|
|
Insurrection de Budapest

Comment une manifestation d'étudiants s'est-elle transformée en une véritable révolution, avant d'être réprimée par les chars soviétiques et d'aboutir à l'exécution d'un ancien premier ministre ? Le soulèvement hongrois de 1956 était une révolution nationale contre le contrôle de la Hongrie par l'Union soviétique.

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Insurrection de Budapest

Want to get better grades?

Nope, I’m not ready yet

Get free, full access to:

  • Flashcards
  • Notes
  • Explanations
  • Study Planner
  • Textbook solutions
Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Comment une manifestation d'étudiants s'est-elle transformée en une véritable révolution, avant d'être réprimée par les chars soviétiques et d'aboutir à l'exécution d'un ancien premier ministre ? Le soulèvement hongrois de 1956 était une révolution nationale contre le contrôle de la Hongrie par l'Union soviétique.

La révolution hongroise de 1956 : résumé

En 1956, les Hongrois sont descendus dans la rue pour protester contre le régime communiste répressif et l'influence soviétique dans le pays. Le premier ministre Erno Gero a été évincé à la suite des manifestations et le réformateur plus libéral Imre Nagy a été nommé premier ministre. Imre Nagy a tenté un certain nombre de réformes, telles que des élections libres et le retrait des troupes soviétiques de Hongrie. Cependant, sa décision de quitter le pacte de Varsovie a suscité la crainte de l'Union soviétique.

Révolution hongroise 1956 Ernő Gerő StudySmarterFig.1 - Ernő Gerő

Révolution hongroise 1956 Nagy Imre StudySmarterFig. 2 - Nagy Imre

Le 4 novembre, 12 jours après le début des troubles, les chars soviétiques encerclent Budapest et répriment la Hongrie. Nagy a été remplacé par Janos Kadar et a été exécuté par la suite. Pendant la révolution hongroise, des milliers de manifestants ont été tués, et beaucoup d'autres ont été arrêtés ou ont fui le pays. La réaction de l'Union soviétique à la révolution a démontré sa dureté à l'égard de la dissidence et a dissuadé de futures manifestations dans d'autres pays du bloc de l'Est.

Révolution hongroise 1956 Les chars soviétiques patrouillent dans les rues de Budapest StudySmarterFig. 3 - Des chars soviétiques patrouillent dans les rues de Budapest.

Chronologie de la révolution hongroise de 1956

23 octobre 1956 : des étudiants universitaires sont rejoints par des citoyens ordinaires et l'armée hongroise pour protester contre l'hégémonie soviétique de longue date sur la Hongrie, le gouvernement stalinien du pays et les politiques intérieures sévères appliquées par l'URSS. Les étudiants ont dressé une liste de 16 points à réformer, dont la liberté d'expression, un salaire minimum national, le réajustement des quotas de production et le retrait des troupes soviétiques.

Le premier ministre Gero a rejeté la pétition et a ordonné à la police de disperser la manifestation, qui a réagi en tirant sur la foule. Les manifestants se sont défendus et ont ensuite attaqué l'AVH (la police secrète hongroise) ainsi que des soldats russes. À leur tour, l'AVH et les soldats russes ont tué de nombreux manifestants, et des combats intenses se sont ensuivis.

Hégémonie

Domination ou leadership d'un État(ici l' URSS) ou d'un groupe sur les autres.

24 octobre 1956 : des émeutesse répandent dans le pays, conduisant l'Union soviétique à accepter un nouveau gouvernement. Imre Nagy, un dirigeant communiste libéral et populaire qui avait ouvertement critiqué Staline, remplace Erno Gero au poste de premier ministre.

25 octobre 1956 : Les troupes soviétiques tirent sur des manifestants non armés devant le parlement, et des chars sont déployés dans les rues, tuant des centaines de manifestants. Les manifestants appellent à une grève générale et détruisent les symboles de l'occupation soviétique. Janos Kadar, qui avait déjà été emprisonné pour s'être opposé au stalinisme, devient l'adjoint de Nagy.

28 octobre 1956 : Nagy et Khrouchtchev achèvent les négociations visant à retirer l'Armée rouge de Hongrie. À partir du 28 octobre, les troupes russes doivent quitter Budapest. Nagy déclare la mise en place de réformes politiques et économiques telles que l'instauration de gouvernements démocratiquement élus, de systèmes juridiques impartiaux, de la liberté de religion, le retrait permanent des troupes soviétiques de la nation et, plus important encore, le désengagement du Pacte de Varsovie, ce qui garantirait la neutralité hongroise dans la guerre froide. Nagy a cherché le soutien des pays occidentaux et des Nations Unies.

Pacte de Varsovie - Traité de défense mutuelle signé par les États d'Europe de l'Est et l'URSS.

1er novembre 1956 : Nagy déclare officiellement qu'il quittera le Pacte de Varsovie, ce qui porte un coup critique à la position internationale de l'Union soviétique. À Moscou, cela provoque des remous au sein du parti communiste, qui s'inquiète de plus en plus d'être perçu comme faible et de voir les autres pays du pacte de Varsovie lui emboîter le pas.

4 novembre 1956 : Khrouchtchev et le parti communiste décident qu'il est inacceptable que la Hongrie quitte le pacte de Varsovie. La sécurité internationale est une priorité absolue et Khrouchtchev ne peut pas permettre au nouveau gouvernement dirigé par Nagy d'aller de l'avant.

À l'aube, les chars soviétiques encerclent Budapest et des combats s'ensuivent. L'Armée rouge écrase l'Armée hongroise et plus de 2500 personnes sont tuées. Nagy fait une déclaration mondiale pour demander l'aide de l'Occident, mais aucune intervention n'a lieu. Janos Kadar abandonne Nagy et forme un nouveau gouvernement soutenu par les Soviétiques. 200 000 personnes ont fui le pays par crainte des persécutions. En juin 1958, l'URSS a exécuté Nagy pour son rôle dans le soulèvement.

Causes de la révolution hongroise de 1956

Les principales causes du soulèvement de 1956 sont la politique de déstalinisation de Khrouchtchev, la croyance en une intervention américaine et des années de répression politique et de difficultés économiques.

La mort de Staline

Après la mort de Joseph Staline en 1953, Khrouchtchev s'est imposé comme le nouveau dirigeant de l'Union soviétique. Lors du vingtième congrès du parti communiste de l'Union soviétique, qui s'est tenu en février 1956, Khrouchtchev a dénoncé le régime oppressif qui s'était développé et a critiqué Staline. Le processus de déstalinisation, qui accordait aux citoyens ordinaires plus de droits civiques qu'ils n'en avaient eu depuis des décennies, était encourageant pour de nombreux révolutionnaires. Il s'est rapidement répandu dans tout le bloc soviétique et a conduit de nombreux Hongrois à penser que leur propre pays pouvait également être déstalinisé. Khrouchtchev a été perçu comme favorable à cette idée car il a forcé le premier ministre hongrois pro-stalinien Matyas Rakosi à démissionner.

Intervention occidentale

Lorsque Dwight D. Eisenhower a été élu président en 1953, il a fait de grandes déclarations sur le lancement d'une nouvelle politique étrangère qui remplacerait la politique d'endiguement parce qu'elle était immorale, futile et qu'elle abandonnait effectivement d'innombrables personnes au despotisme. L'administration républicaine a promis qu'elle réduirait la domination soviétique sur l'Europe de l'Est et qu'elle aiderait les "peuples captifs" dans leur lutte contre le communisme.

Cela a conduit de nombreux Hongrois, dont Nagy, à croire que les États-Unis soutiendraient leur défi contre l'Union soviétique. Cependant, une fois au pouvoir, les républicains ont été contraints d'adoucir la rhétorique belliqueuse de leur campagne en raison des réalités politiques. Souvent, ils ne pouvaient pas intervenir dans d'autres pays à cause de la menace d'une guerre nucléaire.

Politique d'endiguement

Politique américaine après la Seconde Guerre mondiale qui visait à arrêter l'expansion du communisme à l'étranger en le "contenant".

Répression politique et difficultés économiques

L'hégémonie russe et le régime communiste signifiaient qu'il y avait très peu de liberté d'expression ou de libertés civiles. Moscou dictait ce qui était censuré et ce qui était enseigné dans les écoles, et interdisait la religion. Ce dernier point était particulièrement problématique pour la population hongroise, majoritairement catholique, et beaucoup ont été scandalisés par l'emprisonnement de nombreux chefs religieux.

En outre, l'URSS a fixé des quotas de production stricts, assortis de sanctions sévères en cas de non-respect de ces quotas en Hongrie. Une grande partie de la nourriture et des biens industriels produits dans le pays sont alors envoyés en Russie au lieu d'être utilisés pour favoriser le développement économique de la Hongrie. La révolution était donc une réponse à la pauvreté et à l'oppression auxquelles le peuple hongrois était confronté.

Quelles ont été les réactions des États-Unis et de l'URSS à la révolution hongroise ?

En 1956, les États-Unis et l'URSS se trouvaient dans une phase de "coexistence pacifique", que ni Eisenhower ni Khrouchtchev n'étaient prêts à perturber aussi facilement. Eisenhower a reconnu qu'une intervention en Hongrie aurait conduit à une guerre avec la Russie. Les États-Unis ne sont donc pas intervenus et n'ont pas fourni d'aide à la Hongrie, et Khrouchtchev a été libre de faire entrer des milliers de chars dans Budapest.

La réaction des États-Unis au soulèvement hongrois

L'administration Eisenhower estimait qu'Imre Nagy était toujours étroitement lié au Kremlin, et même si les événements ont changé, cette opinion n'a jamais été ébranlée. Charles Bohlen, ambassadeur américain auprès de l'URSS à cette époque, a rapporté aux États-Unis que

il n'y a pas, du moins en apparence, de différences ouvertes entre les gouvernements hongrois et soviétique.

Le fait que Nagy était communiste mais croyait en l'éviction des politiciens staliniens et se rangeait du côté des étudiants qui avaient mené la révolution n'était probablement pas suffisant pour changer la façon dont les États-Unis le voyaient. Malgré cela, et le choix clair de ne pas intervenir en Hongrie, la sympathie américaine pour les révolutionnaires hongrois a été clairement exprimée. Le 27 octobre 1956, le secrétaire d'État John Foster Dulles proclame que

les États-Unis n'ont aucune arrière-pensée en souhaitant l'indépendance des pays satellites. Notre souhait le plus sincère est que ces peuples, dont découle une grande partie de notre vie nationale, se voient restituer leur souveraineté et qu'ils aient des gouvernements qu'ils choisissent librement. Nous ne considérons pas ces nations comme des alliés militaires potentiels. Nous les considérons comme des amis et comme une partie de [...], une Europe qui n'est plus divisée.

De plus, les États-Unis sont préoccupés par la crise de Suez, qu'ils jugent plus importante.

La réaction de l'URSS au soulèvement hongrois

L'URSS n'a pas subi de conséquences internationales significatives pour ses actions pendant le soulèvement hongrois, mais l'événement a eu un impact durable sur les États satellites de la Russie et sur les affaires intérieures russes. La révolution hongroise a essentiellement révélé les fissures en Europe de l'Est et montré que l'ancrage communiste de l'URSS dans la région n'était peut-être pas aussi solide qu'il l'était auparavant.

En fait, le soulèvement peut être considéré comme l'échec du gouvernement, de l'URSS et du communisme lui-même à subvenir aux besoins de ses citoyens. Si les citoyens du bloc de l'Est avaient eu un niveau de vie plus élevé, la probabilité d'une rébellion aurait grandement diminué. Khrouchtchev a suivi cette leçon en mettant en œuvre des réformes économiques et sociales au cours de l'hiver 1956 et au début de l'année 1957.

Cependant, cet événement a également prouvé que la politique de libéralisation de Khrouchtchev aurait des conséquences et affaiblirait son soutien auprès des communistes purs et durs dans son propre pays. À la suite du soulèvement, Khrouchtchev a subi des pressions supplémentaires de la part de la Chine pour défendre le communisme à l'étranger.

Conséquences du soulèvement hongrois

La révolution hongroise a été l'un des premiers événements à ponctuer une période de très fortes tensions entre les États-Unis et l'URSS. Il ne fait aucun doute qu'elle a donné le ton des interactions entre les États-Unis et Khrouchtchev à l'avenir.

En 1956, avant le soulèvement hongrois, les États-Unis commençaient à penser qu'avec la mort de Staline et les promesses de Khrouchtchev de déstalinisation et de "coexistence pacifique", les tensions entre les deux pays allaient s'estomper. Mais la répression brutale du soulèvement par l'URSS a prouvé que malgré le désir de coopération et de coexistence pacifique de Khrouchtchev, il ne serait pas un dirigeant docile.

Dans le monde entier, les gens ont été horrifiés par les mesures prises pour réprimer le soulèvement en Hongrie, et l'événement a conduit des personnes à quitter les partis communistes de diverses nations. Pour les États-Unis, la révolution a mis en évidence la nécessité de l'endiguement.

Révolution hongroise de 1956 - Principaux enseignements

  • Le soulèvement hongrois de 1956 a commencé le 23 octobre et était une révolution nationale contre le contrôle de la Hongrie par l'Union soviétique.
  • Les émeutes se sont répandues dans tout le pays et Imre Nagy, un dirigeant communiste libéral, a remplacé Erno Gero au poste de premier ministre. Nagy promet alors une série de réformes qui augmenteront la liberté du peuple hongrois.
  • Après que la Hongrie a déclaré son départ du Pacte de Varsovie, Khrouchtchev a envoyé les troupes pour réprimer le soulèvement.
  • Les États-Unis n'interviennent pas car ils sont préoccupés par la crise de Suez et ne veulent pas déclencher une guerre nucléaire avec l'URSS.
  • Le soulèvement a représenté un défi important pour Khrouchtchev et la stabilité du bloc de l'Est.

Références

  1. Fig. 1 - Ernő Gerő (https://en.wikipedia.org/wiki/File:Ger%C5%91_Ern%C5%91_1955_(cropped).jpg) par Rádió és Televízió Újság (donateur) (no profile) Licensed by CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en)
  2. Fig. 2 - Nagy Imre (https://en.wikipedia.org/wiki/File:Nagy_Imre_retouched.jpg) par Jánosi Katalin adományozó (sans profil) Licence CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.en)
  3. Fig. 3 - Des chars soviétiques patrouillent dans les rues de Budapest (https://en.wikipedia.org/wiki/File:Szent_Istv%C3%A1n_k%C3%B6r%C3%BAt_a_Falk_Miksa_(N%C3%A9phadsereg)_utca_fel%C5%91l_a_Honv%C3%A9d_utca_fel%C3%A9_n%C3%A9zve._A_szovjet_csapatok_ideiglenes_kivonul%C3%A1sa_1956._okt%C3%B3ber_31-%C3%A9n._Fortepan_24787.jpg) by FORTEPAN / Nagy Gyula (no profile) Licensed by CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en)

Questions fréquemment posées en Insurrection de Budapest

L'Insurrection de Budapest est une révolte populaire anti-communiste qui s'est déroulée en Hongrie en octobre 1956.

La cause principale de l'insurrection était le mécontentement populaire face à la répression du gouvernement communiste soutenu par l'Union soviétique.

Suite à l'insurrection, les Soviétiques ont écrasé la rébellion, des milliers de personnes ont été tuées et beaucoup d'autres ont été emprisonnées ou contraints à l'exil.

L'Insurrection de Budapest a renforcé les tensions entre les États-Unis et l'Union soviétique durant la guerre froide, reflétant la rivalité entre ces deux superpuissances.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Quand Khrouchtchev a-t-il envoyé des troupes pour réprimer le soulèvement ?

Quand Eisenhower est-il arrivé au pouvoir ?

L'Amérique a fourni une aide économique à la Hongrie.

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !