Construction sociale de la santé et de la maladie

Savais-tu que, comme beaucoup de normes et de concepts qui régissent notre vie, les idées de santé et de maladie sont socialement construites ?

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Construction sociale de la santé et de la maladie Construction sociale de la santé et de la maladie

Crée des supports d'apprentissage sur Construction sociale de la santé et de la maladie avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Dans cette explication, nous allons explorer la construction sociale de la santé et de la maladie.

    • Nous commencerons par examiner la définition de la construction sociale de la santé et de la maladie.
    • Ensuite, nous examinerons le rôle de la technologie dans la construction sociale de la santé et de la maladie.
    • Ensuite, nous explorerons les récits de maladie et la construction sociale de la santé.
    • Enfin, nous examinerons des exemples de construction sociale de la maladie et des exemples de construction sociale de la santé.

    Construction sociale de la santé et de la maladie : définition

    Tout d'abord, voyons la définition du constructionnisme social.

    Le constructionnisme social est la théorie selon laquelle nos connaissances et notre sens sont socialement construits. Une grande partie de nos connaissances et de nos significations que nous considérons comme objectives sont en fait créées par la société. Par conséquent, ils sont susceptibles de changer au fur et à mesure que la société évolue.

    Alors, quel est le lien entre cette théorie et la construction sociale de la santé et de la maladie ?

    Construction sociale de la santé et de la maladie, Trois médecins regardant le résultat d'une radiographie, StudySmarterFig. 1 - Le concept de construction sociale peut être appliqué à notre compréhension de la santé et de la maladie.

    Les sociologues médicaux cherchent à s'éloigner du modèle biomédical de la santé et de la maladie car ils estiment qu'il est déterministe. Il conceptualise la santé, la maladie et le handicap comme des phénomènes biologiques et ignore les contextes sociopolitiques.

    Les sociologues médicaux utilisent le cadre constructionniste social pour interpréter et comprendre les dimensions sociales, culturelles et politiques de la santé et de la maladie. Ils se concentrent sur :

    • Les choix en matière de santé.

    • La répartition sociale inégale des opportunités en matière de santé.

    • Les inégalités dans l'accès aux prestations de santé.

    • La nature et la répartition sociale des maladies.

    • Le rôle du complexe médico-industriel dans la construction de la santé et de la maladie. Le complexe médico-industriel est un réseau de sociétés, d'entreprises, de professionnels de la santé, d'hôpitaux et de cabinets médicaux qui fournit des services et des produits de santé à des fins de profit, de contrôle et/ou d'influence.

    Le rôle de la technologie dans la construction sociale de la santé et de la maladie

    Ivan Illich (1926-2002) pensait que le complexe médico-industriel parrainait la maladie. Il nous a rendus dépendants des médicaments et des technologies. Les laboratoires pharmaceutiques ont mis au point des traitements coûteux pour soigner des maladies qui n'en sont pas ; nous ne pouvons plus faire face aux problèmes et aux non-problèmes de la vie. C'est ce que l'on appelle laiatrogénèse sociale .

    Examinons le rôle de la technologie dans la construction sociale de la santé et de la maladie.

    La construction sociale du corps

    Les sociologues utilisent le terme d'incarnation pour souligner que le corps est une entité à la fois psychique et sociale. Le corps s'inscrit dans de nombreux cadres historiques, politiques, sociaux, culturels et philosophiques. Chrystal Jaye, une universitaire néo-zélandaise, définit l'incarnation comme étant spécifiquement concernée par l'expérience vécue de son propre corps.

    Ces cadres du corps conduisent à l'évaluer subjectivement comme sain, malsain, beau, laid, fort, faible, jeune et vieux. Par conséquent, il y a des façons dont nous faisons l'expérience du monde et des façons dont nous n'en faisons pas l'expérience. Les personnes dont le corps est "sain" vivent le monde différemment de celles dont le corps est "malsain".

    La société et la culture ont un impact sur la formation et la construction de ses membres, et les types de corps considérés comme idéaux, normaux ou sains ont varié au fil du temps et selon les cultures et les sociétés.

    Dans ses recherches sur les cultures fidjiennes, Anne Becker (2004) a constaté que les corps plus grands étaient plus appréciés avant la colonisation de l'archipel par les Britanniques et, plus tard, l'introduction de la télévision américaine. Les troubles de l'alimentation courants en Occident n'existaient pas non plus aux Fidji. La télévision et les influences occidentales ont modifié les coutumes alimentaires et la perception du corps des Fidjiens. Dans "Television, Disordered Eating, and Young Women in Fiji", Becker (2004, p.540) explique ce changement :

    Les commentaires fréquents admirant l'apparence des personnages de télévision étaient centrés sur leur minceur et leurs vêtements. Les commentaires reflétant la motivation des filles à remodeler leur corps et l'acceptation du fait que les individus peuvent poursuivre cet objectif - des concepts qui ne sont pas du tout indigènes - étaient particulièrement frappants. Plus précisément, la notion d'augmentation de l'activité physique pour contrôler le poids était liée aux publicités télévisées vantant les mérites des appareils d'exercice. En outre, le concept de modification du régime alimentaire a gagné une popularité sans précédent dans cette communauté." 1

    Les récits de maladie et la construction sociale de la santé

    La santé et la maladie sont peut-être mesurables, mais cela ne veut pas dire que tu ne peux pas affirmer qu'elles sont socialement construites. Les récits de maladie jouent un rôle dans la construction sociale de la santé.

    La maladie est considérée comme une réalité médicale objective (certains sociologues médicaux affirment qu'il s'agit même d'une construction sociale) parce que les virus, les champignons, les germes et les déséquilibres hormonaux peuvent être identifiés et diagnostiqués. Cependant, la maladie est subjective parce qu'elle a plus à voir avec la façon dont les gens ressentent les symptômes des maladies et des virus.

    La façon dont les maladies et les états pathologiques sont évalués et traités dépend de facteurs historiques, socioculturels et politiques. Ces facteurs façonnent notre compréhension collective et individuelle de la santé et de la maladie.

    Exemple de construction sociale de la santé

    L'indice de masse corporelle (IMC) est un exemple frappant de la construction sociale de la santé. Selon le National Health Service (NHS), l'IMC utilise la taille et le poids pour déterminer si une personne a un poids "sain".

    L'IMC a été créé au XIXe siècle par le mathématicien belge Lambert Adolphe Jacques Quetelet. Quetelet a développé un modèle mathématique utilisant la loi des probabilités pour mesurer le poids corporel idéal, et non la santé individuelle, et déterminer ce qu'il a appelé l' homme moyen. Il a rassemblé les données de l'armée européenne et a conclu que le poids idéal d'une personne devait être proportionnel à sa taille.

    Les recherches de Quetelet ont été menées à l'apogée de la science de la race et de l'empire, et son échantillon était composé de soldats européens blancs de sexe masculin. Il n'a pas tenu compte de la diversité humaine ni de l'environnement. L'IMC est critiqué parce qu'il est basé principalement sur des populations blanches et ne tient pas compte de la diversité humaine.

    Exemple de construction sociale de la maladie

    Les maladies ont une dimension sociale et culturelle et parfois des connotations métaphoriques qui conduisent à la stigmatisation et à la médicalisation. La signification métaphorique du cancer comme maléfique ou répressif et les métaphores de l'obésité telles que "l'obésité est un péché" ont un impact différent sur les personnes atteintes de ces maladies, tout comme sur les réponses politiques.

    Construction sociale de la santé et de la maladie, Image en gros plan des mains d'une personne tenant un thermomètre, StudySmarterFig. 2 - La construction sociale de la maladie est démontrée par une analyse minutieuse des expériences de la maladie et des connaissances médicales.

    La médicalisation est le processus par lequel les conditions biologiques, la diversité et les questions morales, sociales et autres questions non médicales sont définies et traitées comme des problèmes médicaux. Examinons les exemples suivants de la construction sociale de la maladie.

    Dans de nombreux pays occidentaux, l'hirsutisme (croissance excessive des cheveux chez les femmes) est soit traité comme anormal, soit médicalisé. Dans des pays comme la République démocratique du Congo (RDC), l'hirsutisme est considéré comme un signe de beauté féminine.

    La construction sociale de l'expérience de la maladie

    En prenant l'exemple du VIH et du SIDA, Conrad et Barker affirment que les gens mettent en scène leur maladie et lui donnent un sens. La construction par les gens de leur sens de soi est basée sur la façon dont ils interagissent avec la société et la société.

    Bien que la sérophobie (discrimination et préjugés à l'encontre des personnes vivant avec le VIH et le sida) existe toujours, l'expérience du virus et de la maladie a changé. Ils vivent plus longtemps, et ceux dont la charge virale est indétectable ont peu de chances de transmettre le virus à d'autres personnes, y compris à leurs partenaires sexuels.

    La construction sociale du savoir médical

    Conrad et Barker utilisent la santé des femmes pour montrer comment le savoir médical est socialement construit, et comment il peut à la fois refléter et reproduire les inégalités de genre, de race, d'ethnie et de classe.

    Le discours public construit le savoir médical. Les mouvements féministes et de défense des droits des femmes ont modifié le cours de la recherche et des connaissances médicales. À titre d'exemple, les connaissances médicales antérieures sur la sexualité des femmes étaient fondées sur la morale religieuse.

    La construction sociale du handicap

    La loi britannique sur l'égalité de 2010 (GOV.UK, n.d.) définit le handicap (y compris les déficiences physiques, les maladies chroniques, les maladies mentales, les maladies auto-immunes, les difficultés d'apprentissage et de développement) comme "une déficience physique ou mentale qui a un effet négatif "substantiel" et "à long terme" sur votre capacité à effectuer des activités quotidiennes normales" 2.

    Le handicap comporte un élément moral et les perceptions du handicap évoluent au fil du temps.

    L'homosexualité a été classée comme un handicap dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-I) publié par l'Association américaine de psychiatrie (APA) en 1952.

    Elle a ensuite été reclassée dans la catégorie des paraphilies, puis dans celle des troubles de l'orientation sexuelle, qui a été modifiée en homosexualité égo-dystonique, avant de finalement dépathologiser l'homosexualité. La dépathologisation est le processus par lequel quelque chose n'est plus traité comme une condition médicale.

    L'homosexualité a également été inscrite dans la classification internationale des maladies (CIM) en 1977. Bien que l'Organisation mondiale de la santé ait retiré l'homosexualité du DSM, de nombreux militants LGBT+ estiment que la sexualité et le genre sont toujours pathologisés (c'est-à-dire traités comme un état pathologique).

    Les militants et les personnes transgenres affirment que la "transidentité" est toujours considérée comme une anomalie et un dysfonctionnement médical au lieu d'être un exemple de la diversité humaine. Le fait que les femmes transgenres doivent suivre une thérapie pour obtenir des traitements d'affirmation du genre tels que les hormones, alors que les femmes cisgenres peuvent se voir prescrire des œstrogènes sans thérapie, en est la preuve.

    Modèle médical du handicap

    Le modèle médical définit le handicap comme une maladie ou une déficience de longue durée/chronique, causée par des anomalies biologiques liées à des incapacités à effectuer certaines tâches.

    Modèle social du handicap

    Michael Oliver (1945-2019) et d'autres militants ont affirmé que le handicap n'est pas causé par des déficiences, mais plutôt par la façon dont la société est organisée. Ils affirment notamment :

    • La société aliène les personnes handicapées et donne la priorité à l'économie sur leur vie.

    • La société considère les personnes handicapées comme jetables parce qu'elles ne peuvent pas être pleinement intégrées à la population active.

    • Certains handicaps tels que le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) ont été créés par la société pour aliéner et pathologiser les réactions normales aux conditions capitalistes.

    Le théoricien fonctionnaliste Talcott Parsons (1902-1979) a décrit la maladie et le handicap comme des comportements déviants. Selon lui, lorsque les gens sont malades, ils ne peuvent pas être des membres productifs de la société et sont poussés à assumer le"rôle de malade", ce qui leur confère certains droits et responsabilités (par exemple, être autorisés à s'absenter du travail ou de l'école). Selon ce point de vue :

    • Être malade chronique ou handicapé est déloyal envers la société et la famille, car chaque membre de la société est tenu d'assumer les rôles qui lui sont attribués.

    • Le rétablissement est une nécessité et le fait de ne pas répondre aux attentes du rôle peut être interprété comme un manque de loyauté, et donc un risque d'exclusion sociale. La maladie nuit au fonctionnement de la société.(Matthias Sick Varul, 2010).

    Construction sociale de la santé et de la maladie - Points clés à retenir

    • La sociologie médicale étudie les causes sociales, politiques et culturelles de la santé et de la maladie, ainsi que leurs conséquences. Les sociologues médicaux pensent que le modèle biomédical de la santé et de la maladie est déterministe.
    • Les perceptions culturelles et sociales du corps influencent la façon dont les différents corps sont évalués.
    • La santé et la maladie sont mesurables, mais la maladie est subjective.
    • La maladie a une dimension sociale et culturelle. La médicalisation est le processus par lequel les conditions biologiques, la diversité et les questions morales, sociales et autres questions non médicales sont définies et traitées comme des problèmes médicaux.
    • La façon dont les gens vivent la maladie dépend de facteurs sociaux, politiques et culturels.

    Références

    1. Becker, A. E. (2004). Television, disordered eating, and young women in Fiji : Negotiating body image and identity during rapid social change. Culture, Medicine and Psychiatry, 28(1), 533-599. https://doi.org/10.1007/s11013-004-1067-5
    2. GOV.UK. (n.d.). Définition du handicap en vertu de la loi sur l'égalité de 2010. www.gov.uk
    Construction sociale de la santé et de la maladie Construction sociale de la santé et de la maladie
    Apprends avec 15 fiches de Construction sociale de la santé et de la maladie dans l'application gratuite StudySmarter

    Nous avons 14,000 fiches sur les paysages dynamiques.

    S'inscrire avec un e-mail

    Tu as déjà un compte ? Connecte-toi

    Questions fréquemment posées en Construction sociale de la santé et de la maladie
    Qu'est-ce que la construction sociale de la santé ?
    La construction sociale de la santé signifie que nos perceptions et compréhensions de la santé dépendent des normes et valeurs de la société.
    Comment la maladie est-elle construite socialement ?
    La maladie est socialement construite lorsque les sociétés définissent ce qui est considéré comme une maladie et comment elle doit être traitée.
    Quel est le rôle de la culture dans la perception de la maladie ?
    La culture influence la manière dont les individus interprètent les symptômes et les attitudes envers les traitements médicaux.
    Comment les facteurs économiques affectent-ils la santé ?
    Les inégalités économiques peuvent déterminer l'accès aux soins de santé et influencer les taux de morbidité et de mortalité.

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Sciences économiques et sociales

    • Temps de lecture: 14 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner