Socialisation différenciée

As-tu déjà été dans un magasin de jouets pour enfants ? As-tu remarqué à quel point les rayons filles sont distincts des rayons garçons ? Tous les rayonnages proposent des jouets bien précis en fonction du genre. Pour les fillettes, ce sera Barbie, poupée, cuisinière ou costume de princesse. Pour les garçons, c'est plutôt figurines et camions. Eh bien, il s'agit là du phénomène de socialisation différenciée. Cette dernière se définit par la transmission de normes et valeurs compte tenu de certains critères, tels que le genre ou le milieu social d'origine. 

Socialisation différenciée Socialisation différenciée

Crée des supports d'apprentissage sur Socialisation différenciée avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement
Table des mateères
    • Dans ce résumé de cours, nous allons te présenter la socialisation différenciée.
    • Nous allons voir que celle-ci est souvent le reflet de la reproduction sociale.
    • Nous distinguerons la socialisation genrée et la socialisation selon le milieu social.
    • Nous terminerons en montrant comment ce modèle social peut créer des inégalités sociales.

    La socialisation : définition

    La socialisation se définit comme le processus d'intériorisation de normes et valeurs d'un individu pour s'adapter à la société dans laquelle il évolue.

    La socialisation est le plus souvent différenciée. Cela signifie que certains éléments, tels que la classe sociale, le genre et le contexte familial, vont influencer la trajectoire de vie d'un individu.

    Les normes et valeurs

    Les normes et valeurs sont des concepts liés puisque les normes sont le prolongement des valeurs. En effet, les valeurs sont des principes reconnus comme juste par la société, et vers lesquelles on doit tendre. Les normes sont la continuité de ces principes. Parce qu'il s'agit de règles, formelles ou non, transmises dans une société (famille, l'école, l'État) pour répondre à cet idéal.

    Le respect de l'autre est un exemple de valeur.

    La norme associée au respect de l'autre peut différencier d'une société à une autre. Aujourd'hui en France, faire preuve de discrimination envers autrui est puni par la loi. L'auteur de l'infraction peut écoper jusqu'à trois ans de prison. Ce n'est pas le cas dans toutes les nations. En revanche, les normes sociales évoluent potentiellement dans le temps.

    En 2013, la France est devenue le 14 ème pays au monde à autoriser le mariage homosexuel avec "le mariage pour tous".

    Les normes et valeurs sont une construction sociale et individuelle, elles sont ainsi transmises par le processus de socialisation. Par le biais de cette socialisation, l'individu va apprendre à se comporter en société et à interagir avec les personnes de son environnement social (famille, école, travail).

    Nous allons voir que l'individu intègre cette transmission par trois moyens : l'imitation, l'inculcation ou l'interaction.

    Imitation, inculcation et interaction : comment l'individu se socialise ?

    Pour se socialiser, l'individu doit se connecter aux autres. C'est à travers l'échange qu'il pourra définir son comportement. Prenons un exemple simple, celui d'un étudiant qui change d'université. À son arrivée, il connait probablement peu de monde. Il va alors parcourir trois étapes de socialisation pour favoriser son intégration. Regardons-en quoi consiste ces étapes :

    Imitation

    Par le processus d'imitation, l'individu va, comme son nom le suppose, imiter ses pairs. Cela va s'opérer plus ou moins naturellement, et permet à l'étudiant de se construire. Cette référence à l'autre va l'inspirer et lui permettre d'établir les premiers contacts, qui vont engendrer l'interaction.

    Le processus d'imitation débute dès l'enfance. L'enfant va reproduire les schémas comportementaux de ses parents, frères et soeurs ou de son entourage proche. Il s'agit des prémices de la socialisation, qu'y s'opère lors de la socialisation primaire. On peut aussi y trouver les fondements d'un concept majeur en sociologie : la reproduction sociale.

    La reproduction sociale signifie que l'enfant garde le même statut social que ses parents. Ce concept s'oppose à la mobilité sociale, qui suppose que l'enfant peut grimper l'échelle sociale, et que son milieu d'origine est sans influence.

    L'interaction

    Lors de cette étape, l'étudiant va commencer à développer son identité grâce à l'interaction avec son groupe de références (son groupe d'amis). Les valeurs et les normes sont évolutives et peuvent changer dans le temps. En expérimentant, il va intérioriser différentes normes.

    L'intériorisation est un procédé selon lequel un individu va acquérir des normes et valeurs, et adopter certains comportements qui finiront par devenir naturels.

    À l'école, l'étudiant va devoir lever la main pour poser une question ou donner une réponse.

    Lever la main en classe parait être un comportement naturel, pourtant il s'agit d'une construction sociale, intégrée par l'école.

    L'école est la seconde instance de socialisation primaire, après la famille.

    La socialisation primaire s'opère de la naissance à la fin de l'adolescence. Les deux instances de référence pour un individu vont être la famille et l'école. C'est à travers eux que l'individu va intégrer les normes et les valeurs de la société dans laquelle il évolue.

    L'inculcation

    L'inculcation est un processus de socialisation où les normes sont imposées par des individus à d'autres individus.

    Ainsi, la troisième modalité de socialisation va s'opérer par un souci de conformité. Si nous reprenons notre exemple de l'étudiant, ce dernier va devoir assimiler certaines normes dominantes pour s'intégrer. C'est ici la société, ou dans le cas de l'étudiant, le corps enseignant, qui va déterminer le comportement attendu de l'individu.

    À l'école, l'élève doit arriver à l'heure en cours, sinon il risque des sanctions, comme un mot dans le carnet ou une heure de colle.

    Tu connais maintenant les différentes modalités de socialisation. Mais, alors, est-elle identique pour tous ? Eh bien, non. Nous allons voir que la socialisation se différencie d'un individu à un autre. En effet, le genre ou le milieu social va affecter la socialisation.

    La socialisation différenciée selon le genre

    Alors que certains experts affirment que le sexe est déterminé biologiquement, les théoriciens soutiennent qu'il s'agit d'une construction sociale.

    Le sexe fait référence à la caractéristique biologique de l'individu (homme, femme, diverses combinaisons d'organes sexuels masculins et féminins). Le genre désigne les différences culturelles associées aux sexes et fondées sur des normes sociales (par exemple, la masculinité et la féminité).

    L'identité de genre est la compréhension qu'a un individu de son genre. Le genre désigne ainsi les différences entre hommes et femmes qui ne sont pas biologiques, mais sociales.

    Le genre s'accompagne d'une multitude d'attentes sociales. Les parents souhaitent souvent connaître le sexe de leur enfant pour adapter les couleurs des vêtements ou acheter des jouets en fonction du sexe. Cela renforce les rôles de genre dès la naissance, même si les nouveau-nés présentent très peu de différences physiques ou de comportements.

    Par conséquent, les enfants apprennent les attentes relatives à leur sexe dès la socialisation primaire.

    Par exemple, les garçons et les filles sont orientés vers des activités déterminées par leur genre.

    Les filles sont le plus souvent incitées à pratiquer la danse tandis que les garçons essaient le football.

    Cette différence n'est pas due au choix de l'enfant, mais plutôt à l'influence des parents. Autre exemple révélateur, les enfants sont fréquemment étiquetés différemment par les adultes en raison de leur sexe. Les garçons sont appelés "champion" ou "petit monstre", tandis que les filles sont appelées "chérie" ou "princesse". Ces termes renforcent les rôles de genre dans l'esprit des enfants, qui ont l'impression de devoir s'y conformer.

    Socialisation genrée et stéréotypes

    La socialisation genrée est un processus de socialisation qui amène à intérioriser des normes selon les attentes sociales relatives aux différents sexes. C'est à travers elle que les identités de genre se développent.

    Le sociologue américain Talcott Parsons estimait que les différences biologiques entre les hommes et les femmes étaient "naturelles" et qu'elles déterminaient leurs rôles sociaux. Ces rôles sont ainsi renforcés par le processus de socialisation.

    De ce fait, sur la base de leur capacité à porter des enfants, à allaiter et d'autres capacités, les femmes devraient jouer un rôle de soutien émotionnel en étant plus attentionnées ou nourricières. Les hommes, en raison de leur force physique, devraient jouer un rôle de chef de tribu ou de soutien de famille. Ils doivent gagner de l'argent et subvenir aux besoins.

    D'un point de vue féministe, l'identité de genre est un phénomène socialement construit. Elle est le résultat du patriarcat. Les féministes affirment qu'une société dominée par les hommes crée et renforce les stéréotypes en matière de rôles de genre. Ici, l'identité "féminine" est principalement liée à la soumission, au manque de confiance et d'ambition, etc.

    La socialisation différenciée selon le milieu social

    En sociologie, le milieu social est défini par la classe sociale. Il s'agit de la classification de personnes selon leurs situations économiques ou professionnelles. Lorsque les individus s'identifient à d'autres membres de leur groupe (classe), cela leur donne un sentiment d'identité collective.

    La situation économique d'un individu influence son éducation, son mode de vie, sa santé, sa scolarité, etc. Les personnes ayant des antécédents économiques similaires partagent des normes et des valeurs, et commencent à former une classe sociale.

    La classe sociale est traditionnellement divisée en trois catégories.

    - La classe supérieure ;

    - La classe moyenne ;

    - La classe ouvrière.

    Ces identités de classe sociale se forment au cours du processus de socialisation par l'intermédiaire d'agents sociaux (famille, groupe de pairs, lieu de travail). Les quelques aspects populaires sur lesquels la classe sociale est jugée ou évaluée sont la profession, l'argent/le revenu, les possessions (gadgets, voiture, bijoux, etc.), le style de vie/les loisirs, etc.

    Socialisation et inégalités sociales

    La socialisation peut bien évidemment perpétuer les inégalités sociales. Notre classe sociale construit notre identité, car elle détermine notre environnement, nos opportunités et nos passe-temps.

    Le sociologue Pierre Bourdieu a théorisé le phénomène de capital culturel. Il a suggéré que la classe supérieure détermine ce qui est considéré comme du "bon goût" dans la société, comme le fait d'aller au musée, à l'opéra, etc. Les membres des classes inférieures ne peuvent pas en faire l'expérience et trouvent leurs loisirs dans d'autres activités.

    En revanche, l'avènement des médias nous permet de choisir et de mélanger les identités à notre convenance, quelle que soit notre classe sociale. Cela représente un pas en avant pour l'identité de classe, car nous ne sommes plus autant liés à notre capital culturel.

    Aujourd'hui, lorsque tu scrolles sur Tik Tok, tu peux tomber sur des vidéos comptant des milliers de j'aime, peu importe l'origine sociale. Notamment, un groupe de jeunes de cité parodiant nos programmes télévisés d'enfance en dansant et chantant.

    Sur les réseaux sociaux, la classe a peu d'importance. Tout le monde peut connaître le succès et se créer une nouvelle identité. Certains vont utiliser leurs origines comme une force et en tirer leurs inspirations. Il s'agit d'un aspect positif de la communauté digitale. Il y a moins de codes et de segmentation. Tout le monde est au même niveau, ce qui compte c'est l'attractivité et la différenciation du contenu.

    La socialisation différenciée - Points à retenir

    • La socialisation se définit comme le processus d'intériorisation de normes et valeurs d'un individu.
    • L'individu se socialise par trois moyens : l'imitation, l'inculcation et l'interaction.
    • La socialisation différenciée selon le genre et le milieu social sont les plus courantes.
    • La socialisation genrée est un processus de socialisation qui amène à intérioriser des normes selon les attentes sociales relatives aux différents sexes.
    • Une société patriarcale renforce les stéréotypes en matière de rôles de genre.
    • La socialisation peut perpétuer les inégalités sociales, car les membres des classes inférieures ne peuvent pas accéder aux mêmes activités.
    Questions fréquemment posées en Socialisation différenciée

    Comment la socialisation est différenciée selon le milieu social ?

    La socialisation est différenciée selon le milieu social car la situation économique d'un individu influence son éducation, son mode de vie, sa santé, sa scolarité, etc. Les personnes ayant des antécédents économiques similaires partagent des normes et des valeurs, et commencent à former une classe sociale.

    Quels sont les 3 modes de socialisation ?

    Les 3 modes de socialisation sont l'imitation, l'interaction et l'inculcation.

    Comment la socialisation est-elle différenciée selon le genre ?

    La socialisation est différenciée selon le genre en raison de la construction sociale. Le genre s'accompagne souvent d'une multitude d'attentes sociales. Les enfants apprennent les attentes relatives à leur sexe dès la socialisation primaire (à travers leur famille et à l'école).

    Pourquoi la socialisation peut être qualifiée de différenciée ?

    La socialisation peut-être qualifiée de différenciée car certains éléments, tels que la classe sociale, le genre et le contexte familial, vont influencer la trajectoire de vie d'un individu.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Le respect de l'autre est un exemple

    Marcher sur ses 2 pieds plutôt qu'à 4 pattes est un exemple de socialisation par 

    Une mère apprend à son enfant à manger proprement. Il s'agit de la socialisation par 

    Suivant
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Socialisation différenciée

    • Temps de lecture: 12 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !