé d'induire une phobie des rats blancs.

    Au départ, Albert est neutre lorsqu'on lui montre un rat. Ils ont découvert qu'Albert était effrayé par le bruit fort d'un marteau frappé contre une barre d'acier. Ils ont donc commencé à montrer à Albert le rat associé au bruit d'un marteau contre une barre d'acier.

    Après plusieurs séances, il avait peur lorsqu'il voyait le rat seul, il pleurait et essayait de s'enfuir en rampant. Cette peur du rat blanc s'est également généralisée à des choses similaires, comme un chien, un manteau de fourrure et un masque de Père Noël.

    Phobies petit serpent dans les mains d'une personne StudySmarterFig. 2 - De nombreuses personnes confondent souvent les réactions de peur avec les phobies.

    L'approche biologique des phobies

    Contrairement à l'explication comportementale, l'approche biologique souligne que les êtres humains sont génétiquement prédisposés à développer des peurs de situations ou d'objets spécifiques, comme la peur du noir ou des hauteurs. Il s'agit d'une question de survie, car la peur de ces choses est ancrée dans la réalité - tomber d'une hauteur importante risque d'entraîner des blessures, et l'obscurité est dangereuse car nous ne pouvons pas voir ce qui s'y cache.

    Comme le suggère Seligman (1970) , les humains ont une tendance biologique à développer certaines phobies car elles sont adaptatives dans l'histoire de l'humanité.

    Les humains qui se sont tenus à l'écart des serpents ont plus de chances de survivre et sont plus susceptibles de la transmettre dans leurs gènes que d'autres qui ne l'ont pas fait.

    Ohman et al. (1975 ) ont montré que les gens ont une tendance, ou un apprentissage préparé par l'évolution, à développer des phobies face à des stimuli pertinents. Ils ont montré à des participants des stimuli pertinents (serpents) ou non pertinents (maisons ou visages). Les stimuli étaient associés à des chocs électriques. Les réponses apprises aux stimuli non pertinents (maisons et visages) ont disparu mais pas avec les stimuli pertinents (serpents), montrant ainsi une base biologique pour les phobies liées à la peur.

    Cook et al. (1985 ) ont démontré que l'apprentissage par observation pouvait également provoquer des phobies. Dix singes rhésus élevés en laboratoire ont observé deux singes rhésus dans la nature qui craignaient fortement les serpents. Au départ, les singes élevés en laboratoire n'avaient pas peur des serpents, mais ils ont développé une peur après avoir observé les singes dans la nature.

    Types de phobies

    Le DSM classe la peur en plusieurs types de phobies :

    • Les phobies spécifiques.

    • Agoraphobie.

    • Phobiesociale (trouble d'anxiété sociale).

    Les objets de l'environnement peuvent provoquer une anxiété extrême, par exemple l'ophidiophobie (peur des serpents). Comme leur nom l'indique, les phobies spécifiques sont relatives à une chose particulière.

    Il existe quatre types différents de phobies spécifiques, à savoir la phobie des blessures, la phobie naturelle, la phobie situationnelle et la phobie des animaux.

    Un exemple de phobie des blessures est l'hématophobie, l'anxiété à la vue du sang.

    Un exemple de phobie naturelle est la peur de l'eau (hydrophobie).

    Une situation en temps réel provoque une phobie situationnelle, par exemple la peur de prendre l'avion (ou aérophobie).

    Un exemple de phobie animale est l'arachnophobie, la peur des araignées.

    L'agoraphobie est la peur des espaces ouverts ou de ne pas pouvoir s'échapper pour trouver de l'aide. Les victimes d'agoraphobie peuvent avoir des crises de panique dans les espaces ouverts, ce qui les fait se sentir plus vulnérables à l'extérieur en raison de l'incertitude des espaces clos.

    Ces personnes préfèrent rester confinées à la maison en raison de leur comportement d'évitement.

    Phobie sociale

    On parle de phobie sociale lorsqu'une personne éprouve un niveau d'anxiété élevé lorsqu'elle est confrontée à une réunion ou à une situation sociale. Cette anxiété peut amener la personne à avoir de mauvais résultats lorsqu'elle se trouve devant des gens, par exemple lorsqu'elle fait une présentation. Les phobies sociales se répartissent en trois autres types, comme suit :

    Comme son nom l'indique, la phobie de la performance survient lors d'une performance devant des personnes, par exemple, la résolution d'une question de mathématiques sur le tableau du professeur.

    La phobie de l'interaction survient lorsque les interactions ou le fait de se mêler à des gens peuvent provoquer une anxiété grave, par exemple, en répondant aux questions d'un entretien d'embauche.

    Une phobie généralisée est une anxiété généralisée personnes de ton entourage provoquent, surtout dans un grand groupe ou une foule.

    Des objets spécifiques ou simples de l'environnement peuvent provoquer une anxiété extrême, comme l'ophidiophobie (peur des serpents). L'ophidiophobie est l'une des formes les plus courantes de phobies. Les phobies simples caractérisent quatre autres types.

    Traitement des phobies

    Un type très efficace de traitement des phobies couramment utilisé est la thérapie d'exposition.

    Thérapie d'exposition : traitement comportemental des troubles anxieux dans lequel on demande au patient de s'exposer à son anxiété (ou, dans ce cas, à ses peurs).

    Les prestataires de santé administreront la thérapie d'exposition en utilisant trois approches différentes : la désensibilisation systématique, l'inondation et les hiérarchies .

    Traitement des phobies : Désensibilisation systématique (DS)

    La désensibilisation systématique a été mise au point dans les années 1950. Elle repose sur l'idée que deux opposés ne peuvent pas coexister ensemble, comme l'anxiété et la relaxation. La désensibilisation systématique (DS) consiste à fairetravailler ensemble le patient et son prestataire de soins pour concevoir de petites étapes permettant de faire face à la peur de la personne en associant les objets de la peur à des techniques de relaxation.

    Le patient et son prestataire de soins de santé travaillent ensemble pour concevoir de petites étapes qui leur permettront de faire face à leur peur en associant les objets qui les effraient à des techniques de relaxation. L'objectif est que le patient commence à associer ces objets de peur à la relaxation, de sorte qu'il lui soit plus facile de les affronter.

    Si un patient a peur des hauteurs, son thérapeute peut lui demander de commencer par regarder des vidéos de personnes sur des montagnes russes tout en pratiquant des techniques de relaxation telles que la respiration profonde.

    Traitement des phobies : Hiérarchies et inondations

    L'approche suivante découle de la désensibilisation systématique. Un thérapeute peut demander au patient de créer une hiérarchie de sa peur. En d'autres termes, il crée une liste de classement avec sa plus grande peur en bas et sa plus petite peur en haut.

    On lui demande ensuite de commencer à affronter ces objets de peur en commençant par les expositions les moins difficiles. L'idée est qu'ils progressent lentement vers des expositions plus difficiles.

    D'autrepart, l'inondation utilise la hiérarchie des peurs d'une personne de la manière opposée - on demande au patient d'affronter sa peur, en commençant par l'exposition la plus difficile.

    Si une personne a peur des serpents, on peut lui demander d'entrer dans l'exposition des serpents au zoo.

    L'inondation, si elle est bien faite, peut être très efficace pour traiter les phobies. Cependant, les prestataires de soins de santé doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils utilisent cette approche, car elle peut être traumatisante ou compromettante pour leurs patients.

    Phobies - Principaux enseignements

    • Lapeur est un mécanisme de protection qui nous préserve du danger, alors que les phobies sont des troubles anxieux, avec une peur irrationnelle et persistante qui interfère avec ta vie quotidienne.
    • Selonle modèle à deux processus de Mowrer, les phobies sont apprises par conditionnement classique et maintenues par conditionnement opérant.
    • Selon l'approche biologique, les humains ont une tendance génétique à craindre certaines situations et certains objets, ce qui augmente leurs chances de survie.
    • Il existe trois types de phobies : la phobie sociale (peur des rassemblements/situations sociales), la phobie simple (peur d'objets spécifiques) et l'agoraphobie (peur des espaces ouverts).
    • Les professionnels de la santé administreront une thérapie d'exposition en utilisant trois approches différentes : la désensibilisation systématique, l'inondation et les hiérarchies .
    Questions fréquemment posées en Phobies
    Qu'est-ce qu'une phobie en psychologie?
    En psychologie, une phobie est une peur irrationnelle et persistante d'un objet, d'une situation ou d'un événement, provoquant une réaction intense d'anxiété.
    Comment se manifestent les phobies?
    Les phobies se manifestent par des symptômes tels que l'anxiété, les palpitations, la transpiration, l'essoufflement, la panique, l'évitement et dans certains cas, des crises d'angoisse.
    Quelles sont les principales causes des phobies?
    Les principales causes des phobies peuvent inclure des expériences traumatisantes, des facteurs génétiques ou héréditaires, la chimie du cerveau ou l'apprentissage social.
    Comment traiter les phobies?
    Les phobies peuvent être traitées à l'aide de thérapies cognitivo-comportementales, d'exposition, de relaxation, de médicaments anxiolytiques ou antidépresseurs, et parfois par auto-assistance ou soutien de groupe.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Combien de temps les phobies doivent-elles durer pour répondre aux critères de diagnostic ?

    La phobie est...

    Les phobies peuvent déclencher une réaction physiologique de lutte ou de fuite.

    Suivant
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Phobies

    • Temps de lecture: 13 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !