|
|
Premier Amendement

L'un des amendements les plus importants de la Constitution est le premier amendement. Il ne fait qu'une phrase, mais il contient des droits individuels importants comme la liberté de religion, la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté de réunion. C'est aussi parfois l'un des amendements les plus controversés !

Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Premier Amendement

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

L'un des amendements les plus importants de la Constitution est le premier amendement. Il ne fait qu'une phrase, mais il contient des droits individuels importants comme la liberté de religion, la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté de réunion. C'est aussi parfois l'un des amendements les plus controversés !

Définition du premier amendement

Le premier amendement est - tu l'as deviné - le premier amendement qui a été ajouté à la Constitution ! Le premier amendement comprend des droits individuels très importants : la liberté de religion, la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté de réunion. En voici le texte :

Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion, ou interdisant son libre exercice, ou restreignant la liberté d'expression ou de la presse, ou le droit du peuple de s'assembler pacifiquement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour qu'il réponde à ses griefs.

Premier amendement de la Constitution

Lorsque les États-Unis ont été formés sous les articles de la Confédération pendant la guerre d'Indépendance, il n'y avait pas de droits individuels codifiés dans la loi. En fait, il n'y avait même pas de président ou de moyen de réglementer le commerce codifié dans la loi ! Plusieurs années après la guerre, le Congrès s'est réuni pour rédiger la constitution lors de la Convention constitutionnelle.

La Convention constitutionnelle

La Convention constitutionnelle s'est tenue à Philadelphie en 1787. Au cours de trois mois de réunions, la proposition d'inclure les droits individuels dans la constitution a été faite vers la fin. La convention s'est divisée en deux factions principales : les fédéralistes et les antifédéralistes. Les fédéralistes ne pensaient pas qu'une déclaration des droits était nécessaire parce qu'ils croyaient qu'ils étaient déjà implicites dans la Constitution. De plus, ils craignaient de ne pas pouvoir terminer les discussions à temps. Cependant, les antifédéralistes craignaient que le nouveau gouvernement central ne devienne trop puissant et abusif avec le temps, et une liste de droits était donc nécessaire pour restreindre le gouvernement.

Libertés civiles vs droits civils Premier amendement Convention constitutionnelle Déclaration des droits StudySmarterFigure 1 : Peinture représentant George Washington présidant la Convention constitutionnelle. Source : Wikimedia Commons

Déclaration des droits

Plusieurs États ont refusé de ratifier la Constitution si une déclaration des droits n'y était pas ajoutée. La Déclaration des droits a donc été ajoutée en 1791. Elle est composée des dix premiers amendements à la Constitution. Certains des autres amendements comprennent des choses comme le droit de porter des armes, le droit à un procès rapide et le droit de ne pas faire l'objet de perquisitions et de saisies déraisonnables.

Les droits du premier amendement

Maintenant que nous connaissons l'histoire, commençons par la liberté de la presse !

La liberté de la presse

La liberté de la presse signifie que le gouvernement ne peut pas empêcher les journalistes de faire leur travail et de rapporter les nouvelles. C'est important parce que si le gouvernement était autorisé à censurer les médias, cela pourrait avoir un impact sur la diffusion des idées et sur la responsabilité du gouvernement.

Avant la révolution américaine, l'Angleterre a tenté de censurer les sources d'information et d'éliminer tout discours sur la révolution. C'est pourquoi les auteurs de la Constitution savaient à quel point la liberté de la presse était importante et à quel point elle pouvait avoir un impact sur les mouvements politiques importants.

La presse est également une institution de liaison extrêmement importante qui permet au gouvernement de rendre compte de ses actions. Les dénonciateurs sont des personnes qui alertent le public sur d'éventuels cas de corruption ou d'abus du gouvernement. Ils sont très importants pour aider le public à savoir ce qui se passe au sein du gouvernement.

L'une des affaires les plus célèbres de la Cour suprême concernant la liberté de la presse est l'affaire New York Times v. United States (1971). Un dénonciateur qui travaillait pour le Pentagone a divulgué un certain nombre de documents à la presse. Ces documents donnaient l'impression que l'engagement des États-Unis dans la guerre du Vietnam était incompétent et corrompu. Le président Richard Nixon a tenté d'obtenir une décision de justice contre la publication de ces informations, arguant qu'il s'agissait d'une question de sécurité nationale. La Cour suprême a statué que les informations n'étaient pas directement liées à la sécurité nationale et que les journaux devaient donc être autorisés à les publier.

Premier amendement : Liberté d'expression

Vient ensuite la liberté d'expression. Ce droit ne se limite pas à faire des discours devant une foule : il a été étendu à la "liberté d'expression", qui comprend tout type de communication, verbale ou non verbale.

Discours symbolique

Le discours symbolique est une forme d'expression non verbale. Il peut s'agir de symboles, de vêtements ou de gestes.

Dans l'affaire Tinker v. Des Moines (1969), la Cour suprême a statué que les élèves avaient le droit de porter des brassards pour protester contre la guerre du Vietnam.

Certains types de protestations ont également été protégés en tant que discours symbolique. L'incendie de drapeaux est une forme de protestation qui s'est développée depuis les années 1960. Plusieurs États, ainsi que le gouvernement fédéral, ont adopté des lois rendant illégale la profanation du drapeau américain de quelque manière que ce soit (voir la loi de 1989 sur la protection du drapeau). Cependant, la Cour suprême a statué que brûler le drapeau était une forme d'expression protégée.

Libertés civiles vs droits civils Premier amendement Liberté d'expression constitutionnelle Incendie de drapeaux StudySmarterDes manifestants brûlent un drapeau américain, Wikimedia Commons

Discours non protégés

Bien que la Cour suprême soit souvent intervenue pour invalider des lois ou des politiques qui violaient la liberté d'expression, il existe quelques catégories de discours qui ne sont pas protégées par la Constitution.

Les mots de combat et les mots qui encouragent les gens à commettre des crimes ou des actes de violence ne sont pas protégés par la Constitution. Toute forme de discours qui présente un danger clair et présent ou l'intention de harceler les gens n'est pas non plus protégée. L'obscénité (en particulier les articles qui sont manifestement offensants ou qui n'ont aucune valeur artistique), la diffamation (y compris la calomnie), le chantage, le mensonge au tribunal et les menaces à l'encontre du président ne sont pas protégés par le premier amendement.

Clause d'établissement du premier amendement

La liberté de religion est un autre droit important ! La clause d'établissement du premier amendement codifie la séparation entre l'Église et l'État :

"Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion..."

La clause d'établissement signifie que le gouvernement :

  • Ne peut ni soutenir ni entraver la religion.
  • Ne peut pas favoriser la religion par rapport à la non-religion.

Clause de libre exercice

Parallèlement à la clause d'établissement, il y a la clause de libre exercice, qui stipule que"le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion ou interdisant son libre exercice" (c'est nous qui soulignons). Alors que la clause d'établissement se concentre sur la limitation du pouvoir du gouvernement, la clause de libre exercice se concentre sur la protection des pratiques religieuses des citoyens. Ces deux clauses sont interprétées ensemble comme la liberté de religion.

Affaires relatives à la liberté de religion

Parfois, la clause d'établissement et la clause de libre exercice peuvent entrer en conflit. C'est le cas des accommodements religieux : parfois, en soutenant le droit des citoyens à pratiquer leur religion, le gouvernement peut finir par favoriser certaines religions (ou non-religions) par rapport à d'autres.

Un exemple est le fait de fournir aux détenus en prison des repas spéciaux en fonction de leurs préférences religieuses. Il peut s'agir de fournir aux détenus juifs des repas spéciaux casher et aux détenus musulmans des repas spéciaux halal.

La plupart des affaires de la Cour suprême relatives à la clause d'établissement se sont concentrées sur :

  • La prière dans les écoles et autres lieux gérés par le gouvernement (comme le Congrès).
  • Le financement par l'État d'écoles religieuses
  • L'utilisation de symboles religieux (ex : décorations de Noël, images des Dix Commandements) dans les bâtiments gouvernementaux.

De nombreuses affaires relatives à la clause de libre exercice ont porté sur la question de savoir si les croyances religieuses peuvent exempter les gens de respecter la loi.

Dans l'affaire Newman v. Piggie Park (1968), le propriétaire d'un restaurant a déclaré qu'il ne voulait pas servir les Noirs parce que cela allait à l'encontre de ses croyances religieuses. La Cour suprême a jugé que ses croyances religieuses ne lui donnaient pas le droit de pratiquer une discrimination fondée sur la race.

Dans une autre affaire tristement célèbre appelée Employment Division v. Smith (1990), deux hommes amérindiens ont été licenciés après qu'une analyse de sang a révélé qu'ils avaient ingéré du peyotl, un cactus hallucinogène. Ils ont déclaré que leur droit d'exercer leur religion avait été violé parce que le peyotl est utilisé dans les rituels sacrés de l'Église amérindienne. La Cour suprême leur a donné tort, mais la décision a provoqué un tollé et une loi a rapidement été adoptée pour protéger l'utilisation religieuse du peyotl par les Amérindiens (voir la loi sur la restauration de la liberté religieuse).

Liberté de réunion et de pétition

La liberté de réunion et de pétition est souvent considérée comme le droit de protester pacifiquement ou le droit des gens à se rassembler pour défendre leurs intérêts politiques. C'est important parce que le gouvernement fait parfois des choses indésirables et/ou nuisibles. Si les gens n'ont pas la possibilité de réclamer des changements en protestant, ils n'ont pas le pouvoir de changer les politiques. Le texte dit :

Le Congrès ne fera aucune loi... restreignant... le droit du peuple de s'assembler pacifiquement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour qu'il réponde à ses griefs.

Pétition: En tant que nom, le terme "pétition" fait souvent référence à la collecte de signatures de personnes qui veulent défendre quelque chose. En tant que verbe, la pétition signifie la capacité de faire des demandes et de demander des changements sans craindre de représailles ou de punition pour s'être exprimé.

En 1932, des milliers de chômeurs ont défilé à Détroit. L'usine Ford ayant récemment fermé ses portes en raison de la Grande Dépression, les habitants de la ville ont décidé de protester dans ce qu'ils ont appelé une marche de la faim. Cependant, les policiers de Dearborn ont tiré des gaz lacrymogènes puis des balles. La foule a commencé à se disperser lorsque le chef de la sécurité de Ford est arrivé en voiture et a commencé à tirer sur la foule. Au total, cinq manifestants sont morts et de nombreux autres ont été blessés. La police et les employés de Ford ont été largement acquittés par les tribunaux, ce qui a suscité des protestations selon lesquelles les tribunaux étaient partiaux à l'égard des manifestants et avaient violé leurs droits au titre du premier amendement.

Libertés civiles vs droits civils Premier amendement Procession funéraire Marche de la faim de Ford Liberté de réunion StudySmarterFigure 3 : Des milliers de personnes se sont présentées au cortège funèbre des manifestants tués lors de la Marche de la faim. Source : Bibliothèque Walter P. Reuther

Exceptions

Le premier amendement ne protège que les manifestations pacifiques. Cela signifie que tout encouragement à commettre des crimes ou des violences ou à s'engager dans des émeutes, des bagarres ou des insurrections n'est pas protégé.

Affaires de l'ère des droits civiques

Libertés civiles vs droits civils Premier amendement Époque des droits civils Marche de Selma à Montgomery Liberté de réunion StudySmarterFigure 4 : De nombreux arrêts de la Cour suprême concernant la liberté de réunion ont été rendus à l'époque des droits civiques. La photo ci-dessus montre la marche de Selma à Montgomery en 1965. Source : Bibliothèque du Congrès

Dans l'affaire Bates v. Little Rock (1960), Daisy Bates a été arrêtée parce qu'elle refusait de révéler les noms des membres de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). Little Rock avait adopté une ordonnance exigeant que certains groupes, dont la NAACP, publient une liste publique de leurs membres. Bates a refusé parce qu'elle craignait que la révélation des noms ne mette les membres en danger en raison d'autres cas de violence à l'encontre de la NAACP. La Cour suprême lui a donné raison et a déclaré que l'ordonnance violait le premier amendement.

Un groupe d'étudiants noirs s'est réuni pour soumettre une liste de griefs au gouvernement de Caroline du Sud dans l'affaire Edwards v. South Carolina (1962). Lorsqu'ils ont été arrêtés, la Cour suprême a statué que le premier amendement s'appliquait également aux gouvernements des États. Ils ont déclaré que les actions avaient porté atteinte au droit de réunion des étudiants et ont annulé la condamnation.

Premier amendement - Points clés

  • Le premier amendement est le premier à avoir été inclus dans la Déclaration des droits.
  • En tant que nom, le terme "pétition" fait souvent référence à la collecte de signatures de personnes qui veulent défendre quelque chose. En tant que verbe, la pétition signifie la capacité de faire des demandes et de demander des changements sans craindre de représailles ou de punition.
  • Les expériences vécues sous le régime britannique et l'insistance des antifédéralistes qui craignaient que le gouvernement ne devienne trop puissant ont influencé l'inclusion de ces droits.
  • Certaines des affaires les plus influentes et les plus controversées de la Cour suprême ont porté sur le premier amendement.

Questions fréquemment posées en Premier Amendement

Le Premier Amendement est un ajout à la Constitution des États-Unis qui protège la liberté d'expression, de religion, de la presse et le droit de se réunir pacifiquement.

La liberté d'expression est un droit protégé par le Premier Amendement qui permet aux individus de s'exprimer librement sans ingérence ou répression du gouvernement.

Le Premier Amendement protège la plupart des formes d'expression, mais il existe des limites, comme la diffamation, la provocation à la violence et la pornographie infantile.

La Cour suprême des États-Unis est chargée d'interpréter la Constitution, y compris le Premier Amendement. Elle fournit des directives et prend des décisions concernant les droits protégés par cet amendement.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Le premier amendement se trouve dans la

Quel document important a été modifié par le premier amendement ?

Pourquoi les auteurs de la Constitution ont-ils inclus le premier amendement dans la Déclaration des droits ?

Suivant
AUTRES THÈMES LIÉS Premier Amendement

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App

Google Popup

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !