Danton et Robespierre

Souvent présenté comme l'un des méchants les plus impitoyables de l'histoire, Maximilien Robespierre avait des origines modestes, commençant sa carrière comme avocat à Paris. Comment cet avocat à la petite semaine est-il devenu l'une des figures les plus marquantes de la Révolution française ?

Danton et Robespierre Danton et Robespierre

Crée des supports d'apprentissage sur Danton et Robespierre avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères

    Dans cet article, nous aborderons d'abord le début de la carrière de Robespierre et son ascension vers le pouvoir politique, puis nous nous pencherons sur son rôle dans la Révolution et les changements qu'il souhaitait apporter. Nous nous pencherons ensuite sur son implication dans le règne de la terreur, avant de terminer par sa chute.

    Chronologie de Maximilien Robespierre

    DateÉvénement
    1758Maximilien Robespierre est né.
    1781Robespierre obtient sa licence en droit et devient avocat à Arras.
    1789Robespierre est choisi par les citoyens d'Arras pour les représenter en tant que membre du tiers état à l'Assemblée nationale constituante.
    1789La "Société des amis de la Constitution", plus connue sous le nom de Club des Jacobins, est fondée.
    1790Robespierre est élu secrétaire de l'Assemblée nationale.
    25 septembre 1792Robespierre prend la parole lors du procès de Louis XVI, plaidant pour son exécution.
    Juin 1793Robespierre et ses autres alliés jacobins poussent les Girondins hors de la Convention nationale.
    Juillet 1793Robespierre devient membre du Comité de salut public.
    17 septembre 1793La loi des suspects est adoptée par la Convention nationale, restreignant fortement les libertés individuelles et amorçant le règne de la terreur. Robespierre a contribué à son introduction.
    7 mai 1794Robespierre introduit le "culte de l'Être suprême" comme religion officielle, ce qui provoque la colère des catholiques.
    27 juillet 1794La réaction thermidorienne a lieu et Robespierre tombe du pouvoir.
    28 juillet 1794Robespierre est exécuté par une guillotine.

    Tableau 1

    Biographie de Maximilien Robespierre

    Maximilien Robespierre est né à Arras en 1758. Il est le fils d'un avocat et choisit de suivre la voie de son père. Son père a abandonné sa famille lorsqu'il était jeune et ils ont passé du temps dans et hors de la pauvreté, ce qui a probablement influencé ses décisions politiques plus tard dans la vie.

    Maximilien Robespierre portrait of Maximilien Robbespierre StudySmarterFig. 1 - Maximilien Robespierre, vers 1790.

    En 1783, Robespierre est admis à la prestigieuse Académie d'Arras, dont il deviendra plus tard le chancelier et le président. Il était assez mondain, se mêlant souvent aux personnes influentes de la région et établissant des liens avec elles. À cette époque, il s'inscrit également à de nombreux concours académiques et remporte de grands succès. En 1784, son essai "Rapport sur les peines dégradantes" a remporté le premier prix d'un concours organisé par l'Académie de Metz, démontrant ainsi les opinions politiques et les compétences de Robespierre.

    L'absolutisme royal

    Système dans lequel tous les pouvoirs étaient concentrés entre les mains du roi. En France, le règne du roi était absolu.

    Robespierre travaille également comme avocat à cette époque et, chose étonnante, il défend souvent les pauvres sans demander de paiement, probablement en raison de l'expérience de la pauvreté qu'il a vécue dans son enfance. Un autre essai qu'il a écrit, "Rapport pour le seigneur Dupont", a suscité l'indignation en s'élevant contre l'absolutisme royal.

    Maximilien Robespierre Révolution française

    Robespierre n'était pas un leader de la Révolution à ses débuts. Ce n'est que plus tard, lors de la crise politique de 1792, que Robespierre est entré en scène. Néanmoins, Robespierre a participé à la Révolution dès le début. La faillite financière de la monarchie (et donc du pays) oblige le roi, Louis XVI, à convoquer les États généraux. Il s'agit d'une assemblée représentant les trois états. Louis XVI espérait que cette assemblée donnerait une légitimité à ses réformes fiscales impopulaires. Robespierre est élu comme l'un des représentants du troisième pouvoir.

    Le troisième pouvoir

    Le troisième pouvoir est l'un des ordres de la société française en lesquels la population est divisée. Le tiers état était composé de la majorité de la population, c'est-à-dire de tous ceux qui n'appartenaient pas à la noblesse ou au clergé.

    Suite à la répression du roi, les représentants du tiers état se séparent des états généraux. Ils forment l'Assemblée nationale, le premier gouvernement révolutionnaire de France. Robespierre s'adresse à l'Assemblée nationale le 18 mai 1789 et fait une grande impression qui lui vaut respect et attention.

    L'ascension de Robespierre à la tête de l'État

    Robespierre s'est imposé comme un leader du club des Jacobins. Il est élu président en 1790.

    Qui étaient les Jacobins ?

    Le club des Jacobins, initialement nommé Société des amis de la Constitution, a été créé en 1789. L'objectif du club était de fournir un espace à ceux qui avaient les mêmes opinions politiques pour débattre des nouvelles mesures et lois qui étaient présentées à l'Assemblée nationale.

    L'idéologie des Jacobins était radicale, même selon les critères de la Révolution. Ils étaient favorables à un gouvernement centralisé, qu'ils jugeaient nécessaire pour défendre la République. Ils voulaient une économie de marché libre dans laquelle le gouvernement n'interviendrait qu'en cas de nécessité. Une autre idée clé était de limiter le pouvoir de l'Église catholique. Ils voyaient des problèmes dans sa corruption et se méfiaient de son énorme influence en France.

    La base du pouvoir des Jacobins se trouvait à Paris, où ils entretenaient des liens étroits avec les ouvriers masculins des villes. Cependant, il y avait des clubs jacobins dans tout le pays. Il en existait environ 2 000 à la fin de l'année 1793. On estime qu'environ 500 000 personnes étaient membres du club des Jacobins entre 1790 et 1799.

    Robespierre s'est imposé comme leader de la Révolution pendant la crise politique de 1792. L'Assemblée législative était la nouvelle assemblée ou le nouveau parlement des révolutionnaires français. L'Assemblée a été confrontée à une crise lorsque le roi, qui était censé être le visage de la nouvelle constitution, a tenté de fuir le pays. Les avis étaient partagés sur la question de savoir s'il fallait punir Louis XVI et se débarrasser de la constitution ou continuer avec une monarchie constitutionnelle.

    Maximilien Robespierre Portrait Louis XVI StudySmarterFig. 2 - Portrait du roi Louis XVI

    Les Girondins espèrent sortir de cette impasse politique en poussant la France à la guerre. L'Autriche, pays voisin, a sévèrement critiqué la révolution et a averti les révolutionnaires qu'ils devaient assurer la sécurité de Louis XVI sous peine d'en subir les conséquences. Les Girondins pensaient qu'une guerre rapide et réussie permettrait d'unir l'Assemblée divisée, de restaurer la réputation du roi et de répandre les valeurs de la Révolution à l'étranger.

    Les Girondins

    Ils faisaient à l'origine partie du club des Jacobins. Leur position pro-monarchique les a conduits à se séparer du club. Cependant, il est important de noter qu'ils n'étaient pas conservateurs. Les Girondins étaient prêts à faire la guerre pour protéger la Révolution et diffuser son message à travers l'Europe.

    Bien que l'opposition de Robespierre à la guerre ait d'abord fait de lui un paria à l'Assemblée, le déclin de la guerre a rapidement renforcé la position de Robespierre.

    Robespierre exécute Louis XVI

    Robespierre continue à se faire un nom lors du procès de Louis XVI en 1792. Robespierre prend la parole à 11 reprises et prône la peine de mort dans chacun de ses discours. En effet, Louis XVI est exécuté en janvier 1793.

    Cependant, cela n'a pas résolu les différends entre les Girondins et les Jacobins. L'acte d'exécuter le roi était controversé et n'a fait qu'accentuer les divisions entre les révolutionnaires.

    Le savais-tu ?

    Robespierre décrira plus tard l'exécution de Louis XVI comme le triomphe du "peuple".

    La rivalité entre les Girondins et les Jacobins sera un facteur important dans l'application de la Terreur par Robespierre. Robespierre considère les Girondins comme une source potentielle de trahison parce qu'ils se sont opposés à l'exécution du roi.

    La popularité des Girondins de Robespierre décline

    En 1793, l'un des principaux généraux français, le général Dumuriez, passe du côté de l'ennemi et tente même d'organiser une contre-révolution. Dumuriez avait été étroitement lié aux Girondins.

    Alors que la guerre civile éclate dans l'ouest de la France et que la crise économique entraîne la famine dans les villes, les Girondins sont plongés dans une crise politique. C'est cette combinaison de crises qui a conduit à la popularité de Robespierre et à la naissance de la Terreur.

    Maximilien Robespierre Le règne de la Terreur

    La Terreur a été créée pour répondre aux besoins de la guerre. Bien que la Terreur n'ait pas commencé avec Robespierre, il a certainement profité de ses rouages pour se débarrasser de ses rivaux politiques.

    Après l'exécution de Louis XVI, la Convention nationale a été formée. C'est l'assemblée parlementaire de la nouvelle République. La Convention a établi des tribunaux révolutionnaires pour faire respecter la conscription militaire et arrêter toute personne soupçonnée de sentiments royalistes. Elle crée également le Comité de salut public, auquel Robespierre se joindra plus tard, afin d'accélérer la reprise en main du pays.

    Maximilien Robespierre : l'exécution des Girondins

    La montée au pouvoir de Robespierre est en grande partie le résultat de son alliance avec les sans-culottes. Les Girondins étaient profondément hostiles aux sans-culottes, qu'ils qualifiaient souvent de sauvages assoiffés de sang.

    Sans-culottes

    Travailleurs urbains de Paris appartenant à la classe inférieure, dont beaucoup sont devenus des membres très militants de la Révolution. On les appelait les sans-culottes, car la culotte était le symbole de la noblesse.

    Les sans-culottes étaient impatients de déposer les Girondins. Robespierre en a profité pour appeler :

    le peuple à se mettre en insurrection contre les députés [girondins] corrompus".

    - Robespierre, 26 mai 17931

    En effet, le 31 mai, les sans-culottes se sont soulevés pour renverser les Girondins. Cette insurrection s'est particulièrement échauffée lorsque 80 000 gardes nationaux ont encerclé la Convention et exigé l'expulsion des Girondins. La Commune de Paris, un gouvernement de citoyens dominé par les sans-culottes, a menacé de renverser la Convention si ces demandes n'étaient pas satisfaites.

    Les gardes nationaux

    Il s'agit d'une milice qui a été formée en juillet 1789 afin de protéger Paris contre une éventuelle attaque des troupes royales. Il s'agissait au départ d'une milice de citoyens, composée essentiellement de Parisiens de la classe moyenne.

    Pour se protéger, la Convention a été contrainte d'arrêter 29 députés girondins. Robespierre en profite pour publier un décret le 31 mai 1793 qui affirme que les Girondins sont complices du traître général Dumuriez. Le décret est approuvé le 2 juin et les 29 Girondins sont bientôt exécutés.

    Maximilien Robespierre Arrest of Girondins StudySmarterFig. 3 - L'arrestation des Girondins

    Maximilien Robespierre Le Comité de salut public

    L'exécution des Girondins ne résout cependant pas les problèmes urgents auxquels la France est confrontée. La guerre avec l'Autriche, l'éclatement de la guerre civile en Vendée (ouest de la France) et les révoltes fédéralistes (révoltes protestant contre l'exécution des Girondins) sont autant de problèmes pour le gouvernement révolutionnaire. Bien qu'elles aient finalement été étouffées, en 1793, elles représentaient toutes une menace importante pour le gouvernement révolutionnaire.

    L'organe principal de la machine de la Terreur était le Comité de salut public (CPS), dont Robespierre était l'un des 9 membres. Robespierre est entré au Comité le 27 juillet 1793. Le 5 septembre 1793, le Comité déclare effectivement un "état d'urgence" dans tout le pays en réponse à la montée des troubles. Le CPS continue d'adopter des lois de plus en plus répressives.

    DateLoiExplication
    17 septembre 1793Loi sur les suspectsElle donne aux tribunaux révolutionnaires le pouvoir d'identifier et d'arrêter toute personne pouvant être considérée comme un "ennemi du peuple". Cela inclut toute personne soupçonnée de soutenir une contre-révolution ou d'espionner pour le compte de l'Autriche, l'ennemi de la France dans la guerre.
    10 juin 1794Loi du 22 prairialAppelée ainsi parce que le 22 prairial est la date à laquelle elle a été adoptée selon le calendrier révolutionnaire. Elle supprime l'aide juridictionnelle pour les suspects et met fin aux amendes en tant que peine. Le verdict est désormais l'acquittement ou la mort.

    Tableau 2

    La loi du 22 prairial a été adoptée en raison de la paranoïa croissante de Robespierre. En juin, on avait tenté de l'assassiner, ce qui l'avait rendu méfiant à l'égard de tous et l'avait conduit à un despotisme tyrannique. Les six semaines qui ont suivi l'adoption de la loi sont restées dans les mémoires sous le nom de "Grande Terreur". Environ 1 500 personnes ont été condamnées à mort, soit une moyenne de 30 décapitations par jour.

    Robespierre et le culte de l'Être suprême

    Robespierre a critiqué l'Église catholique et a joué un rôle clé dans le processus de déchristianisation de la France. Il s'agissait de réduire le pouvoir et l'influence de l'Église catholique, longtemps accusée de corruption et d'immoralité. Robespierre a remplacé le catholicisme par une religion appelée "culte de l'Être suprême".

    Maximilien Robespierre Le culte de l'être suprême StudySmarterFigure 3. Dessin de soutien au culte de l'Être suprême. Les mots se traduisent par "Le peuple français reconnaît l'être suprême et l'immortalité de l'âme".

    Cette initiative n'était pas très populaire. La France était fortement catholique et seuls les habitants des zones urbaines qui avaient accès à l'enseignement supérieur auraient compris les nouvelles valeurs du Culte de l'Être Suprême. Pour la grande majorité de la population, ce que Robespierre essayait de faire était hérétique ou défiait la parole de Dieu.

    La chute de Maximilien Robespierre

    L'extrême violence de la Terreur a suscité l'opposition de la Convention nationale (le parlement révolutionnaire). L'opposant le plus en vue est Georges Danton, membre influent des Jacobins et rival politique de Robespierre. Bien que Danton ait également été membre du Comité de salut public, il a par la suite demandé l'arrêt de la Terreur. Danton a déclaré :

    Je demande qu'on épargne le sang des hommes ! Que la Convention soit juste envers ceux qui ne sont pas des ennemis avérés du peuple."

    - Danton, discours à la Convention nationale le 20 novembre 17932.

    Le journal de Danton, Le Vieux Cordelier, a critiqué Robespierre et la Terreur. En conséquence, Danton a été pris pour cible par Robespierre. En mars 1794, Danton et ses alliés sont arrêtés pour corruption et sont condamnés à mort le 5 avril. Cet événement a considérablement réduit le soutien apporté à Robespierre. Danton était un homme politique populaire et son exécution a mis la Convention mal à l'aise.

    Maximilien Robespierre Danton Tribunal révolutionnaire Image StudySmarterFig. 5 - Danton et ses alliés sont jugés devant un tribunal révolutionnaire.

    La situation atteint son paroxysme le 26 juillet 1794 lorsque Robespierre s'adresse à la Convention en affirmant qu'il y a un complot contre lui. Néanmoins, Robespierre refuse de nommer l'un des conspirateurs, préférant divaguer pendant plus de deux heures sur la trahison de la Convention. Cet acte consistant à déclarer un ennemi mais à refuser de le nommer s'avérera fatal pour Robespierre. Il unit les députés de la Convention contre lui tout en leur donnant le temps de le dénoncer en premier.

    Robespierre et la réaction thermidorienne

    Les députés ont arrêté Robespierre et l'ont emprisonné dans ce qui est devenu la réaction thermidorienne. Robespierre tente de s'enfuir mais il est rattrapé et reçoit un coup de feu à la mâchoire. Les circonstances de sa blessure sont controversées ; elle a pu se produire au cours d'une bagarre ou être une tentative de suicide. Robespierre et ses partisans ont été exécutés le 28 juillet 1794. Il est à noter que Robespierre a été le dernier à être exécuté.

    Évaluation de Robespierre dans la Révolution française

    Il est indéniable que Robespierre était un politicien astucieux, capable de rallier des soutiens lorsqu'il en avait besoin. Cependant, l'instabilité de la France due à la guerre avec l'Autriche et les troubles civils internes l'ont amené à recourir à la terreur d'État pour garder le contrôle. Cet état de fait a eu un effet indéniable sur lui, comme en témoigne sa spirale paranoïaque lors de sa chute, où il a prétendu qu'il y avait un complot contre lui, sans toutefois nommer les personnes impliquées. Ses actions ont conduit tout le monde à craindre d'être la prochaine cible, ce qui a unifié ses rivaux contre lui.

    Maximilien de Robespierre - Principaux enseignements

    • Robespierre a commencé sa vie comme avocat à Arras.

    • Il est élu à l'Assemblée nationale constituante en 1789. C'est à ce moment-là que sa carrière politique a vraiment commencé. Au début, il a été critiqué pour son radicalisme, mais il a également impressionné de nombreux sympathisants de la Révolution.

    • En 1790, il devient le président des Jacobins, qui deviendront l'une des principales factions du gouvernement de la République pendant la Révolution. Il prend également la parole lors du procès de Louis XVI et vote en faveur de son exécution.

    • En tant que membre du Comité de salut public, il prend des mesures extrêmes pour assurer la sécurité du pays pendant la guerre avec l'Autriche. Il a contribué à accélérer le règne de la terreur, en faisant passer des lois telles que la loi des suspects et la loi du 22 prairial.

    • Les actions de Robespierre ont conduit à sa chute, car sa paranoïa l'a amené à exécuter d'anciens amis et sympathisants. Il prétendait qu'il y avait une conspiration contre lui, mais ne pouvait donner aucun nom.

    • Il a perdu le pouvoir lors de la réaction thermidorienne, lorsque d'autres factions se sont rebellées contre lui. Il est exécuté le 28 juillet 1794.


    Références

    1. Dylan Rees, 'France in Revolution, 2008', p.108
    2. David Lawaday, 'Le géant de la révolution française : Danton, une vie.' 2010, p.198
    Danton et Robespierre Danton et Robespierre
    Apprends avec 0 fiches de Danton et Robespierre dans l'application gratuite StudySmarter

    Nous avons 14,000 fiches sur les paysages dynamiques.

    S'inscrire avec un e-mail

    Tu as déjà un compte ? Connecte-toi

    Questions fréquemment posées en Danton et Robespierre
    Qui étaient Danton et Robespierre ?
    Danton et Robespierre étaient deux figures emblématiques de la Révolution française. Danton était un homme politique et orateur, tandis que Robespierre était avocat et homme politique, membre du Club des Jacobins.
    Quelle était la principale différence entre Danton et Robespierre ?
    La principale différence entre Danton et Robespierre résidait dans leurs idéaux politiques: Danton prônait la réconciliation nationale, tandis que Robespierre défendait l'élimination des ennemis de la révolution et un régime plus radical.
    Quelle était la relation entre Danton et Robespierre ?
    Bien qu'ils aient été alliés au début de la Révolution française, Danton et Robespierre ont fini par diverger en termes d'idéaux politiques, conduisant à des conflits entre eux.
    Quel a été le sort de Danton et Robespierre ?
    Danton et Robespierre ont tous deux été exécutés par guillotine pendant la Terreur: Danton en avril 1794 et Robespierre en juillet 1794.
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Danton et Robespierre

    • Temps de lecture: 17 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !