Dans un verre obscur

Décrit par M.R. James comme "l'un des meilleurs conteurs" du genre surnaturel (M.R. James, 1923), Sheridan Le Fanu est peut-être mieux connu pour In A Glass Darkly (1872), un recueil d'histoires de fantômes, et ses romans The House by the Churchyard et The Wyvern Mystery.

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Dans un verre obscur Dans un verre obscur

Crée des supports d'apprentissage sur Dans un verre obscur avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Fait amusant: Sheridan le Fanu était apparenté à Richard Brinsley Sheridan du côté de sa mère.

    Dans un verre sombre: signification

    Sheridan le Fanu était le fils du doyen du Collège épiscopal irlandais et a été éduqué à la maison, il devait donc très bien connaître Saint Paul :

    Car maintenant nous voyons à travers un verre, obscurément, mais alors face à face ; maintenant je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.

    (I Cor. 12)

    Dans le titre de son recueil, Le Fanu remplace "à travers" par "dans" : comme l'explique Robert Tracey :

    Le verre de son titre n'est pas une vitre à travers laquelle nous entrevoyons de faibles intimations d'un monde spirituel ou d'une vérité divine. C'est un miroir dans lequel nous apercevons notre propre nature sombre.

    R. Tracey, Introduction, In A Glass Darkly, 1999

    Les histoires de In a Glass Darkly reflètent chacune les aspects les plus sombres de la nature humaine, de la vie et de la mort. Il peut s'agir d'émotions et de pulsions refoulées, d'une conscience coupable ou d'un portail vers l'autre côté.

    In A Glass Darkly : le livre

    In A GlassDarkly a été publié en 1872 et est un recueil de cinq nouvelles. Il s'agit de " cas " recueillis par le narrateur, qui était secrétaire du docteur Hesselius.

    • 'Le thé vert'.
    • 'Le familier'.
    • 'Le juge Harbottle'.
    • 'La chambre du Dragon Volant'.
    • 'Carmilla'.

    Les trois premières histoires sont présentées dans un prologue, suivi d'une note du Dr Hesselius offrant une explication rationnelle. Les deux derniers cas sont présentés sous forme d'histoires, introduites par une brève note sur les opinions ou théories du Dr Hessilius.

    Dr Hesselius

    Le Dr Hesselius est un psychiatre qui parle de "l'œil intérieur" (ou "sens intérieur") tel qu'il est décrit par Swedenborg, et propose une solution scientifique :

    Le siège de la vision intérieure est le tissu nerveux et le cerveau, immédiatement autour et au-dessus du sourcil. Tu te souviens de l'efficacité avec laquelle j'ai dissipé tes images par la simple application d'eau de Cologne glacée. Peu de cas, cependant, peuvent être traités exactement de la même façon avec un succès rapide. Le froid agit puissamment comme un répulsif du fluide nerveux. Il peut même produire cette insensibilité permanente que nous appelons engourdissement, et un peu plus longtemps, une paralysie musculaire ainsi qu'une paralysie sensorielle.

    Thé vert, conclusion : Un mot pour ceux qui souffrent

    In a Glass Darkly : résumé et citations

    In a Glass Darkly comporte cinq histoires : "Green Tea", "The Familiar", "Mr Justice Harbottle", "The Room in the Dragon Volant" et "Carmilla".

    Le thé vert

    M. Jennings est un ecclésiastique que Hesselius rencontre lors d'une soirée mondaine. Jennings a des pannes occasionnelles, aussi bien dans la conversation que pendant ses sermons :

    ...après avoir procédé d'une certaine façon dans le service, il s'est soudainement arrêté, et après un silence, apparemment incapable de reprendre, il est tombé dans une prière solitaire et inaudible, les mains et les yeux levés, puis pâle comme la mort, et dans l'agitation d'une honte et d'une horreur étranges, il est descendu en tremblant, et est entré dans la sacristie, laissant sa congrégation, sans explication, à elle-même.

    Thé vert, chapitre 1

    Après quelques hésitations et un apparent rétablissement, Jennings contacte Hesselius et lui explique sa situation. Il a fait des recherches pour un ouvrage sur le paganisme et a pris l'habitude de boire du thé vert pour stimuler ses capacités cérébrales.

    Rentrant tard chez lui après être allé chercher des livres, Jennings prend un omnibus. Il s'assoit près de la porte et, après que le seul autre passager soit descendu, Jennings observe deux lumières rouges dans le coin opposé. Il s'interroge sur ces lumières dans l'obscurité qui s'installe. Finalement, Jennings se rend compte que les disques rouges sont les yeux d'un petit singe noir. Il lui donne des coups de parapluie :

    J'ai eu l'impression que l'un des passagers avait oublié ce vilain animal, et souhaitant m'assurer de son tempérament, bien que ne voulant pas lui confier mes doigts, j'ai donné un petit coup de parapluie dans sa direction. Il est resté immobile - jusqu'à lui - à travers lui ! En effet, il passa à travers lui, d'avant en arrière, sans opposer la moindre résistance.

    - Chapitre 6

    Horrifié, Jennings descend de l'omnibus et fait le reste du chemin à pied. Il est persuadé que le singe fantôme a disparu et, soulagé, arrive chez lui. Cependant, il découvre que le singe le suit toujours. Jennings se rend compte qu'il ne peut pas échapper au singe - il va et vient, et lorsqu'il est présent, il accompagne ses déplacements.

    Dans toutes les situations, à toutes les heures, il est éveillé et me regarde. Cela ne change jamais.

    (Chapitre 7)

    D'abord apathique, il devient de plus en plus agressif, notamment lorsque Jennings dit des prières ou même simplement médite. Pire, elle lui parle, lui ordonnant par télépathie de commettre des crimes et de blesser ceux qui l'entourent, ou lui-même.

    Hesselius conseille à Jennings de l'informer dès que le singe fantôme reviendra. Hesselius est convaincu que la cause est physique (c'est-à-dire qu'il s'agit d'une maladie nerveuse) et donne l'ordre au serviteur de Jennings de prendre régulièrement des nouvelles de Jennings dans sa chambre. Hesselius se retire ensuite dans une auberge avec ses notes et étudie le cas de Jennings.

    Il rentre chez lui le lendemain et trouve une note de Jennings :

    Cher Dr Hesselius. La voici. Vous n'étiez pas parti depuis une heure qu'il est revenu. Il parle. Il sait tout ce qui s'est passé. Il sait tout, il vous connaît, et il est frénétique et atroce. Il s'insurge. Je t'envoie ceci. Il connaît chaque mot que j'ai écrit - j'écris. C'est ce que j'ai promis, et j'écris donc, mais je crains d'être très confus, très incohérent. Je suis tellement interrompu, perturbé.

    Toujours à vous, sincèrement à vous,

    ROBERT LYNDER JENNINGS.

    (Chapitre 10)

    Hesselius retourne chez Jennings, mais arrive trop tard, car Jennings s'est suicidé. Hesselius termine par une note sur la manie suicidaire héréditaire, dont il est convaincu qu'elle est la véritable cause de la mort de Jennings.

    Le familier

    Le deuxième "cas" est décrit par un ecclésiastique de Dublin et concerne un capitaine de marine, James Barton, qui revient à Dublin en 1794 après une brillante carrière dans les guerres américaines. Il est décrit ainsi :

    compagnon intelligent et agréable quand cela lui plaisait, bien que généralement réservé, et parfois même morose.

    (Chapitre 1).

    Le capitaine Barton prend une maison dans un quartier à la mode de la ville et garde un domestique. Il vit prudemment et tranquillement, ne boit pas, ne joue pas"et ne s'adonne à aucune autre activité vicieuse (chapitre 1)". Il se fiance à une beauté sociale sans le sou, Miss Montague.

    Miss Montague vit avec sa tante, Dowager Lady L, dans le nord de Dublin, tandis que Barton habite dans le sud. Le chemin qu'il emprunte pour rentrer chez lui passe par une rue en construction. Un soir, après une conversation sur le surnaturel (qu'il traite avec un scepticisme total), Barton prend congé et rentre chez lui à pied :

    Il avait déjà fait un bout de chemin lorsqu'il entendit soudain d'autres bruits de pas, à un rythme mesuré, et, semblait-il, à environ deux cents pas derrière lui."

    (Chapitre 1)

    Barton se retourne plusieurs fois pour voir qui le suit, mais ne voit personne. Il finit par arriver chez lui et, une fois rétabli, décide qu'il s'agissait d'une illusion. Le lendemain, au petit déjeuner, Barton reçoit une lettre anonyme d'avertissement de la part d'un certain "The Watcher".

    Le capitaine pense que la lettre est un canular et que les pas sont une sorte de farce ou de tour de passe-passe. Il n'en parle donc à personne. Il évite cependant la rue. Les pas continuent de le suivre et il reçoit une autre lettre :

    Vous pouvez aussi bien penser, capitaine Barton, à échapper à votre propre ombre qu'à moi ; faites ce que vous voulez, je vous verrai aussi souvent qu'il me plaira, et vous me verrez, car je ne veux pas me cacher, comme vous le pensez. Ne laissez pas cela troubler votre repos, capitaine Barton ; car, avec une bonne conscience, qu'avez-vous à craindre de l'œil du "Veilleur"."

    (Chapitre 2)

    Le capitaine commence à entendre les bruits de pas de jour comme de nuit. Un jour, alors qu'il se promène avec l'ecclésiastique et plusieurs amis, le groupe est abordé par un homme :

    de petite taille, ressemblant à un étranger, et portant une sorte de bonnet de voyage en fourrure, marchait très rapidement, et comme sous l'effet d'une excitation féroce, directement vers nous, marmonnant pour lui-même, rapidement et avec véhémence pendant ce temps."

    (Chapitre 2)

    L'homme s'approche de Barton, le regarde fixement, puis s'éloigne. Selon l'homme d'église, Barton semble terrifié par cette rencontre. Ses compagnons suggèrent qu'il n'est pas bien et il rentre chez lui. Le père de Mlle Montague, le général Montague, arrive enfin à Dublin. Il a connu Barton brièvement dans le passé et se moque de l'idée des fantômes - il est déterminé à attraper celui qui est à l'origine de ces visites :

    Maintenant, mon cher ami, je vais me faire un devoir d'attraper cet espiègle petit garçon de ferme, et soit de le réduire en bouillie de mes propres mains, soit de le faire fouetter à travers la ville, à la queue de la charrette, avant qu'un mois ne s'écoule."

    (Chapitre 6)

    Barton et le général voient tous deux l'homme, mais ne parviennent pas à le capturer. Le général suggère un voyage à l'étranger pour remonter le moral de Barton. Ils arrivent à Calais lorsque l'homme apparaît à nouveau à Barton. Ils retournent à Dublin, Barton étant convaincu qu'il va mourir.

    Lady L- possède une maison à l'extérieur de Dublin, qu'elle offre à Barton. Son médecin lui conseille de se reposer, de s'isoler et d'avoir beaucoup de compagnie joyeuse. Un mois passe et Barton semble se rétablir. Un jour, Lady L envoie sa servante dans le jardin d'herbes aromatiques. Celle-ci revient avec un récit inquiétant :

    Un petit homme à l'allure singulière, dont le visage était empreint de menace et de malignité, se tenait près d'elle, de l'autre côté de l'écran d'aubépine.

    Le petit homme a un message :

    que lui, le capitaine Barton, doit venir à l'étranger comme d'habitude, et se montrer à ses amis, à l'extérieur, ou bien se préparer à recevoir une visite dans sa propre chambre.

    (Chapitre 8)

    Lady L interdit à la servante d'en parler à qui que ce soit. Barton voit aussi le petit homme en se promenant dans la cour, et s'évanouit. Il est transporté dans sa chambre. Plus tard, Barton est retrouvé mort, recroquevillé contre la tête du lit, ses mains serrant les draps :

    Les traits étaient fixes, sévères et blancs ; la mâchoire était tombée ; et les yeux sans regard, encore ouverts, fixaient un regard vide vers l'avant du lit."

    (Chapitre 9)

    Peu de temps auparavant, son domestique avait entendu deux voix dans la chambre, celle de Barton et celle d'un autre, mais seul Barton est retrouvé. Le hibou de Miss Montague était entré en voltigeant et s'est à nouveau envolé. Plus tard, on apprend que six ans auparavant, Barton avait eu une relation avec la fille d'un membre de son équipage. Le père de la jeune fille l'a tellement maltraitée qu'elle en est morte :

    Barton s'est vengé de cela, et de ce qu'il reprochait avec une amertume encore plus exaspérée - son traitement de la malheureuse fille - par un exercice systématique de ces sévérités terribles et arbitraires que les règlements de la marine mettaient à la disposition de ceux qui sont responsables de sa discipline.

    (Chapitre 9)

    L'homme s'est échappé du navire à Naples mais est mort plus tard dans un hôpital de cette ville.

    Hesselius note qu'il ne peut que faire des conjectures, car il n'était pas présent lors de l'affaire. Il suggère des conditions héréditaires et une maladie du cerveau, bien qu'il admette également que l'"œil intérieur" puisse perdre sa couche protectrice.

    M. le juge Harbottle

    La note d'ouverture de Hesselius sur ce troisième cas indique :

    C'est l'un des cas les mieux déclarés d'ouverture du sens intérieur que j'ai rencontré.

    (Prologue)

    L'histoire est racontée par un certain M. Harman, qui apprend qu'une maison de Westminster est hantée par deux hommes en habits du XVIIIe siècle, l'un d'eux portant une corde. Curieux de découvrir l'histoire de la maison, Harman écrit à un ami (apparemment une sorte d'historien) qui lui renvoie un récit détaillé du juge qui y a habité au XVIIIe siècle.

    Le juge ... avait un grand visage couleur mûre, un gros nez escarbouillé, des yeux féroces et une bouche sinistre et brutale. ... Ce vieux monsieur avait la réputation d'être à peu près l'homme le plus méchant d'Angleterre..."

    (Chapitre 1)

    Un soir de 1746, le juge reçoit un mystérieux visiteur. Lorsque le visiteur s'en va, les serviteurs remarquent que le juge a l'air effrayé. Le juge envoie l'un de ses valets de pied pour accompagner le visiteur chez lui :

    et en aucun cas de se montrer à nouveau sans avoir vérifié où il logeait, et qui il était, et tout ce qui le concernait.

    (Chapitre 2)

    Le visiteur a fait allusion à un tribunal secret, un groupe jacobite, qui cherche à se venger des juges tels que Harbottle. Ils se font appeler la Haute Cour d'appel. Il a également mentionné un prisonnier, Lewis Pykeham, dont le juge doit juger l'affaire prochainement à Shrewsbury.

    Le valet de pied tente d'accompagner le visiteur qui s'échappe. Le juge rejette tout l'incident comme une sorte de tour monté pour l'effrayer. Il se souvient de Lewis Pyneweck avec un certain malaise. Quelque six ans plus tôt, le juge a logé dans la maison de Pyneweck et a eu une liaison avec la femme de Pyneweck :

    Ce vaurien n'avait-il pas un compte à régler avec le juge ? N'avait-il pas été gênant ces derniers temps ? Et ne s'appelait-il pas Lewis Pyneweck, quelque temps épicier à Shrewsbury, et maintenant prisonnier dans la prison de cette ville ?"

    (Chapitre 3)

    Mme Pyneweck est désormais la "gouvernante" du juge, et bien qu'elle n'ait aucun amour pour son mari, elle demande au juge de faire de son mieux pour lui. Le juge répond en veillant à ce que Pyneweck soit pendu.

    De retour à Londres et à l'Old Bailey, le juge est étonné de voir Lewis Pyneweck au tribunal :

    Il étirait son cravate basse avec ses doigts crochus, tout en tournant lentement la tête d'un côté à l'autre - un procédé qui permit au juge de voir distinctement une bande de bleu gonflé autour de son cou, qui indiquait, pensa-t-il, la prise de la corde.

    (Chapitre 4)

    Le juge envoie des greffiers à la recherche de l'homme, mais il s'est volatilisé. Le juge reçoit alors une lettre d'avertissement : il sera jugé devant la Haute Cour d'appel, et elle est signée Caleb Searcher,"Officer of the Crown Solicitor in the Kingdom of Life and Death" (Chapitre 5). Le juge en rit comme d'une farce mais est un peu pâle.

    Il se rend au théâtre et s'arrange pour prendre deux amis dans sa calèche. Il attend un peu et s'assoupit. Il est réveillé par ses deux amis qui montent dans la voiture. Ils claquent la porte et la voiture se met en route. Il découvre cependant que les deux hommes dans la voiture ne sont pas ses amis, et qu'il a été emmené dans un tribunal d'une autre dimension, dirigé par un juge fantôme, le Juge Double :

    une effigie dilatée de lui-même ; une image du juge Harbottle, au moins le double de sa taille, et avec toute sa couleur féroce, et la férocité de ses yeux et de son visage, terriblement améliorée.

    (Chapitre 7)

    Le juge Harbottle est déclaré coupable par un jury d'ombres et condamné à être pendu dans un mois. Il est emmené pour être enchaîné, seule la chaîne est soudée à sa cheville. Son rugissement de douleur le transporte dans son carrosse :

    Ses amis Thavies et Beller ont été surpris par le rugissement du Juge au milieu de leurs élégantes bagatelles à propos d'une affaire de mariage à la mode qui était en cours. Le juge était en proie à la panique et à la douleur. Les lampadaires et la lumière de sa propre porte d'entrée l'ont rétabli."

    (Chapitre 7)

    On lui diagnostique la goutte et on lui conseille de se reposer. Des fantômes sont aperçus dans la maison : Mme Pykeweck voit un homme long et mince avec une corde qui se penche sur les escaliers, et il se tourne et entre dans une pièce. Cependant, lorsque Mme Pykeweck le suit, il disparaît, ne laissant que la corde.

    In a Glass Darkly, un nœud coulant sur un fond sombre, StudySmarterFig. 3 - Le juge Harbottle reçoit un jugement.

    Au matin, le juge est retrouvé :

    pendu par le cou à la rampe en haut du grand escalier, et tout à fait mort.

    (Chapitre 9)

    La chambre du Dragon Volant

    Ce qui intéresse Hesslius, dans cette affaire, c'est l'utilisation de drogues qui provoquent un état catatonique. L'histoire relève davantage du mystère ou du récit à suspense, même si l'expérience de Beckett suggère qu'il devient (brièvement) l'un des morts-vivants, faisant ainsi écho au surnaturel.

    Nous sommes en 1815 et un jeune Anglais naïf (Richard Beckett) voyage à travers la France lorsqu'il est témoin d'un accident, une voiture renversée avec ses passagers bloqués. L'un des passagers est un gentleman âgé, et l'autre est une belle jeune femme. Beckett, fasciné par la femme, les suit jusqu'à une auberge appelée le Dragon Volant. On lui fait croire qu'il sauve la jeune épouse malheureuse du méchant comte St. Alyre.

    Il finit par séjourner au Dragon Volant, où apparemment, à trois reprises, des pensionnaires ont disparu après avoir passé la nuit dans une chambre particulière. Il est drogué avec du café et de la liqueur, ce qui induit un état cataleptique : il reste conscient mais incapable de parler ou de bouger. La comtesse semble d'abord alarmée et crie son nom :

    L'agonie de la dame était grande et bruyante. Elle semblait avoir perdu tout sens de la peur. Elle m'appelait par mon nom, me secouait par l'épaule, soulevait mon bras et le laissait retomber, tout en m'implorant, dans des phrases distrayantes, de faire le moindre signe de vie, et en jurant que si je ne le faisais pas, elle se débarrasserait d'elle-même.

    Ces éjaculations, au bout d'une minute ou deux, se sont soudain calmées. La dame était parfaitement silencieuse et froide. D'une manière très professionnelle, elle prit une bougie et se tint devant moi, pâle, très pâle, mais avec une expression seulement d'examen intense avec une pointe d'horreur. Elle bougea lentement la bougie devant mes yeux, observant manifestement l'effet produit. Elle l'a ensuite posée et a fait sonner deux ou trois fois une cloche à main. Elle plaça les deux valises (je veux dire la sienne contenant les bijoux) et mon coffre-fort, côte à côte sur la table ; et je la vis fermer soigneusement la porte qui donnait accès à la pièce dans laquelle je venais de siroter mon café.

    (Chapitre 23)

    Le comte et le reste de la bande apparaissent et procèdent à la fouille du coffre d'argent et des bagages de Beckett. Ils changent ses vêtements pour une chemise de nuit et un bonnet et il peut les entendre traîner quelque chose dans la pièce adjacente :

    Ils traînaient quelque chose sur le sol qui faisait un boum et un grondement continus, mais ils se sont interposés entre moi et cette chose, de sorte que je ne pouvais pas la voir jusqu'à ce qu'ils l'aient traînée presque à côté de moi ; et alors, ciel miséricordieux ! Je l'ai vu clairement. C'était le cercueil que j'avais vu dans la pièce voisine. Il reposait maintenant à plat sur le sol, son bord contre la chaise sur laquelle j'étais assis. Planard a enlevé le couvercle. Le cercueil était vide.

    (Chapitre 25)

    Le gang organise un simulacre d'enterrement pour se débarrasser de Beckett. Ils le placent dans le cercueil et ont seulement fini de visser le couvercle lorsque les gendarmes arrivent et Beckett est sauvé, bien qu'il devienne une figure d'amusement pour la société parisienne et s'en aille dès qu'il le peut.

    Carmilla

    Brièvement, le docteur Hesselius prend des notes sur le cas :

    impliquant, ce qui n'est pas improbable, certains des arcanes les plus profonds de notre double existence, et de ses intermédiaires."

    (Prologue)

    Carmilla se déroule en Styrie, mais Laura, la narratrice, est anglaise :

    Mon père est anglais, et je porte un nom anglais, même si je n'ai jamais vu l'Angleterre."

    (Chapitre 1)

    Sa mère descend des Karnstein, dont le château en ruine se trouve dans la région. Elle et son père vivent isolés dans un autre château avec un village abandonné :

    Mon père était au service de l'Autriche, et s'est retiré avec une pension et son patrimoine, et a acheté cette résidence féodale, et le petit domaine sur lequel elle se trouve, une bonne affaire."

    (Chapitre 1)

    Les villageois, craignant les vampires, ont abandonné les lieux. Ils reçoivent des nouvelles d'un ami de la famille, un général, qui doit leur rendre visite avec sa nièce. Cependant, la nièce est morte dans des circonstances mystérieuses, que leur ami expliquera à son arrivée :

    Je l'ai perdue, et j'apprends tout maintenant, trop tard. ...Le démon qui a trahi notre hospitalité infatuée a tout fait. Je pensais recevoir dans ma maison l'innocence, la gaieté, une charmante compagne pour ma Berthe perdue. Ciel ! quel idiot j'ai été ! .... Je consacre les jours qui me restent à traquer et à éteindre un monstre.

    (Chapitre 2)

    Pendant ce temps, un accident de calèche se produit à l'extérieur du château. Ses passagers sont une jeune fille appelée Carmilla et sa mère. Carmilla est blessée et est confiée aux soins de Laura et de son père pendant que la mère de Carmilla poursuit son voyage urgent :

    les chevaux plongèrent et s'élancèrent brusquement dans un galop furieux qui menaçait bientôt à nouveau de devenir un galop, et la voiture s'éloigna en tourbillonnant, suivie à la même allure rapide par les deux cavaliers à l'arrière."

    (Chapitre 2)

    La mystérieuse Carmilla ne révèle rien sur elle-même, et a tendance à dormir toute la journée et à faire du somnambulisme la nuit. Laura tombe malade, le médecin observe deux marques de piqûres sur son cou et prévient son père. Ils retrouvent le général, qui explique que sa nièce a été victime d'un vampire. Sa description correspond à celle de Carmilla. Ils trouvent la tombe de Carmilla (qui est Mircalla, comtesse de Karnstein) :

    Les traits, bien que cent cinquante ans se soient écoulés depuis ses funérailles, étaient teintés de la chaleur de la vie.

    (Chapitre 15)

    Ils détruisent le corps après lui avoir enfoncé un pieu dans le cœur et l'avoir décapitée.

    Le corps et la tête furent ensuite placés sur un tas de bois et réduits en cendres, qui furent jetées sur la rivière et emportées, et ce territoire n'a plus jamais été tourmenté par les visites d'un vampire."

    (Chapitre 15)

    In A Glass Darkly - Points clés à retenir

    • In A Glass Darkly de Sheridan Le Fanu (1814 - 1873) est un recueil de cinq nouvelles appartenant au genre de l'horreur et du mystère, publié en 1872.

    • Les histoires, présentées comme les documents posthumes du Dr Martin Hesselius, un enquêteur métaphysique, explorent les thèmes de l'horreur psychologique et de l'étrange.

    • Sheridan le Fanu a emprunté une citation de Saint Paul pour le titre de son livre : 'Pour l'instant, nous voyons à travers un verre, sombrement'.

    • Le Dr Hesselius est un psychiatre qui parle de "l'œil intérieur" (ou "sens intérieur") et propose une solution scientifique.

    • Les histoires de In a Glass Darkly reflètent chacune les aspects les plus sombres de la nature humaine, de la vie et de la mort .
    Questions fréquemment posées en Dans un verre obscur
    Qu'est-ce que 'Dans un verre obscur' en littérature?
    'Dans un verre obscur' est une métaphore utilisée en littérature pour décrire une vision imprécise ou confuse de la réalité.
    Quel est le thème principal de 'Dans un verre obscur'?
    Le thème principal explore la difficulté de percevoir clairement la vérité ou la réalité.
    Quelle est l'origine de l'expression 'Dans un verre obscur'?
    L'expression provient de la Bible, notamment de la Première Épître aux Corinthiens de Saint Paul.
    Comment 'Dans un verre obscur' est-il utilisé en littérature moderne?
    En littérature moderne, cette métaphore est souvent employée pour illustrer des perceptions brouillées ou des incertitudes existentielles.

    Teste tes connaissances avec des questions à choix multiples

    Choisis : Dans Green Tea, un ecclésiastique est poursuivi par un...

    Choisis : Dans The Room in the Dragon Volant, Beckett est droguée à l'aide de...

    À Carmilla, les villageois sont partis à cause de

    Suivant

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Anglais

    • Temps de lecture: 23 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner