Petite île

Small Island (2004) est un roman d'Andrea Levy, une auteure britannique noire d'origine jamaïcaine. Le roman raconte l'histoire de deux immigrants de Windrush, Gilbert et Hortense, qui vivent et survivent en Grande-Bretagne. En Grande-Bretagne, ils sont confrontés à des personnes qui ont du mal à les comprendre et à les accepter, comme les personnages de Queenie, Bernard et - semble-t-il - toute l'Angleterre. Le roman aborde des questions sensibles de discrimination raciale et de violence tout en trouvant de la légèreté et de l'espoir dans de petits moments de connexion et de chance.

C'est parti Inscris-toi gratuitement
Petite île Petite île

Crée des supports d'apprentissage sur Petite île avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Small Island: résumé

    Tu trouveras ci-dessous un tableau qui résume les caractéristiques importantes de Small Island à mémoriser.


    Vue d'ensemble : Petite île

    Auteur de Petite îleAndrea Levy
    GenreFiction historique, littérature postcoloniale
    Période littérairePostmodernisme, fiction du vingt-et-unième siècle
    Première publication2004
    Résumé succinct de Petite île
    • Un roman qui raconte l'histoire de quatre personnages : Gilbert et Hortense, un couple de Jamaïcains qui s'installe en Angleterre après la Seconde Guerre mondiale, et Queenie et Bernard, leurs propriétaires britanniques blancs.
    • Le roman explore les thèmes de l'identité, de la race et du colonialisme, et met en lumière les expériences des immigrants jamaïcains dans la Grande-Bretagne de l'après-guerre.
    Liste des personnages principauxHortense, Gilbert, Queenie, Bernard
    ThèmesLes femmes et le patriarcat, la race, l'appartenance, l'identité, l'ambition.
    CadreLondres en 1948.
    AnalyseLe roman est structuré de façon non linéaire, faisant des allers-retours entre les perspectives des quatre personnages principaux. À travers leurs expériences, le roman dépeint la nature complexe et souvent délicate des relations interraciales, ainsi que les défis auxquels les immigrants sont confrontés lorsqu'ils s'adaptent à une nouvelle culture et à une nouvelle société.

    Small Island d'Andrea Levy : résumé de l'intrigue

    Small Island suit la vie et les expériences de quatre protagonistes : Hortense et Gilbert Joseph, et Queenie et Bernard Bligh. La narration alterne entre les quatre, les chapitres se déroulant soit dans la période "Avant", soit dans le moment présent, en 1948. Les chapitres qui se déroulent dans le présent, en 1948, s'intercalent entre les longues parties de l'histoire des personnages.

    Le prologue de Queenie

    Le roman s'ouvre sur un prologue où Queenie, enfant, se rend à l'exposition de l'Empire britannique, où elle rencontre un homme noir à qui elle serre la main. Son père n'en est pas ravi, mais dit que c'était bien de lui serrer la main parce qu'il s'agissait probablement d'un prince "civilisé".

    Le récit d'Hortense

    Le premier chapitre s'ouvre sur l'arrivée d'Hortense Joseph en Angleterre en 1948 et sa rencontre avec Queenie à la porte de sa maison. Le mari d'Hortense, Gilbert Joseph, a loué une chambre minable avec elle et c'est là qu'ils vivront tous les deux : "Juste ça ? Tu m'as fait venir jusqu'ici juste pour ça ?".

    Hortense est la première à partager l'histoire de sa vie en Jamaïque. Hortense est la fille d'un homme important de la classe supérieure et d'une servante sans éducation, Alberta. Il a été convenu qu'Hortense serait élevée par les cousins de son père, les coincés M. Philip et Mlle Ma, et que la mère d'Alberta, Mlle Jewel, travaillerait comme servante pour la famille et élèverait Hortense. Hortense grandit avec leur fils, Michael Roberts, pour qui elle a le béguin.

    À quinze ans, elle termine ses études et commence à enseigner dans une école dirigée par des missionnaires américains, Mr et Mrs Ryder. Un jour, un ouragan frappe et Hortense se réfugie dans l'école avec Mme Ryder. Michael les trouve et réconforte Mme Ryder et non Hortense. Pendant ce temps, Mr Ryder a eu un accident de voiture dans l'ouragan et est mort. Hortense annonce que Michael et Mme Ryder étaient seuls dans l'école, ce qui conduit Michael à partir brusquement en Angleterre pour rejoindre la RAF. Plus tard, Hortense apprend que Michael a disparu et est présumé mort.

    Hortense commence à enseigner dans une autre école et prend pension chez le directeur. Elle rencontre Gilbert, qui vient de rentrer après avoir combattu dans la RAF. Gilbert prévoit d'aller vivre en Angleterre avec sa petite amie et amie d'Hortense, Celia Langley. Mais Hortense lui propose de payer son voyage s'il l'emmène avec lui à la place. Les deux se marient rapidement et Gilbert part pour l'Angleterre. Le roman bascule ensuite dans le présent, où Hortense fait dormir Gilbert dans un fauteuil et où elle n'arrive pas à s'endormir à cause des souris présentes dans la pièce.

    Le récit de Gilbert

    Nous entendons ensuite l'histoire de Gilbert. Gilbert s'est engagé dans la RAF et a été envoyé en Virginie, aux États-Unis, où il est victime de discrimination raciale et des lois Jim Crow. De retour en Angleterre, il est envoyé dans le Yorkshire pour occuper un emploi peu glorieux de chauffeur et de shifter de charbon, et il continue d'être confronté à la discrimination.

    Un jour, il ramène chez lui un malade mental égaré et se retrouve sur le pas de la porte de Queenie Bligh, la belle-fille de cet homme. Queenie lui est reconnaissante de l'avoir aidé à ramener Arthur et les deux deviennent amis. Gilbert et Queenie vont voir un film ensemble et une bagarre éclate lorsque Gilbert refuse de s'asseoir à l'arrière à la demande des soldats américains racistes présents. Au cours de la bagarre, un policier tire accidentellement sur Arthur Bligh et le tue.

    Gilbert retourne en Jamaïque en 1947 et la trouve trop petite pour lui ; il souhaite retourner en Angleterre pour y trouver de meilleures opportunités. Son cousin Elwood, quant à lui, est un fier Jamaïcain. Elwood incite Gilbert à investir dans les abeilles, mais le plan tourne mal et Gilbert se retrouve dans une situation plus difficile.

    Le présent

    Le point de vue narratif passe à Hortense dans le présent. Hortense s'emmitoufle contre le froid et fait face à la conversation ignorante, mais bien intentionnée, de Queenie.

    Le récit de Queenie

    Ensuite, c'est l'histoire de Queenie qui nous est racontée. Fille de boucher, elle a reçu une éducation terne dans une ferme du nord de l'Angleterre. Elle déménage à Londres et séjourne chez sa tante Dorothy. Elle rencontre Bernard Bligh à la confiserie et commence à lui faire une cour décevante. De retour à la boutique un soir, elle découvre que tante Dorothy est morte d'une attaque cérébrale. Terrifiée à l'idée de retourner à la ferme, elle accepte d'épouser Bernard.

    La Grande-Bretagne annonce alors la guerre avec l'Allemagne et Londres est bombardée. Queenie trouve un emploi dans un centre de repos et Bernard est déployé à l'étranger avec la RAF. Queenie laisse les soldats de la RAF séjourner chez elle, dont le charmant Michael Roberts ; ils couchent ensemble avant qu'il ne parte.

    Le présent

    En 1948, nous accompagnons Gilbert dans sa recherche d'emploi, mais il est refusé à cause de la couleur de sa peau. Il trouve un emploi de chauffeur de facteur et continue d'être confronté au racisme. Après une dure journée, Gilbert est furieux qu'il n'y ait pas de bonne nourriture à manger et sort en trombe. Dans la rue, il trouve une gentille vieille dame qui lui demande s'il va bien et lui donne un bonbon.

    Dans le présent, Queenie emmène Hortense faire des courses et lorsqu'elles rentrent à la maison, Bernard les attend.

    Le récit de Bernard

    Le dernier narrateur, Bernard, commence son récit. Bernard a été stationné en Inde, et il considère l'endroit et les gens avec hostilité et préjugés. Bernard est maladroit, lâche et plus âgé que les autres soldats, mais il parvient à se faire un ami, Maxi. De nombreux soldats, dont Maxi, sont fatigués des conditions de vie et veulent rentrer chez eux. Maxi organise une réunion pour planifier une grève, mais Bernard est trop lâche pour s'y joindre. La caserne prend feu et la plupart des hommes à l'intérieur, y compris Maxi, meurent. Bernard est envoyé en prison pour avoir abandonné le garde afin d'éteindre le feu. Après avoir été libéré, il couche avec une jeune prostituée et, craignant d'avoir contracté la syphilis, il vit à Brighton pendant deux ans, trop honteux pour affronter Queenie.

    Les derniers chapitres

    Les derniers chapitres se déroulent dans le présent, en 1948. Bernard est en colère contre Queenie pour avoir loué la chambre à des locataires noirs et suggère de les mettre à la porte et de déménager en banlieue. Un autre jour, Hortense va postuler pour un emploi d'enseignante, mais elle est rejetée parce que ses qualifications jamaïcaines ne valent rien en Angleterre, et à cause de la couleur de sa peau.

    Un jour, Queenie entre inopinément en travail et Hortense l'aide à donner naissance à un bébé illégitime et métis. Pensant que le père est Gilbert, Bernard lui donne un coup de poing. Queenie explique tout à Bernard : Michael n'est pas mort à la guerre, il est revenu et ils ont passé trois jours ensemble avant qu'il ne parte pour Toronto. Au départ, elle ne voulait pas du bébé, mais elle a fini par l'accepter.

    Un autre locataire, Winston, a acheté une maison et propose à Gilbert et Hortense de l'aider à la remettre en état et à emménager. Hortense le laisse dormir dans son lit pour la première fois. Le temps passe et Bernard s'attache au bébé, mais Queenie sait qu'il ne pourrait pas être un bon père pour un enfant noir et supplie Hortense et Gilbert de le prendre et de l'élever comme leur propre enfant. Ils acceptent et Hortense trouve de l'argent et une photo de Queenie cousue dans le pull du bébé.

    Small Island: les personnages

    Jetons un coup d'œil aux principaux personnages du roman.

    Hortense

    Hortense est une fière Jamaïcaine qui a un sentiment de supériorité exagéré, mais qui apprend à avoir moins de préjugés, tout en conservant son estime de soi. Son aspiration à devenir enseignante en Angleterre est écrasée par le racisme. Elle attend beaucoup de l'Angleterre et a des préjugés à l'égard des personnes qu'elle considère comme étant de basse classe. L'idée qu'elle se fait d'elle-même est due au fait que son père est un homme important et à la couleur claire de sa peau, le miel.

    Avec un tel visage, j'avais une chance de vivre une vie dorée. Après tout, que pouvait donner l'Alberta ? Des pieds noirs et nus qui sautent sur des pierres. Si on me confiait aux cousins de mon père, je pourrais apprendre à lire, à écrire et à calculer toutes les tables de multiplication. Et plus encore. Je pourrais devenir une dame digne de mon père, où qu'il soit.

    - Chapitre 3.

    Cependant, au fil du roman, après avoir été maltraitée en raison de la couleur de sa peau, son caractère se développe et elle est plus gentille avec les personnes qu'elle considère comme inférieures à elle. Lorsqu'un Jamaïcain à l'allure miteuse lui fait la conversation, elle lui répond avec une gentillesse inhabituelle :

    ''Il fait froid aujourd'hui, Mademoiselle'', lui dit-il.

    ...

    Elle l'a regardé, de sa tête enveloppée d'un foulard, en passant par son pantalon bouffant taché, jusqu'à ses chaussures sales. Elle a regardé rapidement autour d'elle et, en un clin d'œil, elle est revenue à cet homme. Et elle lui répondit : "J'ai découvert que c'est un pays très froid".

    L'homme inclina à nouveau son chapeau. 'Ah, très froid, Mademoiselle', marmonna-t-il en continuant à avancer, 'très froid'.'

    - Chapitre cinquante et un.

    Gilbert

    Gilbert a servi dans la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale et devient chauffeur postal. Comme Hortense, Gilbert trouve la Jamaïque étouffante et veut s'installer en Angleterre pour poursuivre ses ambitions. Et, comme Hortense, ses ambitions sont écrasées à cause de la couleur de sa peau. Gilbert a un caractère fort et se défend lorsqu'il est maltraité par les autres, et il a un sens aigu de la dignité. Il affronte Bernard à la fin du roman :

    "Écoute-moi, mec, nous venons tous les deux de terminer une guerre - une guerre sanglante - pour le monde meilleur que nous voulons voir. Et du même côté - toi et moi. Nous regardons tous les deux les autres hommes pour voir l'ennemi. Toi et moi, nous nous battons pour l'empire, nous nous battons pour la paix. Et pourtant, après tout ce que nous avons souffert ensemble, tu me dis que je ne vaux rien et que tu ne vaux rien. Dois-je être le serviteur et toi le maître pour toujours ? Non. Arrête ça, mec. Arrête tout de suite. Nous pouvons travailler ensemble, M. Bligh. Tu ne vois pas ? Il le faut. Sinon, tu vas te battre contre moi jusqu'à la fin ?

    - Chapitre cinquante-neuf.

    Queenie

    Queenie est une femme blanche bien intentionnée, qui nourrit néanmoins des opinions ignorantes et racistes. Par exemple, lorsqu'elle voit une photo du père de Michael Roberts, elle dit qu'il ressemble à un "chimpanzé habillé" et elle fétichise les hommes noirs - de l'homme africain qu'elle rencontre enfant à l'Empire Exhibition à Michael Roberts, avec qui elle a une liaison. Mais Queenie a un sens aigu de l'injustice, ce qui la conduit à devenir végétarienne lorsqu'elle était enfant, et ce qui l'amène à compatir à la lutte des immigrés des Caraïbes.

    Queenie est étouffée par son mariage avec Bernard, qui veut la confiner à l'espace domestique et étouffe sa sexualité. Avec Michael, elle connaît une sorte d'éveil sexuel qui l'amène à s'interroger sur son identité.

    'Ce n'était pas moi. Mme Queenie Bligh, elle n'était même pas là... Mme Queenie Bligh ne ferait jamais une chose pareille. Celle-là, Mrs Bligh, réfléchissait généralement à ce qu'elle pourrait faire pour le dîner pendant les relations sexuelles avec son mari. Mais cette femme, s'il n'y avait pas eu le black-out, aurait pu illuminer Londres".

    - Chapitre 29.

    Bernard

    Avant la guerre, Bernard travaillait comme employé de banque ; pendant la guerre, il a servi dans la RAF. Bernard est un personnage difficilement rachetable, son ignorance et son racisme manifestes en font un antagoniste évident. C'est aussi un homme lâche qui veut contraindre sa femme, Queenie. Dans les chapitres consacrés à Bernard, on entrevoit la complexité de son caractère. Par exemple, il souhaite que ce soit lui qui ait été tué à la guerre, et non son ami Maxi. Cependant, Bernard ne parvient pas à évoluer au cours du roman, restant ignorant même dans les derniers moments du roman :

    'Je suis désolé... mais je n'arrive pas à comprendre un seul mot de ce que tu dis.'

    - Chapitre cinquante-neuf.

    Petite île: analyse

    Voyons quelques analyses qui résument des passages clés du roman.

    Les procédés littéraires

    Jetons un coup d'œil aux principaux procédés littéraires utilisés dans Petite île.

    Dispositifs narratifs

    Le roman est raconté à partir de plusieurs voix narratives, ce qui donne aux personnages centraux la possibilité de parler en leur nom propre et de raconter leur propre histoire de manière intime. De plus, la narration de chaque personnage a unstyle narratif différent qui lui est propre.

    La narration de Bernard est guindée et consciente d'elle-même, étant composée de phrases courtes détaillant des faits, avec peu d'embellissement. Ce style narratif des chapitres de Bernard révèle sa personnalité lâche et consciente d'elle-même :

    Je n'avais pas voulu la guerre. Aucun d'entre nous ne l'avait voulue. Et je n'ai jamais voulu être en Inde. Mais (je l'admets) cela a donné un coup de fouet à cet employé de banque d'âge moyen qui pensait que sa vie était réglée. J'ai même commencé à siffler (rien d'extraordinaire) maintenant que je faisais partie d'une équipe : 298 Repair and Salvage Unit. Formé et testé par la RAF - mécanicien (moteurs) - et fier d'être un erk.

    - Chapitre trente-six.

    Chronologie

    Small Island est raconté dans un ordre non linéaire. En fait, les chapitres se déroulant dans le passé occupent la majorité du texte, ce qui souligne l'importance de comprendre le passé pour comprendre le présent, et pourquoi les gens en viennent à être et à agir d'une certaine façon.

    Les procédés comiques

    Small Island comporte de nombreux moments de légèreté, qui contrebalancent les épisodes sérieux et tragiques du roman, tels que la mort d'Arthur Bligh et les difficultés rencontrées par Hortense et Gilbert en raison de la couleur de leur peau. Levy utilise des procédés comiques tels que l'ironie et les malentendus comiques pour se moquer de la folie et des préjugés et pour mettre en évidence les incohérences des visions du monde fondées sur les préjugés, comme le racisme et le classisme.

    Par exemple, lorsque la placeuse dit à Gilbert qu'il doit s'asseoir à l'arrière avec les autres personnes noires présentes, son ignorance et sa folie sont exposées et ridiculisées dans un malentendu ironique :

    'Alors tu vas devoir y aller. C'est au fond ou nulle part.'

    Madame, il n'y a pas de Jim Crow dans ce pays.

    'Qui ?'

    'La ségrégation, madame, il n'y a pas de ségrégation dans ce pays.'

    - Chapitre 17.

    Un autre malentendu comique à double sens digne d'intérêt a lieu entre Queenie et Hortense. L'arrogance d'Hortense se heurte à la condescendance bien intentionnée de Queenie.

    Le chat a pris ta langue ? dit-elle. De quel chat parlait-elle ? Ne me dis pas qu'il y avait un chat qui devait aussi vivre avec nous dans cette pièce. Je m'appelle Mme Bligh, a-t-elle poursuivi. Mais tu peux m'appeler Queenie, si tu veux. C'est le cas de tout le monde ici. Ça vous plairait ? J'ai eu l'impression qu'elle me parlait comme à une imbécile. Une femme éduquée comme moi.

    - Chapitre 22.

    Les défauts des deux personnages s'entrechoquent, créant un ton comique et ironique qui n'est que renforcé par l'ironie dramatique des deux femmes qui ne savent pas qu'elles ont aimé le même homme, Michael Roberts.

    Dans ce roman, le comique est utilisé pour souligner la nécessité de surmonter l'ignorance et l'orgueil et l'importance de faire un effort pour se comprendre les uns les autres.

    Le genre

    Small Island est une œuvre de fiction historique qui explore les expériences des immigrants jamaïcains dans la Grande-Bretagne d'après la Seconde Guerre mondiale. Le roman se déroule à Londres en 1948 et raconte l'histoire de quatre personnages principaux : Hortense et Gilbert, un couple de Jamaïcains récemment arrivés en Angleterre, et Queenie et Bernard, un couple de Britanniques blancs qui sont leurs propriétaires.

    Lesfictions historiques sont des œuvres qui s'appuient sur des événements réels et des contextes historiques, mais qui peuvent aussi inclure des personnages et des intrigues fictifs.

    La description nuancée des complexités de l'identité raciale et la critique des attitudes et des politiques racistes qui prévalaient en Grande-Bretagne à l'époque inscrivent également ce roman dans la tradition des fictions postcoloniales. Le roman cherche à remettre en question les récits dominants de l'impérialisme occidental et à donner une voix aux expériences des peuples colonisés et marginalisés.

    La fiction postcoloniale est un genre littéraire qui traite des conséquences du colonialisme, en particulier dans les pays qui ont été colonisés par les puissances européennes au cours des 18e, 19e et début du 20e siècles. La littérature postcoloniale se concentre souvent sur les expériences des peuples colonisés et explore les thèmes de l'identité, de la race, de la culture et du pouvoir.

    Petite île: thèmes

    Dans son exploration des expériences des immigrants de Windrush, Small Island aborde les thèmes du foyer, de l'appartenance et de l'aliénation.

    Les femmes et le patriarcat

    Il est important de noter que c'est Hortense qui a l'argent nécessaire pour que Gilbert et elle puissent se rendre en Angleterre, ce qui prouve qu'elle a le pouvoir dans leur relation. Dans le mariage de Gilbert et Hortense, Gilbert essaie d'exercer un contrôle sur sa femme et sa vie domestique, pour compenser son manque de contrôle sur le racisme auquel il est confronté en Angleterre. Lorsque Hortense lui prépare un mauvais repas, il s'emporte contre elle et part en trombe.

    Je n'en peux plus", crie-t-il, pour que tout le monde dans la maison l'entende. Et il sort de la pièce en claquant la porte avec une telle férocité que le fauteuil s'effondre sur le côté.

    - Chapitre 31.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses femmes ont rejoint le monde du travail et ont profité de leurs nouvelles libertés. Bernard ne veut pas que Queenie trouve un emploi et, à son retour, il s'attend à ce que Queenie continue à être une épouse obéissante.

    Lutter contre la discrimination : fierté, ambition et force

    De nombreux immigrants de Windrush sont arrivés au Royaume-Uni avec des ambitions, désireux de saisir les opportunités offertes par la "mère patrie", mais ils ont vu leurs ambitions anéanties. Dans le roman, les personnages jamaïcains Hortense, Gilbert, Michael et même Elwood, le cousin de Gilbert, sont motivés par leurs ambitions. C'est en partie l'ambition de Gilbert qui pousse Hortense à le respecter.

    Lorsque Hortense est humiliée en essayant de postuler à un poste d'enseignant, Gilbert lui suggère d'essayer de trouver un travail de couture en attendant. Gilbert avoue également qu'il a de nobles aspirations et qu'il veut étudier le droit.

    Coudre ? Elle a crié cela, toutes les larmes se sont envolées. Mais je suis enseignante.

    Et tu seras enseignante même quand tu coudras.

    Elle a sucé ses dents d'une manière très peu digne d'une femme. Alors je lui ai dit : "Hortense, ta maman ne t'a jamais dit : "Il faut quand le diable conduit" ? Regarde-moi, depuis trop longtemps je conduis des camions mais un jour...'. J'ai hésité.

    Quoi ? demanda-t-elle

    Un jour, j'étudierai le droit. Ces mots m'ont paru tellement insensés. Laissés dans l'air froid d'une nuit londonienne, ce rêve désespéré s'est envolé si loin que j'ai entendu les anges rire. C'était à mon tour de détourner le regard. Car j'étais un bouffon qui parlait fort. Soudain, sa main, délicate et tendre, se pose doucement sur la mienne. Je n'osais pas regarder si son contact était réel. Mon doute risquait de la faire fondre".

    - Chapitre cinquante et un.

    Pour Hortense, s'habiller, agir et parler correctement sont un moyen d'avoir le contrôle de son identité et de se mettre à l'abri des jugements des autres. Le roman se termine par cette phrase d'Hortense :

    Mais je n'y ai pas prêté attention en remontant mon dos et en redressant mon manteau contre le froid."

    Le roman brosse un tableau complet de la vie que menaient les immigrants de Windrush et refuse de les dépeindre comme des victimes n'ayant pas leur mot à dire sur leur propre destin. Hortense et Gilbert luttent contre les difficultés grâce à leur force intérieure et à un sens aigu de leur propre valeur.

    Relations et liens

    Lorsqu'il est si difficile de réaliser ses ambitions, on a besoin de personnes à ses côtés en cas d'échec. L'intrigue du roman tourne autour d'un réseau de liens entre les personnages, dont certains ne se rendent jamais compte au cours du roman, comme le lien entre Hortense, Michael et Queenie. Les personnages sont reliés par des liens inconnus, des rencontres fatidiques et des événements parallèles - Hortense a été confiée aux cousins de son père pour avoir une meilleure éducation, et le bébé de Queenie est donné à Hortense et Gilbert pour la même raison.

    Le roman traite également de l'importance de tisser des relations et des liens avec son entourage pour rendre l'hostilité de la société et du monde plus supportable.

    Le mariage de Gilbert et Hortense démarre sur un pied très comique. Lors de leur lune de miel, elle est horrifiée par son pénis et elle le fait dormir dans un fauteuil lorsqu'ils sont ensemble en Angleterre. Cependant, tous deux deviennent le roc de l'autre au milieu des nombreuses déceptions et ironies tragiques que l'Angleterre leur réserve. C'est en riant qu'ils parviennent à surmonter les cruautés de la vie :

    Je lui ai dit : "C'est une armoire intéressante. Tu dis qu'il y a un balai et du papier. Et c'est alors que ça s'est passé.

    Elle a souri.

    Combien de temps restes-tu dans cette armoire ? lui ai-je demandé. Et, oh, mon Dieu, ce sourire a pris une voix - elle a gloussé.

    Assez longtemps pour que je sache que je ne suis pas morte mais que je suis simplement dans un placard.

    Alors, ça fait longtemps.

    Elle a ri et je jurerais que le ciel, qui s'étendait au-dessus de nos têtes, s'est ouvert sur un rayon de soleil.

    - Chapitre cinquante et un.

    Le roman souligne également l'importance des petits liens entre les étrangers, et leur importance pour ceux qui sont aliénés. Gilbert est très reconnaissant à la vieille dame qui lui a donné un bonbon :

    "Combien de temps ai-je regardé ce bonbon dans ma main ? Imbécile que je suis, j'ai sorti un mouchoir de ma poche pour l'envelopper. Je n'avais pas l'intention de manger ce précieux bonbon. Car c'était un salut pour moi - non pas pour le sucre, mais pour l'acte de bonté. La tendresse humaine avec laquelle il m'a été donné. J'étais devenu avide de ce qu'il y a de bon chez les gens. Tout cœur tendre est à l'écoute. Nous tous, les garçons, étions dans cet endroit ingrat. Quand nous la trouvons, nous la gardons. Un simple geste, un mot amical, un toucher, une douceur collante me sauvaient aussi sûrement que si cette Anglaise m'avait tiré de la noyade dans la mer.'

    - Chapitre trente-deux.

    Small Island est un roman puissant qui brosse un tableau complet de ce que fut l'installation de la génération Windrush en Angleterre dans l'après-guerre.

    Small Island - Points clés

    • Small Island est raconté du point de vue d'Hortense et de Gilbert, qui sont des immigrants Windrush originaires de Jamaïque, et de Queenie et Bernard, qui sont anglais.
    • L'intrigue de base du roman est la suivante : Hortense et Gilbert luttent pour s'adapter à la vie en Angleterre, se remémorant leur vie avant de s'y installer en 1948. Queenie se souvient également de sa vie passée et de la liaison qu'elle a eue avec un soldat noir de la RAF, Michael Roberts. Queenie et Hortense ne savent pas que Michael est le demi-frère d'Hortense. Un jour, Bernard, le mari de Queenie, rentre de la guerre et, peu après, Queenie donne naissance à un fils illégitime. Queenie supplie Hortense et Gilbert de le prendre, car ils seraient de meilleurs parents, ce qu'ils font.
    • Les principaux procédés littéraires utilisés dans le roman sont les perspectives multiples et la narration non linéaire. Levy utilise également des éléments comiques qui créent un ton léger.
    • Les principaux thèmes du roman sont les femmes et l'orgueil patriarcal, l'ambition, la force et la survie, ainsi que l'importance des relations et des liens.
    Questions fréquemment posées en Petite île
    Qu'est-ce que la Petite île en littérature ?
    La Petite île en littérature est souvent utilisée comme un lieu symbolique représentant l'isolement, la sérénité ou l'aventure.
    Quels sont des exemples célèbres de Petite île en littérature ?
    Des exemples célèbres incluent l'île de Robinson Crusoé de Daniel Defoe et l'île du trésor dans le roman de Robert Louis Stevenson.
    Pourquoi les auteurs utilisent-ils des îles dans leurs récits ?
    Les auteurs utilisent des îles pour symboliser l'isolation, créer des microcosmes et explorer la nature humaine en dehors de la société.
    Comment la symbolique de l'île évolue-t-elle selon les oeuvres ?
    La symbolique de l'île varie : elle peut représenter un refuge, un lieu d'épreuves ou un espace de transformation personnelle.

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Anglais

    • Temps de lecture: 26 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner