Se connecter Inscription gratuite
L'appli tout-en-un pour réviser
4.8 • +11k évaluations
Plus de 3 millions de téléchargements
Télécharger
|
|

Effet photoélectrique

Effet photoélectrique

Bien que ses découvertes de la théorie de la relativité restreinte (1905), puis de la théorie de la relativité générale (1915) l'ont conduit à une immense renommée en tant que scientifique du XXᵉ siècle, ce n'est qu'en 1921 qu'Einstein a remporté un prix Nobel reconnaissant ses grandes contributions à la physique théorique, qui n'a même pas été accordé pour l'une des théories mentionnées ci-dessus.

Il a reçu le prix pour avoir expliqué « l'effet photoélectrique » qui a défié un vieux problème que l'on pensait résolu depuis le tout début du XIXᵉ siècle.

Le problème remontait à Newton, qui a répondu à la question : « Quelle est la nature de la lumière ? ». Pour lui, la lumière était composée de toutes petites particules qui n'étaient pas observables à l'œil nu. Il a ainsi utilisé cette théorie pour expliquer la réflexion de la lumière sur un miroir comme étant le choc entre les particules qui composent la lumière et la surface du miroir. Sur cette dernière, les particules vont finalement rebondir en conservant la quantité de mouvement, ce qui les fera rebondir avec le même angle par rapport à la normale au plan, que celui avec lequel elles ont frappé le plan en premier lieu.

À l'époque, de nombreux scientifiques ont critiqué Newton. En effet, si le modèle ci-dessus parvient à expliquer la réflexion de la lumière, il ne parvient pas à expliquer la réfraction de la lumière, où cette dernière se courbe lorsqu'elle passe d'un milieu à un autre. Beaucoup de ces scientifiques (comme Maxwell) pensaient que la lumière est une onde et non une particule (ou composée de particules) car le phénomène de réfraction est une caractéristique des ondes uniquement.

En 1801, un physicien anglais nommé Thomas Young a mené une expérience qui a résolu la question une fois pour toute. L'expérience a montré que l'un des phénomènes qui se produisent avec la lumière est celui des "interférences", qui est un phénomène typique des ondes et non des particules. Cela devrait répondre à la question de la nature de la lumière sans aucun doute, non ? Eh bien, pas exactement ! Tu vois, en 1887, Heinrich Hertz, le physicien auquel nous rendons hommage par l'unité SI de la fréquence, a mené une expérience montrant que lorsque l'on illumine un métal (qui a des électrons libres à la surface), certains des électrons libres sont arrachés du métal. Il voulait comprendre quels étaient les paramètres qui détermineraient les énergies des électrons arrachés. Dans certains cas, il a remarqué qu'aucun électron n'était arraché après avoir éclairé le métal, alors il a pensé que s'il augmentait l'intensité du faisceau, il serait capable de détecter des électrons arrachés ; mais ce n'était pas le cas. À sa grande surprise, il a découvert quelque chose d'encore plus étrange, et c'est qu'il ne détecterait pas les électrons plus énergétiques à moins d'augmenter la fréquence de la lumière ; ce qui n'était pas prévu et n'avait aucune explication si nous devions considérer la lumière comme une onde.

Ce n'est que lorsque le grand Einstein est arrivé avec sa nouvelle idée fondée sur les observations de Max Planck concernant le rayonnement du corps noir, que nous avons enfin eu une explication à l'effet photoélectrique. Ce dernier nous a ramené à Newton et a réconcilié sa théorie corpusculaire avec la théorie ondulatoire de la lumière.

Es-tu prêt à en savoir plus sur la façon dont Einstein a résolu la question d'une manière très simple, mais élégante ? Reste à l'écoute !

Effet photoélectrique et photoélectrons

Des électrons sont éjectés d'un matériau métallique après avoir été libérés d'un atome par une lumière à haute énergie qui frappe ce matériau. Les électrons éjectés du matériau sont appelés photoélectrons. Une explication simple de cet effet et des développements importants de la théorie sont énumérés ci-dessous.

  • L'énergie de la lumière dépend de sa longueur d'onde et de sa fréquence. Une fréquence plus élevée et une longueur d'onde plus courte entraînent l'éjection d'un plus grand nombre d'électrons.
  • L'effet photoélectrique a été observé pour la première fois par Heinrich Hertz, qui n'arrivait pas à comprendre pourquoi cela se produisait. Des expériences ultérieures réalisées par d'autres scientifiques ont permis d'expliquer le phénomène désormais connu sous le nom d'"effet photoélectrique".
  • Les développements théoriques d'Albert Einstein et de Max Planck ont expliqué le phénomène en supposant que la lumière en tant que rayonnement était composée de particules discrètes avec des quantités fixes d'énergie.
  • Un photon n'a besoin que d'une quantité minimale d'énergie, appelée travail d'extraction, pour libérer un électron du matériau.
  • Une fois que la quantité minimale d'énergie est dépassée, le reste de l'énergie est utilisé pour fournir à l'électron éjecté de la plaque métallique une certaine vitesse.
  • Les cellules solaires sont une application de l'effet photoélectrique.

Dépendance de l'énergie et de la fréquence

Les expériences menées pour mesurer l'effet de la lumière sur l'émission d'électrons par les plaques ont donné deux résultats principaux.

  1. L'intensité de la lumière n'avait aucun effet sur l'énergie des électrons émis.
  2. La fréquence de la lumière affecte l'énergie des électrons émis. Plus la fréquence est élevée, plus les électrons sont émis avec une vitesse élevée.

Travail d'extraction

La quantité d'énergie nécessaire pour libérer un électron est appelée "travail d'extraction" ou "travail seuil" (\(\phi\)), qui est différente pour chaque matériau. L'énergie est spécifiée comme le produit de la constante de Planck "\(h\)" et de la fréquence lumineuse "\(\nu\)" : \[\phi=h.\nu\]

La constante de Planck a une valeur de : \[h=6,626\times 10^{-34}J.s\] Le travail seuil est mesuré en électronvolts ou eV (unité d'énergie définie par : \(1eV=1,6 \times 10^{-19}J\))

Effet Photoélectrique - Einstein

Les premières expériences décrivant l'effet photoélectrique n'ont pas réussi à expliquer pourquoi l'intensité de la lumière n'affectait pas les électrons émis. La vitesse des électrons ne changeait pas lorsque les lumières étaient plus brillantes ; les électrons ne se déplaçaient plus rapidement que lorsque des fréquences lumineuses plus élevées étaient utilisées.

Albert Einstein a découvert que l'augmentation de l'énergie cinétique affectant les photoélectrons était proportionnelle à l'augmentation de la fréquence de la lumière. Si la conservation doit avoir lieu, alors l'énergie de la lumière est proportionnelle à sa fréquence, et la lumière agit comme une particule dont l'énergie est égale au produit de la constante de Planck '\(h\)' et de la fréquence de la lumière '\(f\)'.

Et si l'énergie de la lumière est transportée par les photons (les particules de la lumière), nous obtenons :\[E_{photon}=h.\nu\]

Comment la théorie du photon de la lumière et l'effet photoélectrique sont-ils liés ?

Si nous relions l'explication d'Einstein concernant la lumière et l'effet photoélectrique découvert par des expériences antérieures, nous arrivons à l'expression qui explique l'effet photoélectrique.

Une certaine quantité d'énergie est nécessaire pour retirer un électron de la plaque métallique. Un photon doit fournir cette quantité minimale d'énergie, appelée travail seuil d'extraction :\[\phi_s=h.\nu_s\]

Si l'énergie dépasse cette valeur minimale, on obtient la fonction de travail plus un excès.\[E=\phi_s + excès\]

L'excédent d'énergie qui est transféré à l'électron est l'énergie du photon sous forme d'énergie cinétique. \[E_{photon} = \phi_s + E_{cin}\] \[h.\nu =h.\nu_s + \frac{1}{2}.m.V^2\]

Selon le modèle corpusculaire de la lumière qui explique l'effet photoélectrique, on peut expliquer l'augmentation de l'intensité d'un faisceau lumineux comme une augmentation du nombre de photons formant le faisceau.

Effet Photoélectrique Plaques métalliques StudySmarterFigure 1. L'effet photoélectrique peut être décrit en utilisant la conservation de l'énergie entre l'énergie du photon qui frappe l'électron au niveau de la plaque métallique et l'énergie utilisée pour retirer l'électron de la plaque métallique ou φ et l'excès d'énergie qui est transformé en énergie cinétique.

Un exemple de l'effet photoélectrique

Vous avez une particule émise par une plaque de cuivre qui a une énergie cinétique de 2,0 eV. Vous souhaitez déterminer l'énergie et la fréquence du photon qui a libéré l'électron. \[\phi = 5eV\] Si l'énergie cinétique de l'électron après l'impact du photon est de 2,0 eV, alors l'énergie du photon doit être la somme des deux.\[E_{photon}=5+2=7eV\] Un électronvolt (eV) est égal à \(1,6 × 10^{−19} J\), que nous multiplions par sept. \[E_{photon}=11,22\times 10^{-19} J\] Si l'énergie du photon est égale à la constante de Planck et à la fréquence du photon, nous pouvons remplacer "\(E_{photon}\)" par "\(h.\nu\)". \[\nu=\frac{11,22\times 10^{-19}}{6,62\times 10^{-34}}\] Cela nous donne la fréquence du photon. \[\nu=1,69 \times 10^{15}Hz\]

Effet Photoélectrique - Points-clés

  • L'effet photoélectrique est un phénomène décrivant l'émission d'électrons d'une plaque métallique causée par l'impact d'un rayonnement électromagnétique, également connu sous le nom de photon.
  • Pour libérer un photoélectron, une certaine quantité d'énergie, connue sous le nom de travail seuil ou d'extraction, doit être appliquée à la plaque.
  • La relation entre l'énergie cinétique et la fréquence signifie que l'énergie des photons est directement proportionnelle à leur fréquence.
  • Les premières expériences utilisaient une lumière plus intense, pensant que l'intensité était liée à l'énergie des électrons. Cependant, cela s'est révélé faux.
  • Augmenter l'intensité de la lumière ne fait qu'augmenter le nombre de photons absorbés, et ainsi le nombre d'électrons éjectés.

Questions fréquemment posées en Effet photoélectrique

L'effet photoélectrique est l'effet par lequel des électrons sont éjectés de la surface d'un matériau conducteur après que l'on illumine cette dernière par une lumière de fréquence au moins égale à la fréquence seuil du matériau.

L'effet photoélectrique est l'effet responsable de créer de l'électricité après illumination d'un conducteur par des photons.

L'effet Compton quant à lui, il explique la variation de la fréquence lumineuse après le choc élastique qui se produit quand un photon incident entre en collision avec un électron libre.

L'effet photoélectrique a été expliqué par Albert Einstein.

La radiation électromagnétique.

Évaluation finale de Effet photoélectrique

Question

Qu'est-ce que l'effet photoélectrique ?

Montrer la réponse

Réponse

Il s'agit de l'émission d'électrons après l'impact d'une lumière à haute fréquence sur une plaque métallique.

Montrer la question

Question

Qui a été le premier à observer l'effet photoélectrique ?

Montrer la réponse

Réponse

Heinrich Hertz

Montrer la question

Question

Nomme deux scientifiques qui ont contribué à expliquer la théorie de l'effet photoélectrique.

Montrer la réponse

Réponse

Albert Einstein et Max Planck

Montrer la question

Question

Quel est le travail seuil ?

Montrer la réponse

Réponse

C'est l'énergie minimale nécessaire pour libérer un électron par un photon à haute fréquence.

Montrer la question

Question

Quelle lumière Hertz a-t-il utilisée dans ses expériences ?

Montrer la réponse

Réponse

Lumière UV

Montrer la question

Question

L'énergie de la lumière dépend-elle de la luminosité ?

Montrer la réponse

Réponse

Non, elle dépend de la fréquence de la lumière.

Montrer la question

Question

Quelle propriété de la lumière a permis d'éjecter les électrons plus facilement ?

Montrer la réponse

Réponse

La fréquence

Montrer la question

Question

L'énergie de la lumière dépend-elle de sa fréquence ?

Montrer la réponse

Réponse

Oui

Montrer la question

Question

L'énergie d'un photon est égale au produit d'une constante et d'une variable. Peux-tu les nommer ?

Montrer la réponse

Réponse

La constante de Planck et la fréquence de la lumière.

Montrer la question

Question

L'énergie du photon libérant l'électron est a deux utilités. Pour la première partie, le travail d'extraction, enlève l'électron du métal. Qu'arrive-t-il au reste de l'énergie ?

Montrer la réponse

Réponse

Elle sera communiquée à l'électron sous forme d'énergie cinétique.

Montrer la question

Question

Si la fréquence du photon augmente, qu'arrive-t-il aux photoélectrons émis par le matériau ?

Montrer la réponse

Réponse

Ils se déplacent plus rapidement.

Montrer la question

Question

Que se passe-t-il si l'énergie du photon est inférieure au travail seuil ?

Montrer la réponse

Réponse

Aucun photoélectron ne sera libéré.

Montrer la question

Question

Que se passe-t-il si tu fais briller une lumière d'une énergie inférieure à celle du travail d'extraction sur une plaque de cuivre et que tu augmentes ensuite la luminosité ?

Montrer la réponse

Réponse

Rien, car l'énergie ne dépend pas de l'intensité de la lumière.

Montrer la question

Question

Que se passe-t-il si tu fais briller une lumière d'une énergie inférieure à celle du travail seuil sur une plaque de cuivre, puis, que tu augmentes considérablement la fréquence ?

Montrer la réponse

Réponse

Certains électrons pourraient commencer à être éjectés.

Montrer la question

Question

Une augmentation de l'intensité d'un faisceau lumineux augmenterait…

Montrer la réponse

Réponse

Le nombre de photons

Montrer la question

Question

Un rayonnement électromagnétique frappe une plaque métallique de cuivre avec une énergie de \(9 eV\). Sachant que la longueur d'onde de seuil du Cuivre est de \(264 nm\), calcule la vitesse à laquelle l'électron sera éjecté de la plaque.

Montrer la réponse

Réponse

Tout d'abord, rappelons la relation d'Einstein qui est dérivée de la loi de la conservation de l'énergie. \[E_{photon}= \phi + \frac{1}{2}m.V^2\]


Nous savons que l'énergie du photon incident est : \[E_{photon}=9 eV= 9\times 1,6 \times 10^{-19} = 14,4 \times 10^{-19}J\]

De plus, nous savons que la longueur d'onde de seuil du Cuivre \(264 nm\). Calculons la fréquence de seuil : \[Fréquence = \frac{Vitesse}{Longueur \hspace{5px} d'onde}\] Nous avons déjà vu cette relation dans les articles sur les ondes. 

Nous traitons d'un rayonnement électromagnétique, donc la vitesse n'est autre que celle de la lumière \(C\)

Dans notre cas : \[\nu_s=\frac{C}{\lambda}\] \[\nu_s=\frac{3\times 10^8}{264\times 10^{-9}}\] \[\boxed{ \nu_s = 1,14 \times 10^{15} Hz}\]

Le travail d'extraction sera : \[\phi=h.\nu_s = 6,626\times 10^{-34}\times 1,14\times 10^{15}=7,53\times 10^{-19}J\]


Trouvons la vitesse d'éjection des électrons. D'après la relation d'Einstein, nous pouvons avoir :\[\frac{1}{2}m.V^2 = E_{photon} - \phi\] \[V=\sqrt{\frac{2}{m}(E_{photon}-\phi)}\] \[V=\sqrt{\frac{2}{9,1\times 10^{-31}}(14,4\times 10^{-19} - 7,53\times 10^{-19})}\] \[\boxed{V=1{,}22 \times 10^6 m/s}\]


Montrer la question

Question

Si le travail d'extraction de l'or est de 5,1 eV et qu'un photon de 7,0 eV le frappe, émettra-t-il un photoélectron ?

Montrer la réponse

Réponse

Oui, et son énergie cinétique sera égale à 1,9 eV.

Montrer la question

AUTRES THÈMES LIÉS Effet photoélectrique
60%

des utilisateurs ne réussissent pas le test de Effet photoélectrique ! Réussirez-vous le test ?

lancer le quiz

Complète tes cours avec des thèmes et sous-thèmes disponibles pour chaque matière!

Inscris-toi gratuitement et commence à réviser !