La route de la famine par Eavan Boland

'The Famine Road' (1975) est un poème en vers libres d' Eavan Boland, le pionnier de la poésie irlandaise. Le poème suit deux récits simultanés :

C'est parti Inscris-toi gratuitement
La route de la famine par Eavan Boland La route de la famine par Eavan Boland

Crée des supports d'apprentissage sur La route de la famine par Eavan Boland avec notre appli gratuite!

  • Accès instantané à des millions de pièces de contenu
  • Fiches de révision, notes, examens blancs et plus encore
  • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens
Inscris-toi gratuitement

Des millions de fiches spécialement conçues pour étudier facilement

Inscris-toi gratuitement

Convertis des documents en flashcards gratuitement avec l'IA

Tables des matières
Table des mateères

    Le premier montre la cruauté des occupants britanniques à l'encontre des travailleurs irlandais pendant la famine de la pomme de terre.

    Le second dépeint une conversation entre une femme et son médecin alors qu'elle découvre qu'elle est stérile.

    Boland utilise le procédé poétique de l'analogie pour comparer ces deux intrigues.

    Tu trouveras ci-dessous un résumé et une analyse de "La route de la famine". Tu trouveras également une exploration des thèmes et du ton du poème, ainsi qu'une brève biographie d'Eavan Boland.

    Écrit en1975
    Écrit parEavan Boland
    FormeVers libre
    MétriquePas de mètre fixe
    Schéma de rimesSchéma de rimes irrégulier
    Les procédés poétiquesCésure, analogie
    Images fréquemment relevéesCorps souffrants (sang, os)
    Tonalité Pessimiste, triste, découragé
    Thèmes clésPréjugés, sexe
    SignificationDeux récits comparés l'un à l'autre. L'un montre la souffrance des ouvriers irlandais pendant la famine sous la domination britannique. L'autre montre une femme à qui son médecin annonce qu'elle est stérile. Boland associe le corps infertile à une route de la famine.

    La route de la famine" : Eavan Boland

    Eavan Boland est né en 1944 à Dublin d'un diplomate et d'une peintre. En raison de la position de son père en tant que diplomate, Eavan Boland a vécu à la fois à Londres et à New York pendant son enfance.

    La famille de Boland est retournée en Irlande lorsqu'elle était au milieu de l'adolescence. Elle a obtenu un diplôme en littérature et langue anglaises au Trinity College de Dublin. Boland a ensuite travaillé en tant qu'enseignante et critique. Elle a épousé son mari Kevin Casey en 1969.

    En partie inspirée par W.B. Yeats, Boland a commencé à écrire dès l'adolescence. À partir de la fin des années 1960, elle a commencé à publier des recueils de poésie. Boland a gagné en popularité relativement rapidement. Aujourd'hui, elle est reconnue comme l'un des poètes irlandais les plus influents du milieu et de la fin du XXe siècle. Eavan Boland est particulièrement respectée pour ses efforts visant à ouvrir la voie aux femmes poètes et écrivains. Parmi les recueils d'Eavan Boland figurent The War Horse (1975), Outside History (1990) et Against Love Poetry (2001).

    Eavan Boland est décédée des suites d'un accident vasculaire cérébral en 2020.

    'La route de la famine' : résumé

    Jetons d'abord un coup d'œil sur 'La route de la famine' en elle-même.

    'Oisif comme une truite dans la lumière Colonel Jones

    Ces Irlandais, ne leur donnez aucune pièce de monnaie ;

    leurs os

    ont besoin de travailler, leurs caractères ne le sont pas moins.' Le sceau de Trevelyan

    Le sceau de Trevelyan a ensanglanté la table de négociation. Le comité

    Comité de secours délibère : 'Ne serait-il pas prudent, Colonel, de leur donner des routes, des routes pour les forcer à se déplacer ?

    colonel, de leur donner des routes, des routes à forcer

    de nulle part, n'allant nulle part bien sûr ?

    Un sur dix, puis un autre sur trois.

    encore un tiers d'entre eux

    lesfemmes - dans un cas comme le vôtre.

    Malades, sans direction, ils travaillaient ; la fourche, le bâton

    étaient à des années de fer ; après tout, ne pouvaient-ils pas

    ne pouvaient-ils pas s'ensanglanter les articulations sur le rocher, sucer des

    Avril pour obtenir de l'eau et de la nourriture ?

    Pourquoi pour cela, rusées comme des ménagères, chacune regardait -

    comme chez le boucher du coin - la fesse de l'autre.

    Tout peut avoir causé cela, des spores, un accident d'enfance.

    un accident d'enfance ; on voit

    jour après jour ces mystères".

    Crépuscule : ils travailleront demain sans lui.

    Ils le savent et s'éloignent ; il est devenu un paria typhoïde.

    un paria typhoïde, son sang contaminé, bien qu'il le partage avec certains.

    qu'il partage avec certains. Pas plus que la neige

    n'accompagne ses propres flocons là où ils se déposent

    et fondent, ils prieront pour son râle d'agonie.

    Tu ne le feras jamais, tu ne le sauras jamais

    mais prends-le bien femme, cultive

    ton jardin, garde la maison, au revoir.'

    Il s'est passé mieux que nous ne l'avions prévu, Lord.

    Trevelyan, la sédition, l'oisiveté, guéries

    en une seule fois ; de paroisse en paroisse, de champ en champ,

    les malheureux travaillent jusqu'à ce qu'ils soient tout à fait usés,

    puis s'enveniment par leur travail ; nous transportons le maïs

    aux bateaux en paix ; ce mardi, j'ai vu des ossements

    par la fenêtre de ma voiture, votre serviteur Jones.

    'Stérile, qui ne connaîtra jamais la charge de son enfant en toi, qu'est-ce que c'est ?

    de son enfant en toi, qu'est-ce que ton corps

    maintenant si ce n'est un chemin de famine?

    Première strophe

    La première strophe du poème de Boland commence par une citation. Celle-ci est tirée d'une lettre écrite par un personnage appelé Trevelyan au colonel Jones et au comité de secours.

    Trevelyan est le véritable personnage historique Charles Edward Trevelyan. C'était un fonctionnaire du gouvernement britannique chargé de résoudre le problème de la famine de la pomme de terre en Irlande. Trevelyan était connu pour son traitement cruel et insensible des Irlandais. Nous pouvons voir sa cruauté dans cette strophe. Son sentiment anti-irlandais est clair. Il suggère de forcer les Irlandais à travailler sur des routes qui ne mènent nulle part afin de les occuper.

    La famine de la pomme de terre en Irlande a duré de 1845 à 1849. Elle s'est produite parce qu'un grave fléau a frappé les cultures de pommes de terre irlandaises, un aliment de base en Irlande à l'époque. Cela a provoqué une famine massive, la mort et l'émigration. On pense que la population irlandaise a chuté de deux millions de personnes en raison des décès et de l'émigration. Aujourd'hui, beaucoup pensent que la gravité de la famine a été en partie causée par les actions inefficaces et cruelles du gouvernement britannique.

    Deuxième phrase

    La deuxième strophe de "La route de la famine" adopte une nouvelle narration. Elle est entre guillemets, ce qui nous permet de voir qu'il s'agit d'un dialogue. Une femme se fait expliquer des statistiques sur son "cas". La situation exacte n'est pas claire, mais on peut s'assurer qu'un médecin est en train de parler.

    Troisième strophe

    Cette strophe revient à l'intrigue initiale du poème. Elle décrit l'état des travailleurs irlandais contraints de travailler sur les routes de la famine. Ils souffrent, saignent et manquent de nourriture et d'eau. Boland fait également référence à l'opinion des Anglais qui considèrent les Irlandais comme des primitifs, suggérant qu'ils pourraient en venir au cannibalisme.

    Les routes de la famine étaient un concept courant pendant la famine irlandaise. Il s'agissait de routes qui ne menaient nulle part et n'avaient aucun but. On les trouve encore aujourd'hui dans de nombreuses régions d'Irlande. Les Irlandais ont été forcés de construire ces routes par les occupants britanniques. Il s'agissait de les occuper afin qu'ils ne puissent pas se rebeller contre la colonisation et les mauvais traitements infligés par les Britanniques. On pensait que si les Irlandais étaient épuisés, ils seraient trop faibles pour se défendre. Certains recevaient également des salaires dérisoires pour acheter de la nourriture inadéquate.

    Quatrième strophe

    La quatrième strophe de Boland revient au deuxième récit de "La route de la famine". Le médecin dit à sa patiente qu'il ne sait pas ce qui a provoqué son état. Il spécule de façon arbitraire, ce qui suggère qu'il ne prend pas son cas très au sérieux. Il ne se soucie guère des sentiments de cette femme.

    Cinquième strophe

    La strophe suivante se concentre à nouveau sur le sort des travailleurs irlandais. L'un d'entre eux a contracté la typhoïde, une maladie courante à l'époque de la famine. Les autres travailleurs savent qu'il ne survivra pas longtemps. Ils l'évitent pour sauver leur propre santé. Il y a un manque d'empathie car ils doivent donner la priorité à l'autoconservation.

    La typhoïde est une maladie qui se contracte à partir d'eau ou d'aliments contaminés. Elle est causée par une bactérie. Les symptômes comprennent de la fièvre, des troubles digestifs et, dans les cas graves, des hémorragies internes. Une épidémie de typhoïde s'est déclarée en Irlande en 1847. À cette époque, il n'y avait pas de médicaments pour traiter la typhoïde et elle était souvent mortelle.

    Sixième phrase

    Nous revenons maintenant au médecin et à son patient. Boland souligne encore son manque de compassion au chevet de la malade. Il dit à la femme qu'elle devrait prendre la nouvelle de son état à bord et passer du temps à s'occuper de son jardin et de sa maison. Cela montre qu'il considère les femmes avant tout comme des ménagères. Il lui dit ensuite au revoir. Boland montre peut-être à quel point de nombreux professionnels de la santé sont dédaigneux à l'égard des problèmes de santé des femmes. À ce stade de "La route de la famine", on ne sait toujours pas exactement ce qui ne va pas chez cette femme.

    Septième strophe

    C'est la dernière strophe qui aborde le récit de la famine dans le poème de Boland. Elle prend à nouveau la forme d'une lettre. Cette fois, c'est le colonel Jones qui l'écrit à Trevelyan. Il informe Trevelyan que sa proposition de routes de la famine a été un succès du point de vue britannique. Les travailleurs irlandais sont maintenant trop épuisés et trop endommagés physiquement par le travail sur les routes pour se rebeller. Ils ont également été guéris de ce que le colonel considère comme de l'oisiveté. Il s'agit là d'un autre stéréotype. Il semble même heureux d'avoir récemment vu des ossements alors qu'il se promenait dans sa calèche. Boland montre clairement la cruauté de ces occupants britanniques.

    Huitième strophe

    La dernière strophe de "La route de la famine" revient sur la patiente. Le lecteur apprend qu'elle est "stérile". Son état de santé est l'infertilité. Elle semble dévastée par le fait qu'elle ne portera jamais d'enfant. Elle semble avoir un partenaire ou un mari puisqu'elle se lamente particulièrement de ne jamais pouvoir porter"son" enfant. Boland termine son poème en comparant le corps infertile de cette femme à une route de la famine.

    La route de la famine" : le thème

    Examinons maintenant quelques thèmes clés de "La route de la famine" de Boland.

    La route de la famine" : les préjugés

    Les préjugés sont omniprésents dans "La route de la famine". Tout au long de son poème, Boland souligne à quel point les Irlandais sont injustement traités par leurs occupants britanniques. Ils sont méprisés et considérés comme inférieurs. Trevelyan et le colonel Jones perpétuent de nombreux stéréotypes anti-irlandais dans leurs lettres.

    Le stéréotype de l'oisiveté est répété deux fois dans les lettres de Trevelyan et Jones. Ils sont d'abord préoccupés par l'oisiveté des Irlandais, puis soulagés que les routes de la famine aient résolu ce problème perçu. Il s'agit là d'un préjugé évident. Ces hommes britanniques pensent également que le dur labeur que représente le travail sur les routes de la famine aidera les "caractères" des Irlandais. Trevelyan et Jones pensent que les Irlandais sont paresseux et ont besoin d'être améliorés. En réalité, Boland montre clairement que les Irlandais souffrent profondément des effets de la famine. Cette souffrance est illustrée par la citation ci-dessous.

    Malades, sans direction, ils travaillaient ; la fourchette, le bâton

    étaient des années de fer ; après tout, ne pouvaient-ils pas

    ne pouvaient-ils pas s'ensanglanter les articulations sur le rocher, sucer

    la grêle d'avril pour avoir de l'eau et de la nourriture ? (ll. 12-15)

    Ce récit est basé sur des événements historiques. Boland s'appuie sur des préjugés réels qui existaient à l'époque à l'encontre des Irlandais. Ceux-ci étaient particulièrement répandus pendant la famine. L'idée que les Britanniques se faisaient de l'infériorité des Irlandais a conduit à un manque d'aide au moment où l'Irlande en avait le plus besoin, pendant la Famine de la pomme de terre.

    La route de la famine" : le genre

    Le thème du genre est abordé dans le deuxième récit de "La route de la famine". Il s'agit d'une conversation entre une femme et son médecin au cours de laquelle elle découvre qu'elle est stérile. Cela la bouleverse profondément.

    Il est important de noter la façon dont le médecin traite cette femme et son comportement au chevet du malade. Il est dur et insensible, tout comme Trevelyan et Jones. Il ne semble pas non plus prendre son cas très au sérieux, rejetant sa stérilité comme pouvant être causée par des "spores" ou "un accident d'enfance". Boland montre ici comment les problèmes de santé des femmes sont souvent traités avec peu d'attention ou d'empathie.

    Comme le montre la citation suivante, ce médecin a également une vision stéréotypée des femmes.

    mais prenez-le bien femme, cultivez

    cultive ton jardin, tiens ta maison, au revoir. (ll. 28-29)

    Il suggère que cette femme appartient à l'espace domestique, qu'elle s'occupe de sa maison et de son jardin. Il s'agit là d'une vision très restrictive des femmes. Boland indique ici que ce médecin n'est peut-être pas la meilleure personne pour s'occuper d'une patiente. Il y a un déséquilibre de pouvoir évident.

    La dernière strophe de "La route de la famine" aborde également les questions de genre. Une voix commente la situation de cette femme. Il ne semble pas que ce soit le médecin, on ne sait pas très bien de qui il s'agit. Il est également important de noter que cette femme n'a pas le droit d'avoir sa propre voix à aucun moment dans "La route de la famine". Cette autre voix compare le corps infertile de la femme à une route de la famine. Cela suggère que ni l'un ni l'autre ne peut plus remplir sa fonction première.

    En comparant une femme stérile à une route de la famine, Boland suggère que ni l'une ni l'autre n'a de raison d'être. Si c'est le cas, Boland souligne que le corps d'une femme n'a pas de raison d'être si elle ne peut pas avoir d'enfants. D'après ta lecture, penses-tu qu'elle défend vraiment ce point de vue, ou qu'elle ironise sur les stéréotypes sociétaux concernant les femmes ?

    La route de la famine" : le ton

    Le ton est essentiel pour mieux comprendre un poème.

    Le ton fait référence à l'humeur ou à l'atmosphère d'un poème. C'est souvent la voix du narrateur qui crée cette atmosphère.

    Le ton de "La route de la famine" est légèrement plus complexe. Cela est dû au fait qu'il y a deux intrigues et qu'il n'y a pas de narrateur unique et clair.

    Cependant, nous pouvons voir certains thèmes communs dans le ton de "La route de la famine". Le ton est pessimiste et triste, voire abattu, et il n'y a pas d'événements positifs ou heureux dans le poème. Il n'y a pas de progrès vers quelque chose de meilleur pour le peuple irlandais ou la femme stérile dans "La route de la famine".

    Les voix de Trevelyan, de Jones et du médecin sont également empreintes d'arrogance. Ils se soucient peu de ceux qui les entourent et se considèrent comme supérieurs. Trevelyan et Jones pensent qu'il est de leur devoir d'enseigner et de contrôler le peuple irlandais. De même, le médecin annonce à sa patiente la nouvelle dévastatrice de sa stérilité sur un ton détaché.

    Eavan Boland, "La route de la famine" : analyse

    Passons maintenant à l'analyse de quelques autres aspects de "La route de la famine".

    Forme, mètre et schéma de rimes

    'La route de la famine' est un poème de huit strophes de longueur variable. Les strophes alternent entre deux intrigues différentes. Il s'inscrit dans la forme du vers libre.

    La poésie en vers libres est une poésie qui ne suit aucun mètre ou schéma de rimes spécifique.

    C'est pourquoi "La route de la famine" ne suit pas un mètre ou un schéma de rimes rigide. Les différentes strophes ont des schémas de rimes différents. Par exemple, la deuxième strophe suit le schéma AAC, tandis que la troisième strophe n'a pas de schéma de rimes du tout.

    Le vers libre est souvent utilisé parce qu'il est proche de la façon dont les gens parlent naturellement. Il y a de nombreux dialogues dans "La route de la famine", et Boland peut donc utiliser le vers libre pour faire passer ce message.

    L'un des rares éléments formels constants de "La route de la famine" est le fait que les strophes contenant la deuxième intrigue de la femme et de son médecin sont toutes des tercets.

    Un tercet est une strophe ou un poème composé de trois lignes.

    Les procédés poétiques

    Examinons maintenant quelques procédés poétiques présents dans "La route de la famine".

    La césure

    L'utilisation de la césure est visible dans "Le chemin de la famine".

    On parle de césure lorsqu'un vers de poésie est brisé en deux, ce qui provoque une pause naturelle. Elle est souvent marquée par la ponctuation.

    Les césures peuvent affecter le rythme d'un poème et la façon dont il est naturellement lu. C'est généralement intentionnel de la part du poète. Les césures peuvent mettre l'accent sur un certain mot ou une certaine phrase. Elles peuvent également marquer un tournant ou un changement dans un poème.

    Ce dispositif est présent dans plusieurs vers de "La route de la famine". L'un de ces vers est cité ci-dessous.

    Ces Irlandais, ne leur donnez pas de pièces du tout ; (l. 2)

    La césure se trouve ici dans l'utilisation par Boland d'une virgule pour rompre cette ligne. La ligne en question se trouve au début de "La route de la famine", dans la lettre de Trevelyan au colonel Jones. L'emplacement de la virgule oblige les lecteurs à s'arrêter et à se concentrer sur les mots qui la précèdent immédiatement. Dans ce cas, il s'agit de "ces Irlandais". C'est important car "ces Irlandais" sont ceux que les occupants britanniques se préoccupent de contrôler dans le reste du poème de Boland. La formulation suggère également un ton arrogant.

    Il y a plus d'une occurrence de césure dans "La route de la famine". Peux-tu en identifier d'autres ?

    Analogie

    En créant un poème avec deux récits, "La route de la famine" utilise le procédé de l'analogie. Il s'agit de comparer deux choses ou d'établir une similitude entre elles pour révéler un sens plus profond.

    Boland construit son analogie tout au long du poème. Elle est finalement révélée dans la dernière strophe, citée ci-dessous.

    Qu'est-ce que ton corps

    si ce n'est une route de la famine ? (ll. 38-39)

    Boland utilise une route de la famine sans but comme analogie pour le corps d'une femme stérile. C'est une comparaison inhabituelle et choquante. Elle oblige les lecteurs à s'arrêter un instant et à y réfléchir. Boland fait également le lien entre le passé et le présent. En comparant les deux, Boland suggère qu'ils manquent tous deux de sens et d'une véritable raison d'être.

    Images fréquemment relevées

    Nous allons maintenant nous pencher sur l'imagerie dans "La route de la famine". Une grande partie de cette imagerie tourne autour des corps souffrants. Nous allons voir quelles sont les formes exactes que prennent ces images.

    Les corps en souffrance

    Boland utilise des images vives et sombres dans "La route de la famine". Cette imagerie est centrée sur les corps en souffrance.

    Les images de sang se répètent dans le poème de Boland. Elle est mentionnée pour la première fois lorsque le narrateur nous dit que le sceau de Trevelyana "ensanglanté" la table lorsque le comité de secours a conclu un accord sur les routes de la famine. Cela préfigure les souffrances à venir des Irlandais. Le sang est mentionné deux fois de plus dans "La route de la famine". Une fois par rapport à la douleur des travailleurs et une autre fois par rapport au travailleur qui a contracté la typhoïde.

    Les images d'os sont également fréquentes dans "The Famine Road". Dans la première strophe, Trevelyan déclare que les os des Irlandais "ont besoin de travailler". C'est ce qui se produit tout au long des strophes suivantes. Dans l'avant-dernière strophe, Jones raconte à Trevelyan qu'il a vu des "os" depuis la fenêtre de son wagon. C'est une image déchirante, d'autant plus qu'elle est dite de façon si positive. Les occupants britanniques sont passés du souhait de voir les Irlandais travailler dur à celui de les conduire à la mort.

    Toutes ces images représentent le corps humain comme un lieu de souffrance. C'était monnaie courante pendant la famine. On retrouve également l'image d'un corps souffrant dans la deuxième intrigue du poème de Boland. La souffrance de cette femme infertile est causée uniquement par l'incapacité de son corps à faire quelque chose. Les travailleurs irlandais souffrent à cause de l'impact des actions extérieures sur leur corps et la femme souffre à cause de son propre corps.

    La route de la famine par Eavan Boland - Points essentiels à retenir

    • 'The Famine Road' (1975) est un poème en vers libres du poète irlandais Eavan Boland.
    • Il suit deux récits comparés : Des ouvriers irlandais contraints de construire une route de la famine et une femme découvrant qu'elle est stérile.
    • Les préjugés et le sexe sont deux thèmes clés du poème de Boland.
    • Le ton de "La route de la famine" peut être décrit comme pessimiste, triste et découragé.
    • Boland utilise les procédés poétiques de la césure et de l'analogie dans son poème.
    Questions fréquemment posées en La route de la famine par Eavan Boland
    Quel est le thème principal de La route de la famine par Eavan Boland ?
    Le thème principal est la souffrance humaine et l'histoire personnelle dans le contexte de la Grande Famine en Irlande.
    Qui est Eavan Boland ?
    Eavan Boland est une poétesse irlandaise reconnue pour son travail sur les thèmes de la voix féminine et de l'histoire irlandaise.
    Quel est le style poétique utilisé par Boland dans La route de la famine ?
    Boland utilise un style lyrique et évocateur pour capturer la douleur et la résilience des victimes de la famine.
    Comment la Grande Famine est-elle représentée dans ce poème ?
    La Grande Famine est représentée à travers des images poignantes et personnelles, illustrant la tragédie humaine et l'impact collectif sur l'Irlande.

    Découvre des matériels d'apprentissage avec l'application gratuite StudySmarter

    Lance-toi dans tes études
    1
    À propos de StudySmarter

    StudySmarter est une entreprise de technologie éducative mondialement reconnue, offrant une plateforme d'apprentissage holistique conçue pour les étudiants de tous âges et de tous niveaux éducatifs. Notre plateforme fournit un soutien à l'apprentissage pour une large gamme de sujets, y compris les STEM, les sciences sociales et les langues, et aide également les étudiants à réussir divers tests et examens dans le monde entier, tels que le GCSE, le A Level, le SAT, l'ACT, l'Abitur, et plus encore. Nous proposons une bibliothèque étendue de matériels d'apprentissage, y compris des flashcards interactives, des solutions de manuels scolaires complètes et des explications détaillées. La technologie de pointe et les outils que nous fournissons aident les étudiants à créer leurs propres matériels d'apprentissage. Le contenu de StudySmarter est non seulement vérifié par des experts, mais également régulièrement mis à jour pour garantir l'exactitude et la pertinence.

    En savoir plus
    Équipe éditoriale StudySmarter

    Équipe enseignants Anglais

    • Temps de lecture: 21 minutes
    • Vérifié par l'équipe éditoriale StudySmarter
    Sauvegarder l'explication Sauvegarder l'explication

    Sauvegarder l'explication

    Inscris-toi gratuitement

    Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !

    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    La première appli d'apprentissage qui a réunit vraiment tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.

    • Fiches & Quiz
    • Assistant virtuel basé sur l’IA
    • Planificateur d'étude
    • Examens blancs
    • Prise de notes intelligente
    Rejoins plus de 22 millions d'étudiants qui apprennent avec notre appli StudySmarter !

    Obtiens un accès illimité avec un compte StudySmarter gratuit.

    • Accès instantané à des millions de pièces de contenu.
    • Fiches de révision, notes, examens blancs, IA et plus encore.
    • Tout ce dont tu as besoin pour réussir tes examens.
    Second Popup Banner