StudySmarter: Flashcards, Note
4.5 • +22k évaluations
Plus de 22 millions de téléchargements
Gratuit
|
|
Grande peur

Tu sais ce qu'on dit, la faim et les idées fausses mènent à l'insurrection, ou du moins c'est ce qui s'est passé lorsque les paysans français ont décidé à tort que le gouvernement essayait délibérément de les faire mourir de faim. La morale de l'histoire ? Si tu deviens un jour le dirigeant de la France, assure-toi de ne pas priver tes sujets de pain ou prépare-toi à une révolution !

Mockup Schule Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Grande peur

Want to get better grades?

Nope, I’m not ready yet

Get free, full access to:

  • Flashcards
  • Notes
  • Explanations
  • Study Planner
  • Textbook solutions
Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Tu sais ce qu'on dit, la faim et les idées fausses mènent à l'insurrection, ou du moins c'est ce qui s'est passé lorsque les paysans français ont décidé à tort que le gouvernement essayait délibérément de les faire mourir de faim. La morale de l'histoire ? Si tu deviens un jour le dirigeant de la France, assure-toi de ne pas priver tes sujets de pain ou prépare-toi à une révolution !

Mots clés de Great Fear

Mots clés

Définition

Curé

Un curé français.

La prise de la Bastille

La prise de la Bastille a eu lieu l'après-midi du 14 juillet 1789 à Paris, en France, lorsque des révolutionnaires ont pris d'assaut et pris le contrôle de l'armurerie médiévale, du château et de la prison politique connus sous le nom de Bastille.

Les Cahiers

Entre mars et avril 1789, l'année où la Révolution française a commencé, chacun des trois États de France a compilé une liste de griefs qui ont été nommés les cahiers.

Édit

Une ordonnance officielle émise par une personne d'autorité.

Sous

Le sous était un type de pièce de monnaie utilisé en France au 18e siècle comme monnaie d'échange. 20 sous constituaient une livre.

Privilèges féodaux

Les droits de naissance uniques dont jouissent le clergé et l'élite.

Bourgeoisie

La bourgeoisie est une classe sociale sociologiquement définie qui comprend les personnes des classes moyennes et moyennes supérieures.

Système féodal

Système social hiérarchique de l'Europe médiévale dans lequel les seigneurs fournissaient aux personnes de rang inférieur des terres et une protection en échange de leur travail et de leur loyauté.

Seigneur

Un seigneur féodal.

Domaine

Classes sociales : le Premier Domaine était composé du clergé, le Deuxième des nobles et le Troisième des 95 % restants de la population française.

États généraux

Les États généraux étaient une assemblée législative et consultative composée des trois États. Leur but principal était de proposer des solutions aux problèmes financiers de la France.

Assemblée nationale

Le corps législatif français de 1789 à 1991. L'Assemblée législative lui a succédé.

Vagabond

Une personne sans abri et sans travail qui se déplace d'un endroit à l'autre en mendiant.

Résumé de la Grande Peur

La Grande Peur est une période de panique et de paranoïa qui atteint son apogée entre juillet et août 1789 ; elle comprend des émeutes paysannes et la création frénétique par la bourgeoisie de milices pour empêcher les émeutiers de détruire leurs biens.

Les causes de la Grande Peur

Alors, qu'est-ce qui a provoqué cette période de panique en France ?

La faim

En fin de compte, la Grande Peur s'est résumée à une seule chose : la faim.

La Grande Peur a principalement eu lieu dans les campagnes françaises, qui étaient beaucoup plus densément peuplées qu'aujourd'hui, ce qui signifie que les terres pour l'agriculture et la production alimentaire étaient rares. Dans le nord de la France, par exemple, 60 à 70 personnes sur 100 possédaient moins d'un hectare de terre, ce qui ne permettait pas de nourrir une famille entière.

Cette situation varie considérablement d'une province à l'autre. Par exemple, dans le Limousin, les paysans possédaient environ la moitié des terres, mais dans le Cambrésis, seul 1 paysan sur 5 possédait une quelconque propriété.

La situation n'a fait qu'empirer avec l'augmentation rapide de la population. Entre 1770 et 1790, la population française a augmenté d'environ 2 millions d'habitants, de nombreuses familles comptant jusqu'à 9 enfants. Les villageois de La Caure, dans la région de Châlons, ont écrit dans les cahiers de 1789 :

Le nombre de nos enfants nous plonge dans le désespoir, nous n'avons pas les moyens de les nourrir ni de lesvêtir1.

Bien que les paysans et les ouvriers français ne soient pas étrangers à la pauvreté, cette situation s'est aggravée en raison d'une récolte particulièrement mauvaise en 1788. La même année, les guerres européennes ont rendu la Baltique et la Méditerranée orientale peu sûres pour la navigation. Les marchés européens se sont progressivement fermés, entraînant un énorme chômage.

Les politiques financières de la Couronne n'ont fait qu'aggraver la situation. L'édit de 1787 avait supprimé toute forme de contrôle du commerce du maïs, si bien que lorsque la récolte a échoué en 1788, les producteurs ont augmenté leurs prix à un rythme incontrôlable. En conséquence, les ouvriers ont dépensé environ 88 % de leur salaire journalier pour acheter du pain pendant l'hiver 1788-9, contre 50 % habituellement.

Le taux de chômage élevé et la hausse des prix ont entraîné une augmentation du nombre de vagabonds en 1789.

Vagabonds mendiants

Prolongement naturel de la faim, la mendicité n'était pas inhabituelle dans la France du XVIIIe siècle, mais elle a fortement augmenté pendant la Grande Peur.

Le nord du pays en particulier était très hostile aux vagabonds et aux mendiants qu'ils appelaient coqs de village en raison de leurs appels à l'aide .Cet état de pauvreté, considéré comme noble par l'Église catholique, ne fait que perpétuer le vagabondage et la mendicité. L'augmentation du nombre et de l'organisation des vagabonds entraîne des perturbations et des accusations de paresse.

La présence des vagabonds devient une cause perpétuelle d'anxiété. Les fermiers qu'ils rencontraient eurent bientôt peur de leur refuser de la nourriture ou un abri, car ils attaquaient fréquemment les locaux des fermiers et prenaient ce qu'ils voulaient s'ils jugeaient l'aide apportée insuffisante. Finalement, ils se mirent à mendier de nuit, réveillant avec effroi les propriétaires terriens et les fermiers.

À l'approche de la récolte de 1789, l'inquiétude atteint son paroxysme. Les propriétaires terriens et les fermiers sont devenus paranoïaques à l'idée de perdre leur récolte à cause des vagabonds errants.

Dès le 19 juin 1789, la Commission du régiment du Soissonnais écrit au baron de Besenval pour lui demander d'envoyer des dragons (cavalerie légère souvent utilisée pour le maintien de l'ordre) afin d'assurer la sécurité de la récolte.

Le complot de la famine

Outre les vagabonds, les paysans soupçonnaient également la Couronne et les Premier et Second États de vouloir délibérément les affamer. L'origine de cette rumeur provenait des États généraux qui avaient débuté en mai 1789. Lorsque les nobles et le clergé ont refusé de voter par tête, les paysans ont commencé à les soupçonner de savoir qu'ils ne pourraient pas gagner si le vote par ordre n'était pas imposé.

Le vote par tête signifie que le vote de chaque représentant est pondéré de façon égale, alors que le vote par ordre signifie que le vote collectif de chaque État est pondéré de façon égale, bien que le troisième État ait deux fois plus de représentants.

N'oublie pas que les États généraux ont été convoqués en raison des graves problèmes économiques que connaissait la France et qui affectaient surtout le tiers état. Le soupçon que les deux autres États voulaient fermer l'assemblée et ne pas donner au tiers état une représentation appropriée les a amenés à conclure qu'ils ne se souciaient pas du bien-être des paysans, mais qu'au contraire, ils voulaient activement qu'ils souffrent.

Les rumeurs sont exacerbées par le rassemblement de 10 000 soldats autour de Versailles au mois de mai. Le curé de Souligne-sous-Balon commente ainsi :

Les nombreux grands seigneurs et autres qui occupent les plus hautes places de l'État ont projeté secrètement de recueillir tout le blé du royaume et de l'envoyer à l'étranger, afin d'affamer le peuple, de le tourner contre l'Assemblée des États généraux et d'empêcher qu'elle n'aboutisse2.

Le sais-tu ? "Maïs" peut être utilisé pour désigner n'importe quel type de culture céréalière, et pas seulement le maïs !

La Grande Peur commence

La Grande Peur consistait en des révoltes paysannes largement inorganisées. Les paysans attaquaient tout et tout le monde sans distinction dans une tentative désespérée de faire entendre leurs demandes d'allègement financier.

La Bastille et la Grande Peur

L'intensité alarmante avec laquelle les paysans se sont révoltés en juillet - le début des événements de la Grande Peur - peut être attribuée à la prise de la Bastille à Paris le 14 juillet 1789. Les citadines qui ont pris d'assaut la Bastille étaient largement motivées par les difficultés économiques et le manque de céréales et de pain, et les paysans de la campagne ont pris cela comme la raison d'être de leur cause. Les paysans ont commencé à se déchaîner sur tous les sites de privilèges soupçonnés de détenir ou d'accumuler de la nourriture.

Grande Peur Démolition de la Bastille StudySmarterDémolition de la Bastille, Musée Carnavalet

La révolte des paysans

Les soulèvements les plus violents ont été observés autour des montagnes françaises de Macon, du bocage normand et des prairies de la Sambre, car il s'agissait de régions où l'on cultivait peu de maïs et où la nourriture était donc déjà rare. Les insurgés s'en prennent aux représentants du roi et aux ordres privilégiés. Dans l'Eure, les paysans se sont révoltés, exigeant que le prix du pain soit ramené à 2 sous la livre et que les droits d'accise soient suspendus.

Bientôt, les émeutes s'étendent vers l'est, dans toute la Normandie. Le 19 juillet, les bureaux des impôts de Verneuil sont saccagés et le 20, le marché de Verneuil connaît de terribles émeutes et des vols de nourriture. Les émeutes s'étendent à la Picardie voisine où les convois de grains et les magasins sont pillés. La crainte des pillages et des émeutes devint si forte qu'aucune cotisation ne fut perçue entre l'Artois et la Picardie cet été-là.

Dans certaines régions, les paysans les habitants exigèrent des titres de propriété de la noblesse, et dans certains cas les brûlèrent. Les paysans avaient trouvé l'occasion de détruire les papiers qui donnaient droit aux nobles à des redevances seigneuriales.

Les émeutes se sont répandues dans la plupart des régions provinciales de France. C'est pratiquement un miracle qu'une région soit épargnée. Parmi les régions chanceuses, on peut citer Bordeaux, au sud-ouest, et Strasbourg, à l'est. Il n'y a pas d'explication définitive sur la raison pour laquelle certaines régions n'ont pas connu la Grande Peur, mais il semble qu'il y ait deux raisons : soit les rumeurs ont été prises moins au sérieux dans ces régions, soit elles étaient plus prospères et plus sûres sur le plan alimentaire, et avaient donc moins de raisons de se révolter.

L'importance de la Grande Peur dans la Révolution française

La Grande Peur est l'un des événements fondateurs de la Révolution française. Après la prise de la Bastille, elle a montré le pouvoir que détenait le peuple et a mis en route le cours de la Révolution française.

La Grande Peur a renforcé le système de défense communale qui, jusque-là, était encore balbutiant. La Grande Peur a forcé les comités locaux à s'organiser et a vu les gens ordinaires prendre les armes par solidarité. C'est la première tentative en France d'une levée en masse d'hommes valides. On retrouvera ce phénomène dans la levée en masse, lors des guerres révolutionnaires des années 1790.

Les membres du tiers état se sont soulevés par solidarité dans une mesure jamais vue auparavant. La panique généralisée a contribué à la formation, en juillet 1789, de la "Milice bourgeoise" à Paris, qui formera plus tard le noyau de la Garde nationale. C'est une défaite humiliante pour l'aristocratie car elle est contrainte d'abandonner ses privilèges sous peine de mort. Le 28 juillet 1789, d'Arlay, l'intendant de la duchesse de Bancras, écrit à la duchesse que :

Les gens sont les maîtres ; ils en savent trop. Ils savent qu'ils sont les plus forts.3

La Grande Peur - Principaux enseignements

  • La Grande Peur est une période de panique généralisée liée aux pénuries alimentaires qui a duré de juillet à août 1789.
  • Les principaux événements de la Grande Peur ont été des émeutes désordonnées dans les provinces françaises dans le but d'obtenir de la nourriture ou de détruire les droits seigneuriaux.
  • Les principales raisons de la Grande Peur étaient la faim, la mauvaise récolte de 1789, l'augmentation du vagabondage et la propagation de rumeurs sur un éventuel complot des aristocrates.
  • La Grande Peur a renforcé les liens du troisième pouvoir et leur a donné les moyens d'agir en tant qu'agents politiques. Les aristocrates ont subi une défaite embarrassante.

1. Cité dans Brian Fagan. Le petit âge glaciaire : comment le climat a fait l'histoire entre 1300 et 1850. 2019.

2. Georges Lefebvre. La grande peur de 1789 : La panique rurale dans la France révolutionnaire. 1973.

3. Lefebvre. La grande peur de 1789, p. 204.

Questions fréquemment posées en Grande peur

La Grande Peur était une vague de panique et de révoltes rurales en France en 1789 durant la Révolution française.

La Grande Peur a eu lieu à cause des rumeurs de complot des nobles, visant à affamer le peuple et à s'opposer à la Révolution.

La Grande Peur a conduit à la fin des droits seigneuriaux et à l'adoption de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

La Grande Peur s'est déroulée du 17 juillet au 3 août 1789.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Qu'est-ce que la Grande Peur ?

Lequel de ces élémentsn'a PAS été une cause de la Grande Peur ?

Quel a été l'impact du vagabondage sur la Grande Peur ?

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

StudySmarter: la seule application d’apprentissage qu’il te faut pour tout savoir.

Inscris-toi ici gratuitement
Illustration

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App