Maison sombre

Tu as peut-être entendu parler de Bleak House sous la forme d'une mini-série primée, ou peut-être as-tu lu le livre. Le roman a été publié en 1852 et a été immédiatement acclamé, malgré les accusations de sentimentalisme et de manque de réalisme formulées par ses détracteurs. Bleak House a été adapté au théâtre, au cinéma, à la radio et à la télévision. Mais de quoi s'agit-il ?

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Maison sombre Maison sombre

Crée des supports d'apprentissage sur Maison sombre avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    De Bleak House de Charles Dickens : Résumé

    Dickens a écrit Bleak House pour protester contre les tribunaux de Chancery. Il y avait d'autres thèmes, mais l'intrigue repose sur le thème principal de la chancellerie et de son inefficacité.

    La chancellerie était un tribunal qui supervisait les affaires d'héritage, les testaments et les œuvres contestées. Les affaires pouvaient durer des mois, voire des années, jusqu'à ce que les coûts de l'affaire engloutissent effectivement l'héritage ou la succession. Bleak House se déroule à l'apogée de cette inefficacité.

    Les orphelins Ada Clare et Richard Carston sont des pupilles de la chancellerie. Cela signifie qu'ils risquent d'attendre des années avant de recevoir le moindre signe d'héritage. Ils sont emmenés à vivre avec leur cousin Mr Jarndyce dans sa maison, appelée Bleak House. Une autre pupille orpheline, Esther Summerson, les rejoint.

    Pendant ce temps, l'avocat Mr Tulkinghorn rend visite à Lady Dedlock, qui est liée de loin à l'affaire Jarndyce. Elle s'ennuie ferme jusqu'à ce qu'elle aperçoive une écriture sur l'un des documents apportés par Tulkinghorn. Elle tente alors de découvrir l'identité de l'auteur.

    Tulkinghorn emploie l'inspecteur Bucket pour suivre Lady Dedlock et découvrir son secret. Tulkinghorn est assassiné et l'inspecteur Bucket commence à enquêter sur sa mort.

    Ada, Richard et Esther se rapprochent à Bleak House. Richard s'essaie à diverses vocations sans s'engager dans aucune d'entre elles. Richard croit qu'il recevra un grand héritage, malgré les avertissements de Jarnyce qui lui disent que c'est peu probable. Richard et Ada tombent amoureux et se marient.

    Esther découvre que sa marraine, qui l'a élevée, était en fait sa tante. Elle se lie d'amitié avec Lady Dedlock, qui s'intéresse particulièrement à elle. Esther rencontre également Allan Woodcourt, un jeune chirurgien qui tombe amoureux d'elle mais qui doit se rendre en Inde pour son travail.

    Esther découvre que sa véritable mère était Lady Dedlock. Elles s'unissent au cimetière où le père d'Esther est enterré. Lady Dedlock meurt dans les bras d'Esther.

    Richard Carstone est obsédé par l'affaire de la chancellerie. Lorsqu'elle se termine enfin, il ne reste plus rien de l'héritage, qui a été englouti dans les frais. Richard s'effondre de mauvaise santé et de désespoir et meurt.

    Esther est brièvement fiancée à John Jarndyce, mais Woodcourt revient. Lorsque Jarndyce découvre les sentiments d'Esther et d'Allan l'un pour l'autre, il libère Esther de ses fiançailles. Esther et Allan se marient.

    Esther met fin au récit après sept ans. Allan et Esther vivent désormais dans la maison que John Jarndyce leur a léguée. Ils ont deux filles, et Ada et son fils vivent avec le cousin John comme tuteur à Bleak House.

    Remarque : la maison de John Jandyce, Bleak House, est peut-être inspirée d'une véritable maison de Broadstairs où Dickens séjournait pendant l'été. Appelée à l'origine Fort House, elle donne sur la mer. Cependant, Dickens a déplacé le bâtiment dans le Hertfordshire.

    Bleak House: Personnages

    John Jarndyce: joyeux, bienveillant et philanthrope. John Jarndyce est un sage du monde et en particulier des maux de la chancellerie. Il est le tuteur d'Ada, de Richard et d'Esther, et essaie de les aider autant qu'il le peut.

    Ada Clare: brillante, joyeuse et affectueuse. Ada est vulnérable et devient rapidement comme une jeune sœur pour Esther. Elle a une confiance totale en Richard, qu'elle épouse, bien qu'elle ait des doutes et des craintes pour sa santé. L'obsession croissante de Richard pour la chancellerie l'inquiète, mais elle le soutient.

    Richard Carstone: agréable, facile et un peu rêveur. Richard essaie plusieurs métiers différents, convaincu à chaque fois que c'est le bon, pour ensuite s'en désintéresser et courir après autre chose. Il se distrait surtout en rêvant de toucher un gros héritage grâce à l'affaire Jarndyce et Jarndyce, et construit donc des châteaux dans les airs. Sa santé se détériore en raison de son obsession croissante pour les aspects juridiques de l'affaire.

    Esther Summerson: tranquille, élevée de façon stricte mais sans aucune idée de l'identité de ses parents. Esther est discrète et désireuse de plaire et de se rendre utile. Son caractère est plus fort et plus résolu que celui d'Ada ou de Richard. Elle résiste aux malheurs et est à la fois la confidente et l'infirmière d'Ada et de Richard.

    Lady Dedlock semble imperméable au monde, à la société et même à la vie. Elle semble également s'ennuyer en permanence. Elle est mariée à Sir Leicester Dedlock qui est beaucoup plus âgé mais riche, et qui la vénère. Elle a gardé un secret à l'égard du monde pendant près de vingt ans.

    Hortense est la bonne française de Lady Dedlock. Elle est secrète, vindicative et impitoyable. Après que Lady Dedlock a pris un nouveau domestique, Hortense est furieuse et jalouse :

    Elle resta parfaitement immobile jusqu'à ce que la voiture ait tourné dans l'allée, puis, sans la moindre déconvenue, fit glisser ses chaussures, les laissa sur le sol et marcha délibérément dans la même direction à travers l'herbe la plus mouillée.

    "Cette jeune femme est-elle folle ?" dit mon tuteur.

    "Oh, non, monsieur !" dit le gardien qui, avec sa femme, s'occupait d'elle. "Hortense n'est pas de ce genre. Elle a un couvre-chef aussi bon que les meilleurs. Mais elle est mortellement haute et passionnément haute et passionnément puissante...

    (Ch. 18)

    Plus tard, Hortense se déguise en Lady Dedlock pour tenter de la faire accuser du meurtre de Tulkinghorn.

    Sir Leicester Dedlock est riche, tranquille et ennuyeux. Il possède toute l'arrogance tacite du privilège. Sa dévotion pour Lady Dedlock est presque aussi grande que sa dévotion pour sa position. Après la mort de cette dernière, Sir Leicester est victime d'une attaque cérébrale et se retire dans sa maison de campagne.

    Jo le cantonnier: personnage mineur, Jo agit comme un catalyseur pour Esther et son passé. Il se souvient de son père "lui qui était très bon pour moi, très bon pour moi en effet" (Ch.47), et Lady Dedlock découvre grâce à lui où le père d'Esther est enterré. Il est également un témoin dans l'enquête sur le meurtre. Cependant, l'utilisation que Dickens fait de Jo est bien plus large que cela. Jo représente également la pauvreté des enfants, un problème important dans la société victorienne.

    Tulkinghorn: l'avocat des Dedlocks. Tulkinghorn est froid, secret et ambitieux. Il déteste Lady Dedlock, et dès qu'il découvre qu'elle a un secret, il mène l'enquête pour exercer son pouvoir sur elle.

    Inspecteur Bucket : l'infatigable inspecteur Bucket est cordial avec tout le monde, et c'est aussi comme cela qu'il obtient des informations. Il a une façon bien à lui de remuer l'index :

    Lorsque M. Bucket est saisi d'une affaire d'un intérêt aussi pressant, son gros index semble s'élever, à la dignité d'un démon familier. Il le porte à ses oreilles, et il murmure des informations ; il le porte à ses lèvres, et il lui enjoint de garder le secret ; il le frotte sur son nez, et il aiguise son odeur ; il l'agite devant un coupable, et il le charme jusqu'à sa destruction. ... quand M. Bucket et ce doigt seront en grande conversation, on entendra bientôt parler d'un terrible vengeur. (Ch. 53)

    En reconstituant ses informations, comme un puzzle, Bucket parvient enfin à découvrir le meurtrier.

    Bleak House: Analyse

    BleakHouse est le premier des romans "sombres" de Dickens : l'optimisme de Pickwick Papers (1836) et le sentiment de David Copperfield (1849) sont remplacés par l'humour de potence, l'ironie et des commentaires sociaux mordants.

    Dickens a abordé plusieurs sujets dans Bleak House:

    • la pauvreté et les bidonvilles de Londres
    • la chancellerie
    • le mauvais gouvernement politique

    Un autre sujet qu'il aborde est ce que Dickens décrit comme la "philanthropie télescopique". On le voit chez Mme Jellyby, qui est tellement absorbée par son travail de charité à l'étranger qu'elle ne se soucie absolument pas du bien-être de ses propres enfants.

    Certains des thèmes abordés dans Bleak House, tels que la pauvreté et la chancellerie, étaient déjà apparus dans des romans antérieurs, notamment Pickwick Papers (1836), Oliver Twist (1838) et A Christmas Carol (1843). Pour la première fois, Dickens a rassemblé tous ces thèmes en un seul monde. Il "anatomise alors l'ensemble de la société contemporaine".¹

    Peter Ackroyd a qualifié Bleak House de "gothique urbain".² Bleak House contient effectivement des traces d'éléments gothiques : de vieilles maisons, des secrets de famille, un fantôme (la promenade du fantôme à Chesney Wold) et, en particulier, le mystère du meurtre et de l'identité - quel est le secret de Lady Dedlock, qui est la véritable mère d'Esther Summerson et qui a assassiné l'avocat au cœur froid Tulkinghorn ?

    Bleak House est différent des précédents livres de Dicken en ce sens qu'il s'agit de sa première aventure dans le domaine du mystère policier. Le meurtre de Tulkinghorne n'est pas tout à fait au centre de l'intrigue, mais il l'influence. L'enquête sur le meurtre est menée par le détective de Dickens, l'infatigable inspecteur Bucket (qui s'est peut-être inspiré du vrai détective Field).

    Charles Frederick Field était membre de Scotland Yard au milieu du 19e siècle. Après sa retraite, il est devenu détective privé. Il était un héros particulier de Charles Dickens, qui a écrit sur lui (et sur d'autres policiers) dans Household Words . Field présente plusieurs similitudes avec l'inspecteur Bucket et il est probable que Dickens ait basé son personnage sur Field.

    Bleak House: Thèmes

    De nombreux thèmes se retrouvent dans Bleak House. Le premier est celui des maux de la chancellerie, la raison pour laquelle Dickens a écrit Bleak House en premier lieu. En tant que jeune journaliste, Dickens connaissait très bien la Cour de chancellerie et ses affaires longues et interminables :

    C'est la Cour de Chancery, qui a ses maisons délabrées et ses terres en friche dans chaque shire, qui a ses fous usés dans chaque asile et ses morts dans chaque cimetière, ... qui épuise tellement les finances, la patience, le courage, l'espoir, ... qu'il n'y a pas un homme honorable parmi ses praticiens qui ne donnerait pas - qui ne donne pas souvent - l'avertissement, "Souffrez tout le mal qu'on peut vous faire plutôt que de venir ici !".

    (Ch.1)

    Pour introduire la misère de la chancellerie, Dickens adopte le brouillard comme métaphore :

    Du brouillard partout. Le brouillard en amont du fleuve, où il coule parmi les aits verts et les prairies ; le brouillard en aval du fleuve, où il roule souillé parmi les paliers de la navigation et les pollutions du bord de l'eau d'une grande (et sale) ville.

    (Ch. 1)

    La description du brouillard par Dickens a deux objectifs : physique et symbolique. Il fait partie intégrante du paysage de la ville polluée, humide et boueuse. Un dinosaure est même mentionné pour indiquer à quel point Londres ressemble à un marécage préhistorique :

    ... il ne serait pas merveilleux de rencontrer un Megalosaurus, long d'une quarantaine de pieds, se dandinant comme un lézard éléphantesque sur Holborn Hill....

    (Ch.1)

    Le brouillard est également utilisé comme symbole de la chancellerie, du brouillard juridique qui l'habite et qui empêche d'y voir clair :

    ... au cœur même du brouillard, siège le Lord High Chancellor dans sa Haute Cour de Chancery. Jamais le brouillard ne sera trop épais, jamais la boue et la fange ne seront trop profondes pour s'accorder avec l'état de tâtonnement et de flottement dans lequel se trouve aujourd'hui cette Haute Cour de Chancery, la plus pestilentielle des pécheresses, aux yeux du ciel et de la terre.

    La confusion et l'incohérence qui règnent à l'intérieur de la chancellerie sont aussi denses que le brouillard qui règne à l'extérieur et embrouillent le cerveau de beaucoup de ceux qui y entrent, semble dire Dickens.

    La pauvreté, la vie des pauvres et les enfants abandonnés sont d'autres thèmes centraux de Bleak House.

    Jo, le balayeur, représente à la fois la pauvreté des enfants des rues et une partie de l'enfance de Dickens. Enfant, Dickens avait été envoyé travailler pour son oncle et n'a jamais oublié l'humiliation et le sentiment d'abandon. En tant que romancier, il a parfois été critiqué pour sa représentation apparemment trop sentimentale des enfants et des pauvres.

    Dickens est resté préoccupé tout au long de sa vie par le bien-être des défavorisés de la société, et ses écrits ont toujours cherché à réformer. La mort de Jo est l'occasion pour Dickens de rappeler à la société que cela fait partie de la vie quotidienne dans des villes comme Londres :

    Mort, votre Majesté. Morts, mes seigneurs et messieurs. Morts, révérends et révérends de tout ordre. Morts, hommes et femmes, nés avec la compassion céleste dans vos cœurs. Et qui meurent ainsi autour de nous chaque jour.

    (Ch. 47)

    Les Jellyby, bien que présentés avec humour, sont un autre exemple d'abandon. Mme Jellyby est tellement occupée à organiser des œuvres de charité pour les pauvres d'autres continents qu'elle n'a pas d'yeux pour ses propres enfants, qui grandissent dans un foyer désorganisé et inconfortable.

    Esther a souffert de la même façon : elle a été élevée par sa tante comme "une enfant du péché". Sa vraie mère l'a crue morte à la naissance. Esther a été privée de parents, en partie par malchance, mais aussi par la jalousie de sa tante.

    Critique littéraire de Bleak House

    Comment Bleak House a-t-il été accueilli ? Dans la préface de Bleak House, Dickens écrit : "Je crois que je n'ai jamais eu autant de lecteurs que pour ce livre" (Dickens, Bleak House, 1852).

    Tandis que ses lecteurs continuent d'en savourer chaque mot, les critiques de Dickens sont moins favorables. Ses détracteurs l'ont attaqué pour son sentimentalisme et son manque de réalisme. L'une des raisons possibles de cette réaction pourrait être l'inclusion par Dickens de la combustion spontanée. Certains de ses lecteurs ont estimé que cette idée était trop incroyable, trop invraisemblable pour fonctionner.

    L'affirmation selon laquelle il était sentimental et irréaliste est probablement basée sur le thème des enfants négligés et des naufragés sociaux dans le roman. Ce thème a toujours été un sujet récurrent favori dans les écrits de Dickens, basé autant sur son expérience personnelle que sur son observation de la société qui l'entoure.

    Entre-temps, le public a ignoré les critiques et les ventes mensuelles ont grimpé en flèche pour atteindre entre 34 000 et 42 000 exemplaires.

    On parle de combustion spontanée lorsqu'un objet prend feu sans cause apparente. Dickens applique ce principe à un personnage secondaire de Bleak House, M. Krook, qui disparaît en laissant derrière lui un tas de cendres. Bien que des cas aient été rapportés depuis le XVIIe siècle, il existe peu de preuves scientifiques permettant d'affirmer qu'il s'agit d'un phénomène véritablement spontané.

    Bleak House a été reconnu comme l'une des plus grandes œuvres de Dickens, même si elle n'est peut-être pas la plus aimée. Il l'a écrite à une époque difficile et "sombre" de sa vie, et cela transparaît dans le livre, ajoutant à son humour noir, à son atmosphère, à son mystère et à sa profondeur.

    Bleak House: Dispositifs littéraires

    BleakHouse est un récit divisé entre l'omniscience de l'auteur et le point de vue à la première personne d'Esther. Adopter deux types de narration permet de varier les situations et aide l'auteur à ajouter de la tension : chaque fois que la narration passe à une autre, elle crée une accroche, ou une question ouverte. Le lecteur veut savoir ce qui se passe ensuite, et lit donc la suite pour le découvrir.

    La narration est partagée entre Esther (à la première personne) et la voix omnisciente de l'auteur. Cela permet au lecteur de découvrir la vie d'Esther de près, tout en suivant les autres personnages de l'histoire. Ce genre de variété permet de maintenir l'intérêt et d'accrocher l'imagination du lecteur.

    La voix

    Dickens écrit une grande partie de Bleak House au présent. Cela donne au texte un caractère immédiat et permet au lecteur de suivre de près les événements et les personnages. Le présent n'est rompu que par Esther, dont le récit à la première personne est écrit au passé. Cela donne au lecteur une forme d'assurance puisqu'Esther écrit un souvenir, il est donc peu probable que nous la perdions avant la fin. La voix à la première personne d'Esther permet au lecteur une autre forme de gros plan, et donc de vivre l'histoire à travers ses yeux.

    Partis en fumée

    M. Krook, aussi appelé ironiquement "Lord Chancellor", est un personnage mineur du roman, le propriétaire du père d'Esther, qui disparaît soudainement. Ses cendres sont découvertes dans l'arrière-boutique de son magasin de chiffons et de bouteilles :

    Voici une petite plaque de plancher brûlée ; voici l'amadou d'un petit paquet de papier brûlé, mais moins léger que d'habitude, semblant être imprégné de quelque chose ; et voici - est-ce la cendre d'une petite bûche de bois carbonisée et brisée, saupoudrée de cendres blanches, ou est-ce du charbon ? Oh, horreur, il est là ! Et ceci d'où nous nous enfuyons, éteignant la lumière et nous renversant les uns les autres dans la rue, est tout ce qui le représente.

    (Ch.32)

    M. Krook est mort d'une combustion spontanée, selon Dickens. Cette scène a été jugée invraisemblable par ses détracteurs. Cependant, sa symbolique est puissante. Dickens utilise le procédé de la combustion spontanée comme métaphore "de la menace d'explosion qui se cache sous un tissu social en décomposition, ainsi que de toute l'énergie puissante et même féroce de l'époque.

    (Ackroyd, Dickens, 2005)

    Dickens voyait la société malade de son époque comme un volcan prêt à entrer en éruption. Les injustices qu'il voyait autour de lui à tous les niveaux de la société, la pauvreté et le désespoir des gens, semblaient prêts à exploser. Il utilise Krook comme symbole de la maladie, de la corruption de la société, et l'associe à nouveau à la chancellerie. Pour Dickens, Krook "est mort de la mort de tous les lords chanceliers dans tous les tribunaux et de toutes les autorités dans tous les lieux, sous tous les noms, où l'on fait de faux semblants et où l'on commet des injustices" (Ch.32).

    Bleak House - Principaux enseignements

    • Bleak House a été publié en 1853.
    • Charles Dickens a écrit Bleak House pour protester contre les cours de justice de Chancery.
    • BleakHouse est le premier roman policier de Dickens
    • Les thèmes de Bleak House comprennent l'inefficacité du système juridique, la médiocrité du gouvernement et la pauvreté.
    • BleakHouse a connu un énorme succès lors de sa première publication, malgré des critiques négatives.
    • Bleak House traite des systèmes juridiques inefficaces, de l'héritage et des problèmes sociaux.

    Graham Storey, Charles Dickens, Bleak House, 1987

    ² Peter Ackroyd, Dickens, 2005

    Clarie Tomalin, Charles Dickens : a life, 2011

    Questions fréquemment posées en Maison sombre
    Qu'est-ce que Maison sombre?
    Maison sombre est un thème récurrent en littérature, souvent utilisé pour symboliser le mystère, la peur, ou les secrets inavoués.
    Pourquoi les écrivains utilisent-ils la Maison sombre?
    Les écrivains utilisent la Maison sombre pour créer une atmosphère de suspense et d'angoisse, renforçant le mystère de l'intrigue.
    Quels sont des exemples célèbres de la Maison sombre en littérature?
    Des exemples célèbres incluent Villette de Charlotte Brontë et Le Château d'Otrante de Horace Walpole.
    Comment la Maison sombre influence-t-elle les personnages?
    La Maison sombre influence les personnages en exacerbant leurs peurs et leurs conflits internes, souvent les poussant à révéler ou affronter des vérités cachées.

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Anglais

    • Temps de lecture: 19 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner