Brutalisation

Mitrailleuses, grenades, gaz, chars, sous-marins, obus. La violence inédite de la Première Guerre mondiale ouvre la voie à des pratiques violentes dans certains pays en reconstruction, qui adoptent violence politique, culte du chef, exécutions, déportations et autres répressions. Ce phénomène a été décrit par George Mosse en 1990 comme la « brutalisation des sociétés ».1 Les pratiques de violences de guerre, normalement adoptées uniquement en temps de conflit, sont intégrées aux sociétés en paix.

Brutalisation Brutalisation

Crée des supports d'apprentissage sur Brutalisation avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères

    Cette brutalisation des sociétés entraîne dans l'Europe de l'entre-deux-guerres la montée du nationalisme et du totalitarisme, notamment le bolchévisme et le stalinisme en URSS, le fascisme en Italie et le nazisme en Allemagne.

    • Dans cette explication, tu verras d'abord l'époque de l'entre-deux-guerres, caractérisée par la crise économique de 1929 et la montée du nationalisme en Europe.
    • Tu apprendras ensuite que la brutalisation des sociétés cause l'émergence d'États totalitaires.
    • Tu étudieras plus en détails les similarités et différences entre le stalinisme, le fascisme italien et le nazisme.

    L'entre-deux-guerres

    Après la chute d’anciennes monarchies européennes à la fin de la Première Guerre mondiale, une instabilité politique s’installe, même dans les pays victorieux. L'Europe connaît l'accalmie des années folles, mais la crise de 1929 affaiblit encore plus les démocraties européennes. Des mouvements politiques radicaux émergent, en particulier le nationalisme.

    Les années folles

    Au début des années 1920, la situation économique de la France s'améliore. Comme dans d'autres pays, la France connait alors une effervescence culturelle et intellectuelle majeure. Paris devient un centre mondial d'activité artistique. La population souhaite oublier les traumatismes de la guerre : c'est notamment l'heure de gloire du surréalisme, des spectacles de revue et de l'Art Déco et l'apparition du jazz, de la radio et du cinéma.

    La crise de 1929

    À la fin des années 1920, l'économie des États-Unis est en surchauffe. De nombreux investisseurs spéculent par achats à crédit, espérant s'enrichir. Les industries produisent tellement de biens qu'elles manquent de consommateurs. Cette surproduction et la flambée des cours de la bourse entraînent le jeudi noir du 24 octobre 1929. Plus personne n'achète de titres financiers et la semaine suivante, le marché s'effondre.

    La crise devient alors économique. Affectées par des problèmes de trésorerie, de grandes entreprises font faillite et de nombreuses personnes perdent leur emploi. C'est le début de la Grande Dépression, la crise économique la plus sévère et la plus longue de l'histoire moderne mondiale. Elle dure une dizaine d'années.

    La France est touchée au début des années 1930. Comme dans les autres pays, l'activité économique est faible, le chômage généralisé et les prix augmentent, entraînant un appauvrissement de la population. Les gouvernements se succèdent : la crise est aussi politique.

    En raison du régime parlementaire de la Troisième République, les gouvernements sont facilement défaits par le Parlement. Cette tendance est accentuée par la crise économique : d'octobre 1929 au régime de Vichy en 1940, 28 gouvernements se succèdent, avec une moyenne de 4 à 5 mois au pouvoir.

    brutalisation soupe populaire crise 1930 StudySmarterImage 1. Chômeurs devant une soupe populaire à Paris en 1932

    Le nationalisme de l'entre-deux-guerres

    Dans l'entre-deux-guerres, le nationalisme, à la fois courant de pensée et doctrine politique, prend de l'ampleur en Europe. Il défend les caractéristiques propres à une nation considérée comme supérieure. Son exaltation des valeurs traditionnelles s'accompagne de xénophobie, parfois de racisme et d'une volonté d'isolement culturel et économique, soit du protectionnisme.

    En France, stimulés par la crise économique et la lente reconstruction du pays après la Première Guerre mondiale, ces mouvements nationalistes ont le vent en poupe. C'est l'âge d'or des ligues d'extrême droite qui sont antiparlementaristes, antibolchéviques, bellicistes et occasionnellement antisémites. Elles diffusent leur idéologie par le biais de journaux et mènent des actions violentes, comme lors des émeutes de 1934.

    brutalisation affiche antisémite Action française StudySmarterImage 2. Affiche antisémite de l'Action française, 1938

    D'autres pays d'Europe connaissent le même phénomène comme l'Italie, l'Allemagne ou l'Espagne.

    Le général Franco profite de la guerre civile espagnole et prend le pouvoir en 1936. Soutenu par Hitler, il installe une dictature jusqu’à sa mort en 1975. Les valeurs franquistes sont le nationalisme, la tradition, le corporatisme et la religion catholique.

    La montée du totalitarisme

    Le nationalisme de l'entre-deux-guerres se concrétise en Italie et en Allemagne en des régimes totalitaires.

    Le totalitarisme désigne un système dans lequel tous les aspects de la société sont contrôlés par l’État, sans qu’aucune opposition ne soit acceptée. Parmi les régimes totalitaires, on a le stalinisme, le fascisme de Mussolini et le nazisme.

    La nouvelle Matin Brun de Franck Pavloff publiée en 1998, décrit l'installation insidieuse d'un État totalitaire dans une vie ordinaire.2

    Le stalinisme

    Lénine, partisan du bolchévisme, arrive au pouvoir en Russie en 1917 après la révolution russe. Il crée le Kominterm en 1919 pour que la révolution devienne mondiale. Il rassemble en 1922 des pays européens et asiatiques devenus socialistes au sein de l'Union des républiques socialistes soviétiques, ou URSS.

    Bolchévisme : courant politique révolutionnaire marxiste, donc anticapitaliste et basé sur l'opposition de la bourgeoisie et du prolétariat. Il se déclare agir pour la « dictature du prolétariat ».3

    Un régime de terreur s'installe, écrasant toute opposition. La Tchéka, devenue Guépéou en 1922, organe de combat arbitraire, s'attaque aux ennemis du parti communiste. Les opposants sont pris en otage ou envoyés dans des camps de travail, le Goulag.

    Le parti communiste dirige, commande et domine tout l'appareil de l'État.

    Constitution de la république de Russie, 1918

    Lénine impose sa vision du marxisme, le marxisme-léninisme. Les premières collectivisations des moyens de production ont lieu, même si elles sont encore peu nombreuses. L'ouvrier est érigé au rang d'idéal, comme en démontre la propagande de l'époque.

    brutalisation propagande communiste StudySmarterImage 3. Affiche de propagande communiste

    Après la mort de Lénine en 1924, Joseph Staline, secrétaire général du parti communiste, prend le pouvoir une fois ses opposants éliminés. Il durcit les politiques de son prédécesseur et impose le stalinisme.

    Stalinisme : idéologie et ensemble des pratiques politiques, économiques et sociales développées par Staline de 1924 à 1953. Elles sont ensuite adoptées par les autres partis communistes.

    Officiellement communiste, donc prônant le pouvoir à la classe ouvrière, le stalinisme est une répression de toute la population. Le but de Staline est de réaliser sa vision de grandeur de l'URSS, avec lui comme chef suprême.

    Voilà quelques éléments qui font de l'URSS staliniste un État totalitaire :

    • Le parti communiste devient l'unique parti autorisé en 1925.
    • Renforcement du culte de la personnalité. Staline est le « petit père des peuples ».
    • Création en 1934 de la NKVD, un organisme de police politique qui remplace la Guépéou.
    • De grandes purges d'individus jugés « antisoviétiques » à la fin des années 1930 : c'est la Grande Terreur.
    • Généralisation des camps de travail forcé du Goulag.
    • Étatisation de l'économie, on assiste ainsi à la collectivisation forcée des terres.

    Le fascisme

    Au sens le plus strict, le fascisme désigne le régime dirigé par Benito Mussolini en Italie de 1922 à 1945. Plus généralement, on le définit comme suit :

    Fascisme : idéologie politique collectiviste qui promeut le nationalisme. Une identité ethnique ou raciale spécifique est souvent rattachée à cette identité nationale. Un État fasciste est tout-puissant : il décide de la moralité, les droits des individus sont marginaux et la violence devient un outil politique.

    En 1919, dans une Italie en proie à des difficultés économiques, apeurée de la montée du communisme et rancunière de la Première Guerre mondiale, Benito Mussolini fonde le parti fasciste, qui obtient plusieurs sièges parlementaires en 1921. Ses Chemises noires, un groupe armé majoritairement composé d’anciens combattants, s’attaquent aux ennemis de la nation, particulièrement aux organisations socialistes.

    Après la marche sur Rome des fascistes le 28 octobre 1922 et par crainte d'une guerre civile, le roi Victor-Emmanuel II nomme Mussolini Premier ministre d’Italie.

    Mussolini mine progressivement le fonctionnement démocratique du pays. En 1925, il se nomme officiellement Il Duce et n’est plus légalement responsable devant le parlement. C’est l’installation officielle du fascisme en Italie.

    Tout dans l'État, rien contre l'État, rien en dehors de l'État.

    Discours à la Chambre des députés, 1927, Benito Mussolini

    Le parti fasciste est l’unique parti autorisé. Les Chemises noires deviennent une milice légale, la Milice volontaire pour la sécurité nationale (MVSN).

    brutalisation Chemises noires 1936 StudySmarterImage 4. Une division de la milice des « Chemises noires » en 1936 à Rome

    Nostalgique de la puissance de l'Empire romain, Mussolini s'engage dans l’expansion impérialiste, le conservatisme social (soit la police des bonnes mœurs) et l’autarcie économique. Il exerce un contrôle total sur le pays.

    Le nazisme

    C'est en Allemagne que les rancœurs post-Première Guerre mondiale sont les plus fortes. La majorité de la population rejette les lourdes réparations exigées par le traité de Versailles, vécu comme un Diktat, soit une « chose dictée ». La légende du « coup de poignard dans le dos » voit le jour. Elle dédouane l'armée allemande, accusant la population civile, les Juifs et les mouvements de gauche d'être les vrais responsables de la défaite.

    Adolf Hitler rejoint un groupuscule d'extrême droite en 1919 et l'année d'après, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands, NDSAP ou parti nazi, est fondé. À la fin des années 1920, le parti gagne en popularité, sur fond de crise économique et de revanchisme.

    Revanchisme : propagande qui défend l'idée de revanche, après une défaite militaire. Dans l'entre-deux-guerres, l'Allemagne vaincue et humiliée par le traité de Versailles a soif de revanche.

    Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier de l'Allemagne. En février, c'est l'incendie du Reichstag, l'assemblée parlementaire. Après une campagne contre les communistes, faussement accusés de l'acte criminel, le parti nazi remporte les élections législatives de mars 1933. Le 24 mars 1933, les pleins pouvoirs sont votés à Hitler. Il fait du parti nazi l'unique parti autorisé du IIIᵉ Reich en juillet 1933.

    brutalisation programme parti nazi 1927 StudySmarterImage 5. Livret du programme du parti nazi, 19274

    Plébiscité à 84 % le 19 août 1934, Hitler devient officiellement chancelier et président du Reich, fonction qu'il exerce officieusement depuis l'année précédente. Hitler est tout-puissant. Il élimine ses opposants, même des membres de son propre parti, comme lors de la nuit des Longs Couteaux en juin 1934.

    Il prône l'identité raciale aryenne de certains individus considérés comme purs, contre des races dites inférieures, comme les Roms, les hommes homosexuels et les personnes de religion juive. Ces populations sont progressivement exclues de la société et persécutées. Les magasins tenus par des personnes juives sont d'abord boycottés, puis les Lois de Nuremberg de 1935 leur ôtent la nationalité allemande et institutionnalisent l'antisémitisme en Allemagne. À partir de 1938, les rafles et les internements dans des camps de concentration se multiplient.

    L'État est un organisme racial et non une organisation économique.

    Mein Kampf, 1925, Adolf Hitler5

    Ce régime de terreur est possible grâce à la toute-puissance de la police politique Gestapo et de l'organisation paramilitaire Schutzstaffel, ou SS. Hitler s'engage aussi dans une remilitarisation du pays et dans l'expansion territoriale du IIIᵉ Reich. L'Autriche est ainsi annexée lors de l'Anschluss en 1938 et l'invasion de la Pologne l'année d'après déclenche la Seconde Guerre mondiale.

    Comparaison des totalitarismes

    Dans le tableau suivant, tu peux voir les caractéristiques communes des trois régimes totalitaires de l'entre-deux-guerres :

    URSSItalieAllemagne
    Parti uniqueParti communisteParti fascisteParti nazi
    Culte du chefJoseph StalineBenito MussoliniAdolf Hitler
    Police d'ÉtatNKVDOVRAGestapo
    Interventionnisme de l'État🗸 🗸 🗸
    Propagande🗸 🗸 🗸
    Organisation de jeunesseKomsomolsOpera Nazionale BalillaJeunesses hitlériennes
    Idéologie centraleCommunismeFascisme : nationalisme et expansionnismeAntisémitisme, nationalisme, expansionnisme
    Symbole de renouveauL'ouvrierL'homme virilL'aryen

    Le 23 août 1939, juste avant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, pays rivaux, signent le pacte germano-soviétique de non-agression. Les deux États s’engagent à ne pas s’attaquer pendant dix ans. Dans un protocole secret, ils se partagent aussi l’Europe de l’Est, établissant leurs sphères d’influence respectives.

    Le pacte est brisé le 22 juin 1941 par Hitler, qui attaque l'URSS lors de l’opération Barbarossa.

    brutalisation - Points clés

    • La brutalisation des sociétés signifie l'adoption de pratiques normalement réservées à la guerre en temps de paix.
    • L'entre-deux-guerres, soit la période entre 1918 et 1939, est marquée par les années folles, la crise économique et la montée du nationalisme et des totalitarismes.
    • Un État totalitariste est un régime de terreur appuyé par la loi d'un parti unique, d'un chef tout-puissant avec le culte de la personnalité, d'une milice armée et d'un contrôle de l'économie et des mœurs.
    • En URSS, Joseph Staline impose sa vision du communisme et consolide un régime de terreur. C'est le stalinisme.
    • Le fascisme s'installe en Italie, sous la houlette de Benito Mussolini. Il prône un nationalisme poussé et use de violences pour y arriver.
    • Le parti nazi, mené par Adolf Hitler, prend le pouvoir en Allemagne. Il se caractérise par une vision raciale du monde, un antisémitisme institutionnalisé et des répressions extrêmes.

    Références

    1. MOSSE George. Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the world wars. Oxford University Press, Oxford. 1990. Version française : De la grande guerre aux totalitarismes. La brutalisation des sociétés, Hachette Littératures. 1999.
    2. PAVLOFF Franck. Matin brun. Éditions Cheyne. 1998.
    3. MARX Karl, Correspondance du 5 mars 1852.
    4. Image 5. Livret du programme du parti nazi, 1927 (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Das_Programm_der_NSDAP_und_seine_weltanschaulichen_Grundgedanken_Gottfried_Feder_Verlag_Frz._Eher_Nachf_M%C3%BCnchen_1930s_German_Nazi_Party_program_book_cover_swastika_(HL-senteret_Holocaust_exhibition_Oslo,_Norway_2021)_A.jpg par Wolfmann (https://commons.wikimedia.org/wiki/User:Wolfmann) autorisé par CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.fr)
    5. HITLER Adolf, Mein Kampf. Eher-Verlag. 1925. Version française : Mon combat. Nouvelles Éditions latines. 1934.
    Questions fréquemment posées en Brutalisation

    Comment s'appelle l'historien qui a utilisé le terme de brutalisation ? 

    C'est George Mosse qui parle en 1990 de la brutalisation des sociétés, dans son ouvrage De la grande guerre au totalitarisme, la brutalisation des sociétés européennes.

    Qu'est-ce que le concept de brutalisation ? 

    Le concept de brutalisation des sociétés désigne l'adoption de pratiques de violences de guerre, normalement adoptées uniquement en temps de conflit, par des sociétés en paix.

    Qu'est-ce que la culture de la guerre ? 

    La notion de culture de guerre désigne les représentations qu'ont de la guerre ses contemporains, pendant le conflit et après celui-ci.
    Elle est élaborée par Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker en 2000, en référence à la Première Guerre mondiale.

    Qu'est-ce qui caractérise l'entre-deux-guerres ?

    L'entre-deux-guerres est marquée par les années folles ainsi qu'une grave crise économique. Politiquement, c'est la brutalisation des sociétés, avec la montée du nationalisme et des totalitarismes.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Qu'est-ce que le concept de brutalisation ?

    Quels sont les trois totalitarismes de l'entre-deux-guerres ?

    Combien de temps dure la Grande Dépression ?

    Suivant
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Brutalisation

    • Temps de lecture: 13 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !