Punition criminelle

Lorsque tu étais enfant, il est probable que tu aies reçu des sanctions pour avoir fait quelque chose de mal, par exemple avoir échoué à un examen ou avoir cassé un objet coûteux. Tu as peut-être été puni ou on t'a retiré le droit de regarder la télévision pendant un certain temps. L'objectif était probablement de t'apprendre que tes actes ont des conséquences, mais surtout de t'inciter à faire les choses différemment la prochaine fois. Il s'agit d'un type de punition.

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Punition criminelle Punition criminelle

Crée des supports d'apprentissage sur Punition criminelle avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Dans cette explication, nous allons :

    • Définir la sanction pénale.
    • Explorer le but des sanctions pénales.
    • Examiner les différents types de sanctions pénales.
    • Apprendre comment les différentes perspectives sociologiques considèrent la punition criminelle.

    Définition de la sanction pénale

    La sanction pénale fonctionne de manière très similaire à l'exemple ci-dessus (avec quelques complexités supplémentaires, bien sûr). Il s'agit d'une méthode de contrôle et/ou de réduction de la criminalité qui consiste à punir les délinquants. Elle est complémentaire des stratégies de prévention de la criminalité, mais se concentre principalement sur le traitement du crime après que l'infraction a été commise.

    Selon le dictionnaire Collins (2022), nous pouvons définir la punition comme suit :

    Une pénalité ou une sanction donnée pour tout crime ou délit".

    La punition pénale fait référence à la punition dans un cadre légal. La sanction pénale est une forme de contrôle de la criminalité qui met l'accent sur les punitions pour les crimes, plutôt que sur la prévention.

    L'objectif de la sanction pénale

    La sanction pénale existe en tant que forme de contrôle social. Elle vise à maintenir l'ordre dans la société en établissant une ligne claire entre le bien et le mal. Les lois sont mises en place par le gouvernement pour nous apprendre ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire. Ceux qui ne suivent pas ces règles et enfreignent la loi risquent une sanction pénale.

    Certains crimes sont plus sévèrement punis que d'autres, tandis que d'autres peuvent être enfreints et ne pas être poursuivis du tout. Les sanctions pénales varient d'un pays à l'autre et d'une culture à l'autre, avec des lois différentes selon les régions. Cependant, l'objectif général de ces lois et des sanctions qui en découlent est de maintenir l'ordre dans la société.

    Explorons les différents types de sanctions pénales.

    Types de sanctions pénales

    Les sanctions pénales comprennent plusieurs approches différentes basées sur le résultat souhaité. Cela dépend si la société ou le système de justice pénale en question vise à :

    • réduire le nombre de crimes en général (réduction)

    • obtenir une rétribution pour les dommages causés par un crime, ou

    • rendre justice aux victimes d'un crime.

    Ce sont des punitions très courantes pour les criminels. Examinons donc tour à tour chacun de ces résultats souhaités.

    Sanctions courantes pour les criminels

    Il existe plusieurs types courants de sanctions pénales : la dissuasion, la réduction, la réadaptation, la neutralisation, la rétribution et la restauration.

    Réduction de la criminalité

    De nombreuses sociétés cherchent à réduire le nombre de crimes commis en appliquant des sanctions pénales. La réduction, la réadaptation et la dissuasion font partie des punitions stratégiques les plus courantes pour les criminels.

    Dissuasion

    Il s'agit de punir l'individu assez sévèrement pour le décourager de commettre d'autres délits à l'avenir. De plus, en faisant d'eux un exemple, les punitions importantes peuvent avoir un effet dissuasif sur d'autres personnes qui pourraient envisager de commettre le même crime.

    Si quelqu'un reçoit une grosse amende ou une longue peine de prison pour un délit mineur, cela découragera idéalement d'autres personnes de faire la même chose pour éviter la même sanction.

    Réhabilitation

    L'un des principaux objectifs de la punition (pour certains crimes) est de réhabiliter le criminel - en s'assurant qu'il se réforme, qu'il change ses habitudes et qu'il n'adopte plus le même comportement criminel à l'avenir. Cela leur donne une deuxième chance de mener une vie honnête.

    Incapacité

    Il s'agit de l'une des méthodes les plus extrêmes de répression de la criminalité, axée sur la réduction, qui consiste à supprimer physiquement la capacité du délinquant à récidiver dans le même domaine. S'il n'a pas les moyens ou la capacité de commettre le crime, il ne peut pas le faire.

    Les exemples incluent les peines d'emprisonnement de longue durée, la coupure des mains, la castration chimique ou la peine de mort.

    Rétribution du crime

    Ceci est basé sur l'idée de "œil pour œil", le concept de vengeance pour le mal fait. De nombreuses personnes dans la société, en particulier celles qui ont été victimes de crimes violents, pensent que le criminel doit payer pour son crime pour que justice soit faite. Puisque le criminel a causé du tort, il mérite qu'on lui inflige du tort en retour.

    Un exemple de châtiment rétributif est la peine de mort pour les meurtres.

    Crime Punishment, Death penalty infographic map, StudySmarterFig. 1 - La peine de mort existe encore dans la plupart des pays du monde.

    Rétablissement du crime

    Les actions compensatoires ou réparatrices dans le cadre de la répression du crime impliquent que le délinquant s'amende (ou tente de s'amender) pour le mal qu'il a causé. Il peut s'agir de payer une amende ou de fournir une forme de compensation financière pour couvrir le coût des dommages qu'il a causés.

    Il prend en compte le concept plus large de "justice réparatrice", où le délinquant et la ou les victime(s) de leur crime sont amenés à communiquer. La justice réparatrice signifie une rencontre entre l'individu responsable du crime et la victime, parfois en présence de représentants de la communauté. C'est l'occasion pour le délinquant d'assumer la responsabilité de ses actes et d'entendre directement l'impact qu'il a eu sur les autres.

    Pour la victime, le fait de discuter ou de confronter le délinquant au sujet du préjudice causé peut l'aider à mieux comprendre la situation et à progresser vers la guérison et la fermeture, si elle le souhaite.

    Théories sociologiques de la sanction pénale

    Les méthodes de sanction pénale impliquent généralement de restreindre les droits et les libertés des personnes et parfois de leur infliger un préjudice. C'est pourquoi ce sujet peut être très controversé en sociologie. Il existe de nombreuses théories sur les sanctions pénales, allant de l'approche fonctionnaliste de Durkheim au point de vue de Foucault sur le pouvoir. Les différentes branches du domaine sont parvenues à des conclusions différentes sur la nature et les implications de la punition pénale.

    Approche fonctionnaliste de la criminalité

    Émile Durkheim (1893), a déclaré que le but de la punition du crime est de renforcer la régulation sociale. La punition est un moyen de maintenir la solidarité sociale en réaffirmant les normes et les valeurs partagées de la société, c'est-à-dire ce qui est un comportement socialement acceptable et ce qui ne l'est pas.

    Par exemple, une peine de prison pour avoir commis un certain crime réaffirme les limites d'un comportement acceptable, non seulement pour le délinquant, mais aussi pour la collectivité.

    Durkheim affirme que ces rituels d'ordre servent également à exprimer l'indignation morale collective de la société. Durkheim pensait que les criminels devaient être punis parce que les punitions peuvent unir moralement les membres de la société dans leurs expressions concernant le crime, par exemple sur le caractère répréhensible de l'action et sur les raisons pour lesquelles elle ne devrait pas être commise.

    Selon Durkheim, il existe deux types de sociétés - modernes et traditionnelles - ainsi que deux formes de justice correspondantes :

    • Lajustice rétributive: On la trouve dans les sociétés traditionnelles. Il existe un fort sentiment de conscience collective et de solidarité fondé sur les similitudes entre les uns et les autres. Les châtiments sont sévères et cruels et n'existent que pour exprimer l'indignation collective.
    • Justice restitutive: Cette forme de justice est plus courante dans les sociétés modernes. L'accent est mis sur l'individualisme et la solidarité est basée sur l'interdépendance entre les individus. Le crime porte atteinte à cette relation et le but de la punition est de réparer les dégâts.

    Punition pénale, Photographie d'une statue de justice en métal avec une balance, StudySmarterFig. 2 - Des sociétés différentes ont des systèmes de justice différents.

    La vision marxiste de la criminalité

    Le marxisme, basé sur les idées de Karl Marx, affirme que le but de la punition pénale est de maintenir l'ordre social existant. En protégeant leurs biens de la classe ouvrière, la punition sert les intérêts de la classe dirigeante en maintenant la hiérarchie des classes sociales. Il s'agit d'un appareil d'État répressif - qui maintient la classe ouvrière à sa place en lui faisant craindre de commettre des crimes, et donc en la décourageant de se soulever contre la classe dirigeante.

    Des marxistes tels que Rusche et Kirchheimer (1939 ) affirment également que le type de châtiment utilisé par la société dépend de sa structure économique. Si l'économie n'était pas basée sur l'échange d'argent, par exemple, le paiement d'amendes ne serait pas une mesure punitive.

    Pour Melossi et Pavarini (1981), sous le capitalisme, l'emprisonnement devient la principale forme de punition car le système pénitentiaire reflète les relations de production capitalistes. Le temps est crucial pour les travailleurs dans une économie capitaliste car ils sont payés en fonction de celui-ci et en abandonnent une part importante pour gagner leur vie. Ils "paient" donc pour les crimes commis en se voyant retirer leur temps en prison.

    Le point de vue de Foucault sur le pouvoir

    Dans son ouvrage fondateur sur la naissance de la prison, Michel Foucault ("Discipline et punition", 1975) a souligné que les sanctions pénales ont évolué au fil du temps, passant d'un caractère cruel, physiquement coercitif et immédiat (impliquant souvent la torture et parfois la mort) à une approche davantage axée sur l'incarcération et la réinsertion des délinquants.

    Cependant, si les punitions sont devenues moins sévères, elles ont inauguré un espace de surveillance et de contrôle. C'est ce qu'il a appelé le passage du pouvoir souverain au pouvoir disciplinaire.

    • Pouvoir souverain: c'est la forme "traditionnelle" du pouvoir. Dans les sociétés pré-modernes, l'organe dirigeant, c'est-à-dire un monarque, punissait physiquement le corps des personnes ayant commis des actes criminels en exerçant son pouvoir de façon très spectaculaire et publique.
    • Pouvoir disciplinaire: à l'époque moderne, la punition ne concerne pas seulement le corps, mais aussi l'esprit, et elle est beaucoup plus discrète. Foucault utilise l'exemple du Panopticon - une prison conçue de manière à ce que les gardiens puissent voir à tout moment dans les cellules de la prison, mais que les prisonniers ne puissent pas les voir, ce qui amène les prisonniers à se comporter comme s'ils étaient surveillés, même si ce n'est pas le cas.

    Foucault a théorisé que ce pouvoir disciplinaire a infiltré d'autres institutions sociétales, de sorte que les lieux de travail et les écoles fonctionnent également comme des prisons panoptiques, créant une culture de l' autosurveillance où les gens se comportent continuellement comme s'ils étaient surveillés et modifient leur comportement en conséquence. Cela en fait un moyen de contrôle social beaucoup plus invasif.

    Punition pénale Le modèle du panopticon de Foucault pour les prisons StudySmarterFig. 3 - La prison de Panopticon est l'incarnation de l'État de surveillance.

    Sanctions pénales - Principaux enseignements

    • La sanction pénale consiste à punir les actes criminels afin de les réduire et/ou de les contrôler.
    • Les approches de la punition pénale comprennent la réduction, la rétribution et la restauration.
    • Durkheim pense que son but est de renforcer les normes sociales partagées et d'exprimer l'indignation morale collective. Les sociétés traditionnelles et modernes ont des versions différentes de la justice - rétributive et restitutive.
    • Les sociologues marxistes affirment que la sanction pénale maintient l'ordre des classes sociales. Dans un système capitaliste, la punition reflète les relations d'exploitation de la production en faisant "payer" aux travailleurs leurs crimes en prison.
    • Foucault a théorisé le fait que la nature de la punition a changé, passant de stricte et physique à plus subtile et psychologique, conduisant à une culture d'autosurveillance. Le pouvoir souverain s'est transformé en pouvoir disciplinaire, comme dans le cas du Panopticon.

    Références

    1. Dictionnaire Collins. (2022) https://www.collinsdictionary.com/dictionary/english/punishment
    Questions fréquemment posées en Punition criminelle
    Qu'est-ce que la punition criminelle en sociologie ?
    La punition criminelle en sociologie est l'étude des réponses sociales aux comportements criminels, y compris les sanctions et réhabilitations.
    Pourquoi les sociétés utilisent-elles la punition criminelle ?
    Les sociétés utilisent la punition criminelle pour maintenir l'ordre, dissuader les comportements criminels et réhabiliter les délinquants.
    Quels sont les types de punitions criminelles ?
    Les types de punitions criminelles comprennent l'incarcération, les amendes, le travail d'intérêt général et les peines conditionnelles.
    Quel est l'impact de la punition criminelle sur la récidive ?
    L'impact de la punition criminelle sur la récidive varie ; certaines peines peuvent dissuader, tandis que d'autres peuvent augmenter le risque de récidive.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Donne quelques exemples d'incapacité.

    Sur quoi repose le concept de rétribution ?

    Le but de la réinsertion est de faire payer le criminel pour son crime afin que la justice soit rendue. Vrai ou faux ?

    Suivant

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Sciences économiques et sociales

    • Temps de lecture: 12 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner