Se connecter Inscription gratuite
L'appli tout-en-un pour réviser
4.8 • +11k évaluations
Plus de 3 millions de téléchargements
Télécharger
|
|

Yasser Arafat

Martin Luther King est la figure des droits civiques aux États-Unis, Gandhi celle de l'indépendance en Inde. En Palestine, c'est Yasser Arafat qui incarne la reconnaissance de la Palestine et le premier vrai effort de paix durable entre les peuples arabes palestiniens et ceux juifs israéliens. D’origine égyptienne, il est le principal acteur de la lutte pour la reconnaissance de la Palestine et il en restera le symbole malgré les suspicions de corruption de son autorité et de détournements de fonds de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Après avoir créé et dirigé le Fatah, Yasser Arafat poursuit ses efforts armés, puis diplomatiques durant le conflit israélo-palestinien jusqu'aux accords d'Oslo en 1993. Il reçoit un prix Nobel de la Paix pour ces efforts de résolution du conflit et est nommé à la tête de la nouvelle Autorité Palestinienne. Cette paix est remise en question lors de la seconde Intifada de 2000 et il perd progressivement son influence dans la résolution du conflit jusqu'à sa mort, le 11 novembre 2004.

  • Premièrement, nous allons voir qui est Yasser Arafat, prix Nobel de la paix.
  • Ensuite, on va faire un récapitulatif des grandes lignes du conflit israélo-palestinien.
  • Après, on abordera les accords d'Oslo qui incarnent le premier jalon de l'apaisement du conflit entre l'OLP et l'État d'Israël.
  • Enfin, on verra l'héritage de Yasser Arafat avec l'Autorité palestinienne.

Yasser Arafat, prix Nobel de la paix

Né le 24 août 1929 au Caire en Égypte, Yasser Arafat est activiste et homme d'État palestinien qui dédie sa vie à l'indépendance de la Palestine.

Avant d'être élu à la tête de l'OLP en 1969, Yasser Arafat dirige le Fatah, un mouvement nationaliste palestinien fondé en 1959. Après avoir organisé multiples attaques terroristes contre Israël, il décide à partir de 1974 d'opter pour un règlement politique du conflit israélo-palestinien. D'autres actions militaires se poursuivent et il faut attendre la première Intifada de 1987 pour qu'Arafat s'engage vers la voie diplomatique avec les accords d'Oslo en 1993 qui scellent la reconnaissance mutuelle entre l'OLP et l'État d'Israël.

En 1994, Yitzhak Rabin (Premier ministre d'Israël), Shimon Peres (vice-premier ministre israélien, ministre des Affaires étrangères et Premier ministre à trois reprises), et Yasser Arafat reçoivent le prix Nobel de la paix. Il s'agit de l'une des plus grandes distinctes internationales.

En 1996, il prend la tête de l'Autorité palestinienne jusqu'à sa mort le 11 novembre 2004 à Clarmart en France.

« En 1895, au crépuscule de sa vie, Alfred Nobel décida de faire pour la paix, un acte qui lui survivrait. Il pensait que chaque nouvelle découverte, chaque pas vers l'amplification des connaissances du monde profiterait à tous les hommes. [...] Il est décerné à la personne qui aura accompli le travail le plus remarquable pour promouvoir la fraternité entre les peuples, pour supprimer ou réduire les armées sur le pied de guerre, suggérer ou organiser des congrès en faveur de la paix. »

– Source INA ad verbatim1

Conflit israélo-palestinien

Depuis le début du XXᵉ siècle, le conflit israélo-palestinien est l'un des sujets les plus complexes et controversés au monde.

Origines du conflit israélo-arabe

La racine même de ce conflit vient du fait que deux peuples très différents souhaitent s'approprier un seul territoire et chacun considère Jérusalem comme sa capitale.

Après la Première Guerre mondiale, l'intensification de l'immigration juive vers Palestine augmente les tensions, ce qui pousse les Britanniques à partir. L'Organisation des Nations unies (ONU) prend le relais et propose de diviser la Palestine en 2 États avec Jérusalem en zone internationale. Les sionistes acceptent, mais les Arabes palestiniens refusent. S'ensuit une guerre civile qui oppose la Ligue arabe aux sionistes. En préparation, les juifs forment militairement la population, récupèrent du stock militaire de la Seconde Guerre mondiale en Europe et signent des contrats d'armements.

Sioniste : individu qui désire ou soutient la création d'un État juif en terre d'Israël qui serait, dans le futur, l'État du peuple juif.2

Le Royaume-Uni se retire officiellement de la Palestine en 1948. Les juifs proclament l'indépendance et la création de l'État d'Israël, mais cela pousse la Ligue arabe à leur déclarer la guerre. Profitant de deux trêves durant le conflit, l'armée israélienne prend le dessus sur les forces arabes. Ainsi, elle s'empare de nouveaux territoires dont l'ouest de Jérusalem, donne à l'Égypte la bande de Gaza et crée la Jordanie en annexant la Cisjordanie à la Transjordanie. Cela entraine de nombreux déplacements de population avec plus de 700 000 Arabes chassés ou qui fuient les territoires israéliens vers des camps de réfugiés. Même cas de figure pour les communautés juives des pays arabes. Enfin, cette victoire israélienne motive de nombreux juifs européens à venir s'installer en Israël.

En 1967, en réponse à des tensions avec ses voisins, Israël déclare la guerre à la Syrie, l'Égypte et la Jordanie. C'est le début de la guerre des Six Jours. Israël en sort vainqueur et triple son territoire avec le Sinaï égyptien, le plateau du Golan syrien et la Cisjordanie où des colons israéliens s'installent. L'ONU condamne fermement cet acte.

En 1973, l'Égypte et la Syrie lancent une attaque surprise (guerre du Kippour) pour récupérer leurs territoires et parviennent à mettre l'armée israélienne en déroute. Dans un climat de guerre froide, l'URSS et les pays arabes soutiennent cette offensive, tandis que les États-Unis envoient par avion 22 000 tonnes d'armement à Israël. Israël reprend le dessus et repousse encore les frontières.

Après un cessez-le-feu, les pays arabes exportateurs de pétrole (OPEP) punissent les États-Unis et les alliés d'Israël. Ils augmentent le prix du baril de 70 % et diminuent la production de 5 % : c'est le premier des chocs pétroliers. Sous la pression internationale, Israël rend le Sinaï à l'Égypte et une partie du Golan à la Syrie, mais garde une partie des territoires conquis, où la colonisation s'accélère, surtout à l'est de Jérusalem.

En 1980, Israël proclame sa capitale Jérusalem comme indivisible, mais le conseil de sécurité de l'ONU condamne cette affirmation. En 1987, la population palestinienne se soulève contre les inégalités (comme la distribution inégale de l'eau entre les colonies et les Palestiniens) et s'arme de pierres. C'est la première Intifada (soulèvement). Ce contexte donne naissance au Hamas, un mouvement islamiste palestinien qui combat Israël. L'OLP déclare l'indépendance de l'État de Palestine en 1988 avec Jérusalem aussi comme capitale, ce qui est reconnu par 136 États.

Après 6 ans de conflit, une paix fragile s'installe avec les accords d'Oslo.

État actuel du conflit

La visite du Premier ministre israélien Ariel Sharon sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem le 28 septembre 2000, lieu saint des musulmans, déclenche la seconde Intifada. Pour se protéger, Israël construit un mur en Cisjordanie et empiète sur le territoire palestinien. Ce mur est considéré comme illégal par la Cour internationale de Justice. En 2005, afin d'apaiser les tensions, le gouvernement supprime les colonies juives de la bande de Gaza, mais conserve le contrôle sur les frontières.

Dans les années qui suivent, les tensions s'intensifient autour du Hamas qui dirige la bande de Gaza et qui tire régulièrement des roquettes sur les territoires israéliens. En 2014, l'aviation israélienne pilonne la région de bombes et détruit 50 000 maisons, une centaine d'écoles, 10 hôpitaux et l'unique centrale électrique. C'est aujourd'hui une zone de désastre humanitaire.

La situation est toujours compliquée et une paix durable semble difficile à établir. La Cisjordanie est divisée en plus de 150 colonies hybrides et Jérusalem est toujours considérée par les deux peuples comme leur capitale. En 2018, les États-Unis transfèrent leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem, ce qui de fait, la légitime comme la capitale d'Israël. Cette décision est largement condamnée par l'ONU et les Palestiniens refusent que l'ambassade poursuive son rôle de médiateur : les négociations pour la paix sont au point mort.

Palestine : une indépendance pavée d'embûches

La voie vers l'indépendance de la Palestine commence avec Yasser Arafat et son Fatah, avant que l'OLP ne prenne le relais jusqu'à l'Autorité palestinienne.

Fatah et OLP

Le Fatah est un parti politique nationaliste palestinien fondé par Arafat en 1959 au Koweït et qui vise à coordonner l'action militaire contre Israël. C'est l'un des éléments clés de l'OLP et du Conseil législatif palestinien (CLP) pour libérer le territoire palestinien de l'entité sioniste. Le Fatah et son armée de volontaires effectuent de nombreuses opérations de sabotage et de guérilla pour désorganiser l'armée israélienne.

Créée en 1964 par la Ligue arabe (menée par Ahmad Shuqairi) et exilée à Alger, l'Organisation de libération de la Palestine regroupe plusieurs groupes comme le Fatah et le Front populaire de libération de la Palestine de Georges Habache.

Le Fatah constitue la principale faction de l'OLP, dont Arafat prend la tête en 1969. Les incursions armées et les opérations militaires n'en finissent pas, mais des négociations secrètes entre Israël et l'OLP aboutissent à une reconnaissance mutuelle en 1993.

En à peine 20 ans, le territoire connaît deux Intifadas (soulèvements populaires) du peuple palestinien qui exige le retrait des Israéliens des territoires occupés.

  • Première Intifada en 1980, aussi appelée guerre des pierres en raison des moyens armés plus que sommaire des Palestiniens et des armes modernes des Israéliens avec avions et chars.

  • Seconde Intifada de 2000–2005 après l'échec du sommet de Taba ; elle est marquée par de nombreux attentats-suicides.

Accords d'Oslo

En 1993, une reconnaissance mutuelle entre l'OLP (Yasser Arafat) et l'État d'Israël (Yitzhak Rabin) s'opère à Oslo en Norvège avec l'autodétermination de la bande de Gaza et Jéricho. Cet accord Jéricho-Gaza permet aussi d'investir l'Autorité nationale palestinienne de pouvoirs limités dans la gestion de ces territoires. C'est un premier jalon vers la résolution du conflit.

En 1995, les accords de Taba prévoient les premières élections du Conseil législatif palestinien et le partage de la Cisjordanie en 3 zones dotées de leurs propres réglementations. Alors que les négociations se poursuivent, de nouveaux désaccords surgissent à propos de Jérusalem ou le retour des réfugiés palestiniens. Les négociations échouent et les violences reprennent, notamment avec l'assassinat du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin en 1995 ou la reprise d'attentats par le Hamas et le Jihad islamique. Le point d'orgue de cette violence se fait avec la seconde Intifada.

[…] L'OLP reconnaît le droit de l'État d'Israël à vivre en paix et dans la sécurité, […] Ainsi, l'OLP renonce à recourir au terrorisme et à tout autre acte de violence […]3

- Lettre de Yasser Arafat, président de l'OLP, reconnaissant l'État d'Israël (Tunis, 9 septembre 1993).

Yasser Arafat Poignée de main symbolique entre Rabin et Arafat 13 septembre 1993 StudySmarterImage 3. Symbole puissant de Bill Clinton qui invite le rapprochement et la réconciliation entre Yitzhak Rabin et Yasser Arafat

Autorité palestinienne

En 1996, Yasser Arafat devient le premier président de l'Autorité nationale palestinienne qui administre les habitants arabes de Cisjordanie et de la bande de Gaza dans les zones définies par les accords d'Oslo. Il va la diriger jusqu'à sa mort en 2004 avant d'être remplacé par Mahmoud Abbas en 2005.

Malgré son prix Nobel de la paix, Yasser Arafat reste une figure controversée en raison de ses actions militaires violentes et des suspicions de corruption durant sa carrière. En effet, les gouvernants israéliens accusent Arafat de fermer les yeux sur le terrorisme, voire de le soutenir. Cela met à mal l'Autorité palestinienne dans les négociations pour résoudre le conflit durablement. Même s'il ne construit pas un réel État palestinien, Yasser Arafat demeure la seule figure palestinienne ayant proposé un compromis historique avec les Israéliens.

Yasser Arafat - Points clés

  • Yasser Arafat crée le Fatah en 1959 et devient président de l'OLP en 1964. Il décède le 11 novembre 2004 à Clamart en France.
  • Le conflit israélo-palestinien est l'un des conflits les plus complexes et controversés du XXᵉ siècle et perdure encore.
  • Avec ses forces armées, Arafat participe à la première Intifada, ainsi qu'à la guerre des Six Jours et celle du Kippour parmi tant d'autres.
  • En 1993, Israël et Palestine se reconnaissent mutuellement avec l'accord Gaza-Jéricho à Oslo. Cet accord permet à l'Autorité palestinienne d'administrer les nouvelles zones définies.
  • Après une seconde Intifada et multiples autres conflits violents, les négociations pour une résolution du conflit sont au point mort.

Références

  1. Documentaire sur l'histoire du prix Nobel de la paix, USIS (United States Information Service) & APEX FILM Attention (1953)
  2. Avraham B. Yehoshua - Ce que « sioniste » veut dire - Libération - Publié le 30 mai 2013
  3. Lettre de Yasser Arafat, Tunis, 9 septembre 1993

Questions fréquemment posées en Yasser Arafat

Le 13 novembre 1974, Yasser Arafat s'est adressé à l'Assemblée générale des Nations Unies un pistolet à la ceinture pour plaider en faveur de la création d'un État palestinien.

Avant sa propre déclaration d'indépendance en 1988, la Palestine, régie par l'OLP de Yasser Arafat, possède sa propre Armée de libération de la Palestine (APL). Aujourd'hui, c'est le Hamas qui mène les combats armés.

Yassert Arafat est remplacé par Mahmoud Abbas en 2005 à la tête de l'OLP.

L'OLP est fondée en 1964 par la Ligue arabe et son fondateur Ahmad Shuqairi. Elle regroupe :


  • Fatah (Mouvement de libération nationale de la Palestine)
  • Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP)

Évaluation finale de Yasser Arafat

Question

Comment s'appelle le mouvement nationaliste créé par Yasser Arafat en 1959 ?

Montrer la réponse

Réponse

Le Fatah

Montrer la question

Question

Le sigle OLP signifie :

Montrer la réponse

Réponse

Organisation de libération de la Palestine

Montrer la question

Question

Comment s'appelle celui qui dirige la Ligue arabe en 1964 ?

Montrer la réponse

Réponse

Ahmad Shuqairi

Montrer la question

Question

Comment s'appellent les 2 soulèvements populaires du peuple palestinien ?

Montrer la réponse

Réponse

Intifadas

Montrer la question

Question

Où et quand l'accord Jéricho-Gaza a-t-il été signé ?

Montrer la réponse

Réponse

Oslo en 1993

Montrer la question

Question

À qui Yasser Arafat serre-t-il la main sur un cliché historique avec Bill Cinton ?

Montrer la réponse

Réponse

Yitzhak Rabin

Montrer la question

Question

En quelle année Yasser Arafat devient-il président de l'OLP ?

Montrer la réponse

Réponse

1964

Montrer la question

Question

Comment s'appelle la ville considérée comme la capitale de l'État d'Israël et de Palestine ?

Montrer la réponse

Réponse

Jérusalem

Montrer la question

Question

Comment s'appelle la guerre qui oppose l'Israël à la Syrie, l'Égypte et la Jordanie ?

Montrer la réponse

Réponse

Guerre des Six Jours

Montrer la question

Question

Comment s'appelle le conflit impliquant une attaque surprise de la Syrie et de l'Égypte pour récupérer leurs territoires ?

Montrer la réponse

Réponse

Guerre du Kippour

Montrer la question

60%

des utilisateurs ne réussissent pas le test de Yasser Arafat ! Réussirez-vous le test ?

lancer le quiz

Complète tes cours avec des thèmes et sous-thèmes disponibles pour chaque matière!

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !