StudySmarter: Flashcards, Note
4.5 • +22k évaluations
Plus de 22 millions de téléchargements
Gratuit
|
|
Solution finale

Un plan conçu pour assassiner des millions de personnes, ça te semble trop cruel pour être vrai ? Pourtant, c'est ce à quoi s'est employée l'administration nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette politique, appelée « Solution finale » ou « Solution finale à la question juive », désigne le meurtre systématique des juifs en Europe entre 1941–1944.

Mockup Schule Mockup Schule

Explore notre appli et découvre plus de 50 millions de contenus d'apprentissage gratuitement.

Solution finale

Illustration

Lerne mit deinen Freunden und bleibe auf dem richtigen Kurs mit deinen persönlichen Lernstatistiken

Jetzt kostenlos anmelden

Nie wieder prokastinieren mit unseren Lernerinnerungen.

Jetzt kostenlos anmelden
Illustration

Un plan conçu pour assassiner des millions de personnes, ça te semble trop cruel pour être vrai ? Pourtant, c'est ce à quoi s'est employée l'administration nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette politique, appelée « Solution finale » ou « Solution finale à la question juive », désigne le meurtre systématique des juifs en Europe entre 1941–1944.

Le terme est évidemment un euphémisme, car il constitue en réalité la dernière étape de l'Holocauste, le génocide qui entraine la mort d'environ 6 millions de personnes juives. D'abord soumises aux ghettos et à la déportation, les populations juives sont ensuite victimes d'une politique d'extermination. Discutée lors de la conférence de Wannsee en 1942, la Solution finale est en place depuis l'opération Barbarossa en juin 1941. Voyons plus en détail comment le Troisième Reich met en place ce massacre méthodique.

  • On abordera la genèse de l'Holocauste, avec les lois antisémites du Troisième Reich.
  • Tu verras ensuite les étapes de la Solution finale : les commandos de la mort de Reinhard Heydrich, la conférence de Wannsee et les camps d'extermination.
  • Enfin, tu auras un aperçu du démantèlement de la Solution finale.

Genèse de l'Holocauste

Holocauste (ou Shoah) : nom donné à la déportation et à l'extermination massives et systématiques des Juifs d'Europe par les nazis tout au long de la Seconde Guerre mondiale

Ce génocide coûte la vie à environ 6 millions de juifs, soit les deux tiers de la population juive d'Europe et 90 % des juifs polonais. Il est progressivement organisé par le Troisième Reich. À l'accession d'Hitler au pouvoir en 1933, c'est d'abord l'institutionnalisation de l'antisémitisme et la persécution de la population juive qui priment.

Antisémitisme du Troisième Reich

Le nazisme, la doctrine d'Adolf Hitler, est intrinsèquement antisémite. Une fois qu'il devient chancelier allemand en janvier 1933, Hitler met alors en œuvre une série de politiques qui excluent et persécutent la population juive allemande :

  • 7 avril 1933 : Les juifs (et les opposants politiques) sont écartés de la fonction publique et des postes gouvernementaux. Il en sera de même plus tard pour les avocats, les juges, les médecins et les enseignants.

  • 15 septembre 1935 : Les lois de Nuremberg interdisent aux juifs de se marier ou d'avoir des relations sexuelles avec des Allemands.

  • 5 octobre 1938 : Les juifs allemands doivent faire apposer la lettre « J » sur leur passeport et les juifs polonais sont expulsés du pays.

Bien qu'incroyablement discriminatoires, les premières politiques d'Hitler n'impliquent pas de violence physique. La nuit du 9 novembre 1938, cependant, les choses changent.

Nuit de Cristal

La nuit de Cristal désigne la violence antisémite perpétrée par le parti nazi les 9 et 10 novembre 1938. Le régime brûle des synagogues, attaque des commerces juifs et profane les maisons des Juifs.

L'expression « nuit de Cristal » fait référence à la quantité de verre brisé dans les rues le lendemain, mais elle tend à glorifier les événements. On lui préfère en Allemagne le terme Reichspogromnacht soit la nuit du pogrom du Reich, plus neutre.

Le 7 novembre 1938, Ernst vom Rath, un homme politique allemand, est assassiné à Paris par Herschel Grynszpan, un étudiant juif polonais. Hitler et Joseph Goebbels, son ministre de la Propagande, organisent alors une série de représailles violentes contre les juifs d'Allemagne le 9 novembre. Des foules nazies attaquent synagogues, boutiques, maisons et populations juives. Le pogrom se prolonge durant toute la journée du lendemain.

Pogrom : attaque, pillage et meurtres perpétrés contre une communauté juive

Selon le discours officiel des responsables nazis, cette vague de violence est spontanée, alors même qu'elle est orchestrée par le parti.

Solution finale Nuit de Cristal StudySmarterImage 1. Des officiers nazis répandant de l'essence dans une synagogue, 9–10 novembre 1938

Cette nuit marque un tournant dans l'antisémitisme du parti nazi. Il devient un principe fondamental du Troisième Reich et la liberté de la population juive est considérablement réduite en quelques semaines.

Invasion de la Pologne et ghettos juifs

L'invasion allemande de la Pologne le 1ᵉʳ septembre 1939 voit quelque 3,5 millions de juifs polonais tomber sous le contrôle des nazis et des Soviétiques. L'invasion marque le début de l'Holocauste en Pologne. Pour confiner la population juive de Pologne, les nazis forcent les juifs à s'installer dans des ghettos improvisés, ce qui permet plus tard de procéder plus facilement à leur exécution.

Solution finale Ghetto juif de Frysztak StudySmarterImage 2. Ghetto juif de Frysztak

Implémentation de la Solution finale

La « Solution finale à la question juive » est véritablement mise en place à partir de 1941. La politique nazie passe de la déportation des juifs à leur extermination.

Attention, cela ne signifie pas qu'aucune personne juive n'ait été tuée par des nazis jusque-là, mais plutôt que les efforts de l'État se portent désormais sur l'élimination de toute une catégorie de la population, soit un génocide.

Le 22 juin 1941, le Troisième Reich lance son invasion de l'Union des républiques socialistes soviétiques, l'opération Barbarossa, qui entraine la modification de la politique nazie. Jusqu'alors, Hitler s'était concentré sur l'expulsion forcée des Juifs d'Allemagne afin de créer un Lebensraum (espace vital) pour les Allemands.

Le plan Madagascar prévoyait de déporter la population juive européenne sur l'île de Madagascar, alors colonie française.

Deux phases majeures composent la Solution finale : les Einsatzgruppen et les camps d'extermination. La conférence de Wannsee de janvier 1942 marque le passage à la deuxième phase.

Phase une : les commandos de la mort de Reinhard Heydrich

Reinhard Heydrich, alors directeur de la Gestapo, constitue en 1939 une force spéciale : les Einsatzgruppen (groupes d'intervention). Ces groupes mobiles sont chargés d'assassiner communistes et juifs : ce sont les commandos de la mort.

Dans le cadre de l'opération Barbarossa, les Einsatzgruppen reçoivent l'ordre d'anéantir tous les juifs, quel que soit leur âge ou leur sexe. Ils opèrent alors l'assassinat systématique des juifs sur le territoire soviétique.

Solution finale Extermination Einsatzgruppen Ukraine StudySmarterImage 3. Exécution de juifs de Kiev par des Einsatzgruppen à Ivanhorod en Ukraine, 1942

Les Einsatzgruppen procèdent à une série d'exécutions de masse en 1941, c'est la « Shoah par balles » :

  • En juillet, ils exécutent toute la population juive de Vileyka.

  • Le 12 août, les Einsatzgruppen procèdent à des exécutions de masse à Souraj. Les deux tiers des victimes sont des femmes et des enfants.

  • Entre le 27–29 août, les Einsatzgruppen tuent plus de 23 000 juifs au massacre de Kamianets-Podilskyï.

  • Les 29 et 30 septembre, les Einsatzgruppen procèdent à la plus grande exécution massive de juifs soviétiques avec plus de 30 000 juifs qui perdent la vie dans le ravin de Babi Yar.

À la fin de l'année 1941, près d'un demi-million de juifs ont été assassinés à l'Est. Les Einsatzgruppen déclarent des régions entières libérées des Juifs. Entre 1941–1944, la Shoah par balles fait près d'un million et demi de victimes en Ukraine. 1

La conférence de Wannsee

Le 20 janvier 1942, quinze hauts responsables nazis se réunissent à Wannsee pour mettre au point l'organisation de la Solution finale. On retrouve Reinhard Heydrich, qui la préside, Adolf Eichmann, chargé du secrétariat, ou encore Heinrich Müller.

Heydrich évalue à 11 millions le nombre de personnes juives concernées, prenant ainsi en compte les populations des pays sous contrôle du IIIᵉ Reich et ceux des pays européens neutres.

La conférence de Wannsee fait suite à l'annonce du plan d'extermination massive et méthodique des juifs en octobre 1941 par Heinrich Himmler, chef de la SS. Le premier cas signalé de gazage de juifs a lieu à Chełmno le 8 décembre 1941. À l'heure de la conférence, la Solution finale a ainsi déjà commencé. La conférence a cependant une importance symbolique pour trois raisons :

  • elle institue le rôle d'Heydrich comme artisan ;

  • elle entérine le contrôle de la SS sur le processus de la Solution finale ;

  • elle entraine la collaboration totale de l'ensemble de l'administration nazie.

Phase deux : déportation aux camps d'extermination

Le plan d'Himmler, connu plus tard sous le nom d'opération Reinhard (Aktion Reinhard), prévoit la création de trois camps d'extermination en Pologne : Bełżec, Sobibór et Treblinka.

Reinhard Heydrich meurt en juin 1942 des suites d'un attentat par trois résistants tchèques. Les représailles sont terribles et le plan de la Solution finale porte son nom en hommage à sa participation dans l'Holocauste.

Solution finale Camp d'extermination Sobibor StudySmarterImage 4. Camp d'extermination de Sobibór, 1943

Pendant la construction de ces camps, les SS utilisent des chambres à gaz mobiles pour exécuter les juifs au camp d'extermination de Chełmno.

Le gaz est utilisé par les nazis depuis 1939, d'abord pour assassiner des adultes handicapés physiques et mentaux lors de l'opération T4 (Aktion T4). La majorité des exécutants sont ensuite affectés à l'opération Reinhard.

Trois autres camps de la mort sont ensuite créés : Bełżec est opérationnel en mars 1942, et les camps de Sobibór et Treblinka sont mis en service à la fin de l'année sous la direction de Franz Stangl. Les camps de concentration Majdanek et Auschwitz-Birkenau sont aussi utilisés comme camps d'extermination.

En théorie, les camps de concentration et d'extermination n'ont pas la même fonction. Dans les premiers, les prisonniers sont contraints de travailler dans des conditions épouvantables, tandis que les seconds sont explicitement conçus pour tuer les prisonniers.

Cependant, un programme d'extermination de masse est en cours à Auschwitz depuis juin 1941. Un an après, Auschwitz-Birkenau est devenu le centre de mise à mort le plus meurtrier d'Europe. Sur les 1,3 million de prisonniers détenus tout au long de la guerre, on estime que 1,1 million n'en sont pas sortis, soit l'équivalent de la métropole toulousaine.

Pour la seule année 1942, l'Allemagne estime que plus de 1,2 million de personnes sont exécutées à Bełżec, Treblinka, Sobibór et Majdanek. Pendant le reste de la guerre, ces camps de la mort voient environ 2,7 millions de Juifs exécutés par balle, asphyxie ou gaz toxique.

Libération des camps et fin de la Solution finale

Le monde ne découvre la réalité des camps qu'à la victoire alliée. En 1943, face à l'avancée des troupes alliées, Bełżec, Sobibór et Treblinka sont démantelés par les nazis. Chełmno reprend du service en juin et juillet 1944, avant d'être à son tour démantelé en 1945. Au cours de l'été 1944, les forces soviétiques repoussent les puissances de l'Axe et traversent la Pologne et l'Allemagne de l'Est. Les soldats découvrent des camps de travail, des installations de mise à mort et des charniers nazis, malgré la tentative d'effacer les traces sur les principaux camps d'extermination.

L'Armée rouge libère Majdanek en juillet 1944, puis Auschwitz, Stutthof et Sachenhausen en 1945. Les États-Unis libèrent Dachau, Mauthausen et Flossenbürg, tandis que les Britanniques libèrent Bergen-Belsen et Neuengamme.

Après la guerre, 161 nazis de haut rang responsables de la Solution finale sont jugés et condamnés lors des procès de Nuremberg en 1945–1946. L'ensemble des chefs d'accusation sont complots, crimes de guerre, crimes contre la paix et crimes contre l'humanité. Ces derniers sont définis et utilisés pour la première fois.

Les principaux artisans de la Solution finale échappent à la justice, mais temporairement pour certains :

  • Heydrich meurt en 1942.
  • Hitler et Himmler se suicident en 1945.
  • Eichmann se cache d'abord en Europe puis s'enfuit en 1950 en Argentine avec l'aide du Vatican. Il est capturé en 1960 par les services de renseignements israéliens, condamné à mort en 1961 et exécuté en 1962.
  • Stangl bénéficie également du réseau catholique pour s'enfuir, d'abord en Syrie puis au Brésil. Arrêté en 1967, il est extradé en Allemagne, condamné à la perpétuité et meurt en prison en 1971.

Solution finale - Points clés

  • La Solution finale, de son nom complet « solution finale à la question juive » désigne l'extermination massive de la population juive européenne par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Elle prend racine dans l'idéologie antisémite nazie, institutionnalisée par le Troisième Reich.
  • La Solution finale est lancée en juin 1941 avec l'opération Barbarossa, où la politique nazie passe de la déportation à l'extermination des juifs.
  • Les Einsatzgruppen procèdent à des exécutions de masse sur le territoire soviétique, c'est la « Shoah par balles ».
  • Des camps d'extermination sont construits à partir de 1941.
  • La Solution finale constitue l'un des événements les plus brutaux de l'histoire moderne, rouage majeur du génocide de 6 millions de personnes : l'Holocauste.

Références

  1. « La Shoah par balles, fusillades en Ukraine » Site Internet du Mémorial de la Shoah (consulté le 22 avril 2023)

Questions fréquemment posées en Solution finale

La Solution finale a été officiellement décidée le 20 janvier 1942, lors de la conférence de Wannsee, près de Berlin. Cependant, elle commence dès 1941, avec le premier gazage de juifs enregistré à Chełmno le 8 décembre.

L'architecte de la Solution finale est en réalité trois personnes : 

  • Heinrich Himmler, chef de la SS ;
  • Reinhard Heydrich, chef des Einsatzgruppen et président de la conférence de Wannsee ;
  • Adolf Eichmann, nommé aux « affaires juives ».

La décision prise lors de la conférence de Wannsee (20 janvier 1942) est d'officiellement engager le Troisième Reich dans la Solution finale, qui concernerait 11 millions de personnes. Le processus ayant commencé depuis 1941, cette conférence est plus un symbole.

La Seconde Guerre mondiale a été une guerre d'anéantissement parce que l'objectif est d'anéantir l'ennemi au niveau matériel et humain, et de briser toute résistance. Forces armées et population civile sont touchées, cette dernière représentant plus de 60 % des victimes.

Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

Qui suis-je ?Je crée les Einsatzgruppen.Je préside la conférence de Wannsee.La phase 2 de la Solution finale porte mon nom.

Vrai ou faux ?Auschwitz est uniquement un camp de concentration.

Termine la phrase.On appelle la nuit du 9 novembre 1938 la nuit ___ ___.

Suivant

Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

  • Fiches & Quiz
  • Assistant virtuel basé sur l’IA
  • Planificateur d'étude
  • Examens blancs
  • Prise de notes intelligente
Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter ! Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

StudySmarter: la seule application d’apprentissage qu’il te faut pour tout savoir.

Inscris-toi ici gratuitement
Illustration

Entdecke Lernmaterial in der StudySmarter-App